Traité de l'Oms sur la prévention des pandémies: des chercheurs polonais sonnent l'alerte

Auteur(s): FranceSoir

Le 22 avril dernier,  l'Association des médecins et chercheurs indépendants polonais s'est réunie à la Maison de la presse de Varsovie afin de mettre en garde la population internationale quant au projet de l'OMS : «   Traité international sur la prévention des pandémies et la préparation à celles-ci ».

 Ouvrir l'iframe

Initié par les membres de l'Organisation mondiale de la Santé, le 1er décembre 2021, le projet a pour but de déboucher sur une « convention », un « accord » ou de faire émerger un « autre instrument international » renforçant la « prévention des pandémies et la préparation et la réaction à celles-ci ».

Si sur le papier, cet objectif collaboratif paraît vertueux, ces scientifiques alertent néanmoins sur les risques inhérents à ce programme. Selon eux, ce type de collaboration pourrait être la porte ouverte à la perte de souveraineté pour les pays, ainsi que le risque d'instaurer des états d'urgences amenant à la perte des libertés des citoyens, dès lors qu'une épidémie sera déclarée : « Que va-t-il se passer quand le chef de l'OMS va appuyer sur le bouton 'pandémie' ? Aujourd'hui, nous allons tenter de répondre à ces questions, pour faire prendre conscience aux Polonais d'un réel danger pour leur liberté civique », explique Anna Kurkowska, présentatrice de la conférence de presse.

Lire aussi :  "Vaccination des enfants : des chercheurs polonais dénoncent des"essais cliniques"grandeur nature"

Ne rejetant aucunement les bienfaits potentiels d'une collaboration internationale au sujet de la gestion des futures pandémies, les intervenants de cette conférence se méfient toutefois des recommandations de l'OMS, notamment depuis sa gestion de la crise du Covid-19.

Ces médecins et chercheurs insistent particulièrement sur leur indépendance. Leur manque de confiance en l'OMS provient principalement des conflits d'intérêts qu'ils dénoncent entre les membres de l'organisation et les grands laboratoires pharmaceutiques, producteurs des vaccins, entre autres. Ainsi, les Dr Sienkiewicz, Emilia Sykut-Domanska, Tarnawa-Gwozdzc, ou encore la directrice de «   The Evidence-Based Medicine Consultancy »,  Tess Lawrie, reviennent sur le financement de l'organisation fondée en 1948, ou encore sur la censure des médias et chercheurs opposés à son discours depuis deux ans.

Lire aussi :  L'OMS affole la presse en affichant 15 millions de décès "liés au Covid-19" entre 2020 et 2021

Les négociations autour du traité n'ont pas encore eu lieu. Cependant, des intervenants font d'ores et déjà valoir certaines recommandations. Représentant de l'Institut de la Justice et de la Citoyenneté au Costa Rica, Dustin Bryce propose : « Aucun traité ne sera concluant - et ceci concerne également l'OMS - s'il dispose d'un pouvoir juridique exécutif ou législatif pouvant violer la Constitution d'une nation, ou ses écritures définissant son indépendance législative. La persécution et la censure de différentes opinions, par rapport à l'engagement de personnes vis-à-vis de la science, est interdite. Le débat libre et transparent sera protégé par la loi, il sera créé dans le but d'assurer les intérêts publics. »

Ce projet de traité international n'a pas fait grand bruit en France. Cela étant, plusieurs chercheurs français prévoient d'organiser un colloque pour débattre de la question de la souveraineté national des pays face à cette réflexion de l'OMS. Nous vous proposons de regarder la conférence de presse de l'Association des médecins et chercheurs indépendants rediffusée ci-dessus.


Documents :

 francesoir.fr

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier
08/06/2022 francesoir.fr  22 min #209820

Traité de l'Oms sur la prévention des pandémies: des chercheurs polonais sonnent l'alerte

Le traité de l'Oms sur les pandémies, un projet « liberticide et anti-démocratique » décortiqué par l'Alliance internationale pour la justice et la démocratie

Le 28 mai, jour de clôture de la 75e Assemblée mondiale de la santé, grand-messe annuelle qui a rassemblé à partir du 22 mai les 194 États membres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans la capitale suisse en vue de décider de sa politique, l'Alliance internationale pour la justice et la démocratie a organisé au Club de la presse de Genève une conférence de presse intitulée "La centralisation du pouvoir dans les mains de l'OMS menace la démocratie".

03/06/2022 francesoir.fr  7 min #209501

Traité de l'Oms sur la prévention des pandémies: des chercheurs polonais sonnent l'alerte

Le projet de biopouvoir de l'Oms, une vieille lune scientiste

TRIBUNE - Les deux dernières années ont montré que la communauté médicale pesait d'un poids considérable sur la destinée des peuples et les décisions politiques des États. Les confinements ont été onéreux et à l'évidence, préjudiciables. Or, les nouvelles thérapies sont à évaluer avec prudence après un enthousiasme et une pression exercée en faveur d'un tout-vaccinal très discutable.

Traité de l'Oms sur la prévention des pandémies: des chercheurs polonais sonnent l'alerte

Coup d'État furtif de l'Oms pour dicter le programme de santé mondial de Gates et Big Pharma

par F. William Engdahl.

Sur une initiative de l'administration Biden, l'Organisation mondiale de la Santé imposera, sauf miracle, d'ici novembre 2022, c'est-à-dire au début de la prochaine saison de grippe dans l'hémisphère nord, un contrôle descendant sans précédent sur les réglementations et mesures sanitaires nationales de la planète entière. Dans ce qui s'apparente à un coup d'État furtif, l'OMS obtiendra de nouveaux pouvoirs draconiens lui permettant de passer outre la souveraineté nationale dans 194 pays membres des Nations unies et de dicter leurs mesures sanitaires avec la force du droit international.