Accepter cookie ?
27/09/2021 4 articles lesakerfrancophone.fr  8 min #195693

Meng Wanzhou a été libérée. Une petite mais décisive victoire pour la Chine

Par  Moon of Alabama - Le 25 septembre 2021

Les États-Unis  ont cédé à la demande chinoise de mettre fin à la prise d'otage de la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou :

Un avion censé transporter la directrice d'une société technologique chinoise, Meng Wanzhou, a décollé de l'aéroport de Vancouver vendredi, marquant une nouvelle étape dans une saga juridique qui a englué le Canada - et deux de ses citoyens - dans un conflit entre les gouvernements américain et chinois. Un tribunal de la Colombie-Britannique a décidé vendredi que la procédure d'extradition contre Meng serait abandonnée après que le directeur financier de Huawei a conclu un accord de poursuite différée avec le gouvernement américain. Michael Spavor et Michael Kovrig, les deux citoyens canadiens qui ont été détenus en Chine quelques jours après l'arrestation de Meng à Vancouver, sont maintenant sur le chemin du retour au Canada, a confirmé vendredi soir le Premier ministre, Justin Trudeau.

Les États-Unis avaient accusé Meng Wanzhou d'avoir trompé HSBC, une banque liée au trafic d'opium, sur les relations entre Huawei et une entité iranienne. Selon les États-Unis, cela aurait conduit HSBC à enfreindre ses sanctions unilatérales contre l'Iran.

Il s'agit d'un crime monté de toute pièce dont la seule preuve était une phrase trouvée sur une page d'un long diaporama PowerPoint que Meng Wanzhou n'avait sûrement pas édité elle-même.

L'accord de poursuites différées semble l'admettre :

Dans le cadre de son arrangement avec les procureurs américains, Meng a plaidé non coupable devant un tribunal vendredi pour de multiples accusations de fraude. La directrice financière de Huawei a plaidé sa cause lors d'une comparution virtuelle devant un tribunal de New York. Elle a été accusée de fraude bancaire, de fraude de transfert d'argent et de conspiration en vue de commettre une fraude bancaire et de transfert d'argent il y a plus de deux ans et demi.... Selon l'exposé des faits convenu lors de la comparution de vendredi devant le tribunal américain, Mme Meng a déclaré à une institution financière mondiale qu'une société opérant en Iran en violation des sanctions américaines était un "partenaire local" de Huawei alors qu'il s'agissait en fait d'une filiale de Huawei.

 L'accord de poursuites différées ne comprend pas d'admission d'actes répréhensibles, juste un accord sur les faits.

Toute l'affaire a été montée de toute pièce et l'arrestation  fut organisée par John Bolton lorsqu'il était conseiller à la sécurité nationale sous le président de l'époque, Donald Trump :

Le conseiller de Trudeau a déclaré que M. Bolton et d'autres fonctionnaires du gouvernement américain partageant les mêmes idées étaient bien conscients de l'importance de l'arrestation qu'ils demandaient au Canada de faire. Le conseiller et un haut responsable de la sécurité nationale disent être convaincus que les États-Unis ont choisi le Canada pour arrêter Mme Meng - et l'ont fait dans une précipitation de dernière minute - parce qu'ils croyaient que le ministère de la Justice et la GRC honoreraient la demande d'extradition.

Trump a ensuite utilisé Meng Wanzhou comme monnaie d'échange dans sa guerre commerciale  contre la Chine :

Trump a lié la résolution des relations entre le gouvernement américain et Huawei à un éventuel accord commercial avec la Chine. Il a déclaré qu'il examinerait le rôle de Huawei dans un accord commercial lors de la phase finale des négociations, selon la demande du tribunal.... "Un préjudice à l'équité de cette procédure est mis en évidence par les affirmations répétées du président selon lesquelles la liberté (de Meng) est effectivement une monnaie d'échange dans ce qu'il considère comme le plus grand accord commercial jamais conclu."

L'affaire a donné beaucoup de maux de tête au Canada, car la Chine a arrêté deux espions canadiens quelques jours seulement après que le Canada ait suivi la demande des États-Unis d'arrêter Meng Wanzhou. Le Canada a nié que Michael Spavor et Michael Kovrig espionnaient pour ses services. Toutefois, la principale agence d'espionnage du Canada, le Service canadien du renseignement de sécurité, a salué la libération de ses hommes :

Lors d'une visite en Chine en juillet, la secrétaire d'État adjointe américaine Wendy Sherman avait reçu  deux listes de problèmes dont la Chine exigeait la résolution avant d'être disposée à coopérer davantage avec les États-Unis :

Dans la liste des actes répréhensibles des États-Unis qui doivent cesser, la Chine a demandé instamment aux États-Unis de lever sans condition les restrictions en matière de visas imposées aux membres du Parti communiste chinois (PCC) et à leur famille, de lever les sanctions imposées aux dirigeants, aux fonctionnaires et aux agences gouvernementales chinoises, et de supprimer les restrictions en matière de visas imposées aux étudiants chinois. La Chine a également exhorté les États-Unis à cesser d'empêcher les entreprises chinoises de fonctionner correctement, de harceler les étudiants chinois, à cesser de faire fermer les Instituts Confucius, à révoquer l'enregistrement des médias chinois en tant qu'"agents étrangers" ou "missions étrangères", et à révoquer la demande d'extradition de Meng Wanzhou.

