La politique de la corde raide de la Lituanie

par Scott Ritter.

Le rétablissement de la liaison ferroviaire entre la Russie et Kaliningrad est une nécessité urgente pour éviter un conflit dans les pays baltes qui inquiète l'OTAN depuis longtemps.

Le 18 juin, le gouvernement lituanien a donné suite à une décision de la Commission européenne selon laquelle les marchandises et le fret faisant l'objet de sanctions de l'Union européenne pouvaient être interdits de transit d'une partie de la Russie à l'autre, pour autant qu'ils passent par le territoire de l'UE.

Presque immédiatement, la Lituanie a  pris des mesures pour empêcher la Russie d'expédier certaines catégories de marchandises et de matériaux par voie ferroviaire vers l'enclave russe de Kaliningrad, qui englobe l'ancienne ville portuaire de Konigsberg, en Prusse orientale, sur la Baltique, et ses environs. La Russie proprement dite les a absorbés à titre de réparations de guerre à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

La Lituanie a invoqué son obligation légale, en tant que membre de l'UE, d'appliquer les sanctions de l'UE visant la Russie. La Russie, invoquant un traité conclu en 2002 avec la Lituanie qui interdit ostensiblement une telle action, a qualifié la démarche lituanienne de blocus et a menacé de riposter militairement.

En tant que membre de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord, ou OTAN, la Lituanie bénéficie des garanties de sécurité collective énoncées à l'article 5 de la Charte de l'OTAN, qui stipule qu'une attaque contre un membre est une attaque contre tous. Par ses actions, la Lituanie a risqué d'amener la Russie et l'OTAN au bord d'un conflit armé, dont les conséquences pourraient être terribles pour le monde entier compte tenu des arsenaux nucléaires respectifs des deux parties.

Depuis le moment où la Russie a lancé son « opération militaire spéciale » en Ukraine, les nations qui composent l'OTAN ont été engagées dans une danse délicate autour de la question de savoir comment soutenir l'Ukraine et punir la Russie sans franchir la ligne de commettre un acte de guerre manifeste qui pourrait inciter la Russie à répondre militairement, déclenchant ainsi une série d'actions de cause à effet qui pourraient conduire à un conflit européen général, voire à la Troisième Guerre mondiale.

Une formation d'avions de chasse de l'OTAN survolant la Lituanie en 2015. (OTAN).

Rétrospectivement, les premiers débats dans les allées du pouvoir européen sur l'opportunité de fournir à l'Ukraine des armes lourdes semblent presque innocents par rapport à l'infusion massive d'armes qui a lieu aujourd'hui.

Même la Russie a adouci sa position intransigeante, alors qu'elle avait menacé de conséquences inimaginables toute nation qui interférerait avec son opération militaire en Ukraine.

Aujourd'hui, la situation a évolué au point que l'OTAN est engagée dans un conflit de facto par procuration avec la Russie sur le sol ukrainien, qui vise, pour parler franchement, à tuer autant de soldats russes que possible.

Les objectifs de la Russie 

La Russie, pour sa part, a adapté sa posture de manière à pouvoir absorber ces coups liés à l'OTAN tout en poursuivant ses objectifs militaires et politiques déclarés en Ukraine dans un but unique.

L'Ukraine a utilisé les armes et les renseignements fournis par l'OTAN avec un effet mortel sur le champ de bataille, tuant plusieurs généraux russes, coulant le navire amiral de la flotte russe de la mer Noire et tuant et blessant des milliers de soldats russes tout en détruisant des centaines, voire des milliers, de véhicules et d'équipements militaires.

La relative retenue de l'approche russe est évidente lorsqu'on la compare à l'hystérie des États-Unis pendant leurs deux guerres en Irak et en Afghanistan.

Qassem Soleimani, un général iranien qui a supervisé une résistance irakienne contre l'occupation américaine de l'Irak au milieu des années 2000 et qui aurait été responsable de la mort de centaines de militaires américains, a été assassiné par le gouvernement américain plus de dix ans après ses activités présumées. Et il y a seulement un an, les médias américains étaient en émoi devant les allégations (qui se sont avérées fausses par la suite) selon lesquelles la Russie offrait des primes aux Taliban pour tuer des soldats américains stationnés en Afghanistan.

Cette dernière affirmation illustre parfaitement l'hypocrisie des États-Unis aujourd'hui. La revendication de la « prime » était fondée sur une seule attaque qui a fait trois morts parmi les militaires américains. Aujourd'hui, les États-Unis se vantent ouvertement d'avoir tué des centaines de Russes en Ukraine.

Lignes rouges

Les lignes rouges de la Russie en Ukraine ont évolué pour englober deux principes de base : aucune intervention militaire directe des forces de l'OTAN sur le sol ou dans l'espace aérien ukrainien et aucune attaque contre la Russie proprement dite.

Même dans ce domaine, la Russie a fait preuve d'une grande patience, tolérant la présence des forces d'opérations spéciales américaines en Ukraine et se retenant lorsque les forces ukrainiennes, très probablement soutenues par des renseignements fournis par l'OTAN, se livrent à des attaques limitées contre des cibles situées en Russie.

Plutôt que de répondre en attaquant les « centres de décision » hors d'Ukraine responsables du soutien de ces actions, la Russie s'est engagée dans une campagne graduée d'escalade à l'intérieur de l'Ukraine, frappant les armes mêmes livrées sous la surveillance des commandos américains et des forces ukrainiennes qui les utilisent.

C'est dans ce contexte que la décision lituanienne d'imposer un blocus ferroviaire à la Russie semble s'écarter radicalement de la politique actuelle de l'OTAN et de l'UE.

La Russie a immédiatement fait connaître sa colère, indiquant qu'elle considérait les actions lituaniennes comme un acte de guerre manifeste qui, s'il n'était pas inversé, entraînerait des mesures « pratiques » en dehors du domaine de la diplomatie pour rectifier la situation.

La rhétorique est cependant montée d'un cran lorsque Andrey Klimov, un sénateur russe qui préside la Commission pour la défense de la souveraineté de l'État, a  qualifié l'action lituanienne d'« acte d'agression » qui amènerait la Russie à chercher à « résoudre le problème du transit de Kaliningrad créé par la Lituanie par TOUT moyen choisi par nous ».

La fente de Suwalki

La fente de Suwalki. (Jakub Luczak, Wikimedia Commons).

Depuis des années, l'OTAN s'inquiète de la possibilité d'une guerre avec la Russie dans les pays baltes. Une grande partie de l'attention de l'OTAN s'est concentrée sur la défense de la «   fente de Suwalki », une portion de frontière de 96 kilomètres entre la Pologne et la Lituanie qui sépare la Biélorussie de Kaliningrad. Les experts militaires occidentaux ont longtemps supposé qu'en cas de conflit entre la Russie et l'OTAN, les forces russes chercheraient à avancer sur la fente de Suwalki, joignant Kaliningrad à la Biélorussie et coupant les trois pays baltes du reste de l'Europe.

Mais alors que l'OTAN s'est concentrée sur la défense de la fente de Sulwaki, un législateur russe a  suggéré que toute attaque militaire russe dans les pays baltes éviterait d'impliquer la Biélorussie. Elle viserait plutôt à sécuriser un pont terrestre entre Kaliningrad et la Russie en remontant vers le nord, le long de la côte baltique, jusqu'à Saint-Pétersbourg.

Une série de  jeux de guerre menés par RAND vers 2014 a montré que l'OTAN n'était, à l'époque, pas en mesure de défendre correctement les pays baltes contre une attaque russe concertée. Selon les résultats des jeux de guerre, les forces russes ont pu envahir les pays baltes en une soixantaine d'heures.

Des projections similaires des prouesses offensives russes contre l'Ukraine - où certains responsables militaires, dont le président américain des chefs d'état-major interarmées, le général Mark Miley, ont prédit que les forces russes prendraient Kiev en 72 heures - se sont révélées fausses. Mais la réalité est que les armées des trois pays baltes ne sont pas à la hauteur de celles de l'Ukraine, ni en qualité ni en quantité, et il ne fait guère de doute que la Russie, même distraite en Ukraine, pourrait porter un coup fatal aux armées des trois pays baltes.

L'escalade de la rhétorique

Vladimir Dzhabarov en 2021. (Council.gov.ru, CC BY 4.0, Wikimedia Commons).

La rhétorique de la Russie  continue de s'intensifier. Vladimir Dzhabarov, chef adjoint de la Commission des affaires étrangères de la chambre basse du Parlement russe, a menacé que toute poursuite du blocus de Kaliningrad « pourrait conduire à un conflit armé », notant que « l'État russe doit protéger son territoire et assurer sa sécurité. Si nous constatons qu'une menace pour notre sécurité se traduit par une perte de territoire, nous prendrons certainement des mesures extrêmes, et rien ne nous arrêtera ».

S'il y a une chose à retenir de l'opération militaire russe en Ukraine, c'est que la Russie ne bluffe pas. L'OTAN et le reste de l'Europe peuvent être assurés qu'à moins qu'une solution ne soit trouvée pour mettre fin au blocus de Kaliningrad par la Lituanie, il y aura une guerre entre l'OTAN et la Russie.

En gardant cette réalité à l'esprit, l'UE travaille à un  arrangement de compromis avec la Lituanie qui vise à ce que la connexion ferroviaire russe avec Kaliningrad revienne à la normale dans un avenir proche. Cet accord doit toutefois être satisfaisant pour la Russie, ce qui est encore incertain.

Contrairement au conflit ukrainien, une guerre dans les Balkans aura des aspects existentiels pour les deux parties, ce qui implique la possibilité - voire la probabilité - de l'utilisation d'armes nucléaires. C'est une issue qui ne profite à personne et qui menace tout le monde.

source :  Consortium News

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter