La Cia Et Les Médias (4/6) - Time, Newsweek, Abc et Nbc

Comment les médias les plus puissants d'Amérique ont travaillé main dans la main avec la Central Intelligence Agency et pourquoi la Commission Church les a couverts.

Par  Carl Bernstein - Rolling Stone - 20 octobre 1977

Après avoir quitté le Washington Post en 1977, Carl Bernstein a passé six mois à analyser les relations entre la CIA et la presse pendant les années de la guerre froide. Son article de 25 000 mots, publié dans Rolling Stone le 20 octobre 1977, est reproduit ci-dessous dans une série de 6 billets.

Vous avez manqué la 3e partie de cet article ?  Cliquez ICI pour la découvrir !

LES DÉTAILS TROUBLES DES RELATIONS DE LA CIA AVEC DES PERSONNES ET DES ORGANES DE PRESSE ont commencé à être divulgués en 1973, lorsqu'il a été révélé pour la première fois que la CIA avait, à l'occasion, employé des journalistes. Ces révélations, associées à de nouvelles informations, constituent des cas d'école sur l'utilisation de journalistes par l'Agence à des fins de renseignement. Ils concernent :

■ Les magazines Time et Newsweek. Selon des sources de la CIA et du Sénat, les dossiers de l'Agence contiennent des accords écrits avec d'anciens correspondants à l'étranger et des pigistes pour les deux hebdomadaires d'information. Les mêmes sources ont refusé de dire si la CIA a mis fin à toutes ses associations avec les personnes qui travaillent pour les deux publications. Allen Dulles a souvent intercédé auprès de son bon ami, feu Henry Luce, fondateur des magazines Time et Life, qui autorisait volontiers certains membres de son personnel à travailler pour l'Agence et acceptait de fournir des emplois et des accréditations à d'autres agents de la CIA qui n'avaient pas d'expérience journalistique.

Pendant de nombreuses années, l'émissaire personnel de Luce auprès de la CIA a été C.D. Jackson, vice-président de Time Inc. et directeur du magazine Life de 1960 à sa mort en 1964. Alors qu'il était cadre au Time, Jackson a coécrit une étude commanditée par la CIA recommandant la réorganisation des services de renseignement américains au début des années 1950. Jackson, dont la collaboration avec Time Life a été interrompue par un mandat d'un an à la Maison-Blanche en tant qu'assistant du président Dwight Eisenhower, a approuvé des arrangements spécifiques pour fournir aux employés de la CIA une couverture Time Life.

L'épouse de Luce, Clare Boothe, avait connaissance de certains des accords conclus. D'autres arrangements relatifs à une couverture par Time, selon des responsables de la CIA (y compris ceux qui ont traité avec Luce), ont été conclus au vu et au su de Hedley Donovan, aujourd'hui rédacteur en chef de Time Inc. Donovan, qui a pris la direction éditoriale de toutes les publications de Time Inc. en 1959, a nié lors d'un entretien téléphonique être au courant de tels arrangements. « Je n'ai jamais été approché et je serais étonné que Luce ait approuvé de tels arrangements », a déclaré Donovan. « Luce avait un regard très scrupuleux quand on en venait à la différence entre journalisme et politique.

Dans les années 1950 et au début des années 1960, les correspondants étrangers du magazine Time assistaient à des dîners de "briefing" de la CIA, semblables à ceux que la CIA organisait pour CBS. Et Luce, selon des responsables de la CIA, avait l'habitude d'informer Dulles ou d'autres hauts responsables de l'Agence à son retour de ses fréquents voyages à l'étranger. Luce et les hommes qui dirigeaient ses magazines dans les années 1950 et 1960 encourageaient leurs correspondants étrangers à apporter leur aide à la CIA, en particulier les informations qui pouvaient être utiles à l'Agence à des fins de renseignement ou de recrutement d'étrangers.

Concernant Newsweek, selon les sources de l'Agence, la CIA a fait appel aux services de plusieurs correspondants et pigistes à l'étranger, dans le cadre d'accords approuvés par les rédacteurs en chef du magazine. Le correspondant de Newsweek à Rome au milieu des années 50 ne cachait pas qu'il travaillait pour la CIA. Malcolm Muir, rédacteur en chef de Newsweek depuis sa création en 1937 jusqu'à sa vente à la Washington Post Company en 1961, a déclaré dans une interview récente que ses relations avec la CIA se limitaient aux comptes rendus privés qu'il donnait à Allen Dulles après des voyages à l'étranger et aux arrangements qu'il approuvait pour le débriefing régulier des correspondants de Newsweek par l'Agence. Il a déclaré qu'il n'avait jamais fourni de couverture à des agents de la CIA, mais que d'autres personnes haut placées dans la hiérarchie de Newsweek avaient pu le faire à son insu.

"J'aurais bien pensé qu'il y avait peut-être des pigistes qui étaient des agents, mais je ne savais pas qui ils étaient", a déclaré Muir. "Je pense qu'à cette époque, la CIA gardait un contact assez étroit avec tous les journalistes qui avaient des responsabilités. Chaque fois que j'entendais quelque chose qui pouvait intéresser Allen Dulles, je lui téléphonais.. À un moment donné, il a chargé un de ses hommes, un type que je connaissais, mais dont j'ai oublié le nom, d'entretenir des contacts réguliers avec nos journalistes. J'avais un certain nombre d'amis dans l'organisation d'Allen Dulles". Muir a déclaré que Harry Kern, le rédacteur en chef du service affaires étrangères de Newsweek de 1945 à 1956, et Ernest K. Lindley, le chef du bureau de Washington du magazine pendant la même période, "entretenaient des contacts réguliers avec divers membres de la CIA".

"À ma connaissance", a déclaré Kern, "personne à Newsweek n'était un agent de la CIA... La relation informelle existait. Pourquoi faire signer quoi que ce soit à qui que ce soit ? Ce que nous savions, nous le disions [à la CIA] et au département d'État.. Lorsque j'allais à Washington, je parlais à Foster ou à Allen Dulles de ce qui se passait. Nous pensions que c'était une attitude louable à l'époque. Nous étions tous du même côté." Les responsables de la CIA affirment que les relations de Kern avec l'Agence étaient nombreuses. En 1956, il quitte Newsweek pour diriger Foreign Reports, un bulletin d'information basé à Washington dont Kern refuse de dévoiler l'identité des abonnées.

Ernest Lindley, qui est resté à Newsweek jusqu'en 1961, a déclaré dans une interview récente qu'il consultait régulièrement Dulles et d'autres hauts responsables de la CIA avant de partir à l'étranger et qu'il les informait à son retour. "Allen m'a beaucoup aidé et j'ai essayé de lui rendre la pareille quand je le pouvais", a-t-il dit. "Je lui donnais mes impressions sur les personnes que j'avais rencontrées à l'étranger. Une ou deux fois, il m'a demandé d'informer un grand groupe de personnes des services de renseignement ; lorsque je suis revenu de la conférence Asie-Afrique en 1955, par exemple ; ils voulaient surtout en savoir plus sur diverses personnes."

En tant que chef du bureau de Washington, Lindley dit avoir appris de Malcolm Muir que le pigiste du magazine dans le sud-est de l'Europe était un employé contractuel de la CIA - à qui l'on avait donné des accréditations en vertu d'arrangements conclus avec la direction. "Je me souviens qu'il a été question de savoir si c'était une bonne idée de garder cette personne qui venait de l'Agence ; finalement, il a été décidé de mettre fin à cette collaboration", a déclaré Lindley.

Lorsque Newsweek a été racheté par la Washington Post Company, le directeur de publication Philip L. Graham a été informé par des responsables de l'Agence que la CIA utilisait occasionnellement le magazine à des fins de couverture, selon des sources de la CIA. "Il était largement connu que Phil Graham était quelqu'un à qui on pouvait demander de l'aide", a déclaré un ancien directeur adjoint de l'Agence. "Frank Wisner traitait avec lui". Wisner, directeur adjoint de la CIA de 1950 jusqu'à peu de temps avant son suicide en 1965, était le premier orchestrateur d'opérations "noires" de l'Agence, y compris plusieurs dans lesquelles des journalistes étaient impliqués. Wisner aimait se vanter de son "puissant Wurlitzer", un merveilleux instrument de propagande qu'il construisait, et dont il jouait, avec l'aide de la presse. Phil Graham était probablement l'ami le plus proche de Wisner. Mais, selon des sources de la CIA, Graharn, qui s'est suicidé en 1963, ne savait apparemment pas grand-chose des détails des accords de couverture conclus avec Newsweek.

