«Atteintes flagrantes à la souveraineté» : pourquoi le Mali rompt ses accords de défense avec Paris

Mali : le gouvernement d'Assimi Goïta affirme avoir déjoué un coup d'État

La tentative putsch a eu lieu dans la nuit du 11 au 12 mai et a été « soutenue par un État occidental », selon le communiqué de l'exécutif malien.

Le colonel Assimi Goïta, à Bamako, le 18 septembre 2020. © Michele Cattani/AFP

 21 mois après avoir renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la junte d'Assimi Goïta a-t-elle été victime d'une tentative de coup d'État ? C'est ce qu'affirme ce lundi 16 mai un communiqué du colonel Abdoulaye Maïga, le porte-parole du gouvernement.

Selon ce texte, les faits remontent à la nuit du mercredi 11 au jeudi 12 mai dernier et ont été menés par un « groupuscule d'officiers et de sous-officiers anti-progressistes ». Ni leur identité ni leur nombre ne sont donnés mais certains de ces soldats ont été « interpellés et seront mis à la disposition de la justice ».

À Lire  Mali : qui est vraiment Assimi Goïta, « Monsieur Non »

« État occidental »

Précision d'importance : ces militaires étaient « soutenus par un État occidental », affirme Abdoulaye Maïga, qui assure qu'ils avaient pour but de « briser la dynamique de la refondation » malienne. Aucun pays n'est cité, mais les regards ont de fortes chances de se tourner vers la France dans les prochaines heures.

Hier encore partenaire du Mali d'IBK,  Paris est devenu l'ennemi juré du régime d'Assimi Goïta.  Vendredi 13 mai, une manifestation appelant à la fin de « la présence militaire française » - prévue pour dans quelques mois - et durant laquelle des slogans de soutien à la junte et à son partenaire russe était encore organisée dans la capitale malienne.

À Lire  Mali : la junte d'Assimi Goïta réclame la fin des accords de défense, la France s'y oppose

Le gouvernement annonce que « tous les moyens nécessaires ont été déployés » dans le cadre de l'enquête aussitôt diligentée et que les « contrôles aux sorties de Bamako et aux postes frontaliers de Mali » ont été renforcés. La situation « est sous contrôle », assure-t-il.

 jeuneafrique.com

 Commenter