Accepter cookie ?
01/12/2021 2 articles reseauinternational.net  8 min #198676

Le spectacle de clowns de l'Otanistan

🇬🇧

par Pepe Escobar.

La mascarade est arrivée à un point qui - diplomatiquement - est tout à fait sans précédent : Le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a perdu sa patience taoïste.

L'hystérie américaine concernant l'invasion « imminente » de l'Ukraine par la Russie a fait exploser tous les compteurs de stupidité géopolitique en vue - et c'est tout un exploit.

Quel gâchis. Des sections de l'État profond américain sont en révolte ouverte contre le combo qui télécommande l'Idiot de Crash Test, qui se fait passer pour le POTUS. L'axe néocon-néolibéral a envie d'une guerre, mais ne sait pas comment la vendre à une opinion publique extrêmement divisée.

UKUS (Royaume-Uni/États-Unis), qui contrôle de facto le système d'espionnage des Five Eyes, n'excelle que dans la propagande. Au bout du compte, c'est donc à l'axe de renseignement CIA/MI6 et à son vaste réseau de chihuahuas médiatiques qu'il incombe d'accélérer le processus de peur et de dégoût à l'infini.

Les russophobes du Think Tankland américain apprécieraient beaucoup une « invasion » russe, à l'improviste, et se ficheraient éperdument de l'inévitable défaite de l'Ukraine. Le problème est que la Maison Blanche - et le Pentagone - doivent « intervenir », avec force, sinon cela représentera une perte catastrophique de « crédibilité » pour l'Empire.

Alors que veulent ces gens ? Ils veulent provoquer Moscou par tous les moyens disponibles pour provoquer une « agression russe », ce qui entraînera une guerre rapide comme l'éclair qui sera une autoroute vers l'enfer pour l'Ukraine, mais avec zéro perte pour l'OTAN et le Pentagone.

Ensuite, l'Empire du Chaos accusera la Russie, déclenchera un tsunami de nouvelles sanctions, notamment financières, et tentera de couper tous les liens économiques entre la Russie et l'OTAN.

La réalité veut que rien de ce qui précède ne se produise.

Tous les représentants du leadership russe, à commencer par le président Poutine, ont déjà fait savoir, à maintes reprises, ce qui se passerait si les démocrates ukrainiens lançaient une guerre éclair dans le Donbass : L'Ukraine sera impitoyablement écrasée - et cela ne s'applique pas seulement au gang ethno-fasciste de Kiev. L'Ukraine cessera d'exister en tant qu'État.

Le ministre de la Défense, Sergueï Choïgu, a quant à lui mis en scène toutes sortes d'actions de persuasion pas vraiment douces, avec des bombardiers Tu-22M3 ou des bombardiers Tu-160 White Swan.

L'inestimable Andrei Martyanov a  expliqué de manière concluante, à maintes reprises, que « l'OTAN ne dispose pas de forces non seulement pour « contrecarrer » tout ce que fait la Russie, mais même si elle le voulait, elle n'a toujours pas les moyens de faire la guerre à la Russie ».

Martyanov note qu'« il n'y a rien dans l'arsenal américain, aujourd'hui et dans un avenir prévisible, qui puisse intercepter des cibles Mach=9-10+, et encore moins M=20-27. C'est là le problème. La même méthode d'analyse s'applique à une situation en erreur 404. La seule chose que les États-Unis (l'OTAN) peuvent espérer est de provoquer d'une manière ou d'une autre la Russie pour qu'elle envahisse ce pays de merde, puis d'obtenir tout le SIGINT possible une fois que le C4ISR de la Russie sera en mode de combat complet ».

Traduction : quoi que l'Empire du Chaos et sa filiale de l'OTAN tentent dans le Donbass, directement ou indirectement, l'humiliation fera passer le « retrait » d'Afghanistan pour un dîner de la Maison Gucci.

Personne ne devrait s'attendre à ce que les marionnettes de l'OTAN - à commencer par le secrétaire général Stoltenberg - comprennent les enjeux militaires. Après tout, ce sont ces mêmes marionnettes qui ont mis en place une situation qui pourrait finalement laisser Moscou face à un choix unique et brutal : être prêt à mener une guerre chaude à grande échelle en Europe, qui pourrait devenir nucléaire en un éclair. Et ils sont prêts.

Tout tourne autour de Minsk

Dans une réalité parallèle, « s'ingérer en 404 » - une délicieuse référence de Martyanov à un enfer, bien plus qu'une erreur informatique - est une histoire totalement différente. Cela correspond parfaitement à l'éthos de la juvénilité américaine.

Au moins, certains des adultes dans les pièces sélectionnées parlent. Burns, de la CIA, s'est rendu à Moscou pour tenter d'obtenir l'assurance que, dans le cas où les forces spéciales de l'OTAN seraient prises dans les chaudrons - style Debaltsevo 2015 - que les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, avec l'aide de la Russie, concocteront, elles seraient autorisées à s'échapper.

Son interlocuteur, Patrushev, a dit à Burns - diplomatiquement - d'aller se faire voir.

Le chef d'État-Major général, le général Valery Gerasimov, a eu un entretien téléphonique avec le président des chefs d'État-Major interarmées, le général Mark Milley, apparemment pour assurer, en pentagonais, « la réduction des risques et la déconfliction opérationnelle ». Aucun détail substantiel n'a été divulgué.

Il reste à voir comment cette « déconfliction » se produira dans la pratique lorsque le ministre de la Défense, Choïgu, a révélé que les bombardiers américains à capacité nucléaire se sont exercés, lors de leurs sorties en Europe de l'Est, à « utiliser des armes nucléaires contre la Russie ». Choïgu en a discuté en détail avec le ministre chinois de la Défense, Wei Fenghe : après tout, les Américains ne manqueront pas de faire le même coup contre la Chine.

La cause profonde de tout ce drame est évidente : Kiev refuse tout simplement de respecter l'accord de Minsk de février 2015.

En résumé, cet accord stipulait que Kiev devait accorder l'autonomie au Donbass par le biais d'un amendement constitutionnel, appelé « statut spécial », décréter une amnistie générale et entamer un dialogue avec les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk.

Au fil des ans, Kiev n'a rempli aucun de ses engagements, tandis que l'habituelle machine médiatique de l'OTAN n'a cessé de marteler l'opinion mondiale de fausses nouvelles, affirmant que la Russie violait Minsk. La Russie n'est même pas mentionnée dans l'accord.

En fait, Moscou a toujours respecté l'accord de Minsk, ce qui signifie que le Donbass est considéré comme une partie intégrante et autonome de l'Ukraine. Moscou n'a aucun intérêt à promouvoir un changement de régime à Kiev.

Cette mascarade a atteint un point qui, sur le plan diplomatique, est sans précédent : Le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a perdu sa patience taoïste.

Lavrov a été contraint, dans ces circonstances, de publier 28 pages de correspondance entre Moscou d'une part, et Berlin et Paris d'autre part, évoluant autour de la préparation d'une réunion de haut niveau sur l'Ukraine.

Moscou demandait en effet la mise en œuvre d'un des points centraux de l'accord : un dialogue direct entre Kiev et le Donbass. Berlin et Paris ont déclaré que cela était inacceptable. Alors oui : tous deux ont, à toutes fins pratiques, détruit l'accord de Minsk. L'opinion publique à travers l'OTANistan n'a aucune idée de ce qui s'est réellement passé.

Lavrov n'a pas mâché ses mots : « Je suis sûr que vous comprenez la nécessité de cette démarche non conventionnelle, car il s'agit de transmettre à la communauté mondiale la vérité sur qui se conforme, et comment, aux obligations du droit international qui ont été convenues au plus haut niveau ».

Il n'est donc pas étonnant que les dirigeants de Moscou aient conclu que c'était une perte de temps absolue de parler de l'Ukraine avec Berlin et Paris : ils ont menti, triché, puis rejeté la faute sur la Russie. Cette « décision » au niveau de l'UE reflète fidèlement la campagne de l'OTAN visant à attiser les flammes d'une « agression russe » imminente contre l'Ukraine.

Guerriers en fauteuil, unissez-vous !

En OTANistan, la stupidité caractéristique du Think Tankland américain règne sans partage, rassemblant d'innombrables acolytes crachant les points de discussion de leur choix : « subversion russe implacable », « intimidation » de l'Ukraine par le « voyou » Poutine, Russes comme « prédateurs », et tout ce qui est maintenant associé à « la guerre de la Chine avide de pouvoir contre les valeurs occidentales ».

Un hack britannique, d'une manière tordue, a réussi à résumer l'impuissance globale - et l'insignifiance - en décrivant l'Europe comme une victime, « une île démocratique assiégée dans un monde anarchique, qu'une marée montante d'autoritarisme, d'impunité et de violation des règles internationales menace d'inonder ».

La réponse des ministres de la Défense des pays de l'OTAN consiste à élaborer une  boussole stratégique - essentiellement une arnaque anti-Russie-Chine - assortie de « forces à déploiement rapide ». Dirigées par qui, le général Macron ?

En l'état actuel des choses, le pauvre OTANistan sanglote de manière incontrôlable, accusant ces hooligans russes - des monstres effrayants (scary monsters), pour citer David Bowie - d'avoir mis en scène un test de missile antisatellite et d'avoir ainsi « méprisé les préoccupations européennes en matière de sécurité ».

Quelque chose a dû se perdre dans la traduction. Voici donc ce qui s'est passé : La Russie a démontré de manière concluante qu'elle était capable d'anéantir chacun des satellites de l'OTAN et d'aveugler « tous leurs missiles, avions et navires, sans parler des forces terrestres » au cas où ils décideraient de concrétiser leurs idées bellicistes.

Il est évident que ces clowns sourds, muets et aveugles de l'OTANistan - tout juste sortis de leur « performance » en Afghanistan - ne comprendront pas le message. Mais de toute façon, l'OTANistan n'a jamais été accusé d'être partial face à la réalité.

 Pepe Escobar

source :  strategic-culture.org
traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter

Articles associés
1 occurrence 05/12/2021 dedefensa.org  10 min #198896

Bloc-Baostan à guichets fermés

 Journal dde.crisis de Philippe Grasset

5 décembre 2021 - Je pense que Pépé Escobar va finir par risquer le pire à force d'en rire ; et Lavrov va bien, un jour ou l'autre, éclater de rire au bout de son exaspération.... Car se pose ce bien grave problème : comment voulez-vous continuer (1) à commenter et (2) à négocier, avec cette extraordinaire bande de Pieds-Nickelés zombifiés qui nous sert de direction stratégique/géopolitique/métahistorique ? Escobar a décidé de nommer l'OTAN " NATOstan", Lavrov de nous donner une copie de tous les e-mails échangés avec les Français et les Allemands à propos de l'accord de Minsk, pour que tout le monde puisse en rire en considérant leur actuelle position par rapport à ce qu'ils promirent.


Warning: require_once(prog/.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/nfo/index.php on line 14

Fatal error: require_once(): Failed opening required 'prog/.php' (include_path='.:/usr/share/php') in /home/nfo/index.php on line 14