Accepter cookie ?
21/01/2022 lesakerfrancophone.fr  10 min #200940

Le désaccord (apparent) entre Ze et « Biden »

Par The Saker - Le 20 janvier 2022 - Source  The Saker's Blog

Comme je l'ai  mentionné hier, hier Biden a dit quelque chose d'assez bizarre. Il a dit : « La Russie sera tenue responsable si elle envahit et cela dépend de ce qu'elle fait - c'est une chose si c'est une incursion mineure et que nous finissons par devoir nous battre sur ce qu'il faut faire et ne pas faire, mais s'ils font réellement ce qu'ils sont capables de faire avec la force amassée à la frontière, ce sera un désastre pour la Russie s'ils envahissent encore l'Ukraine », a déclaré Biden, ajoutant que « la Russie a une supériorité écrasante sur l'Ukraine. »

Qu'est-ce donc qu'une « incursion mineure » ????

Voici la réponse de Ze :

Nous désirons rappeler aux grandes puissances qu'il n'existe pas d'incursions mineures et de petites nations. Tout comme il n'existe pas de petits dommages et de petit chagrin du à la perte d'un être aimé. Je dis cela en tant que président d'une grande puissance.

Bien sûr, entendre Ze parler du pays 404 comme d'une « grande puissance », c'est mignon et hilarant au possible.

Mais la vraie question est la suivante : Biden n'a-t-il pas compris les implications possibles de ses propos, s'agit-il simplement d'un cas de démence, ou a-t-il révélé par inadvertance quelque chose qui se prépare en coulisses ?

Après avoir donné l'impression d'être aussi négatif que possible hier, Biden vient de suggérer aujourd'hui que sa rencontre prévue avec Lavrov demain à Genève montrera ce qu'il en est réellement.

Attendez ! Je pensais qu'il n'y avait plus rien à discuter, mais il s'avère que c'est peut-être le cas ?

Lavrov et Biden vont-ils essayer de trouver une définition commune du terme « mineur » (comme dans « intrusion mineure ») ?

Je ne le pense pas. Voici pourquoi :

  • La Russie n'a ni besoin ni envie d'un quelconque type d'incursion.
  • La Russie peut totalement se débarrasser des Ukronazis sans déplacer un seul soldat de l'autre côté de la frontière (selon les spécialistes, cela prendrait moins d'une semaine).
  • L'Empire mène une guerre totale mais » sans mouvement physique « contre la Russie depuis au moins 2013 et tout cela s'est passé alors que la Russie n'a pas bougé en Ukraine. Si aucune incursion entraîne une campagne aussi soutenue de l'Occident contre la Russie, comment une » incursion mineure « pourrait-elle améliorer les choses et apaiser les fous ?
  • Et si la Russie décide que l'Occident uni est déjà au maximum de ses politiques anti-russes, pourquoi se limiter à une incursion mineure ? Si, par exemple, la Russie libère la LDNR, le reste des régions de Donetsk et de Lougansk, ainsi que tout le littoral ukrainien de la mer Noire, ce que l'Occident qualifierait sûrement d'« invasion majeure », les conséquences pour la Russie seraient-elles les mêmes que celles d'une « invasion mineure » ? Le fait est que les États-Unis ont élargi toutes leurs options de sanction, toute nouvelle escalade menacerait l'ensemble du système économique international et augmenterait fortement les risques d'une guerre à grande échelle.

Ce qui échappe à la plupart des observateurs, c'est que les tensions actuelles ne concernent pas du tout l'Ukraine, ni même l'OTAN. Elles portent sur un nouvel ordre mondial, différent, nouveau. Les États-Unis ne veulent pas en entendre parler. L'UE non plus. L'Occident est absolument et catégoriquement opposé à tout nouvel ordre international. Ce qu'ils veulent, c'est un « ordre fondé sur des règles » dans lequel, bien entendu, ils sont les seuls à pouvoir établir ces règles.

Mais pour des pays comme la Russie (ou la Chine), le (dés)ordre mondial actuel est catégoriquement inacceptable.

Ce qui est réellement en jeu, ce sont deux visions du monde :

  • La vision occidentale du monde : l'Occident est le joyau de la création, la cité brillante sur la colline, créée par la race maîtresse devant laquelle toutes les sociétés humaines « inférieures » doivent s'incliner et accepter leur domination. En outre, ce qui est permis à cette civilisation maîtresse n'est permis à personne d'autre et si/quand un pays commence à agir d'une manière qui montre qu'il pense que ce qui est permis à l'Occident est également permis à tout le monde, alors ce pays/nation doit recevoir une leçon et être écrasé. On pourrait appeler ce modèle un « modèle de jardin d'enfants » dans lequel un enseignant adulte (l'Occident) est chargé de superviser et d'éduquer une classe d'enfants ignorants, immatures et turbulents (le reste de la planète).
  • La vision du monde de la zone B : les mêmes règles s'appliquent à tous, il n'existe pas de « pays exceptionnel » doté de droits spéciaux. En outre, toute sécurité doit être collective, c'est-à-dire que si vous pointez une arme sur moi et que je suis désarmé, non seulement je suis menacé par vous, mais vous vous exposez également à mes actions désespérées pour survivre, qui pourraient bien inclure de vous tuer avant que vous puissiez appuyer sur la gâchette. Enfin, une règle juridique/morale ne mérite le respect que si elle est appliquée de manière égale à toutes les parties (si elle ne l'est pas, elle est, par définition, hypocrite). On pourrait qualifier ce modèle de « modèle fraternel » dans lequel les enfants issus du même Père (Dieu) agissent de manière fraternelle les uns envers les autres parce qu'ils reconnaissent leur humanité commune (fraternité).

Ces deux modèles sont, bien sûr, totalement et catégoriquement mutuellement exclusifs, d'où la zone A et la zone B que nous voyons aujourd'hui.

À propos, dans le modèle fraternel, qui est horizontal, tous les pays SONT égaux en droits et en obligations, étant égaux dans leur nature et leur essence, alors que le modèle Jardin d'enfants est hautement hiérarchique et implique absolument que « certains sont plus égaux que d'autres ». Pour les vrais croyants de ce modèle, toute discussion sur l'égalité est un chemin dangereux vers le chaos et l'anarchie. Alors oui,

alors qu'ils parlent beaucoup de liberté, en réalité ils la détestent et la craignent comme une chose très dangereuse (Dieu interdit aux esclaves de se révolter et de tuer le propriétaire de la plantation !)

Un autre aspect intéressant de la crise actuelle est le suivant : les États-Unis et le Royaume-Uni ont publiquement admis avoir envoyé des « conseillers » en Ukraine ainsi que des armes. Problème : le point #10 des accords de Minsk stipule spécifiquement le mandat « de retirer les groupes armés illégaux et les équipements militaires ainsi que les combattants et les mercenaires du territoire de l'Ukraine » tandis que le mémorandum supplémentaire stipule que « tous les mercenaires étrangers » doivent être retirés de la zone de conflit. Bien sûr, les nobles défenseurs de la démocratie, de la liberté et de la paix dans le monde (alias les forces de l'« Axe de la bonté » des États-Unis et de l'OTAN) ne sont pas des « mercenaires » (même s'il s'agit de tueurs payés qui ne défendent pas leur propre pays), seuls les volontaires russes de la LDNR le sont, du moins c'est la position de l'Occident sur cette question. Mais pour toute personne saine d'esprit, il est clair que l'Occident viole clairement la lettre et l'esprit des accords de Minsk. Alors, qu'est-ce que cela signifie pour la Russie ?

Cela signifie que tant l'Ukraine dirigée par les nazis que l'Occident collectif n'ont (et n'ont jamais eu) aucun désir réel de respecter les accords de Minsk, en dépit du fait que ces derniers sont soutenus par une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies (ce qui les rend légalement contraignants et obligatoires). Encore une fois, selon la vision du monde Jardin d'enfants, même l'ONU n'est qu'un « petit enfant turbulent » de plus qui peut être totalement ignoré ou à qui on peut dire de se taire et de bien se comporter.

Quoi qu'il en soit, demain, Blinken et Lavrov sont censés se rencontrer.

Blinken aurait fait un excellent tailleur ou boutiquier. Mais en tant que diplomate, il est vraiment nul. Et c'est vrai pour TOUS les diplomates et fonctionnaires américains. Hier, un ancien négociateur russe décrivait son impression de Viki Nuland, qu'il considérait comme une « gonzesse idiote », totalement ignorante des affaires mondiales qu'elle était chargée de traiter au nom des États-Unis. Voici ce qu'Andrei Martyanov  a écrit à propos des « experts étasuniens » : « À quelques exceptions près, les universitaires étasuniens, y compris ceux qui sont spécialistes de la Russie, ne sont pas des experts. Ce sont des faiseurs de récits, dont la majorité n'a pas de compétences sérieuses, de formation ni d'expérience dans tout ce qu'ils essaient d' »analyser » sur la Russie. Ce problème est systémique et est dû à une corruption complète de l'éducation américaine, en particulier de l'histoire et de l'histoire militaire, ainsi qu'à une sursaturation de la politique américaine par des personnes sans aucune formation sérieuse, ou par des avocats. C'est littéralement la situation d'un mécanicien automobile ayant suivi une formation professionnelle qui pratique une opération à cœur ouvert en pensant qu'il sait ce qu'il fait. Vous pouvez facilement prédire le résultat, pour le patient ». Je ne peux qu'être entièrement d'accord avec cette opinion.

Je pense que l'intense stupidité, l'arrogance et l'ignorance crasse (sans parler du sentiment délirant narcissique et messianique d'invulnérabilité) joueront un rôle clé dans ce qui va se passer. La machine de propagande anglo-sioniste a craché une telle propagande haineuse et totalement paranoïaque contre la Russie et Poutine que cette propagande est devenue un principe fondamental de la politique étrangère occidentale. Même si Biden fait une toute petite mini-concession à Poutine (par exemple en utilisant les transpondeurs pour les avions de l'OTAN), les néocons et les néolibs du parti de la

guerre au Congrès vont absolument crucifier Biden pour s'être montré « faible » et avoir « cédé face à Poutine ». Étant donné que Biden a été un président absolument épouvantable qui n'a que des échecs à son actif (pas même un seul demi-succès) et qu'il y a une élection au Congrès américain plus tard dans l'année, tout accord mentalement sain, aussi improbable soit-il, entre la Russie et les États-Unis sera déclaré une « capitulation », ce qui amènera tous les idiots brandissant le drapeau à voter pour les Républicains qui, pour l'instant, semble encore plus fou que les Démocrates.

Oui, un miracle peut se produire. Mais ce que j'observe depuis environ deux semaines, et aujourd'hui, ne sont pas du tout des signes d'un travail sur quelque chose de raisonnable, mais plutôt une tentative hystérique des dirigeants de l'Empire (et de leurs sous-fifres dans l'UE) de vaincre la réalité en faisant semblant de ne pas la remarquer.

Cela ne fonctionne jamais et cela ne fonctionnera pas plus cette fois-ci.

J'espère que demain me prouvera que j'ai tort, je le veux VRAIMENT.

Mais selon mon opinion strictement personnelle, je ne vois même pas l'intérêt pour Lavrov de se rendre à Genève. Je pense que la Russie doit cesser de parler à l'Occident de la même manière qu'elle a cessé de parler à Ze et à ses clowns sanguinaires, et n'agir que de manière unilatérale (envers l'Occident, bien sûr, pas envers la zone B !). Il n'y a rien de militaire, d'économique ou de politique que les États-Unis, l'OTAN et l'UE puissent faire à la Russie, alors pourquoi ne pas simplement les ignorer.

Je fermerais gentiment et poliment les représentations diplomatiques russes en Occident, je me débarrasserais des organisations idiotes ou toxiques (comme le CE ou l'OMC), et je me concentrerais sur la collaboration avec les nations souveraines de la zone B.

Quant à l'Occident, la Russie peut le laisser s'autodétruire, ce qu'il fait déjà à un rythme maniaque de toute façon.

Tôt ou tard (probablement tôt), l'effondrement de l'Occident donnera naissance à de nouveaux dirigeants qui devront reconstruire l'Occident sur de nouvelles bases. Ce sera alors le moment de reparler à l'Occident. Mais tant que des non-entités comme Blinken, Borrell, Stoltenberg ou Baerbock resteront au pouvoir, je ne vois pas l'intérêt de leur parler.

Enfin, le parti communiste russe a déposé une loi qui sera votée par la Douma et qui demande au président de reconnaître la LDNR. Je pense que les chances que cette proposition soit votée sont très élevées. Intéressant.

Andrei

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter