Accepter cookie ?
19/05/2022 chroniquepalestine.com  9 min #208423

Le Hamas demande à la Russie de soutenir son combat contre Israël

Armement anti-aérien développé par les Brigades Al-Qassam, et exposé lors d'une parade militaire de la résistance palestiniene dans Gaza - Photo : sana.ps

Par  Rasha Abu Jalal

Une délégation du Hamas s'est rendue à Moscou pour tenter de profiter des tensions qui sont apparues entre la Russie et Israël en raison de la position d'Israël dans la guerre Russie-Ukraine.

GAZA CITY, Bande de Gaza - Une délégation du Hamas s'est rendue le 4 mai à Moscou pour s'entretenir avec des  responsables russes au ministère russe des Affaires étrangères. Les discussions se sont terminées le 5 mai.

La visite du Hamas à Moscou intervient à un moment où les relations russo-israéliennes sont tendues du fait qu'Israël a  condamné la guerre de la Russie en Ukraine.

La délégation du Hamas était dirigée par le chef du bureau des relations internationales du mouvement, Moussa Abu Marzouk, et comprenait des membres du bureau politique du mouvement, notamment Fathi Hammad et Hussam Badran.

Les  relations entre Moscou et Tel-Aviv se sont détériorées après que Tel Aviv a condamné l'attaque russe contre l'Ukraine en la qualifiant de « violation flagrante de l'ordre international. »

Dans une déclaration publiée par  Russia Today le 15 avril, le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré qu'Israël tentait « d'exploiter la situation autour de l'Ukraine pour détourner l'attention de la communauté internationale du conflit israélo-palestinien, qui est l'un des plus anciens conflits non résolus. »

Le 4 mai, le président israélien Isaac Herzog a exigé que le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov présente des excuses pour ses déclarations concernant la judéité du président ukrainien Volodymyr Zelenskyy et son lien avec le  nazisme, ainsi que pour ses propos selon lesquels « Hitler avait du sang juif ».

La tension entre les deux parties s'est encore accrue après que la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a affirmé, lors d'une interview accordée à Radio Sputnik le 4 mai, que des «  mercenaires israéliens » combattaient en Ukraine aux côtés des combattants du bataillon Azov, qui est considéré comme l'un des plus farouches opposants aux forces russes.

Après avoir rencontré des responsables russes, Abu Marzouk a déclaré le 5 mai sur  Al-Mayadeen TV: « Le système mondial est en train d'évoluer sous la pression des évènements, et il faut en profiter pour changer le statu quo au profit des opprimés du monde entier. »

Il a ajouté que le changement de l'ordre mondial affecterait l'avenir d'Israël.

Un officiel du Hamas, qui faisait partie de la délégation qui s'est rendue à Moscou, a déclaré à Al-Monitor, sous couvert d'anonymat, que cette visite était "unique et exceptionnelle" tant pour la qualité des membres de la délégation que pour l'importance des sujets abordés avec les responsables russes.

L'officiel a expliqué que la délégation avait rencontré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhail Bogdanov, ainsi que d'autres membres du Conseil et du Sénat de la Fédération de Russie. Il a ajouté :

« Les discussions avec les responsables russes ont porté sur les attaques israéliennes contre les lieux saints chrétiens et islamiques à Jérusalem, et plus largement sur le développement du soutien russe aux Palestiniens, l'amélioration des relations entre le Hamas et Moscou et la levée du siège israélien imposé à la bande de Gaza depuis 2007. »

Le chef du Hamas dans la bande de Gaza, Yahya Sinwar, a  annoncé lors d'un discours à Gaza le 30 avril que la ligne maritime entre Gaza et le reste du monde, qui doit briser le siège israélien imposé à la bande de Gaza, sera inaugurée prochainement, en coordination avec "l'axe de Jérusalem" qui regroupe principalement l'Iran, le Hezbollah et le Hamas, et qui a des intérêts communs et des accords avec Moscou sur plusieurs questions internationales, notamment le conflit syrien.

