Géopolitique : Biélorussie-Union européenne

par Dominique Delawarde.

Le 23 Mai 2021, un avion de la compagnie Ryan Air se pose à Minsk, en Biélorussie, à la suite d'une fausse alerte à la bombe.

Sans attendre les résultats de l'enquête de l'OIAC (Organisation Internationale de l'Aviation Civile), les occidentaux accusent la Biélorussie de tous les maux et construisent un narratif bidon, comme ils savent si bien le faire, pour déstabiliser la gouvernance biélorusse, juste parce qu'ils « ont très envie d'emmerder la Russie » par des provocations incessantes à ses frontières (comme dans les précédents narratifs construits de toute pièce autour des affaires Skripal, Navalny, Nemtsov, Maïdan etc).

Des sanctions sont immédiatement mises en place par les occidentaux qui s'arrogent le droit de punir ou de récompenser tous les États de la planète, pour servir leurs intérêts géopolitiques du moment, intérêts qui se résument le plus souvent aux seuls intérêts US ou plus largement anglo-saxons, l'UE se contentant d'approuver avec servilité les narratifs US et les actions qui en découlent.

Un analyste suisse en géopolitique et stratégie, Jacques BAUD, écrit alors un livre sur ce détournement sous le titre « Le détournement du vol Ryan Air FR 4978 : Le mensonge au nom de la vérité » dont vous trouverez une brève présentation sur le lien ci-après.

En Janvier 2022, le rapport de l'OIAC, vient d'être rendu public. Il confirme l'analyse présentée dans son livre par Jacques Baud et donne raison au gouvernement belarusse. La vérité finit toujours par émerger (comme pour la « pandémie de la Covid-19 »). Mais cela ne remettra jamais en cause les décisions et sanctions prises sur la base des narratifs mensongers des USA et de l'OTAN. Comme pour l'étude reconnue frauduleuse du Lancet visant à démolir la chloroquine, les gouvernants corrompus qui nous dirigent ne reviendront jamais sur l'interdiction de prescrire la chloroquine, décision prise dans la précipitation, sur la base d'une très grossière FAKE étude.

Ainsi va le succès médiatique des narratifs mensongers de l'Occident. On accuse aujourd'hui la Russie de masser des troupes à sa frontière et de menacer la paix en Europe, alors que l'OTAN n'a cessé d'avancer ses forces armées vers l'Est depuis trente ans et de provoquer sans cesse une Russie sur la défensive (Ukraine, Biélorussie, Géorgie, Azerbaïdjan, Kazakstan). Les narratifs occidentaux donnent clairement dans « l'inversion accusatoire ». La Russie refuse désormais, à juste titre, de reculer d'un pouce. Elle a le droit et le devoir de défendre son territoire et de montrer sa détermination en massant des troupes à sa frontière. Elle aurait aussi le droit et le devoir de protéger les populations russophones du Donbass et de Donetsk, si elles devaient être l'objet d'une tentative de nettoyage ethnique de la part des forces armées ukrainiennes du régime de Kiev.

Espérons que les fous furieux qui dirigent une OTAN devenue agressive depuis trente ans se calment, réalisent qu'ils ne font plus le poids après avoir engrangé trop longtemps les « dividendes de la paix » et espérons qu'ils n'entraîneront pas, à force de provocations stupides et inutiles, l'UE dans un désastre militaire et humain prévisible.

Les eurolâtres béats trouveront, en vidéo jointe de 4 minutes, l'analyse intéressante d'un dissident de l'ex Union Soviétique sur l'UE. Tout est dit dans ce document.

videopress.com

 Dominique Delawarde

 reseauinternational.net

 Commenter