En 1965-1966, un correspondant accrédité de Newsweek en Extrême-Orient était en fait un agent travaillant sous contrat avec la CIA et recevant un salaire annuel de 10 000 dollars de l'Agence, selon Robert T. Wood, alors agent de la CIA à la station de Hong Kong. Certains correspondants et pigistes de Newsweek ont continué à entretenir des liens secrets avec l'Agence jusque dans les années 1970, selon des sources de la CIA.

Les informations sur les relations de l'Agence avec le Washington Post sont extrêmement floues. Selon des responsables de la CIA, certains pigistes du Post ont été employés par la CIA, mais ces responsables disent ne pas savoir si quelqu'un de la direction du Post était au courant de ces arrangements.

Tous les rédacteurs en chef et directeurs de la rédaction du Post depuis 1950 affirment qu'ils n'avaient aucune connaissance de relations officielles entre l'Agence et les pigistes ou les membres du personnel du Post. "S'il y a eu quelque chose de fait, cela a été fait par Phil à notre insu", a déclaré l'un d'eux. Les responsables de l'Agence, quant à eux, ne revendiquent pas que des membres du personnel du Post aient eu des affiliations secrètes avec l'Agence alors qu'ils travaillaient pour le journal. 6

Katharine Graham, veuve de Philip Graham et actuelle directrice du Post, affirme n'avoir jamais été informée d'une quelconque relation de la CIA avec le personnel du Post ou de Newsweek. En novembre 1973, Mme Graham a appelé William Colby et lui a demandé si des pigistes ou des membres du personnel du Post étaient associés à la CIA. Colby lui a assuré qu'aucun membre du personnel n'était employé par l'Agence, mais a refusé d'aborder la question des pigistes.

■ Le Louisville Courier Journal. De décembre 1964 à mars 1965, un agent infiltré de la CIA du nom de Robert H. Campbell a travaillé au Courier Journal. Selon des sources de haut niveau de la CIA, Campbell a été embauché par le journal dans le cadre d'accords conclus par l'Agence avec Norman E. Isaacs, alors rédacteur en chef du Courier Journal. Barry Bingham Sr, alors directeur du journal, était également au courant de ces arrangements, selon ces sources. Isaacs et Bingham ont tous deux nié savoir que Campbell était un agent de renseignement lorsqu'il a été engagé.

L'histoire complexe de ce recrutement de Campbell a été révélée pour la première fois dans un article du Courier Journal écrit par James R Herzog le 27 mars 1976, pendant l'enquête de la commission sénatoriale. Le récit de Herzog commence ainsi : "Lorsque Robert H. Campbell, âgé de 28 ans, a été embauché comme reporter au Courier Journal en décembre 1964, il ne savait pas taper à la machine et connaissait peu de choses sur la rédaction d'articles" Le récit cite ensuite l'ancien directeur de la rédaction du journal, qui affirme que Isaacs lui a dit que Campbell avait été embauché à la suite d'une demande de la CIA : "Norman a dit que, lorsqu'il était à Washington [en 1964], il avait été invité à déjeuner avec un de ses amis qui travaillait pour la CIA et qu'il voulait envoyer ce jeune homme pour qu'il acquière quelques connaissances en matière de journalisme". Tous les aspects de l'embauche de Campbell étaient très inhabituels. Aucun effort n'avait été fait pour vérifier ses références, et ses dossiers professionnels contenaient les deux notations suivantes : "Isaacs possède des dossiers de correspondance et d'enquête sur cet homme" ; et "engagé pour un travail temporaire - aucune vérification des références n'a été effectuée ou n'est nécessaire".

Le niveau des compétences journalistiques de Campbell est apparemment resté inchangé pendant son séjour au journal. »Le contenu des articles que Campbell rendait était presque illisible », a déclaré un ancien rédacteur en chef adjoint. L'un des principaux projets de reportage de Campbell était un article sur les sculptures d'Indiens en bois [ces sculptures en bois servaient autrefois d'enseigne pour les magasins de cigares, NdT] Il n'a jamais été publié. Pendant qu'il travaillait pour le journal, Campbell fréquentait un bar situé à quelques pas du bureau où, à l'occasion, il aurait confié aux autres buveurs qu'il était un employé de la CIA.

