Accepter cookie ?
30/11/2021 lesakerfrancophone.fr  10 min #198647

Le prochain Sommet pour la démocratie de Biden. Une machine à voyager dans le temps

Par The Saker - Le 29 novembre 2021 - Source  The Saker's Blog

Introduction :

Le  « Sommet pour la démocratie » de Biden, prévu les 9 et 10 décembre 2021, a publié la liste définitive des pays invités.

Jetons-y un coup d'œil :

Albanie
Angola
Antigua et Barbuda
Argentine
Arménie
Australie
Autriche
Bahamas
Barbade
Belgique
Belize
Botswana
Brésil
Bulgarie
Cabo Verde
Canada
Chili
Colombie
Costa Rica
Croatie
Chypre
République tchèque
République démocratique du Congo
Danemark
Dominique
République dominicaine
Équateur
Estonie
Union européenne
Fidji
Finlande
France
Géorgie
Allemagne
Ghana
Grèce
Grenade
Guyane
Islande
Inde
Indonésie
Irak
Irlande
Israël
Italie
Jamaïque
Japon
Kenya
Kiribati
Kosovo
Lettonie
Liberia
Lituanie
Luxembourg
Malawi
Malaisie
Maldives
Malte
Marshall (Îles)
Maurice
Mexique
Micronésie
Moldavie
Mongolie
Monténégro
Namibie
Nauru
Népal
Pays-Bas
Nouvelle-Zélande
Niger
Nigeria
Macédoine du Nord
Norvège
Pakistan
Palau
Panama
Papouasie-Nouvelle-Guinée
Paraguay
Pérou
Philippines
Pologne
Portugal
République de Corée
Roumanie
Saint-Kitts-et-Nevis
Sainte-Lucie
Saint Vincent et les Grenadines
Samoa
Sao Tomé et Principe
Sénégal
Serbie
Seychelles
Slovaquie
Slovénie
Salomon (Îles)
Afrique du Sud
Espagne
Suriname
Suède
Suisse
Taiwan
Timor-Leste
Tonga
Trinité-et-Tobago
Tuvalu
Ukraine
Royaume-Uni
Uruguay
Vanuatu
Zambie

La  Carnegie Endowment for International Peace a également publié  cette carte très utile :

Enfin, rappelons également l'objectif de ce sommet, tel qu'il est  expliqué par le Département d'État américain :

  • Se défendre contre l'autoritarisme
  • Aborder et combattre la corruption
  • Promouvoir le respect des droits de l'homme

Ensuite, la première chose à faire est de traduire ce qui précède en anglais simple. Voici comment je traduirais tout cela :

  • Soutenir fidèlement la seule hégémonie mondiale de l'Empire anglo-sioniste (déjà mort, mais peu importe, ils peuvent prétendre qu'il est toujours vivant) et participer docilement à toutes les opérations anti-russes et anti-chinoises pour empêcher ces derniers de créer un monde multipolaire.
  • Renverser les gouvernements qui refusent de participer aux opérations mentionnées au point 1 et/ou se débarrasser de certains de  « nos Fils de putes » vraiment inutiles et trop gênants (Zelenskii, par exemple ?).
  • Participer à des PSYOPs stratégiques pour diaboliser les pays qui ne sont pas invités au Sommet tout en permettant à ceux qui sont invités d'utiliser tout niveau de répression/suppression de la dissidence nécessaire pour rester au pouvoir.

Quelle est la pertinence de ce sommet dans la réalité ?

En soi, un tel sommet n'a aucune valeur, ne serait-ce que parce qu'il tente d'unir autour d'un seul (et insipide) agenda des pays aux situations totalement différentes. Il est donc assez évident que tout ce qui sortira de ce grand spectacle sera une déclaration insipide « pour tout ce qui est bon et contre tout ce qui est mauvais » (expression russe).

Un exemple révélateur montre à quel point cette entreprise sera déconnectée de la réalité : la Maison Blanche a même  adressé une invitation à l'éternel perdant qu'est Juan Guaido ! Et ce, malgré le fait que le peuple vénézuélien a récemment  rejeté massivement Guaido et tout ce qu'il représente.

Résultats des élections régionales et municipales au Venezuela

Ceci, en passant, suggère aussi fortement que même si, par exemple, presque tous les pays d'Amérique latine ont été invités au Sommet, cette participation illustre très bien la nature compradore des classes dirigeantes en Amérique latine. Si le peuple avait le droit de décider s'il veut soutenir avec soumission l'empire « yankee/gringo » ou non, très peu, voire aucun, des pays invités n'enverraient de délégués.

En d'autres termes, ce sommet est avant tout un jeu d'apparences, une opération de relations publiques destinée à forcer chaque gouvernement de la planète à faire un choix simple, le même choix que celui proposé par Baby Bush lorsqu'il a déclaré que « vous êtes soit avec nous, soit avec les terroristes ». La version actualisée de cette phrase pourrait être « vous êtes soit avec nous, soit avec les méchants Russes et les méchants Chinois ».

[Au fait, voici la liste des pays qui n'ont pas été invités (pour diverses raisons) : Afghanistan, Algérie, Andorre, Azerbaïdjan, Bahreïn, Bangladesh, Belarus, Bénin, Bhoutan, Bolivie, Bosnie-Herzégovine, Brunei, Burkina Faso, Burundi, Côte d'Ivoire, Cambodge, Cameroun, République centrafricaine, Tchad, Chine, Comores, Congo, Cuba, Djibouti, Égypte, El Salvador, Érythrée, Éthiopie, Gabon, Gambie, Guatemala, Guinée, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Haïti, Honduras, Hong Kong, Hongrie, Iran, Jordanie, Kazakhstan, Saint-Siège, Kirghizstan, Laos, Liban, Lesotho, Libye, Liechtenstein, Madagascar, Mali, Mauritanie, Monaco, Maroc, Mozambique, Myanmar, Nicaragua, Corée du Nord, Oman, Pakistan, Palestine, Qatar, Russie, Rwanda, Saint-Marin, Arabie Saoudite, Sierra Leone, Singapour, Somalie, Sri Lanka, Soudan, Swaziland, Syrie, Tadjikistan, Tanzanie, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Turkménistan, Ouganda, Émirats arabes unis, Ouzbékistan, Venezuela, Vietnam, Yémen et Zimbabwe].

La vraie carte (celle du peuple) aurait un aspect très différent

À quoi ressemblerait une carte réaliste ?

Premièrement, presque aucun des pays d'Amérique latine ne serait représenté.

Ensuite, toute l'Europe serait représentée, mais principalement parce que les élites compradores de l'UE cherchent désespérément à obtenir de ce sommet une légitimité qu'elles perdent de plus en plus dans leurs propres pays en raison des politiques véritablement phénoménales, je dirais même suicidaires, des États membres de l'UE (économie, énergie, COVID, criminalité, immigration, wokisme, etc.)

Ensuite, toute l'Afrique participerait, dans une tentative désespérée d'obtenir le plus d'aide possible (militaire, économique, politique, etc.) et de montrer à quel point tous les gouvernements africains sont encore abjectement soumis à leurs maîtres coloniaux. Ce n'est guère leur faute, c'est vrai, mais cela ne change rien à la réalité abjecte de la politique africaine

Ensuite, le Moyen-Orient élargi, l'Inde et le Pakistan participeraient également, mais pour des raisons très différentes : ces gouvernements ont tous lu ce qui était écrit sur le mur, bien qu'avec quelques différences, et ils savent que les États-Unis sont sur la voie de la sortie, mais ils veulent que cette « sortie » se joue dans des conditions avantageuses pour eux. Personne ne veut être le « prochain Erdogan » et être renversé par le CENTCOM. J'ajouterais également que si le CENTCOM n'est plus vraiment une force militaire, de nombreux contrats de plusieurs milliards de dollars lient encore les États-Unis à ces pays et c'est une raison suffisante pour se montrer au sommet, dire plein de bonnes choses, puis rentrer à la maison et reprendre ses activités habituelles.

Il reste donc l'ensemble du continent asiatique, y compris la Russie, la Chine, l'Asie centrale et l'Extrême-Orient. Ici, la carte est simple : les pays proches de la Russie et de la Chine ne sont pas invités, les pays proches de l'Australie le sont. L'Asie est actuellement le continent le plus représenté, et de loin, et celui dont l'avenir est le plus prometteur, non seulement en raison de ses immenses ressources (humaines et naturelles), mais aussi parce que les deux géants asiatiques (la Russie et la Chine) s'unissent pour commencer à construire, sur le continent qu'ils partagent, le monde multipolaire qu'ils souhaitent voir à terme. Il se trouve que la Russie et la Chine ont également les armées les plus puissantes de la planète (surtout si on les compte ensemble, ce qui devrait être de plus en plus le cas).

Si Malcolm X était encore en vie aujourd'hui, il dirait probablement que « tous les Noirs de la maison ont été invités et tous les Noirs des champs ne l'ont pas été » ( voir ici).

Le Sommet de la démocratie sert-il à voyager dans le temps ?

Je dirais que ce sommet est comme une machine à voyager dans le temps, non pas pour remonter le temps mais pour nous montrer qui participera à la construction de l'avenir de notre planète et qui ne le fera pas. Les personnes invitées par l'Empire anglo-sioniste (déjà mort) sont soit des élites compradores, soit des régimes sans véritable autorité (et donc sans véritable légitimité), soit quelques pays désespérément pauvres qui sont littéralement prêts à faire n'importe quoi, n'importe comment, pour satisfaire leurs maîtres actuels. Ils n'ont pas de véritable avenir à proprement parler.

Quant à l'avenir, il est assez évident que l'Asie sera, de loin, le continent le plus important qui établira l'agenda dans un avenir proche. Je crois personnellement que l'Amérique latine sera la suivante, il suffit que quelques « dominos » bien choisis tombent et tout le continent sera renversé très rapidement. Il est vrai qu'à l'heure actuelle, si l'on ne regarde que la carte officielle, le Venezuela, Cuba, le Nicaragua, le Honduras, le Salvador et la Bolivie semblent plutôt isolés. Mais regardons les choses différemment, le fait que ces pays puissent survivre tout en étant entourés de régimes pro-américains est un signe très révélateur en soi. En outre, il y a également deux géants en Amérique latine : l'Argentine et le Brésil, surtout ce dernier. Si le Brésil devait « basculer », cela aurait un impact énorme sur le reste du continent.

Ensuite, les deux régions qui « tomberont » seront le Moyen-Orient, d'abord, et finalement, l'Europe, ensuite.

Il y a très peu de choses, voire rien, que l'Empire ou les États-Unis puissent faire au sujet du Moyen-Orient : la vérité est que l'avenir de la région sera déterminé par l'Iran (la superpuissance régionale) et la Russie. Oui, les pays de l'Axe de la bonté (USA+Arabie Séoudite+Israël) peuvent encore déclencher une guerre régionale majeure. Mais ils ne peuvent pas la gagner. Ce navire a maintenant pris la mer.

Avec l'UE, cependant, les choses sont beaucoup plus compliquées et tout le théâtre Kabuki auquel nous assistons actuellement à propos de l'invasion « imminente » de la Russie ne vise que deux choses : d'abord, se débarrasser « élégamment » de l'Ukraine (une invasion russe serait préférable) et réaffirmer la domination anglophone sur le continent européen. Ce plan pourrait encore réussir, surtout si l'on considère le pouvoir politique très réel du gang UK+3B+PU sur toutes les décisions de l'UE (oui, même le Royaume-Uni a encore beaucoup d'influence sur les classes dirigeantes de l'UE via son pouvoir financier toujours très réel !)

Quant à l'Océanie et à l'Afrique, elles n'ont tout simplement pas beaucoup d'importance, la première étant joliment isolée par la distance, la seconde n'ayant aucun pouvoir et étant totalement dépendante d'un maître étranger quel qu'il soit.

Pendant ce temps, les politiciens européens décérébrés, qui auraient dû être mis sous surveillance pour cause de suicide il y a des années, sont toujours à l'œuvre : L'OTAN menace la Russie de  « conséquences » tandis que les États-Unis déclarent que  « toutes les options sont sur la table ». Nous pouvons être sûrs que Poutine personnellement et tout le monde en Russie sont absolument *terrifiés* par un tel langage, et c'est pourquoi lorsque l'invasion russe « imminente » ne se matérialisera pas, les dirigeants de l'Empire (mort depuis longtemps) se proclameront « victorieux » contre le « régime de Poutine » ! Bravo !

Et même si les Ukies réussissent à forcer la Russie à intervenir, alors l'OTAN déclarera fièrement que c'est sa puissance invincible qui a forcé les Russes à s'arrêter (peu importe où exactement). Encore une fois, bravo !

Toute cette folie est en fait parfaitement logique, car une guerre imaginaire est la seule que ces perdants peuvent « gagner ».

Andrei

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter