Accepter cookie ?
17/01/2022 lesakerfrancophone.fr  11 min #200724

Le piège du Tapering de la Fed est une arme, pas une erreur de politique

Par Brandon Smith − Le 24 décembre 2021 − Source  Alt-Market

En 2018, à l'approche de Noël, la Réserve fédérale a commencé à flirter publiquement avec l'idée de mettre fin aux achats d'actifs, de réduire son bilan et de s'engager dans une réduction globale des mesures de relance. J'ai beaucoup écrit à ce sujet à l'époque, ainsi que sur ma position selon laquelle la Fed pouvait et allait réduire ses dépenses, au moins pendant une courte période, ce qui entraînerait un effondrement accéléré des actions. Cela s'est effectivement produit, mais, comme nous le savons tous, la Fed a fait marche arrière peu de temps après.

Ce revirement a été perçu par beaucoup comme la preuve que la Fed ne procéderait « jamais » à un retrait complet et que les mesures de relance se poursuivraient éternellement. J'ai pensé qu'il pouvait s'agir d'un essai en vue d'une réduction plus agressive des taux d'intérêt à l'avenir. J'ai soutenu que la Fed poursuivrait ses mesures de relance jusqu'à ce que la stagflation devienne évidente pour le public, et qu'alors un jeu prudent de boucs émissaires devrait être joué et qu'une autre réduction progressive commencerait.

Il est également important de comprendre qu'un grand nombre de personnes dans les médias économiques ont également soutenu que, le dollar étant la principale monnaie de réserve mondiale, la banque centrale pouvait imprimer des dollars à perpétuité sans conséquences inflationnistes. Cette notion est devenue un élément fondamental de la Théorie monétaire moderne (TMM).

Bien sûr, la TMM est une absurdité totale. Il y a TOUJOURS des conséquences à une création monétaire excessive, même pour les monnaies de réserve mondiales. Peu importe que vous essayiez de fixer le prix de votre monnaie nationale sans comparaison avec les monnaies étrangères ; dans le cadre du globalisme et de l'interdépendance économique, c'est la vitesse de circulation de la monnaie qui compte. Si un pays imprime avec un abandon sauvage, ces dollars vont acheter moins de travail, moins de production et moins de biens à l'étranger. Rien ne défait les lois de l'offre et de la demande, pas même la création stratégique de dettes.

Nous en sommes à nouveau au stade où l'inflation des prix liée à l'impression monétaire se heurte à la dépendance totale du marché boursier aux mesures de relance pour rester à flot. Certains continuent de prétendre que la Fed ne sacrifiera jamais les marchés en réduisant ses taux d'intérêt. Je dis que la Fed ne s'en soucie pas vraiment, elle attend seulement le bon moment pour débrancher l'économie américaine.

Dans des articles précédents, j'ai décrit la Réserve fédérale comme un « kamikaze idéologique ». Certaines personnes n'ont toujours pas compris ce concept et je suis stupéfait de voir comment elles rationalisent de nombreuses actions de la Fed, comme si les personnes qui la dirigent étaient « inconscientes » des dommages qu'elles causent.

D'abord et avant tout, non, la Fed n'est pas motivée par les profits, du moins pas principalement. La Fed est capable d'imprimer des richesses à volonté, elle ne se soucie pas des profits - elle se soucie du pouvoir et de la centralisation. Sacrifierait-elle « la poule aux œufs d'or » des marchés américains pour obtenir plus de pouvoir et un globalisme total ? Absolument. Les banquiers centraux sacrifieraient-ils le dollar et feraient-ils sauter la Fed en tant qu'institution afin d'imposer un système monétaire mondial aux masses ? Il n'y a aucun doute ; ils ont mis l'économie américaine en danger dans le passé afin d'obtenir plus de centralisation.

Au début de la Grande Dépression, la Fed a augmenté les taux d'intérêt pour les rendre faibles après des années de stimulation artificielle des marchés avec des dettes à faible coût. Cela a prolongé le crash déflationniste pendant de nombreuses années. Ce n'est que plusieurs décennies plus tard, lorsque l'ancien président de la Fed Ben Bernanke a prononcé un discours célébrant le 90e anniversaire de l'économiste Milton Friedman, qu'un responsable de la banque centrale a finalement admis que l'organisation était coupable de la débâcle de la Dépression.

En bref, selon Friedman et Schwartz, en raison de changements institutionnels et de doctrines erronées, les paniques bancaires de la Grande Contraction ont été beaucoup plus graves et étendues que ce qui aurait normalement dû se produire lors d'un ralentissement économique.

Permettez-moi de terminer mon exposé en abusant légèrement de mon statut de représentant officiel de la Réserve fédérale. Je voudrais dire à Milton et Anna : « En ce qui concerne la Grande Dépression. Vous avez raison, nous l'avons fait. Nous sommes vraiment désolés. Mais grâce à vous, nous ne le referons pas. »

- Ben Bernanke, 2002

Ce que Ben Bernanke n'a pas admis, c'est que la crise déflationniste artificielle a largement profité aux alliés de la Fed - les banquiers d'affaires internationaux. Des sociétés comme JP Morgan et Chase National se sont soudainement retrouvées dans une position privilégiée pour prendre un pouvoir illimité aux États-Unis. Mais comment ?

Peu d'Américains réalisent aujourd'hui qu'il y a cent ans, le secteur bancaire était hautement décentralisé. En fait, il y avait à l'époque des milliers de petites banques communautaires dans tout le pays qui n'étaient pas rattachées à des banques titanesques comme JP Morgan. L'un des plus grands coups de la Grande Dépression a été qu'au moins 9000 de ces petites banques ont été détruites par le crash ou absorbées par les banques internationales. Il n'y avait plus de concurrence locale aux grandes entreprises, elles dominaient désormais tous les marchés du crédit.

Si vous vouliez un prêt ou si vous vouliez ouvrir un compte d'épargne après la dépression, vous deviez passer par une petite poignée de méga-conglomérats. La centralisation complète de la finance avait été réalisée et la Fed a contribué à ce résultat. S'agissait-il d'une pure coïncidence et d'une négligence de la part de la Fed, ou bien savait-elle exactement ce qu'elle faisait ?

Pour être clair, le piège du « Taper » contre le stimulus et de la stagflation contre l'effondrement déflationniste est seulement un piège pour le public américain, il n'est PAS un piège pour la Fed.

Encore une fois, ils ne se soucient pas de la survie de l'économie américaine. Ils détruisent lentement notre système financier et notre monnaie depuis plus de 100 ans et ils ont accéléré le processus depuis le crash de 2008 ; pourquoi voudraient-ils soudainement le sauver maintenant ? La Fed peut réduire son taux d'intérêt ou non. Je prédis qu'elle va une fois de plus réduire officiellement ses taux, du moins pendant un certain temps. Reste à savoir si elle continuera à le faire et pour combien de temps. Dans les deux cas, le pouvoir d'achat du dollar est toujours menacé et l'inflation des prix en sera toujours le résultat.

Si la Fed s'en tient aux achats d'actifs et aux taux d'intérêt ultra-bas, la crise stagflationniste actuelle continuera de se développer. Si Biden obtient son « Build Back Better Plan », il faut s'attendre à une inflation des prix encore plus importante, car les projets d'infrastructure se transforment en monnaie-hélicoptère, de la même manière que les confinements Covids se sont transformés en chèques Covid mensuels. Ce stimulus n'a servi qu'à miner le marché du travail (à ce jour, de nombreux États ont encore des programmes d'aide sociale Covid en place en plus des allocations de chômage ordinaires, ce qui a alimenté la pénurie de travailleurs - ce n'est que le mois dernier que toutes les allocations ont commencé à s'épuiser).

L'argent-hélicoptère conduit également à une explosion de la demande de biens, ce qui entraîne une hausse des prix car la production ne peut suivre. En d'autres termes, plus de dollars pour moins de biens entraîne une hausse des prix.

En outre, la banque centrale est le plus grand investisseur en obligations américaines. Si la Fed augmente les taux d'intérêt dans la faiblesse et réduit les achats d'actifs, alors nous pourrions assister à une répétition de 2018 lorsque la courbe des taux a commencé à s'aplatir. Cela signifie que les obligations du Trésor à court terme finiront par avoir le même rendement que les obligations à long terme et que l'investissement dans les obligations à long terme chutera. Un dumping des obligations à long terme entraîne une baisse de la valeur des devises et un afflux de dollars vers les États-Unis. Résultat ? L'inflation.

Peu importe ce que fait la Fed, la conséquence sera inflationniste/stagflationniste. La seule différence, c'est que si elle réduit ses taux d'intérêt, il y aura également une baisse immédiate des actions et le crash global sera plus rapide. Certains pensent qu'un retournement de tendance des actions attirera davantage d'argent vers le dollar, ce qui pourrait se produire pendant une courte période. Toutefois, comme nous l'avons mentionné, si la courbe des taux s'aplatit ou si les obligations du Trésor sont instables, le dollar ne pourra pas non plus être sauvé.

La question la plus importante est de savoir pourquoi la banque centrale déclencherait délibérément cette crise.

La Fed ne sert pas les intérêts des États-Unis, elle sert les intérêts des banques internationales et l'agenda du globalisme. Il est ouvertement admis que les banques centrales nationales reçoivent leurs ordres d'une entité appelée la Banque des règlements internationaux, et cela inclut la Fed. La BRI est un consortium de banques centrales du monde entier qui dictent la politique générale des banques centrales. Si vous vous êtes déjà demandé comment il est possible pour la plupart des banques centrales nationales de modifier leur politique à l'unisson comme elles ont tendance à le faire, au lieu de réagir toutes différemment aux problèmes économiques, voici comment.

Il existe un article très intéressant  publié par Harpers Magazine en 1983, intitulé « Ruling The World Of Money », que je recommande aux gens de lire s'ils veulent mieux comprendre comment la BRI opère et contrôle les décisions des banques centrales ordinaires.

Tout ce que fait la Fed sert à promouvoir les objectifs globalistes, et non les objectifs américains ou l'économie américaine. La Fed fait ce qu'on lui ordonne de faire. Et comment les globalistes profitent-ils du déclin de l'Amérique ? N'oublions pas l'agenda de la «   Grand Reset« dont le Forum économique mondial, le FMI et d'autres institutions se sont fait l'écho depuis le début de la pandémie. Ce que veulent les globalistes, c'est forcer le public à accepter un système mondial unique entièrement centralisé, fondé sur des  idéaux socialistes, et qui comprendra une  monnaie mondiale unique supplantant le dollar. Ils utiliseront tous les moyens à leur disposition pour y parvenir, que ce soit une crise pandémique ou une crise économique. En fait, ils sont parfaitement disposés à organiser les deux.

Il convient de noter que le FMI et la Banque mondiale ont  récemment organisé une « simulation » (jeu de guerre) d'une telle crise. Le jeu impliquait une cyber-attaque contre les institutions financières mondiales, ce qui aurait conduit à un effondrement économique. J'ai mis en garde contre la propension des simulations mondialistes à se dérouler dans la vie réelle dans mon article «   Cyberpolygone : Le prochain jeu de guerre mondialiste conduira-t-il à une autre catastrophe opportune ?« Même la pandémie de Covid semble avoir été simulée seulement quelques mois avant que la réalité ne se produise, comme nous l'avons vu avec l'  Event 201 organisé par le WEF et la Fondation Bill et Melinda Gates.

La panique liée au virus Covid que l'establishment a tenté de créer s'estompe, du moins aux États-Unis. Je continue à voir des preuves de l'échec de leur plan aux États-Unis, car près de la moitié des États bloquent désormais les obligations et les décrets de Biden rencontrent une forte résistance devant les tribunaux. Toute tentative de faire appliquer les passeports vaccinaux ou la vaccination forcée ici conduira à une guerre que le culte Covid perdra, c'est aussi simple que cela. Les globalistes vont donc avoir besoin d'une autre crise pour créer de nouvelles « opportunités », et une crise économique ferait parfaitement l'affaire.

Il est temps pour les économistes alternatifs de CESSER de considérer la Fed comme une institution égoïste qui se bat pour maintenir l'économie américaine à flot. Ce n'est pas la réalité. Il est également temps d'arrêter de prétendre que la Fed est un organisme qui ne sait pas ce qu'il fait et qui n'a pas la moindre idée de ce qu'il fait. Ces gens ne sont pas stupides, ils savent exactement ce qu'ils font. La Fed détruira notre économie si elle croit que le moment est propice pour créer un nouvel ordre mondial à partir du chaos. Lorsqu'ils débrancheront la prise (et ils le feront d'une manière ou d'une autre), ils doivent être tenus pour responsables en tant que conspirateurs cherchant à saboter, et non en tant que cancres ayant « fait des erreurs ».

N'est-il pas étrange que, quel que soit le nombre de catastrophes financières dans lesquelles les banquiers centraux sont impliqués, ils ne semblent jamais subir de conséquences et semblent toujours jouir de plus de pouvoir par la suite, au lieu de moins ? Même lorsque les institutions qu'ils dirigent s'effondrent, les banquiers eux-mêmes retombent toujours sur leurs pieds avec les objectifs du globalisme intacts. Il faut que cela cesse, et la seule façon d'y parvenir est de punir les personnes derrière les banques pour leur trahison et leur conspiration, au lieu de mettre tout cela sur le compte de la crédulité ou de la simple cupidité.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter