Accepter cookie ?
23/05/2022 reseauinternational.net  25 min #208674

Les craintes liées à la variole du singe pourraient sauver des entreprises en difficulté

par Whitney Webb.

Il y a quelques semaines à peine, deux entreprises corrompues se trouvaient en territoire financier instable. Aujourd'hui, alors que les médias et les organismes de santé mondiaux s'inquiètent d'une épidémie mondiale de variole du singe, les inquiétudes - et les péchés - de ces deux entreprises sont rapidement oubliés.

Ces derniers jours, les médias et les ministères de la santé du monde entier ont fait état de l'inquiétude suscitée par une épidémie mondiale de variole du singe, une maladie bénigne apparentée à la variole et à la varicelle, et ont même provoqué une  réunion d'urgence de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Certains craignent que la variole du singe soit la « prochaine pandémie » potentielle après le Covid-19. Pour d'autres, la crainte est que la variole du singe soit utilisée comme une nouvelle excuse pour faire avancer les politiques draconiennes de biosécurité et les prises de pouvoir au niveau mondial.

Quelle que soit l'issue de la crise de la variole du singe, deux entreprises en profitent déjà. L'inquiétude suscitée par la variole du singe a entraîné une hausse des  actions d'Emergent Biosolutions et de SIGA Technologies. Ces deux sociétés détiennent pratiquement un monopole sur le marché américain, ainsi que sur d'autres marchés, pour les vaccins et les traitements contre la variole. Leurs principaux produits axés sur la variole sont, comme par hasard, également utilisés pour protéger ou traiter la variole du singe. En conséquence, les actions d'Emergent Biosolutions ont grimpé de 12% jeudi, tandis que celles de SIGA ont grimpé de 17,1%.

Pour ces entreprises, les craintes liées à la variole du singe sont une aubaine, en particulier pour SIGA, qui produit un traitement contre la variole, connu sous le nom de marque TPOXX. Il s'agit du seul produit de SIGA. Si certains médias ont  noté que la hausse de l'évaluation de SIGA Technologies a coïncidé avec les récentes inquiétudes concernant la variole, aucune attention n'a été accordée au fait que la société est apparemment la seule pièce de l'empire d'un puissant milliardaire qui ne s'effondre pas actuellement.

Ce milliardaire, le « pilleur de sociétés » Ron Perelman, a des liens profonds et controversés avec la famille Clinton et le parti démocrate, ainsi que des liens troublants avec Jeffrey Epstein. En dehors de sa participation majoritaire dans SIGA, Perelman a récemment fait la une des journaux pour avoir liquidé rapidement un grand nombre de ses actifs dans une tentative désespérée de trouver des liquidités.

De même, Emergent Biosolutions a également connu des difficultés. La société, qui a des liens troublants avec les attaques à l'anthrax de 2001, a été critiquée il y a un peu moins de deux semaines pour avoir  dissimulé des problèmes de contrôle de qualité liés à la production des vaccins covid-19. Une enquête du Congrès a révélé que des problèmes de contrôle de qualité dans une usine gérée par Emergent ont conduit à la mise au rebut de plus de 400 millions de doses de vaccins covid-19. L'usine Emergent en question avait été fermée par la FDA en avril 2021. Elle a été autorisée à rouvrir en août dernier avant que le gouvernement ne mette fin au contrat. Étant donné que la majorité de l'activité de l'entreprise est liée aux contrats du gouvernement américain, la perte de ce contrat et la mauvaise publicité qui l'accompagne, la nouvelle que son vaccin antivariolique pourrait bientôt présenter un intérêt international est probablement considérée comme une aubaine par l'entreprise.

Notamment, c'est la deuxième fois en un an que les deux sociétés bénéficient des craintes de pandémie ou de bioterrorisme propagées par les médias. En novembre dernier, les spéculations se sont multipliées sur une réapparition prochaine du virus éradiqué à l'origine de la variole. Cela a commencé avec les  commentaires de Bill Gates sur les perspectives de bioterrorisme lié à la variole lors d'une interview du 4 novembre 2021 et a été suivi par l'annonce, le 16 novembre, d'une  enquête du CDC/FBI sur 15 flacons suspects étiquetés « variole » dans une usine Merck à Philadelphie. Aujourd'hui, environ six mois plus tard, les mêmes craintes sont à nouveau payantes pour les deux mêmes entreprises.

