Accepter cookie ?
21/01/2022 elcorreo.eu.org  9 min #200938

Xi Jinping interprète l'homme de Davos

🇬🇧

Un Occident collectif « dirigé » par des médiocrités innommables regarde le partenariat stratégique Russie-Chine comme s'il s'agissait de quelque chose comme un Antéchrist bicéphale. Xi, pour sa part, ne semble pas être impressionné.

Le  discours virtuel et spécial du président Xi Jinping à l'occasion de l'Agenda de Davos 2022 du Forum économique mondial présente tous les éléments d'une devinette à l'intérieur d'une énigme.

Au premier abord, on pourrait certainement l'interpréter comme un message simultané à l'Empire du Chaos et à l'opinion publique mondiale.

Bien plus que de prescrire des « doses efficaces contre l'unilatéralisme, le découplage et l'antagonisme idéologique » - des allusions pas si subtiles aux suspects habituels - Xi a surtout positionné la Chine comme le moteur indispensable de la mondialisation 2.0.

L'allocution a été prononcée en même temps que l'annonce d'une croissance du PIB chinois de 8,1% en 2021 et que le commerce des matières premières atteignant de nouveaux sommets : le centre de l'industrie manufacturière mondiale est le plus grand exportateur du monde pour la 8ème année consécutive.

La mise en œuvre de la plus grande zone de libre-échange au monde, le Partenariat économique global régional (RCEP) dans la région Asie-Pacifique, ne fera que renforcer cette tendance.

Les échanges avec les innombrables pays partenaires de l'Initiative Ceinture Route (Belt and Road Initiative, BRI) ont augmenté de 23,6%, ce qui signifie essentiellement une augmentation des échanges avec les pays du Sud. Les investissements directs étrangers (IDE) en Chine ont augmenté de 20,2% en dollars : une fois encore, comme en 2020, la Chine a été la première destination des IDE sur la planète.

L'ensemble du paysage commercial devrait même s'améliorer en 2022, lorsque l'Accord global sur les Investissements (CAI) entre la Chine et l'UE sera pleinement ratifié. La France, qui préside actuellement le Conseil de l'UE, y est manifestement favorable.

Pour ne rien arranger, le PIB par habitant de la Chine a atteint 12 551 dollars, soit un niveau nettement supérieur au fameux « piège du revenu moyen », supérieur au PIB moyen mondial par habitant, et qui entre désormais dans la catégorie des « pays à revenu élevé », telle que définie par la Banque mondiale.

Le message clé de Xi, lorsqu'il s'agit de s'adresser à « l'homme de Davos » - le public caractéristique du WEF - était sans équivoque : La Chine est et restera le plus sûr des paradis pour le capital mondial. Les maîtres de l'univers - de BlackRock jusqu'au plus bas - ont dûment approuvé d'un signe de tête.

Mais il y a aussi les « contre-courants ». Et cette sinistre et imminente crise économique mondiale.

Emmène-moi à la rivière

Nous entrons maintenant dans l'énigme plus profonde de l'interpénétration possible, ou non, entre la vision de Xi et l'Agenda de Davos.

Le thème principal de Xi est le multilatéralisme. Et c'est dans ce contexte qu'il a introduit sa riche métaphore des « contre-courants ». Xi tenait de facto l'Occident collectif pour des « contre-courants » dans le fleuve de l'Histoire - incapables d'arrêter son flux inexorable vers la mer.

Pourtant, ces « contre-courants », tels que Xi les définit, ne tentent pas seulement d'arrêter le flux de la mondialisation économique. Il laisse subtilement entendre qu'ils essaient d'arrêter le flux de la mondialisation 2.0 telle qu'elle est menée par la Chine : une économie très forte fonctionnant en tandem avec une politique « zéro Covid » dont on peut dire qu'elle est couronnée de succès.

Il n'a même pas eu besoin de faire référence à l'Occident. Il lui suffisait de suggérer que la Chine a forgé sa propre voie pour relever les défis actuels. Et la voie chinoise est meilleure que celle de l'Occident.

L'économie mondiale est confrontée, dans tous les domaines, à une pénurie de main-d'œuvre, qu'il s'agisse des ouvriers agricoles, des chauffeurs de camion ou des caissières de supermarché. Les coûts de tout, des matières premières au transport par conteneurs, ont explosé. Les chaînes d'approvisionnement sont terriblement surchargées et, dans de nombreux cas, rompues.

Le récit hégémonique attribue exclusivement aux variants du Covid-19 la possibilité très réelle de provoquer la mère de toutes les ruptures de chaîne d'approvisionnement qui pourrait toucher la majeure partie de la planète en 2022.

En revanche, les différentes analyses de guérilla soutiennent que l'économie mondiale est délibérément poussée vers le précipice. La rupture de la chaîne d'approvisionnement est facilitée par la « guerre contre le Covid », qui subvertit directement la production, le commerce et les services.

Le capital mondial n'autorisera jamais un débat public complet sur le rôle toxique du système financier - qui est maintenu sous respiration artificielle depuis 2008, les banques centrales déclenchant des tempêtes de monnaie hélicoptère, gonflant les marchés réels, les actions, les prix des métaux précieux. Dans la vie réelle, ce qui est presque inévitable à l'horizon, c'est l'éclatement d'une bulle boursière et immobilière massive dans tout l'Occident.

Un effondrement de facto de l'économie mondiale fournirait l'ultime « opportunité » (terminologie de Klaus Schwab) pour la Grande Réinitialisation du WEF - qui reste le véritable agenda de Davos. Mais selon l'évangile hégémonique, cela se produirait à cause du Covid - et non à cause de l'implosion du casino financier.

Depuis près de deux ans, nous vivons la consécration progressive du techno-féodalisme - l'un des thèmes principaux de mon dernier livre, «   Raging Twenties  ».

À la vitesse de l'éclair, le virus du techno-féodalisme s'est métastasé en un variant encore plus mortel, celui du miroir aux alouettes, avec une culture de l'annulation imposée par les grandes entreprises technologiques sur l'ensemble du spectre et une science régulièrement rabaissée au rang de fake news sur les médias sociaux.

Le citoyen moyen reste désorienté au point de subir une lobotomie. Giorgio Agamben a défini l'ensemble du processus comme un  nouveau totalitarisme.

Que veut vraiment le Capital ?

On peut débattre de la mesure dans laquelle Xi approuve réellement l'ultime « opportunité » offerte par le Covid-19 : une  Grande Réinitialisation qui fait essentiellement référence au remplacement d'une base manufacturière en déclin par l'automatisation, en tandem avec une  réinitialisation du système financier.

Les vœux pieux concomitants envisagent une économie mondiale qui « se rapprochera d'un modèle capitaliste plus propre », comme l'incarne, par exemple, le délicieusement bienveillant  Conseil pour un Capitalisme inclusif, en partenariat avec l'Église catholique.

Il revenait à William Engdahl de poser la question cruciale : «   La Réserve fédérale va-t-elle écraser les marchés financiers mondiaux pour mettre en œuvre sa Grande Réinitialisation ?  »

Le fait que Xi utilise Davos comme une plateforme de relations publiques pratique ne signifie pas nécessairement que la Chine souscrit à l'agenda de Davos. Après tout, Davos n'a rien à voir avec le multilatéralisme.

En décembre dernier, le WEF a même reporté Davos 2022 de janvier au début de l'été. Reste à savoir si cela n'a pas quelque chose à voir avec l'avènement du Cyber Polygone, une cyberpandémie à laquelle le WEF a joué en juillet 2021.

Herr Schwab lui-même l'a définie comme « une cyber-attaque globale (qui) pourrait entraîner un arrêt complet de l'approvisionnement en électricité, des transports, des services hospitaliers, de notre société dans son ensemble. La crise du Covid-19 serait considérée à cet égard comme une petite perturbation par rapport à une cyber-attaque majeure ».

Notre situation actuelle - mondiale - pourrait donc n'être qu'une « petite perturbation » par rapport à ce qui nous attend. Et qui a déjà été exploité.

Personne, de Zeus à Shiva, ne sait ce qui se passera ensuite, si ce n'est l'expansion de l'OTAN dans l'espace. Pourtant, il est très révélateur que la possibilité distincte d'un crash économique mondial - alors que Xi promeut la mondialisation 2.0 dirigée par la Chine - se produise en même temps que l'OTAN provoque la Russie à la guerre et que les États-Unis diabolisent la Chine à outrance.

Un Occident collectif « dirigé » par des médiocrités innommables regarde le partenariat stratégique Russie-Chine comme s'il s'agissait d'une sorte d'Antéchrist à deux têtes. Xi, quant à lui, ne semble pas impressionné : regardant le fleuve couler, tel un Bob Dylan taoïste, il vient de balayer ces simples « contre-courants » d'un revers de main.

(Pepe Escobar* pour  Strategic Culture

 Strategic Culture, 19 janvier 2022.

Original : «   Mr. Xi plays Davos Man  »

* Pepe Escobar est un journaliste brésilien de l'Asia Times et d'Al-Jazeera.  Pepe Escobar

est aussi l'auteur de : «   Globalistan : How the Globalized World is Dissolving into Liquid War

» (Nimble Books, 2007) ; «   Red Zone Blues : a snapshot of Baghdad during the surge

» ; «   Obama does Globalistan

» (Nimble Books, 2009),  Empire of Chaos (Nimble Books, 2014), et  2030 en format Kindi. Vous pouvez le suivre sur  Facebook. -  @RealPepeEscobar

Traduction de l'anglais :  Réseau International

 elcorreo.eu.org

 Commenter