Accepter cookie ?
26/01/2022 reseauinternational.net  8 min #201141

L'amnésie géopolitique et les ambitions impériales des États-Unis

par Leonid Savin.

Comment les bellicistes tentent d'influencer l'issue des pourparlers entre la Russie et l'OTAN.

Alors que les responsables du département d'État américain cherchent d'éventuels compromis avec Moscou sur la sécurité européenne (une question qui leur est vraiment difficile puisqu'ils doivent sauver la face), le lobby russophobe de diverses institutions appelle activement à une position dure. Voyons ce qu'ils proposent.

L'ancien officier de renseignement Christopher Bort, qui représente le Carnegie Endowment for International Peace,  estime que : « Peu d'Occidentaux sont désireux d'accepter les offres de Poutine, surtout lorsqu'elles sont accompagnées de mensonges si effrontés qu'ils s'apparentent à du chantage. Même si les gouvernements occidentaux pouvaient faire des compromis sur des positions clés - fermer la porte ouverte de l'OTAN à l'Ukraine, par exemple, ou s'abstenir de critiquer les violations des droits de l'homme en Russie - la duplicité de Poutine favorise l'hypothèse qu'il ne fait que tester ses interlocuteurs pour trouver des signes de faiblesse et qu'il n'a aucune intention de remplir sa part du marché ». En d'autres termes, il n'est pas nécessaire de tenir compte des propositions de la Russie.

Le vice-président du CSIS Seth Jones, en coauteur avec l'ancien officier paramilitaire de la CIA Philip Wasielewski,  réfléchit à « l'invasion de l'Ukraine » par la Russie. Comme s'il n'y avait absolument aucune proposition de normalisation des relations, ils suggèrent une série de mesures comprenant non seulement des sanctions économiques sévères, mais aussi la fourniture gratuite de technologies et d'équipements militaires, d'aide humanitaire et de renseignements à l'Ukraine, ainsi que des actions secrètes menées par la CIA si les lois pertinentes ne peuvent être adoptées par le Congrès américain.

 Selon Daniel Kochis et Luke Coffey de la fondation conservatrice Heritage Foundation : « Le temps pourrait jouer en faveur des États-Unis et de leurs alliés : La Russie ne peut pas, pour des raisons financières et politiques intérieures, maintenir indéfiniment ses installations massives près de l'Ukraine ; elle ne peut pas non plus ignorer que dans quelques semaines, l'hiver se retirera en Ukraine (ce qui facilitera la défense), que les forces ukrainiennes continuent d'installer de nouveaux systèmes qui rendront une nouvelle incursion plus coûteuse, ou que son intervention au Kazakhstan a modifié une partie du calcul géopolitique. Après avoir accepté des pourparlers avec la Russie, les États-Unis et leurs alliés doivent en sortir avec le moins de dommages possible, puis s'atteler à la tâche de renforcer davantage la défense collective de l'OTAN et la capacité de l'Ukraine à se défendre ».

Ils suggèrent sept règles auxquelles les États-Unis devraient se conformer :

« 1. Ne pas proposer de fermer la porte de l'OTAN, même à moitié. Si l'administration peut être tentée d'offrir un moratoire sur les nouvelles adhésions en échange d'une désescalade (en particulier pour les pays qui sont loin d'être prêts à adhérer), de telles garanties sont non seulement mauvaises en principe, mais la Russie ferait également pression sur l'Alliance pour qu'elle prolonge un tel moratoire à perpétuité, obtenant ainsi un veto de facto sur l'élargissement.

2. Ne pas sacrifier les précieux exercices d'entraînement avec les partenaires européens Le plus grand atout des États-Unis est leur réseau d'alliances, et la graisse qui permet à ces alliances de fonctionner d'un point de vue militaire est constituée par des exercices d'entraînement réguliers, qui aident les alliés à développer leur cohésion et leur conscience opérationnelle commune, tout en mettant à l'épreuve le commandement et le contrôle, les nouvelles capacités et les tactiques.

3. Ne pas permettre à la Russie de dicter quand, où et avec qui les États-Unis s'entraînent.

4. Ne pas négocier le droit de l'Ukraine à l'autodéfense Comme l'autorisent les lois successives d'autorisation de la défense nationale, les États-Unis devraient affecter des fonds pour accroître leur assistance à l'armée ukrainienne, notamment davantage d'armes anti-armure, d'armes anti-aériennes et d'armes légères avec des restrictions moins nombreuses ou plus souples Les États-Unis devraient chercher des moyens de soutenir le développement et les capacités de la marine ukrainienne.

5. Ne pas retirer les troupes américaines d'Europe. Les troupes américaines restent en Europe d'abord et avant tout parce que c'est dans l'intérêt de la sécurité nationale des États-Unis.

6. Ne pas concéder la présence des États-Unis et de l'OTAN dans les pays alliés d'Europe de l'Est. Une autre concession clé exigée par la Russie est le retrait des troupes et des systèmes d'armes américains et alliés de tout membre de l'OTAN ayant rejoint l'Alliance après 1997. Les États-Unis et l'OTAN devraient rejeter d'emblée les demandes de la Russie, qui affecteraient près de la moitié des membres de l'Alliance.

7. Ne pas accepter de vagues promesses, que les États-Unis pourraient regretter à l'avenir. S'il peut être tentant de céder à une demande russe qui n'est pas immédiatement pertinente, qu'il s'agisse de l'adhésion à l'OTAN de pays qui ne sont pas encore prêts, de la limitation du déploiement d'armes nucléaires tactiques et de systèmes à portée intermédiaire en Europe, ou même du soutien des États-Unis à la société civile en Russie et dans les pays voisins, les garanties faites à la hâte pourraient revenir hanter les États-Unis dans les décennies à venir ».

Le groupe de réflexion de l'OTAN, l'Atlantic Council, a adopté la position la plus odieuse.

Dans un article publié dans le New Atlanticist le 14 janvier, Tom Tugendhat, président de la Commission des Affaires étrangères du Royaume-Uni,  écrit : « Au Royaume-Uni, la Commission parlementaire des Affaires étrangères, que je préside, lancera bientôt une nouvelle enquête sur le blanchiment d'argent russe et kleptocratique, en s'appuyant sur notre travail en 2018. Mais une conversation plus large doit avoir lieu : Les alliés occidentaux devraient établir un ensemble commun de normes éthiques pour les anciens politiciens afin de mettre fin à cette « schroederisation » en leur interdisant de travailler pour les entreprises d'État d'États autoritaires hostiles et les entreprises associées. Dans toute l'Europe, nous - les élites occidentales - devrions être retirées du marché des kleptocrates ».

Commentant les pourparlers du 17 janvier, Daniel Fried, membre de l'Atlantic Council,  écrit :

« Les États-Unis et l'Europe sont bien placés pour l'emporter dans cette impasse s'ils maintiennent leur détermination et leur force sous la pression. Comme pendant la Guerre froide, le Kremlin a l'avantage tactique de pouvoir menacer et fanfaronner à volonté. Mais, comme nous l'avons également appris pendant la Guerre froide, la tyrannie intérieure maintient la Russie dans une situation économiquement faible, politiquement fragile et finalement incapable de soutenir une confrontation prolongée avec les États-Unis et l'Europe. Chez lui, Poutine a toutes les armes. Mais la société russe ne semble pas enthousiaste à l'idée d'une longue guerre contre l'Ukraine. En lancer une serait un coup de dé risqué pour Poutine. Si le Kremlin le fait, ou provoque suffisamment l'Occident, il est probable qu'il génère une contre-pression soutenue qui se terminera mal pour lui Les États-Unis et l'Europe ne devraient pas être impliqués dans cette affaire. Ils doivent être patients, déterminés et répondre fermement aux provocations. Le Kremlin pourrait alors trouver le moyen de passer des ultimatums à une discussion plus productive sur la sécurité européenne, en rétablissant peut-être les mesures de contrôle des armes, de transparence et de stabilisation que le Kremlin a ignorées, violées ou dénigrées ces dernières années. Il y a une voie à suivre, mais les semaines à venir pourraient être rudes ».

Le 18 janvier, Christopher Skaluba et Conor Rodihan du Scowcroft Center for Strategy and Security de l'Atlantic Council ont  suggéré que l'absence de consensus sur les questions de sécurité avec la Russie n'est pas un problème. L'OTAN est une alliance forte, et ses membres sont suffisamment souples pour agir en dehors du cadre de l'OTAN elle-même.

Aussi étrange que cela puisse paraître, le point de vue le plus équilibré est celui de Samuel Charap, de la RAND Corporation, qui  écrit :

« En décembre 1996, les alliés de l'OTAN ont déclaré qu'ils n'avaient "aucune intention, aucun plan et aucune raison de déployer des armes nucléaires sur le territoire de nouveaux membres" - ce qu'on appelle les "trois aucuns". Cette déclaration a été faite avant qu'aucun des nouveaux membres ne rejoigne l'alliance. S'il était acceptable pour l'OTAN de prendre un tel engagement d'autolimitation il y a 25 ans, il devrait l'être aujourd'hui. Une déclaration selon laquelle l'alliance n'a pas l'intention de proposer l'adhésion de l'Ukraine à l'heure actuelle ne devrait être faite qu'en échange d'un retrait tangible des forces russes à la frontière Si reconnaître cette réalité permet d'éviter un conflit qui pourrait détruire l'Ukraine et déstabiliser l'Europe, cela semble être un petit prix à payer ».

Mais l'OTAN semble avoir une mémoire extrêmement défaillante. Elle ne se souvient même pas des promesses faites à Mikhaïl Gorbatchev selon lesquelles l'alliance ne s'étendrait pas vers l'est après la réunification allemande. Étant donné qu'ils auront affaire à des amnésiques, il semble que les diplomates russes soient confrontés à des négociations extrêmement difficiles.

illustration : (2L-R) La sous-secrétaire d'État américaine Wendy Sherman, le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexander Grushko, le vice-ministre russe de la Défense le colonel général Alexander Fomin assistent au Conseil OTAN-Russie au siège de l'Alliance à Bruxelles, Belgique, le 12 janvier 2022.

source :  orientalreview.org
traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter