Accepter cookie ?
06/12/2021 13 articles lilianeheldkhawam.com  7 min #198933

Vacciner les enfants, une décision gravissime. 60.000 scientifiques demandent l'arrêt de la vaccination de masse. Info du jour

Un enfant de 5 ans décède 4 jours après avoir reçu sa 1ère injection  childrenshealthdefense.org

60.000 scientifiques demandent l'arrêt de la vaccination de masse

Martin Kulldorff, Sunetra Gupta et Jay Bhattacharya les trois rédacteurs de la déclaration de Great Barrington (Massachussetts)

La communauté scientifique s'élève contre la politique sanitaire des autorités : la déclaration de Great Barrington (USA) contre les injections massives d'ARNm a récolté 870.000 signatures.

Alors que le président de la République française réunit ce lundi 6 décembre, un nouveau Conseil de Défense pour lutter contre la propagation de l'épidémie de Covid-19, de plus en plus de voix s'élèvent contre la politique sanitaire complètement folle des autorités qui vise à vacciner toujours plus la population. Après la troisième dose de vaccin imposée, sous peine de désactivation du pass sanitaire !

Voilà qu'il est question de vacciner les enfants de 5 à 11 ans.  Une décision qui serait gravissime selon de nombreux médecins et chercheurs dont nous nous sommes faits  l'écho ici même.

Des effets secondaires graves

La vaccination de masse avec un vaccin encore expérimental à ARN messager inquiète depuis longtemps la communauté scientifique. Dès le 4 octobre 2020, trois scientifiques de haut niveau, le Pr Martin Kulldorff, professeur de médecine à l'université de Harvard, biostatisticien et épidémiologiste, spécialisé dans la détection et le suivi des épidémies de maladies infectieuses et dans l'évaluation de la sécurité des vaccins. La Dr Sunetra Gupta, professeur à l'Université d'Oxford, épidémiologiste spécialisée dans l'immunologie, le développement de vaccins et la modélisation mathématique des maladies infectieuses. Et le Dr Jay Bhattacharya, professeur à la faculté de médecine de l'université de Stanford, médecin, épidémiologiste, économiste de la santé et expert en politique de santé publique, spécialisé dans les maladies infectieuses et les populations vulnérables recommandaient une approche alternative contre la Covid-19 dans ce que l'on a appelé  l a Déclaration de Great Barrington. Car ils sont très inquiets des effets secondaires de la vaccination de masse sur les populations.
Que préconisent-ils ? Une protection « focalisée ». C'est-à-dire de protéger autant que possible les personnes âgées, infirmes, fragiles et de laisser aux autres le soin de vivre normalement jusqu'à ce que la société atteigne l'immunité collective.

Or, la vaccination massive par ARNm rend impossible cette immunité collective.

L'un des premiers cosignataires était le Dr Simon Thornley, épidémiologiste et biostatisticien à l'université d'Auckland. De plus en plus connue dans le monde, la Déclaration de Great Barrington a, depuis, été signée par 60.000 médecins et scientifiques. Une pétition a recueilli à ce jour 870.000 signatures de soutien.

La Déclaration de Great Barrington

« En tant qu'épidémiologistes des maladies infectieuses et scientifiques spécialisés en santé publique, nous sommes inquiets des impacts physiques et mentaux causés par les politiques actuelles contre la COVID-19 et nous recommandons une approche alternative que nous appelons Protection focalisée (Focused Protection), écrivent les trois premiers signataires.
« Que nous soyons de gauche ou de droite et quel que soit notre pays d'origine, nous avons consacré nos carrières à la protection des populations.

Les politiques actuelles de confinement produisent des effets désastreux sur la santé publique à court, moyen et long terme.

Parmi les conséquences, on peut citer, entre autres, une baisse des taux de vaccination chez les enfants, une aggravation des cas de maladies cardio-vasculaires, une baisse des examens pour de possibles cancers ou encore une détérioration de la santé mentale en général. Cela va engendrer de grands excès de mortalité dans les années à venir, notamment dans la classe ouvrière et parmi les plus jeunes. Maintenir les écoliers en dehors de l'école est une grande injustice.
Conserver ces mesures en attendant qu'un vaccin soit disponible causera des dégâts irréparables. Les couches sociales les moins favorisées seront les plus touchées.

Une maladie peu dangereuse pour les enfants

Heureusement, notre compréhension du virus s'améliore. Nous savons que la vulnérabilité à la mort par la COVID-19 est plus de mille fois plus haute parmi les personnes âgées et infirmes que chez les jeunes. En effet, pour les enfants, la COVID-19 est moins dangereux que bien d'autres maux, y compris la grippe.
L'immunité grandissant dans la population, le risque d'infection baisse pour tout le monde, y compris les plus vulnérables. Nous savons que toutes les populations vont finir par atteindre l'immunité collective, c'est-à-dire le point où le nombre de nouvelles infections est stable, et que ce processus peut s'accompagner (sans pour autant dépendre) de l'existence d'un vaccin. Par conséquent, notre objectif devrait être de minimiser la mortalité et le mal fait à la société jusqu'à ce qu'on atteigne l'immunité collective.

Une approche à la fois compassionnelle et prenant en compte les risques et les bénéfices consiste à autoriser celles et ceux qui ont le moins de risques de mourir du virus de vivre leurs vies normalement afin qu'ils fabriquent de l'immunité au travers d'infections naturelles tout en protégeant celles et ceux qui ont le plus de risques de mourir. Nous appelons cela la Protection Focalisée (Focused Protection).

En plein air plutôt qu'à l'intérieur

Le fait d'adopter des mesures pour protéger les plus vulnérables devrait être le but central des réponses de santé publique à la COVID-19. À titre d'exemples, les résidences pour personnes âgées devraient être dotées de personnel qui a acquis l'immunité et qui réalise fréquemment des tests pour les autres membres du personnel et les visiteurs. Par ailleurs, la rotation du personnel devrait être la plus faible possible. Les personnes retraitées qui vivent chez elles devraient se voir livrer leurs courses à domicile. Quand c'est possible, elles devraient rencontrer les proches en plein air plutôt qu'à l'intérieur.
Une liste de mesure complète et détaillée, incluant des approches pour les foyers comprenant plusieurs générations, peut être mise en œuvre. C'est largement dans la capacité et les prérogatives des professionnels de la santé publique.
Ceux qui ne sont pas vulnérables devraient immédiatement être autorisés à reprendre une vie normale. Des mesures d'hygiène simples, comme se laver les mains et rester chez soi si l'on est malade, devraient être pratiquées par chacun pour réduire le seuil de l'immunité collective. Les écoles et les universités devraient rouvrir pour des enseignements en présentiel. Les activités extrascolaires comme le sport devraient reprendre. Les jeunes adultes qui présentent peu de risques devraient travailler normalement plutôt que depuis chez eux. Les restaurants et les commerces devraient ouvrir. Les arts, la musique, le sport et les autres activités culturelles devraient reprendre. Les personnes qui présentent plus de risque peuvent participer si elles le souhaitent à ce processus tandis que la société dans son ensemble bénéficie de la protection ainsi conférée aux plus vulnérables par ceux qui ont construit l'immunité collective. »

 60.000 scientifiques demandent l'arrêt de la vaccination de masse

 infodujour.fr

Effets secondaires répertoriés au 26 novembre 2021 - Etats-Unis

 medalerts.org

Etats-Unis: Effets secondaires sur les enfants de 5 à 12 ans - 26 novembre 2021

 medalerts.org

Luxembourg: Effets secondaires au 22 novembre 2021 - Moins de 17 ans

La vie ruinée d'athlètes

 lilianeheldkhawam.com

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier
1 occurrence 01/01/2022 francesoir.fr  16 min #200004

« il faut prendre conscience urgemment des problèmes de ces vaccins » - Jean-Marc Sabatier, partie 3

France3 PACA

ENTRETIEN - Que savons-nous de l'immunité ? Comment celle-ci se mobilise-t-elle lors d'une infection ou d'une vaccination ? Qu'est-ce que l'immunité innée non spécifique ? Et l'immunité adaptative ou acquise ? Comment les vaccins ont-ils été élaborés ? Ont-ils encore une efficacité sur les nouveaux variants ? Quelle dangerosité pour le nouveau variant Omicron ? Que sont les phénomènes ADE (Antibody Dependent Enhancement) et ERD (Enhanced respiratory disease) ? Qu'en est-il des effets secondaires de la protéine Spike vaccinale ? Des injections répétées et multiples peuvent-elles conduire à un dérèglement durable du système immunitaire ? Quel rôle la vitamine D peut-elle avoir sur la prévention de l'infection ?

