Accepter cookie ?
18/12/2021 francais.rt.com  3 min #199457

Jair Bolsonaro dit avoir demandé les noms des personnes ayant approuvé la vaccination des enfants

«Vous avez le droit de connaître le nom des personnes qui ont approuvé le vaccin pour vos enfants. Vous décidez si ça vaut la peine ou pas», a déclaré le président brésilien Jair Bolsonaro, lors de sa vidéo hebdomadaire en direct du soir du 16 décembre, selon des propos rapportés par l'AFP. Selon la même source, le chef d'Etat a déclaré avoir demandé «officieusement» la liste des personnes ayant approuvé l'accès pour les enfants de la vaccination contre le Covid-19.

Vous avez le droit de connaître le nom des personnes qui ont approuvé le vaccin pour vos enfants

Plus tôt le même jour, l'agence régulatrice sanitaire brésilienne, Anvisa, avait précisément donné son feu vert pour la vaccination des 5 à 11 ans avec le vaccin de Pfizer.

Anvisa a réagi aux propos du président, dans un communiqué, disant «rejeter avec véhémence les menaces, explicites ou voilées, visant à compromettre son habilité à protéger la santé des citoyens». L'agence a dénoncé des «méthodes fascistes» et s'est déclarée «ciblée par un violent activisme politique».

De même, l'association qui représente des employés de l'Anvisa, Univisa, a déclaré dans un communiqué : «Publier les noms des responsables de l'analyse technique [pour l'approbation de vaccins] ne peut en aucun cas être bénéfique pour la démocratie.»

La vaccination des enfants a été approuvée dans de nombreux pays, mais fait l'objet de controverses : les formes graves de Covid-19 sont extrêmement rares dans cette tranche d'âge, tandis que les vaccins peuvent avoir des effets secondaires cardiaques, rares eux aussi selon l'AFP. Néanmoins, les partisans de la vaccination des enfants font généralement valoir que celle-ci a un intérêt collectif, celui de limiter la transmission du virus via les enfants, qui souvent ne présentent que des symptômes légers du Covid.

Bolsonaro contre les mesures restrictives anti-Covid

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, Jair Bolsonaro a soulevé à de nombreuses reprises  l'indignation d'une partie de la classe politique brésilienne, en raison de ses prises de position et déclarations sur la gestion de la crise sanitaire.  Le président s'est notamment vigoureusement opposé à un confinement au niveau national, au nom de la sauvegarde de l'économie et des emplois.  A la tribune de l'ONU en septembre dernier, le dirigeant brésilien a également exprimé son opposition ferme au «passeport sanitaire», tout en apportant son soutien à la vaccination contre le Covid-19 pour ceux qui le désirent.

Une ligne qui ne fait pas l'unanimité dans son pays : une commission d'enquête du Sénat a recommandé en octobre l'inculpation du président pour neuf crimes, dont «crime contre l'humanité», «charlatanisme» et «incitation au crime», reprochant à l'exécutif d'avoir «délibérément exposé» les Brésiliens à «une contamination de masse», en raison du discours anti-confinement mais aussi de retards dans l'achat de vaccins. «Une mascarade», avait réagi le chef d'Etat.

En outre, malgré le discours présidentiel, des administrations municipales et régionales ont pris à leur échelle des restrictions anti-Covid depuis le début de la pandémie.

 Lire aussi Bolsonaro : le Brésil doit cesser d'être «un pays de pédés» face à une pandémie «surdimensionnée»

 francais.rt.com

 Commenter
admin [Commentaire] 2021-12-18 #11264

génial
à part qu'il brûle l'Amazonie mais bon