Selon des sources de la CIA, le passage de Campbell au Courier Journal a été organisé pour lui permettre d'acquérir une expérience journalistique qui renforcerait la crédibilité d'une future couverture journalistique et lui permettrait d'apprendre quelque chose sur le monde de la presse. L'enquête du Courier Journal a également révélé qu'avant de venir à Louisville, il avait travaillé brièvement pour le Hornell (État de New York) Evening Tribune, publié par Freedom News, Inc. Des sources de la CIA ont déclaré que l'Agence avait conclu des accords avec la direction de ce journal pour engager Campbell. 7

Au Courier Journal, Campbell a été embauché dans le cadre d'accords conclus avec Isaacs et approuvés par Bingham, selon des sources de la CIA et du Sénat. « Nous avons financé le Courier Journal pour qu'il puisse payer son salaire », a déclaré un responsable de l'Agence qui a participé à la transaction. Répondant par lettre à ces affirmations, Isaacs, qui a quitté Louisville pour devenir président et directeur de publication du Wilmington (Delaware) News & Journal, a déclaré : « Tout ce que je peux faire, c'est répéter la simple vérité - que jamais, en aucune circonstance, ni à aucun moment, je n'ai engagé sciemment un agent du gouvernement. J'ai également essayé de fouiller dans ma mémoire, mais le recrutement de Campbell avait si peu d'importance pour moi que rien ne me revient... Barry Bingham Sr. a déclaré l'année dernière, lors d'un entretien téléphonique, qu'il n'avait aucun souvenir précis du recrutement de Campbell et a nié être au courant d'un quelconque accord entre la direction du journal et la CIA. Toutefois, des responsables de la CIA ont déclaré que le Courier Journal, par le biais de contacts avec Bingham, avait rendu d'autres services non spécifiés à l'Agence dans les années 1950 et 1960. Le récit détaillé, publié en première page du Courier Journal, de l'embauche de Campbell a été initié par Barry Bingham Jr, qui a succédé à son père comme rédacteur en chef et éditeur du journal en 1971. L'article est le seul élément majeur d'auto-investigation par un journal qui ait été publié sur ce sujet. 8

■ L'American Broadcasting Company et la National Broadcasting Company. Selon des responsables de la CIA, ABC a continué à fournir une couverture à certains agents de la CIA jusque dans les années 1960. L'un d'eux était Sam Jaffe qui, selon les responsables de la CIA, effectuait des tâches clandestines pour l'Agence. Jaffe a reconnu avoir seulement fourni des informations à la CIA. En outre, un autre correspondant de la chaîne bien connu a effectué des tâches clandestines pour l'Agence, selon des sources de la CIA. Au moment des auditions au Sénat, les responsables de l'Agence aux plus hauts niveaux ont refusé de dire si la CIA entretenait toujours des relations actives avec les membres de la chaîne ABC News. Tous les accords de couverture ont été conclus au su des dirigeants d'ABC, ont affirmé les sources.

Ces mêmes sources ont affirmé ne pas connaître en détail les relations de l'Agence avec NBC, si ce n'est que plusieurs correspondants étrangers de la chaîne ont effectué quelques missions pour l'Agence dans les années 1950 et 1960. "C'était une chose que les gens faisaient à l'époque", a déclaré Richard Wald, président de NBC News depuis 1973. "Je ne serais pas surpris que des gens de chez nous - y compris certains des correspondants de l'époque - aient eu des liens avec l'Agence".

■ La Copley Press, et sa filiale, la Copley News Service. Cette relation, révélée publiquement pour la première fois par les reporters Joe Trento et Dave Roman dans le magazine Penthouse, aurait été, selon les responsables de la CIA, parmi les plus productives de l'Agence en termes d'obtention de garantie de couverture "extérieure" pour ses employés. Copley possède neuf journaux en Californie et dans l'Illinois, dont le San Diego Union et l'Evening Tribune. L'article de Trento Roman, financé par une subvention du Fonds pour le Journalisme D'investigation, affirme qu'au moins vingt-trois employés du Copley News Service ont travaillé pour la CIA. "L'implication de l'Agence dans l'organisation Copley est si vaste qu'il est presque impossible d'en avoir une idée exacte", a déclaré un responsable de la CIA interrogé sur cette relation à la fin de 1976. D'autres responsables de l'Agence ont alors déclaré que James S. Copley, propriétaire de la chaîne jusqu'à sa mort en 1973, avait personnellement conclu la plupart des accords de couverture avec la CIA.