1 occurrence 22/12/2021 francais.rt.com  2 min #199633

Véran annonce officiellement l'ouverture de la vaccination aux enfants de 5 à 11 ans contre le Covid

La vaccination  des enfants de 5 à 11 ans contre le Covid-19 est officiellement ouverte, a annoncé le 22 décembre le ministre de la Santé Olivier Véran, qui a en revanche indiqué que la dose de rappel n'était pas élargie aux adolescents «pour l'instant».

«Nous ouvrons la vaccination officielle pour les enfants» de cette tranche d'âge, a déclaré le ministre sur BFMTV-RMC, précisant que sur les sites de prise de rendez-vous, la catégorie des 5-11 ans serait ouverte «dans la matinée».

1 occurrence 2 articles 20/12/2021 francais.rt.com  2 min #199512

Le Mans : six enfants reçoivent une surdose de vaccin Pfizer

Six enfants ont reçu le 18 décembre «par erreur» une dose trop élevée de vaccin Pfizer dans un centre de vaccination du Mans, où s'était rendu le Premier ministre Jean Castex le même jour, selon des informations de l'AFP citant la préfecture de la Sarthe et de l'ARS.

Le 18 décembre, le centre départemental de vaccination de grande capacité du Mans, ouvert depuis le 15 décembre, «a activé une ligne de vaccination pédiatrique pour les enfants âgés de 5 à 11 ans, à risque de formes graves de Covid-19 et aux enfants vivant dans l'entourage d'une personne immunodéprimée», ont fait savoir dans un communiqué la préfecture de la Sarthe et l'ARS Pays de la Loire, confirmant une information de la presse locale.

1 occurrence 19/12/2021 mondialisation.ca  4 min #199472

Le Comité Consultatif National d'Ethique valide la vaccination anti-Covid-19 chez les 5 à 11 ans malgré les risques potentiels de myocardites et d'effets secondaires à long terme du vaccin

Par  Candice Vacle

Bonjour à toutes et à tous,

La vaccination anti-Covid-19 chez les enfants de 5 à 11 ans se met en place rapidement. L'Agence Européenne des Médicaments (EMA) a autorisé le 25 novembre 2021 l'usage du vaccin anti-Covid-19 ARNm Comirnaty de Pfizer chez les enfants âgés de 5 à 11 ans. (1)

Cinq jours plus tard, le 30 novembre 2021, « la Haute Autorité de Santé rend un premier avis sur la vaccination des enfants de cette classe d'âge et la recommande pour tous ceux qui présentent un risque de faire une forme grave de la maladie et de décéder et pour ceux vivant dans l'entourage de personnes immunodéprimées ou vulnérables non protégées par la vaccination. » Comme il s'agit d'un premier avis, d'autres avis devraient être émis.

1 occurrence 18/12/2021 francais.rt.com  3 min #199457

Jair Bolsonaro dit avoir demandé les noms des personnes ayant approuvé la vaccination des enfants

«Vous avez le droit de connaître le nom des personnes qui ont approuvé le vaccin pour vos enfants. Vous décidez si ça vaut la peine ou pas», a déclaré le président brésilien Jair Bolsonaro, lors de sa vidéo hebdomadaire en direct du soir du 16 décembre, selon des propos rapportés par l'AFP. Selon la même source, le chef d'Etat a déclaré avoir demandé «officieusement» la liste des personnes ayant approuvé l'accès pour les enfants de la vaccination contre le Covid-19.

1 occurrence 17/12/2021 francais.rt.com  3 min #199390

Covid-19 : le comité d'éthique approuve l'ouverture de la vaccination à tous les 5-11 ans

Le comité français d'éthique (CCNE) s'est prononcé ce 17 décembre en faveur de l'ouverture de la vaccination anti-Covid à tous les enfants âgés de cinq à onze ans, mais a insisté sur le fait de laisser le choix aux parents, en excluant d'imposer un pass sanitaire aux enfants.

«Il est important de vacciner les enfants et que cette vaccination soit bien suivie», a déclaré lors d'une conférence de presse l'obstétricienne Alexandra Benachi, membre du CCNE, en présentant cet avis rendu la veille au gouvernement, qui s'était engagé à le suivre.

1 occurrence 17/12/2021 mondialisation.ca  20 min #199369

Vaccination dans les écoles : un consentement « libre et éclairé », vraiment?

Par  Réinfo Covid Québec

Faits saillants

Pour la vaccination des enfants, le gouvernement du Québec a produit un document devant permettre aux parents de consentir de façon « libre et éclairée ».

Pour qu'un consentement soit « libre et éclairé », l'information diffusée doit être neutre et objective, contenir les arguments connus, favorables et défavorables, et être présentée de manière égale, cela afin que le patient, ou son représentant légal, puisse juger de la balance « bénéfice / risque » et prendre une décision éclairée.

1 occurrence 15/12/2021 francais.rt.com  2 min #199328

Pour Emmanuel Macron, la vaccination des enfants contre le Covid-19 est «souhaitable»

«Entre 5 et 11 ans, les autorités sanitaires ont expliqué que cela protégerait et donc je pense que c'est souhaitable», a déclaré Emmanuel Macron lors d'un entretien à TF1 et LCI diffusé le soir du 15 décembre, au sujet de la vaccination contre le Covid-19 des enfants, selon des propos rapportés par l'AFP. «Après, c'est le choix de parents», a-t-il ajouté.

«[Les enfants] ont rarement des formes graves même si ces dernières semaines, on a eu plusieurs dizaines de cas d'enfants, parfois jeunes, qui sont à l'hôpital avec des formes graves», a précisé le président de la République, insistant sur le fait qu'il n'était pas prévu à ce jour d'obligation vaccinale pour les enfants.

1 occurrence 15/12/2021 mondialisation.ca  6 min #199272

Nous n'avons pas mis nos enfants au monde pour qu'ils servent de cobayes aux laboratoires pharmaceutiques!!!

Par  Collectif

Comme vous le savez, en un an de campagne de "vaccination" anti-Covid-19, parmi les plus de 50 millions de citoyens français "vaccinés", plus de 1300 personnes ont été signalées aux services de pharmacovigilance comme ayant perdu la vie suite à ces injections.

À la veille du lancement d'une campagne équivalente ciblant des millions d'enfants (dans un premier temps, ceux âgés de 5 à 11 ans), de nombreux experts et personnalités, impliqués dans la résistance aux mesures dites sanitaires imposées par le gouvernement français, ont alerté sur le caractère scandaleux de ce projet "vaccinal" pédiatrique.

1 occurrence 14/12/2021 mondialisation.ca  5 min #199229

Panel du 7 décembre - des scientifiques et médecins prennent la parole

Par  Réinfo Covid Québec

Panel avec Conseil scientifique indépendant de Réinfo Covid Québec au cours de laquelle des médecins interrogent des scientifiques quant à l'injection des enfants.

D'après l'INSPQ, aucun enfant de 5-11 ans n'est décédé de la Covid au Québec et seulement 18 ont été hospitalisés.

Ceux-ci ont expliqué que, d'après  le rapport l'INSPQ (Institut national de santé publique du Québec) sur la vaccination contre la COVID-19 chez les jeunes âgés de 5 à 11 ans au Québec, « aucun décès n'a été déclaré » depuis le début de la pandémie de COVID-19 sur une population de 650 723 enfants.

1 occurrence 07/12/2021 francais.rt.com  2 min #198977

Portugal : l'autorité sanitaire recommande la vaccination des enfants de 5 à 11 ans

L'autorité sanitaire portugaise a recommandé le 7 décembre que les enfants de 5 à 11 ans soient vaccinés contre le Covid-19 alors que le pays, qui affiche un des taux de vaccination les plus élevés du monde, connaît une hausse des contaminations.

La recommandation de la Direction générale de santé (DGS) est fondée sur l'avis «favorable» d'une commission technique qui a évalué les risques et les bénéfices de la vaccination des quelque 640 000 enfants potentiellement concernés.

1 occurrence 07/12/2021 mondialisation.ca  2 min #198959

Thérapie génique chez les 5 à 11 ans: quels sont les risques?

Par  Nicolas Derome

Nicolas Derome (PhD), professeur titulaire au département de biologie de l'Université Laval, apporte des informations importantes, afin de faire un choix libre et éclairé à ce sujet.

Est-ce utile ? Recommandé ? Légal, éthique ?

Faites circuler massivement à tous les parents qui se trouvent actuellement dans une position délicate au sujet de leurs enfants.

Se réfère à : 1 article

Référencé par : 3 articles