Une entreprise meurtrière

Emergent Biosolution était auparavant connue sous le nom de BioPort. La société a été  fondée par Fuad el-Hibri, un homme d'affaires libanais, qui a mis à profit ses contacts avec d'anciens responsables militaires et politiques américains puissants pour prendre le contrôle d'une usine du Michigan en difficulté. C'était la seule usine autorisée à produire un vaccin contre l'anthrax.

Les  problèmes majeurs du vaccin contre l'anthrax étaient connus avant même que BioPort n'en fasse l'acquisition, et de nombreux chercheurs pensent qu'il est l'une des principales causes du syndrome de la « guerre du Golfe ». Le vaccin lui-même, développé à l'origine à Fort Detrick, n'avait que peu ou pas d'antécédents de sécurité au moment où il a été administré aux troupes américaines lors de la première guerre du Golfe - un problème qui n'a jamais été résolu. Cependant, ses problèmes chroniques de sécurité et son schéma multidose maladroit ont incité BioPort/Emergent Biosolutions à passer des années à développer une nouvelle formulation de son vaccin contre l'anthrax.

La création de BioPort a  coïncidé avec les efforts de l'administration Clinton pour rendre obligatoire le vaccin contre l'anthrax pour tous les membres des forces armées américaines. En contrôlant la seule source de vaccin contre l'anthrax, BioPort était sur le point de faire un malheur.

Une fois que la société a acquis l'usine du Michigan, elle a pris d'importantes sommes d'argent du gouvernement américain, apparemment pour apporter des améliorations au site. Cependant, la société a refusé d'utiliser ces fonds pour effectuer les réparations nécessaires,  préférant dépenser cet argent pour les bureaux de ses dirigeants, plutôt que pour l'usine de vaccins, et des millions supplémentaires en primes pour la « haute direction ». Les auditeurs du Pentagone ont par la suite découvert que des millions de dollars supplémentaires avaient « disparu » et que le personnel de BioPort ignorait le coût de production d'une seule dose de vaccin. Malgré la mauvaise gestion et la corruption évidentes, BioPort a exigé d'être renfloué par le Pentagone, ce qu'il a fait. Entre-temps, l'usine du Michigan a perdu sa licence après qu'une inspection gouvernementale ait révélé de nombreux problèmes de sécurité.

Cependant, en août 2001, BioPort risquait de perdre les contrats du Pentagone, sa seule source de revenus. Le Pentagone a commencé à préparer un rapport, qui devait être  publié en septembre 2001, et qui exposerait en détail un plan de liquidation de BioPort. En raison de l'attaque du 11 septembre 2001 contre le Pentagone, ce rapport n'a jamais été publié. Peu de temps après, les attaques à l'anthrax de 2001 ont commencé.

Quelques mois auparavant, BioPort avait  passé un contrat avec Battelle Memorial Institute pour l'aider à sauver son programme de vaccins en difficulté. L'accord a permis à Battelle d'avoir « une exposition immédiate au vaccin » et celui-ci a été utilisé dans le cadre du  programme sur l'anthrax financé par le Pentagone, qui impliquait Ken Alibek et William C. Patrick III, deux experts en armes biologiques ayant des liens étroits avec la CIA. Ce programme était hébergé dans les installations de Battelle à West Jefferson dans l'Ohio. De nombreux enquêteurs pensent que cette installation est la  source de l'anthrax utilisé dans les attaques de 2001.

La panique qui a suivi les attaques à l'anthrax a conduit le département de la Santé et des Services sociaux (HHS) à intervenir. Il a redonné sa licence à BioPort en janvier 2002, malgré la persistance de problèmes de sécurité dans son usine de production de vaccins du Michigan. BioPort ne s'est cependant pas contentée de voir ses anciens contrats avec le Pentagone rétablis, puisqu'elle a commencé à exercer un lobbying intense pour obtenir de nouveaux contrats pour des vaccins contre l'anthrax destinés aux civils américains, aux postiers et autres. Elle les a obtenus, en grande partie grâce à Jerome Hauer, conseiller en matière de lutte contre le terrorisme à l'époque et bientôt nouveau secrétaire adjoint du département de la Santé. Hauer rejoindra plus tard le conseil d'administration de BioPort, après sa reformation en Emergent Biosolutions, en 2004.

De tels exemples de copinage sont plus fréquents qu'on ne le croit lorsqu'il s'agit d'Emergent Biosolutions. En effet, la société s'est souvent appuyée sur des individus qui ont passé leur carrière à passer par la « porte tournante » entre l'industrie pharmaceutique et le gouvernement, en particulier ceux qui sont aussi des alarmistes du bioterrorisme. L'une des principales personnes ayant joué un rôle essentiel dans le succès de l'entreprise au fil des ans est Robert Kadlec. Kadlec a été le  principal conseiller en bioterrorisme du Pentagone dans les semaines qui ont précédé les attaques à l'anthrax de 2001. Quelques mois auparavant, il avait participé à la simulation Dark Winter de juin 2001, qui avait « prédit » des aspects majeurs des attaques à l'anthrax qui ont suivi. Kadlec a par la suite rédigé une grande partie de la législation qui allait créer la politique de réponse du pays en matière de bioterrorisme et de pandémie, notamment la BARDA et le stock national stratégique.

Peu après avoir quitté le gouvernement, Robert Kadlec a participé à la création d'une nouvelle entreprise en 2012, appelée « East West Protection », qui développe et fournit des « systèmes intégrés de préparation et de réponse à tous les risques pour les communautés et les nations souveraines ». La société «   conseille également les communautés et les pays sur les questions liées à la menace des armes de destruction massive et des pandémies naturelles ».

Kadlec a  créé la société avec W. Craig Vanderwagen, le premier secrétaire adjoint chargé de la Préparation et de la Réaction (ASPR) du HHS (un poste que Kadlec avait contribué à faire inscrire dans la loi et qu'il a lui-même occupé par la suite).  L'autre cofondateur d'East West Protection était Fuad El-Hibri, le fondateur de BioPort/Emergent Biosolutions, qui venait de quitter son poste de PDG d'Emergent plus tôt cette année-là.

Kadlec est ensuite devenu consultant. Le cabinet de conseil de Kadlec, RPK Consulting, lui a rapporté 451 000 dollars rien qu'en 2014, où il a directement  conseillé Emergent Biosolutions ainsi que d'autres sociétés pharmaceutiques comme Bavarian Nordic. Kadlec a également été  consultant pour des entreprises militaires et de renseignement, comme Invincea, une entreprise  soutenue par la DARPA, et Scitor, une entreprise de la NSA, qui a récemment été  rachetée par SAIC.

Kadlec reviendrait au gouvernement en tant qu'ASPR du HHS sous Trump, un poste qu'il occupait au moment où la crise Covid-19 a commencé. L'année précédente, en 2019, Kadlec avait mené une simulation de plusieurs mois axée sur une pandémie mondiale originaire de Chine, appelée Crimson Contagion. Une fois que la crise du Covid-19 a commencé pour de bon, il a joué un rôle majeur dans l'obtention de contrats de vaccins covid-19 pour Emergent Biosolutions, malgré ses conflits d'intérêts, dont certains qu'il avait refusé de divulguer lors de sa nomination au poste d'ASPR.

Le modèle de comportement corrompu d'Emergent Biosolutions, qui a commencé avec son vaccin contre l'anthrax, se retrouve dans ses actions récentes concernant sa production de vaccins covid-19. D'après le récent  rapport du Congrès, publié quelques jours avant le récent pic d'inquiétude concernant la variole du singe, les employés du laboratoire d'Emergent ont « intentionnellement cherché à tromper les inspecteurs du gouvernement sur les problèmes » de son usine de Baltimore et ont également « repoussé » à plusieurs reprises les efforts d'AstraZeneca et de Johnson & Johnson pour inspecter leurs installations. « Malgré des signaux d'alarme importants dans son usine de fabrication de vaccins, les dirigeants d'Emergent ont balayé ces problèmes sous le tapis et ont continué à encaisser l'argent des contribuables », a déclaré Carolyn Maloney (D-NY), présidente de la commission de surveillance et de réforme de la Chambre des représentants, lors de la  publication du rapport. Pourtant, de tels « signaux d'alarme majeurs » peuvent être trouvés tout au long de l'histoire de la société, pour ceux qui veulent bien prendre le temps de regarder.

Quelques jours seulement après la publication du rapport du Congrès, Emergent Biosolutions a  annoncé qu'elle allait acquérir les droits exclusifs mondiaux du « premier antiviral oral contre la variole approuvé par la FDA pour tous les âges » auprès de la société Chimerix. Le médicament, appelé TEMBEXA, est uniquement destiné au traitement de la variole, que la société qualifie de « menace de santé publique hautement prioritaire ». Le  communiqué de presse relatif à l'acquisition du TEMBEXA par la société indique que des contrats de plusieurs millions de dollars avec le gouvernement américain sont prévus pour ce produit. La FDA a officiellement approuvé le médicament en juin dernier.

Emergent Biosolutions détient également les droits sur le vaccin antivariolique connu sous le nom d'ACAM2000, qui peut également être utilisé pour traiter la variole du singe. Le vaccin, initialement produit par Sanofi, a été  acquis par la société en 2017. Par conséquent, la société dispose d'un  quasi-monopole sur les vaccins antivarioliques, car ACAM2000 est « le seul vaccin autorisé par la FDA pour l'immunisation active contre la variole pour les personnes déterminées comme étant à haut risque d'infection par la variole ».

Compte tenu de leurs antécédents, il convient de se demander pourquoi Emergent Biosolutions s'est efforcée ces derniers mois d'orienter une grande partie de ses activités vers les traitements antivarioliques. Toutefois, il n'est pas nécessaire de spéculer lorsqu'on observe que les craintes actuelles liées à la variole du singe contribuent à sauver la société, dont les actions avaient chuté de  26% depuis le début de l'année avant que les inquiétudes liées à la récente épidémie de variole du singe ne commencent à croître.

Quelle que soit l'issue de l'affaire de la variole du singe, le bilan des décennies d'Emergent Biosolutions est indéniablement marqué par la corruption et le copinage.

Une « bio-armure » pour l'empire commercial de Ron Perelman qui bat de l'aile

SIGA Technologies, qui associe ses produits à la « BioArmure Humaine », affiche une citation de Bill Gates en haut de sa  page d'accueil. Cette citation se lit comme suit : «  la prochaine épidémie pourrait naître sur l'écran d'ordinateur d'un terroriste désireux d'utiliser le génie génétique pour créer une version synthétique du virus de la variole  ». La citation est tirée du  discours de Bill Gates à la Conférence de Munich sur la sécurité de 2017, où il a utilisé à la menace spécifiquement de la variole pour faire valoir que la « sécurité sanitaire » et la « sécurité internationale » doivent être fusionnées. Notamment, en mars dernier, la Conférence sur la sécurité de Munich a  accueilli une simulation d'une pandémie mondiale causée par un « virus de la variole du singe génétiquement modifié ».

SIGA est un exemple d'entreprise qui cherche à trouver sa niche au milieu de la « sécurité sanitaire » et de la « sécurité internationale ». Elle  fournit spécifiquement « des solutions pour des besoins non satisfaits sur le marché de la sécurité sanitaire qui comprend des contre-mesures médicales contre les menaces chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN), ainsi que les maladies infectieuses émergentes ». La majorité des contrats relatifs aux contre-mesures médicales CBRN aux États-Unis sont financés par le Pentagone. Bien qu'elle se présente comme une entreprise axée sur les menaces CBRN, SIGA se concentre, pour l'instant, uniquement sur la variole.

En effet, SIGA Technologies n'est actuellement rentable qu'en cas d'épidémie réelle de variole ou d'une maladie connexe, ou lorsque la crainte d'un événement bioterroriste lié à la variole est élevée. C'est précisément cette dernière crainte qui a conduit l'entreprise à obtenir des contrats gouvernementaux pour produire du TPOXX pour le stock national stratégique (SNS). En effet, le TPOXX est uniquement utilisé pour traiter l'infection active par la variole ou la variole du singe, et non pour la prévenir. Cela signifie qu'il n'est utile que si la variole, la variole du singe ou une maladie apparentée infecte activement des personnes ou s'il existe un risque élevé que l'une de ces maladies infecte bientôt de grands groupes de personnes. Le TPOXX a été approuvé pour la première fois en 2018 par la FDA et a été  approuvé par l'Agence européenne de médecine en janvier dernier. La FDA a approuvé une version intraveineuse du TPOXX pas plus tard que jeudi dernier. Au total, SIGA a reçu plus d'un milliard de dollars du gouvernement américain pour développer le TPOXX.

SIGA est actuellement en partenariat avec la BARDA du HHS, le département de la Défense, le CDC et le NIH. Un autre partenaire est Lonza, une entreprise européenne de fabrication de produits pharmaceutiques qui est  associée à la fois au Forum économique mondial et à Moderna. Le PDG de SIGA,  Phillip Gomez, est un ancien de  PRTM Consulting, où il aurait travaillé en étroite collaboration avec Robert Kadlec, puisque les deux hommes se sont chevauchés en tant que directeurs de la société et ont tous deux conseillé des agences gouvernementales sur des questions de santé publique et de biodéfense.

