Accepter cookie ?
18/12/2021 lilianeheldkhawam.com  8 min #199427

Les Etats cautionnent le passage au transhumanisme. L'Espagne prépare un centre pour contrôler la technologie du cerveau. Eldiario

La société d'Elon Musk, Neuralink, développe un appareil pour contrôler l'esprit.

Commentaire LHK:

L'Espagne prépare un centre pour contrôler la technologie du cerveau (avant qu'elle ne nous contrôle disent-ils). Puisqu'ils semblent craindre les dérapages, sont-ils capables de faire respecter les neuro-droits, qui selon ce que je comprends n'ont pas d'incidences juridiques (!). La logique m'échappe, mais il faut faire avec les données.

Dans l'info qui suit, vous découvrirez comment le gouvernement espagnol implémente un laboratoire de neurotechnologies avec pour entre autres buts d'en atténuer l'impact éthique tout en cherchant à devenir les leaders mondiaux du domaine. Une blague donc.

Il devient clair que le transhumanisme est introduit par les gouvernements en place. Ceci devient une évidence. J'ai même découvert ce visuel émis par l'OCDE avec le planning de la mise en place de la chose.

NBIC signifie la FIN de l'humanité au profit de transhumains!

On nous parle de Elon Musk et de sa puce de quelques centimètres de diamètres, mais je répète encore une fois que cette taille n'est pas indispensable. On peut faire pas mal -comme vu dans les derniers articles- avec le nano outillage, les nano-puces, les nano-circuits et autres nano-routeurs, que l'on peut parfaitement trouver dans les injections dites vaccinales.

Les preuves s'accumulent devant vos yeux.

Ce papier a pour but de pousser à prendre au sérieux les précédents qui traitent de NBIC, de nano, et de transhumanisme. Il ne s'agit pas d'avoir peur mais de comprendre les enjeux

LHK

L'Espagne prépare un centre pour contrôler la technologie du cerveau (avant qu'elle ne nous contrôle).

L'évolution des technologies capables d'interagir avec le cerveau inquiète les spécialistes. Ces types d'appareils ont augmenté la capacité des médecins à traiter des maladies comme la maladie de Parkinson ou la dépression profonde, mais ils sont capables d'altérer la personnalité des patients et d'interpréter un grand nombre de données extraites de leur esprit. Le risque,  expliquent des chercheurs comme le prestigieux neurobiologiste Rafael Yuste, est que des entreprises extérieures au domaine de la santé tentent de tirer parti de leurs possibilités et de les intégrer dans la technologie grand public.

Ces types d'appareils () sont capables d'altérer la personnalité des patients et d'interpréter un grand nombre de données extraites de leur esprit.

La société Neuralink d'Elon Musk ou le projet AlterEgo du MIT sont des projets qui cherchent à développer des interfaces fonctionnelles entre le cerveau et la machine.

En avril dernier, Neuralink montrait un singe contrôlant un jeu vidéo grâce à une puce implantée dans sa tête. Le métavers et les lunettes capables de lire le mouvement du globe oculaire de Meta anticipent également cette évolution.

Ils marquent l'arrivée d'artefacts et de systèmes d'intelligence artificielle capables de collecter des données sur le comportement et les décisions des personnes sans l'intermédiation d'un écran, directement à partir de leur corps.

http://youtube.com/watch?v=rsCul1sp4hQ

En Espagne, les neuro-droits font partie de la  charte des droits numériques, un document sans incidence juridique mais que le gouvernement s'est engagé à suivre. « C'est un cadre de référence pour tous les pouvoirs publics », a expliqué Pedro Sánchez lors de sa présentation, à laquelle ont assisté la vice-présidente Nadia Calviño et les ministres de la Science et de la Justice. Le promoteur du projet était le Secrétariat d'État à la numérisation et à l'intelligence artificielle (SEDIA), qui prévoit que l'une de ses premières applications pratiques sera la création d'un « centre international de référence en neurotechnologie », dans lequel les technologies d'interaction avec le cerveau avec attention à ne pas dépasser les limites éthiques.

Des synergies entre différents domaines

« L'objectif du centre est de créer un environnement approprié pour déchiffrer les calculs cérébraux et développer de nouvelles thérapies du point de vue de l'éthique et de l'humanisme technologique », explique Salvador Esteban, directeur général de l'intelligence artificielle, à elDiario.es. L'« humanisme technologique » est l'un des pivots conceptuels du Gouvernement. Il s'en sert pour définir un type de développement des nouvelles technologies où le respect des droits fondamentaux fait partie intégrante de sa conception.

Le projet s'appelle SpainNeuroTech et sa première application pratique sera la recherche. Comprendre comment le cerveau fonctionne pour contrer les troubles neurologiques et psychiatriques. « Pour ce faire, les neurosciences devront créer de nouvelles technologies inexistantes qui permettent la création d'une interface cerveau-machine, à la fois pour lire l'activité et pour écrire l'activité cérébrale », détaille SEDIA. Une telle technologie pourrait aider dans le traitement de la maladie d'Alzheimer, de la sclérose en plaques et d'autres maladies neurologiques et psychiatriques.

Les neurosciences devront créer une interface cerveau-machine, à la fois pour lire l'activité et pour écrire l'activité cérébrale

Une autre étape du projet consiste à développer « un écosystème d'innovation et un contexte adapté à la promotion de startups » axés sur les neurotechnologies et l'intelligence artificielle, avance Esteban.

« Ce doit être un centre interdisciplinaire qui accueille des scientifiques, des data experts, des ingénieurs, des psychologues, des médecins et des entrepreneurs, des experts en neurotechnologie en général qui savent réaliser des synergies avec d'autres domaines. La question est d'atteindre le maximum de portée possible en appliquant le plus grand nombre de combinaisons que l'on peut aborder dans les domaines technologiques, médicaux et commerciaux », abonde le responsable de l'IA du gouvernement : « L'objectif macro est d'être leader mondial dans le domaine des neurotechnologies.

Les expériences tirées de la recherche sur le fonctionnement du cerveau pour traiter la maladie peuvent avoir des applications pratiques en dehors de la médecine. L'un d'eux améliore les processus utilisés par les systèmes d'intelligence artificielle pour les rendre plus semblables à lui. « L'émulation du fonctionnement du cerveau améliorera considérablement les algorithmes d'IA. Le cerveau est l'un des systèmes les plus parfaits et les plus complexes qui existent, il est très efficace et a une dépense énergétique minimale. Copier tout cela serait la fermeture du cercle », dit-il Laura Flores, directrice adjointe de l'intelligence artificielle chez SEDIA.

Le premier centre

Les neurosciences, les neurotechnologies et les neuro-droits sont des territoires avec pratiquement tout le chemin à parcourir. L'intersection entre eux et avec le monde de l'entreprise est encore inexplorée. Le centre proposé par le Gouvernement serait le premier du genre, il a été créé sans référence internationale préalable. « Nous avons étudié toutes les initiatives autour des neurotechnologies qui existent dans le monde. L'intention dans ce projet est de prendre les forces de chacun et d'essayer d'en faire un centre pionnier », révèle Flores.

Pour cette raison, le Gouvernement a demandé aux personnes intéressées d'envoyer des propositions sur ce à quoi devrait ressembler ce centre et les projets qu'il pourrait accueillir. « Elles devraient s'articuler autour de cinq axes de travail », précise SEDIA : « (1) la valorisation de la recherche dans le domaine des neurotechnologies et de l'intelligence artificielle ; (2) l'application des résultats au profit de la société ; (3) la transfert de connaissances ; (4) la génération de talents, l'attraction de talents internationaux et la rétention de talents étrangers ; et

(5) l'identification et le développement ultérieur de solutions pour atténuer l'impact éthique des neurotechnologies ».

La Manifestation d'Intérêt sera ouverte jusqu'au 24 novembre à 23h59 aux entreprises de toute taille et aux centres publics de toutes sortes. « Il n'y a pas de limites financières au montant de la proposition », avance le gouvernement. Le budget final pour SpainNeuroTech n'est pas défini et dépendra des propositions reçues, bien qu'il provienne entièrement des fonds européens du plan de relance.

 eldiario.es

 lilianeheldkhawam.com

 Commenter
Se réfère à : 1 article