La Chine considère la fin de l'affaire Meng Wanzhou comme une victoire :

L'affaire très médiatisée de Meng, qui est devenue un dilemme politique affectant de manière significative le paysage géopolitique mondial, a été réglée à la fois par les voies légales et par la lutte politique, ont déclaré les experts, notant que la Chine, les États-Unis et le Canada ont abouti au meilleur scénario avec beaucoup de compromis fait par l'administration Biden pour résoudre l'affaire. Cela a également contribué à ouvrir la voie à une interaction positive entre les plus grandes économies du monde dans un avenir proche, dans un contexte de relations sino-américaines tendues. Il s'agit également d'une erreur de l'administration américaine qui a été corrigée conformément à la demande de la Chine. En effet, la Chine a présenté deux listes aux États-Unis lors des discussions bilatérales de Tianjin en juillet, dont la liste des méfaits américains qui doivent cesser, qui demandait instamment aux États-Unis de libérer Meng, ce qui montre que les politiques chinoises envers les Etats Unis ont commencé à produire leurs effets et que les erreurs restantes des États-Unis doivent être corrigées.

Le commentateur Pepe Escobar ne pense toutefois pas que la libération de Meng Wanzhou changera grand-chose, voire rien :

Pepe Escobar @RealPepeEscobar -  11:49 UTC - 25 Sep 2021 MENG WANZHOU - un enlèvement politique maquillé en poursuites pénales - fait partie de la diabolisation de Huawei - détention illégale de près de 3 ans - fausses accusations - Le ministère de la Justice a dû abandonner la demande d'extradition. - La guerre hybride continue

Bien que je sois d'accord sur le fait que l'agression américaine contre la Chine va continuer, je considère ceci comme une victoire chinoise. La Chine a désactivé l'une des armes que les États-Unis avaient utilisées contre elle. Désormais, aucun pays ne prendra le risque de suivre les demandes américaines  d'arrêter un citoyen chinois :

La rapidité de l'accord apparent constitue également un avertissement pour les dirigeants d'autres pays, leur montrant que le gouvernement chinois peut se montrer audacieux dans ses transactions avec les ressortissants étrangers, a déclaré Donald C. Clarke, professeur de droit spécialisé dans la Chine à la faculté de droit de l'université George Washington. "Ils ne font même pas semblant de prétendre qu'il s'agissait d'autre chose qu'une simple prise d'otages", a-t-il dit à propos des deux Canadiens, qui étaient jugés pour espionnage. M. Spavor a été condamné le mois dernier à 11 ans de prison, et M. Kovrig attendait un verdict après un procès en mars. "Dans un sens, la Chine a renforcé sa position de négociation dans de futures négociations comme celle-ci", a déclaré le professeur Clarke. "Ils disent, si vous leur donnez ce qu'ils veulent, ils livreront comme convenu".

Les États-Unis avaient, via le Canada, pris Meng Wanzhou en otage. La Chine a répliqué en prenant deux citoyens canadiens en otages, mettant ainsi la pression sur la puissance plus faible concernée. Elle a également stoppé les importations de canola et de porc canadiens. Aucun gouvernement ne voudra répéter l'expérience canadienne.

Cela a fonctionné et le peuple chinois est heureux du résultat :

Le sentiment de patriotisme a prévalu sur les lieux. Après ce bref discours, Meng a salué la foule qui tenait des drapeaux chinois pour l'accueillir à l'aéroport, avec un grand sourire, tout en chantant une chanson pour la mère patrie avec les personnes présentes sur les lieux. Les gens chantaient encore après que Meng soit montée dans un bus pour subir une inspection sanitaire à la demande des douanes chinoises. Des groupes de personnes, qui portaient des combinaisons de protection, tenaient des fleurs et des banderoles de bienvenue alors qu'ils attendaient sur le parking de l'aéroport, les villes portuaires chinoises ayant adopté des mesures strictes de prévention des épidémies contre le COVID-19. Les médias locaux avaient précédemment indiqué que Mme Meng devrait suivre une quarantaine de 14 plus 7 jours après son arrivée.

Il s'agit donc bien d'une victoire dans une bataille mineure, dans une guerre qui risque d'en voir de bien plus grandes.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier
1 occurrence 07/10/2021 mondialisation.ca  2 min #196127

Mme Meng: Can-Us et la diplomatie des otages : entrevue Richard Desjardins

Par  Richard Desjardins et  Robin Philpot

5 octobre 2021: Au sujet de l'Affaire de Meng Wanzhou, nous ne devons pas nous fier à nos grands médias pour nous informer. Voilà la conclusion à la quelle arrive Richard Desjardins dans un article important publié dans le numéro de septembre 2021 de L'Action nationale.

1 occurrence 29/09/2021 mondialisation.ca  2 min #195812

Meng Wanzhou et les 2 Michael: Le Canada, un fier État vassal - Édito

Par  Robin Philpot

Le Canada sort de la saga de Mme Meng Wanzhou affaibli politiquement, économiquement et diplomatiquement, inféodé plus que jamais à Washington et redevable à ses dirigeants. Le Québec aussi!

C'est Donald Trump qui a demandé au Canada sous Justin Trudeau d'arrêter Mme Meng. Trudeau a dit oui. Il aurait pu dire non.

1 occurrence 28/09/2021 francais.rt.com  4 min #195748

Guerre commerciale : le Canada libère Meng Wanzhou la directrice financière chinoise de Huawei

La directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, est rentrée en Chine le 25 septembre, après avoir pu quitter le Canada où  elle était maintenue en résidence surveillée depuis près de trois ans, dans l'attente d'une décision de justice sur son extradition aux Etats-Unis. Elle avait été arrêtée en décembre 2018, à l'aéroport international de Vancouver, à la demande de Washington.

Référencé par : 1 article