Selon Trento et Roman, Copley a personnellement proposé son service de presse à Eisenhower, président de l'époque, pour qu'il serve "d'yeux et d'oreilles" contre "la menace communiste en Amérique latine et centrale" pour "nos services de renseignement". James Copley était également à l'origine de l'Inter American Press Association, une organisation financée par la CIA et comptant de nombreux membres parmi les directeurs de journaux latino-américains de droite.

■ D'autres grands organes de presse. Selon les responsables de l'Agence, les dossiers de la CIA attestent d'arrangements de couverture supplémentaires avec les organismes de diffusion de l'information suivants, entre autres : le New York Herald Tribune, le Saturday Evening Post, Scripps Howard Newspapers, Hearst Newspapers (Seymour K. Freidin, actuel correspondant de Hearst à Londres et ancien rédacteur et correspondant du Herald Tribune, a été identifié comme un agent de la CIA par des sources de l'Agence), Associated Press (9) United Press International, le Mutual Broadcasting System, Reuters et le Miami Herald. Les accords de couverture avec le Herald, selon les responsables de la CIA, étaient peu courants dans la mesure où ils ont été conclus "sur le terrain par l'antenne de la CIA à Miami, et non depuis le siège de la CIA".

"Et ce n'est qu'une petite partie de la liste", selon les termes d'un agent ayant servi dans la hiérarchie de la CIA. Comme de nombreuses sources, ce représentant a déclaré que la seule façon de mettre fin aux incertitudes sur l'aide fournie à l'Agence par les journalistes est de divulguer le contenu des dossiers de la CIA - une voie à laquelle s'oppose la quasi-totalité des trente-cinq responsables actuels et anciens de la CIA interrogés pendant un an.

Notes

6. Philip Geyelin, rédacteur en chef de la page éditoriale du Post, a travaillé pour l'Agence avant de rejoindre le Post.

7. Louis Buisch, président de la société d'édition du Evening Tribune de Hornell, dans l'État de New York, a déclaré au Courier Journal en 1976 qu'il ne se souvenait pas bien du recrutement "Il n'a pas été là très longtemps et n'a pas fait grande impression", a déclaré Buisch, qui s'est depuis retiré de la gestion active du journal.

8. L'article probablement le plus approfondi sur le sujet de la presse et de la CIA a été écrit par Stuart H. Loory et est paru dans le numéro de septembre octobre 1974 de la Columbia Journalism Review.

9. Wes Gallagher, directeur général de l'Associated Press de 1962 à 1976, s'oppose vigoureusement à l'idée que l'Associated Press ait pu aider l'Agence. "Nous sommes toujours restés à l'écart de la CIA ; j'aurais renvoyé quiconque travaillait pour eux. Nous ne laissons même pas nos collaborateurs faire un débriefing". Au moment des premières révélations selon lesquelles des journalistes avaient travaillé pour la CIA, Gallagher est allé voir Colby. "Nous avons essayé de trouver des noms. Tout ce qu'il disait, c'est qu'aucun membre du personnel à plein temps de l'Associated Press n'était employé par l'Agence. Nous avons parlé à Bush. Il a dit la même chose." Selon Gallagher, si du personnel de l'Agence a été placé dans les bureaux de l'Associated Press, cela a été fait sans consulter la direction de l'agence de presse. Mais les responsables de l'Agence insistent sur le fait qu'ils ont pu conclure des accords de couverture par l'intermédiaire d'un membre de la direction d'Associated Press, dont ils refusent de dévoiler l'identité.

 les-crises.fr

 Commenter

Articles enfants
1 occurrence 02/09/2022 les-crises.fr  6 min #214814

 La Cia Et Les Médias (4/6) - Time, Newsweek, Abc et Nbc

La Cia Et Les Médias (5/6) - Quand William Colby efface les traces de l'Agence

Comment les médias les plus puissants d'Amérique ont travaillé main dans la main avec la Central Intelligence Agency et pourquoi la Commission Church les a couverts.

Par  Carl Bernstein - Rolling Stone - 20 octobre 1977

Après avoir quitté le Washington Post en 1977, Carl Bernstein a passé six mois à analyser les relations entre la CIA et la presse pendant les années de la guerre froide.