Crise au Kosovo : Josep Borell annonce qu'un accord a été conclu entre Belgrade et Pristina

© Bojan Slavkovic Source: AP

23 nov. 2022, 22:58

Le Haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Josep Borell s'est exclamé sur Twitter avoir obtenu un accord entre Belgrade et Pristina.

«Les négociateurs en chefs du Kosovo et de Serbie se sont accordés sur des mesures pour éviter toute escalade supplémentaire et se concentrer pleinement sur la proposition d'une normalisation de leurs relations», a-t-il rapporté.

Serbia will stop issuing licence plates with Kosovo Cities' denominations & Kosovo will cease further actions related to re-registration of vehicles.
I will invite the parties in the coming days to discuss next steps
I thank EUSR @MiroslavLajcak & the Parties for the hard work.

«La Serbie arrêtera de délivrer des plaques d'immatriculations avec les dénominations de villes du Kosovo, et le Kosovo cessera toute action supplémentaire pour réenregistrer les véhicules», a-t-il ensuite précisé.

La Serbie et le Kosovo au bord d'un nouveau conflit ?

D'âpres négociations étaient menées en urgence depuis le 21 novembre à Bruxelles. Le bras de fer entre la Serbie et le Kosovo portait sur une réforme du système de plaques d'immatriculation voulue par Pristina.

Les discussions n'avançaient guère, devant l'intransigeance de la partie kosovare. «Il faut dire que nous avons fait une proposition (...) que le président [serbe] Vucic a acceptée, contrairement, malheureusement, au Premier ministre [kosovar] Kurti», avait ainsi  déclaré Josep Borrell, le premier soir.

Près de 50 000 personnes vivent dans les régions à majorité serbe et utilisent des plaques d'immatriculation délivrées par Belgrade. Elles refusent de reconnaître les institutions kosovares. Un plan progressif avec avertissements, amendes et finalement interdictions de circuler était prévu par ces dernières. Finalisé en avril, il devait s'appliquer sous peu.

Le pire semblait alors à craindre si Pristina entendait faire appliquer, par sa propre police et dans les régions ethniquement serbes, la mesure controversée. «La police du Kosovo n'a rien à faire dans le nord du Kosovo-Métochie, nous aurons alors l'enfer sur terre... La Serbie soutiendra son peuple, et les Serbes défendront leurs foyers» avait lâché, le 21 novembre, le ministre serbe de la Défense, Milos Vucevic.

 francais.rt.com

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier

Crise au Kosovo : Josep Borell annonce qu'un accord a été conclu entre Belgrade et Pristina

Kosovo, la boîte de Pandore de l'Occident

par Timofey Boulochkine

Les États-Unis et l'Union européenne ne peuvent « éteindre » la situation difficile au Kosovo qu'ils ont eux-mêmes provoquée il y a 30 ans en bombardant la Yougoslavie, et en créant « l'indépendance » du Kosovo ainsi qu'un précédent de violation de l'intégrité territoriale. Les doubles standards du « droit international », activement utilisés par l'Occident, ont conduit à un blocage : Américains et Européens ne peuvent plus contrôler leurs pupilles.