L'accord de la Turquie avec la Finlande et la Suède n'équivaut pas à un coup de poignard dans le dos de la Russie

par Andrew Korybko.

Certains observateurs ont fait remarquer sur les médias sociaux, sur un ton sarcastique, que la Turquie était « de nouveau en train de jouer un de ses vieux tours » et qu'elle avait, comme on pouvait s'y attendre, « poignardé la Russie dans le dos ». Il s'agit toutefois d'une interprétation erronée de la réalité qui doit être clarifiée de toute urgence afin d'éviter d'induire en erreur plus de personnes qu'elle ne l'a déjà fait.

La Turquie a accepté mardi un  mémorandum avec la Finlande et la Suède pour garantir ses intérêts primordiaux de sécurité nationale à l'égard des groupes kurdes qu'elle considère comme des terroristes, en échange de l'approbation de la demande d'adhésion de ces deux pays à l'OTAN. Le calendrier coïncide avec le sommet de l'OTAN à Madrid et les deux pays deviendront donc inévitablement membres à part entière dans un avenir proche. Certains observateurs ont fait remarquer sur les médias sociaux, avec sarcasme, que la Turquie était « de nouveau en train de jouer un de ses vieux tours » et qu'elle avait, comme on pouvait s'y attendre, « poignardé la Russie dans le dos ». Il s'agit toutefois d'une interprétation erronée de la réalité qui doit être clarifiée de toute urgence afin d'éviter d'induire en erreur plus de personnes qu'elle ne l'a déjà fait.

Pour commencer, les relations russo-turques sont parfois tendues mais ont toujours surmonté les obstacles sur le chemin de leur partenariat stratégique en raison du désir commun de leurs dirigeants de  réguler de manière responsable leur rivalité. L'objection initiale d'Ankara aux demandes de la Finlande et de la Suède à l'OTAN a pris au dépourvu beaucoup de gens qui ne s'attendaient pas auparavant à une résistance aussi féroce pour défendre ce qu'elle considère comme ses lignes rouges de sécurité nationale sur cette question sensible. Cela n'avait absolument rien à voir avec les liens de la Turquie avec la Russie, même si cette  querelle servait indirectement à faire avancer les objectifs de soft power de Moscou dans la mesure où ils soulignaient les intérêts divergents des membres de cette alliance hostile contrairement aux affirmations de leurs responsables.

Étant donné qu'il n'a jamais été considéré comme acquis - et encore moins attendu - que ce différend émerge, il n'y a aucune raison pour que la Russie ou ses partisans soient déçus qu'il ait finalement été résolu. Cela amène l'analyse au deuxième point, à savoir qu'il existe des forces tierces inamicales qui cherchent constamment à manipuler les perceptions populaires dans les deux pays dans le but de les diviser et de les gouverner au profit d'autres. Ces forces opèrent à plein régime au cours des 24 heures qui ont suivi la publication du mémorandum trilatéral, afin de fabriquer un faux récit selon lequel la Turquie aurait « poignardé la Russie dans le dos », afin que les défenseurs de leur partenariat stratégique en soient pleinement conscients et soient prêts à le contrer activement.

Le troisième point est que les pays véritablement  multipolaires et  souverains comme la Turquie poursuivent toujours ce que leurs dirigeants considèrent comme leurs intérêts nationaux objectifs, même si ceux-ci peuvent parfois entrer en conflit avec ceux d'autres pays, y compris des partenaires comme la Russie, bien que cette deuxième observation ne signifie pas que ce qui a été fait était motivé par cette intention. En l'occurrence, la Turquie a vu une occasion inestimable de résoudre politiquement un problème de sécurité nationale de longue date avec ces deux pays, ce qu'elle a immédiatement cherché à faire en jouant dur sur leurs candidatures à l'OTAN. Il s'agit là d'une démarche sensée et pragmatique de la part de ce pays, qui s'aligne pleinement sur ses intérêts tels que ses dirigeants les conçoivent.

Le quatrième point qui prouve que la Turquie n'a pas « poignardé » la Russie dans le dos est que même l'ancien président et secrétaire adjoint en exercice du Conseil de sécurité, Medvedev,  a réaffirmé plus tôt ce mois-ci que « l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN - du moins sous la forme qui avait été annoncée - représente une menace moindre pour la Russie que l'admission de l'Ukraine ». Il  a ajouté hier : « Nous n'avons actuellement aucun différend territorial avec ces pays et n'en prévoyons aucun, il n'y a aucune raison pour cela. S'ils se sentent mieux et plus en sécurité en rejoignant l'alliance, qu'ils le fassent. » Cela dit,  d'autres  responsables ont  confirmé des changements de posture des forces si la Finlande change la sienne en premier.

Enfin, la Russie et la Turquie ont objectivement des intérêts parfois divergents, mais elles ont jusqu'à présent toujours été capables de les dépasser pour poursuivre leur coopération mutuellement bénéfique, grâce à la volonté commune de leurs dirigeants. Rien dans ce dernier développement ne suggère sérieusement que cette tendance va bientôt s'arrêter. Ceux qui le prédisent soit ne sont pas conscients du quatrième point ci-dessus concernant l'acceptation par la Russie de l'adhésion de ces deux pays à l'OTAN, soit sont délibérément malhonnêtes afin de tromper leur public. Les précédents prouvent que cet obstacle - si on peut l'appeler ainsi - dans les relations russo-turques sera également surmonté.

Pour résumer, il n'y a aucune raison crédible de croire que la Turquie a « poignardé » la Russie dans le dos et donc de prédire que leurs liens vont bientôt se détériorer à la suite de l'accord conclu par Ankara avec la Finlande et la Suède sur les demandes d'adhésion de ces deux pays à l'OTAN. Même le secrétaire général de l'OTAN, M. Stoltenberg, a été  surpris par la résistance farouche de la Turquie à l'adhésion de ces deux pays tant qu'ils ne se conformeront pas à ses exigences en matière de sécurité nationale. Le résultat final est que les liens russo-turcs vont continuer à se renforcer, que cela plaise ou non à la  communauté des médias alternatifs.

 Andrew Korybko

source :  One World

traduction  Avic pour  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter
Se réfère à : 1 article