La délégation du Hamas à Moscou a également rencontré le chef du Conseil de l'Iftaa en Russie, le cheikh Rawi Ein al-Dein, qui a affirmé la  sympathie des musulmans de Russie pour les Palestiniens opprimés par Israël et a déclaré qu'ils (les musulmans russes) apporteraient toute l'aide possible aux Palestiniens dans leur lutte, toujours selon cet officiel du Hamas.

Il a ajouté que la délégation du Hamas a également rencontré le dirigeant de la République tchétchène,  Ramzan Kadyrov, à Moscou, pour jeter les bases d'une relation plus étroite entre le Hamas et Grozny, la capitale de la Tchétchénie. Une première !

À propos de l'impact de cette visite sur l'évolution des relations entre Moscou et le Hamas, l'officiel a déclaré : « Il est prématuré de parler de la forme que prendra cette relation, mais la visite a été très positive ; elle sera renouvelée le mois prochain et sera suivie d'autres visites. »

Il a ajouté que Moscou "se montre plus enclin à prendre en compte les intérêts palestiniens."

Walid al-Mudallal, professeur de sciences politiques à l'Université islamique de Gaza, a déclaré à Al-Monitor : "Moscou cherche à développer de nouveaux outils pour influencer ses adversaires occidentaux sur la crise russo-ukrainienne.

« Le Hamas, quant à lui, a besoin de renforcer ses relations et d'augmenter sa coopération avec la superpuissance qu'est la Russie dans le monde. La crise russo-ukrainienne est une occasion idéale pour le faire. Des relations amicales entre Moscou et le Hamas seront profitables aux deux parties », a-t-il ajouté.

Mudallal a indiqué que la volonté de Moscou de développer des relations avec le Hamas pourrait inciter Tel-Aviv à modifier sa position sur la guerre en Ukraine.

Selon Mudallal, il était peu probable que les relations entre Moscou et le Hamas se développent au point que Moscou fournisse au Hamas des armes et de l'argent. Il a ajouté : « Ce soutien peut se faire de manière indirecte, par l'intermédiaire de l'Iran et du Hezbollah, qui ont forgé une alliance avec Moscou contre les États-Unis dans de nombreux dossiers internationaux, notamment le dossier syrien. »

Les Brigades Izz ad-Din Al-Qassam, la branche militaire du Hamas, ont  annoncé le 19 avril qu'elles avaient utilisé pour la première fois les missiles soviétiques surface-air anti-aériens Strela pour  repousser les avions militaires israéliens.

Ibrahim Abu Jaber, directeur du Centre d'études contemporaines de la ville d'Umm al-Fahm, dans le nord d'Israël, a dit à Al-Monitor que « Tel Aviv est préoccupé par cette visite », et il a souligné que toute perturbation dans les relations entre la Russie et Israël ferait le jeu des Palestiniens.

Le Hamas a récemment intensifié sa rhétorique d'incitation contre Israël et  encouragé les opérations contre des cibles israéliennes en réponse à l'escalade israélienne à la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem.

Le 2 mai, le Hamas a  revendiqué la fusillade du 28 avril à l'entrée de la colonie d'Ariel près de Salfit, dans le nord de la Cisjordanie, qui a tué un agent de sécurité israélien.

Auteur :  Rasha Abu Jalal

* Rasha Abou Jalal est auteure et journaliste à Gaza. Elle couvre les événements politiques et les questions humanitaires et elle a produit des reportages sur des questions sociales pour le journal local Istiklal pendant six ans. Rasha a également été membre du jury de l'événement annuel sur la liberté de la presse dans la bande de Gaza, Press House, en 2016. Son compte  Twitter.

12 mai 2022 -  Al-Monitor - Traduction :  Chronique de Palestine - Dominique Muselet

 chroniquepalestine.com

 Commenter