SIGA est également remarquable parce qu'il s'agit probablement de la seule entreprise de l'empire commercial du prédateur Ron Perelman qui n'est pas liée à des montagnes de dettes. Perelman est l'un des raiders notoires des années 1980 qui ont procédé à des rachats d'entreprises alimentés par des obligations de pacotille, en particulier  celles liées à Drexel Burnham Lambert de Michael Milken. Les tactiques commerciales de Perelman ont longtemps été influencées par son tempérament volcanique et son caractère impitoyable. L'ancien PDG de Salomon Brothers, John Gutfruend, a fait  remarquer un jour que « croire que M. Perelman n'a pas d'intentions hostiles, c'est comme croire que la petite souris existe ».

Perelman est également connu pour être un mécène de longue date de la famille Clinton, même si, plus récemment, il a fait des dons aux campagnes politiques de Donald Trump. Perelman a apparemment commencé à s'intéresser à l'influence des Clinton après avoir épousé Patricia Duff en 1994. Duff était très liée au parti démocrate, ayant travaillé pour le sondeur démocrate Pat Cadell, et elle avait également  travaillé pour la commission de la Chambre des représentants qui a « enquêté » sur les assassinats de John F. Kennedy et de Martin Luther King Jr. Avant d'épouser Perelman, elle avait été mariée au magnat du cinéma Michael Medavoy et avait « présenté Clinton à l'establishment d'Hollywood », selon le Washington Post.

En tant qu'épouse de Perelman, Duff s'est présentée comme l'une des principales collectrices de fonds du parti démocrate, le dîner de collecte de fonds de 1995 étant emblématique à cet égard. En 1995, Perelman a également  assisté à un dîner à 1000 dollars le couvert à New York pour les Clinton, où Perelman était assis en face du président, ainsi qu'à un dîner d'État pour le président du Brésil à la Maison Blanche.

La générosité de Perelman envers la machine politique des Clinton lui a valu d'être nommé par ces derniers au conseil d'administration du Kennedy Center en 1995. D'autres gestes moins publics de la part des Clinton ont été probables, car Perelman a offert beaucoup plus à la première famille qu'il ne semble avoir reçu en retour. Parmi les faveurs accordées par Perelman à Bill Clinton, la plus notable est sans doute l'offre d'emplois qu'il a faite à des membres de son administration en proie à des scandales, Webster Hubbell et Monica Lewinsky, à la suite de leurs  controverses respectives. Cependant, après que les offres d'emploi aient été rendues publiques, Hubbell et Lewinsky ont tous deux été licenciés, bien que les offres aient ensuite attiré l'attention de l'avocat indépendant Ken Starr. Ce dernier n'a jamais assigné à comparaître ni enquêté sur Perelman ou sur les offres qu'il avait faites à Hubbell ou Lewinsky.

Les embauches controversées avaient été arrangées entre Perelman et le conseiller de Clinton Vernon Jordan, qui siégeait au conseil d'administration de Revlon, une société contrôlée par Perelman, tandis que sa femme siégeait au conseil d'administration d'une autre société appartenant à Perelman. Jordan était  connu pour être le « conduit de Clinton vers les hauts et les puissants » et avait emmené Clinton à la conférence Bilderberg de 1991. Au sujet de la décision d'engager Lewinsky après le scandale, un ancien associé de Perelman a déclaré au Washington Post que « c'est comme la Mafia, tout se fait en code », ajoutant que « je peux vous assurer que Ronald a pris la décision de donner le poste à Lewinsky. Et je peux vous assurer qu'il n'aurait pas voulu savoir pourquoi Jordan lui demandait ».

En 1995, Perelman a organisé une collecte de fonds pour Clinton dans son manoir, avec comme invités le chanteur Jimmy Buffett, l'acteur de Miami Vice Don Johnson, l'épouse de l'acteur Michael Douglas à l'époque, Deandra, et le co-président du Comité national démocrate Don Fowler. Parmi les autres invités figuraient A. Paul Prosperi, un ami corrompu de Clinton, et le désormais tristement célèbre Jeffrey Epstein. Clinton lui-même a assisté à la collecte de fonds. Selon le  Palm Beach Post, les invités avaient donné au moins 100 000 dollars au Comité national démocrate pour assister au dîner avec le président. Cela se passait, bien sûr, à l'approche des élections de 1996, et le Comité national démocrate a fait l'objet d'un examen approfondi en raison de collectes de fonds illégales. Cette collecte de fonds n'a pas été la seule interaction d'Epstein avec Perelman - Perelman sera plus tard répertorié comme un  invité fréquent d'Epstein dans le profil de Vanity Fair de 2003 écrit par Vicky Ward et figure dans le livre noir des contacts d'Epstein.

Pendant la majeure partie des années 2000, Perelman s'est assis au sommet d'une fortune massive et en constante augmentation. Pourtant,  depuis 2020, Perelman « s'est débarrassé de ses actifs, beaucoup d'entre eux. Rapidement ». Cela a commencé par la vente de tableaux de valeur chez Sotheby's et s'est bientôt étendu à la société d'investissement de Perelman, MacAndrews & Forbes, qui a cédé sa participation dans deux sociétés la même année, dont 1 milliard de dollars d'actions de Scientific Games. Selon  MoneyWeek, la valeur nette de Perelman a chuté de 19 milliards de dollars en 2018 à 4,2 milliards de dollars à la fin de 2020, « suscitant des spéculations selon lesquelles il serait à court d'argent ». Au cours de l'année dernière, Perelman a continué à « réduire ses effectifs », cherchant à  vendre son domaine dans les Hamptons pour 115 millions de dollars, un autre domaine de 57 acres d'une valeur de 180 millions de dollars et deux maisons de ville dans l'Upper East Side de Manhattan pour 60 millions de dollars.

D'autres actifs détenus par la société de Perelman, MacAndrews & Forbes, croulent également  sous les dettes. L'un des rares actifs de la société qui n'est pas actuellement en train de perdre de l'argent ou de se débattre avec des dettes est sa participation dans SIGA Technologies. La société principale de Perelman, MacAndrews & Forbes, a longtemps été l'un des  principaux investisseurs de SIGA et reste son principal actionnaire, contrôlant 33% de toutes les actions.

Depuis que Perelman s'est impliqué dans SIGA, des accusations de corruption ont entaché l'entreprise. Par exemple, en mai 2011, SIGA a  obtenu un contrat sans appel d'offres d'une valeur d'environ 433 millions de dollars pour développer et produire 1,7 million de doses d'un médicament antiviral contre la variole. À l'époque, rien ne prouvait que le médicament antiviral en question était capable de traiter la maladie et certains membres du personnel du HHS s'alarmaient du fait que le retour sur investissement de SIGA dans le cadre de ce contrat était «   scandaleux ». Le contrat a commencé à faire l'objet d'une enquête, car on craignait que le contrat ait été attribué à SIGA précisément parce qu'elle était contrôlée par Perelman, qui avait fait des dons importants à Barack Obama. À l'époque, CNN a  noté ce qui suit au sujet des liens de Perelman avec la Maison Blanche d'Obama :

« Ronald Perelman est l'actionnaire majoritaire de Siga Technologies et un militant et collecteur de fonds de longue date du parti démocrate. Il est également un gros contributeur des républicains, mais a été un ami particulier de la Maison Blanche d'Obama.

Andy Stern, ancien président du Syndicat international des employés de service, qui a entretenu des relations étroites avec l'administration Obama et qui a soutenu les initiatives du président Barack Obama en matière de soins de santé, fait également partie du conseil d'administration de SIGA ».

En raison de ces préoccupations et du conflit d'intérêts potentiel, une enquête du Congrès a été ouverte. Quelques jours après avoir appris que ce contrat gouvernemental clé pouvait être menacé, les dirigeants de SIGA ont  vendu de grandes quantités d'actions de la société à un prix moyen de 13,46 dollars par action, ce qui a rapporté des millions de dollars à son directeur général et à son directeur scientifique de l'époque. Un mois plus tard, la société a annoncé que son contrat avait été réduit et les actions de la société sont tombées à moins de 2 dollars en décembre.

Étant donné les accusations passées autour du rôle de Perelman dans l'entreprise pendant l'administration Obama, lorsque le président Joe Biden était vice-président, que devons-nous penser du récent battage médiatique autour de la variole du singe ? Ou des inquiétudes soulevées l'année dernière concernant un événement bioterroriste impliquant la variole ?

Il est peut-être plus important de poser d'autres questions : pourquoi le rôle de Perelman dans SIGA a-t-il été largement occulté ou totalement ignoré dans les récents reportages sur la société ? De même, pourquoi les antécédents horribles d'Emergent Biosolutions ont-ils également été exclus des rapports récents, notamment les plaintes graves déposées par le Congrès contre la société il y a moins de deux semaines ? Il semble que la peur générée par la variole du singe ne fait pas que stimuler les actions de ces deux sociétés pourries, elle aide le public à oublier leurs péchés passés.

source :  Unlimited Hangout

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter