Iran-Russie : vers l'élargissement de l'alliance stratégique

par Mikhail Gamandiy-Egorov.

La visite du président iranien Ebrahim Raïssi à Moscou a remis à l'ordre du jour les liens stratégiques qui unissent l'Iran et la Russie. L'alliance en question concerne aussi bien l'aspect bilatéral que trilatéral avec la Chine, mais également multilatéral dans le cadre du grand espace eurasiatique et l'axe de la multipolarité.

C'est la Russie qui a été choisie par le leader de la République islamique pour sa première visite internationale officielle depuis sa prise de fonction à la tête de l'Iran. Confirmant l'entente des deux nations sur la scène régionale eurasienne et internationale. Téhéran a d'ailleurs  remis à la partie russe un projet d'accord de coopération stratégique pour une période d'au moins 20 ans.

M. Raïssi a également rappelé, comme le  rapporte Press TV - la télévision internationale iranienne - que la République islamique d'Iran et la Fédération de Russie font partie de plusieurs organisations régionales et internationales, dont l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) au sein de laquelle la Russie joue un rôle important. Confirmant l'attachement de l'Iran à l'axe de la multipolarité, où se trouve l'épicentre de l'anti-impérialisme et du multilatéralisme.

« L'Iran, devenu membre à part entier de l'OCS, entretient désormais de bonnes coopérations avec tous les pays membres. Mais la Russie joue aussi un rôle crucial au sein de l'Union économique eurasiatique et notre coopération pourra accélérer nos échanges, nos liens commerciaux et économiques. L'Iran et la Russie partagent des intérêts communs et peuvent à eux deux renforcer la sécurité régionale et saper l'unilatéralisme. Une bonne interaction entre l'Iran et la Russie, qui sont dotés d'importantes capacités, pourra avoir un impact positif sur la donne régionale et internationale », avait déclaré le président iranien en allusion claire au monde post-unipolaire étasunien.

Il faut noter également qu'au-delà de la rencontre entre les présidents Raïssi et Poutine, le chef d'État iranien s'est également exprimé devant la Douma - chambre basse du Parlement russe. Confirmant l'importance des relations entre les deux pays, sachant que peu de leaders étrangers en visite en Russie ont droit au prestige d'  intervenir devant les élus russes.

Pour sa part, Vladimir Poutine a fait l'éloge de la coopération étroite entre les deux pays sur la scène internationale et du contact permanent entre Moscou et Téhéran. Il faudrait certainement rappeler aussi que le processus de la pleine adhésion de l'Iran au sein de l'Organisation de Coopération de Shanghai (composée en plus de la Russie - de la Chine, du Kazakhstan, du Kirghizistan, de l'Ouzbékistan, du Tadjikistan, de l'Inde et du Pakistan) a été activement  soutenu par la Russie.

Pour ce qui est de l'interaction multilatérale, il est à noter que l'axe Chine-Russie-Iran ne cesse de monter en puissance, aussi bien dans la sphère militaro-sécuritaire, notamment à travers l'organisation d'  exercices militaires conjoints réguliers, que dans la sphère économique avec  l'accord du siècle sino-iranien - conclu pour une période d'un quart de siècle, impliquant plusieurs centaines de milliards d'équivalents de dollars d'investissements.

La réalisation de l'accord de coopération stratégique sur une période similaire entre l'Iran et la Russie scellera définitivement l'axe sino-russo-iranien et donnera sans le moindre doute un coup de pouce supplémentaire au triumvirat concerné, ainsi que plus généralement à l'axe des partisans de l'ordre multipolaire actuel.

Durant son allocution devant les parlementaires russes, le président iranien a également fait mention de la politique irresponsable de l'OTAN, qui selon lui mènera au final cette dernière vers son propre éclatement. « L'OTAN fait de l'ingérence dans l'espace géographique des pays sous divers prétextes, ils menacent les États indépendants, a annoncé le dirigeant iranien. L'opposition aux démocraties indépendantes, l'opposition à l'identité des peuples, à la culture, aux traditions des peuples, tout cela est à l'ordre du jour de l'OTAN, et c'est une tromperie. Ce comportement se soldera par son effondrement », a déclaré le président iranien.

En effet et alors que l'establishment occidental atlantiste tente de s'accrocher jusqu'au bout pour forcer le monde à revenir vers l'ordre unipolaire révolu, l'alliance stratégique des grandes civilisations mondiales a une responsabilité particulière vis-à-vis de l'ère multipolaire qui s'est imposée, et qui de par son essence représente l'écrasante majorité de l'humanité.

 Mikhail Gamandiy-Egorov

source :  observateurcontinental.fr

 reseauinternational.net

 Commenter