13/01/2023 les-crises.fr  4min #222321

L'industrie de l'armement domine le Congrès américain

Le nouveau budget militaire de 850 milliards de dollars, que la Chambre vient d'approuver est un cadeau à l'industrie de l'armement. Est-ce une coïncidence que les partisans du projet de loi à la Chambre aient reçu sept fois plus d'argent des entrepreneurs militaires que les opposants ?

Source :  Jacobin Mag, Stephen Semler
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Des soldats de la Garde nationale de l'armée américaine tirent avec la mitrailleuse M240B pendant le cours avancé de chef d'infanterie du 254e régiment dans le New Jersey, 2018. (Sergent-chef Matt Hecht / Smith Collection / Gado / Getty Images)

La Chambre des représentants des États-Unis a approuvé une augmentation de plus de 80 milliards de dollars des dépenses militaires par une majorité impressionnante de 350 contre 80.

Sur les 858 milliards de dollars que le projet de loi autorise pour le Pentagone, les entreprises privées devraient s'attendre à un montant stupéfiant de 450 milliards de dollars. Après tout, le budget militaire annuel est le moteur de l'industrie américaine de l'armement (même si les ventes à l'étranger lui rapportent également beaucoup). Les plus grandes entreprises d'armement sont particulièrement dépendantes des largesses du Pentagone. En 2020, 74 % des revenus de Lockheed Martin provenaient de financements approuvés par le Congrès. Pour Northrop Grumman, un autre géant de l'industrie, ce chiffre était de 84 %.

Avec autant d'argent en jeu, il n'est pas étonnant que les entrepreneurs militaires aient envoyé à la Chambre des camions remplis d'argent liquide avant que la NDAA ne soit soumise au vote. Les 430 membres qui ont voté sur le projet de loi ont reçu 14,5 millions de dollars en contributions de campagne et en versements au Political Action Committee de la part de l'industrie de l'armement de 2021 à octobre 2022, selon les données d'OpenSecrets.

Ces contributions politiques influencent-elles, ou du moins correspondent-elles, aux résultats des votes ? Les principaux bénéficiaires du Congrès se vantent de ne pas être influencés par les chèques qui dépassent de leurs poches. Mais après avoir comparé le montant moyen reçu par un membre de la Chambre avec son vote sur la NDAA, j'ai découvert que les législateurs qui ont soutenu l'augmentation des dépenses militaires de 80 milliards de dollars ont accepté sept fois plus d'argent des entrepreneurs militaires que les membres qui s'y sont opposés.

Cette dynamique est évidente dans les deux partis, mais plus flagrante chez les Démocrates : les votes favorables ont reçu 8,7 fois plus d'argent de l'industrie que les votes défavorables, tandis que les Républicains de la Chambre qui ont soutenu l'augmentation du financement ont reçu 5,5 fois plus d'argent que les autres membres de leur caucus.

La disparité écrasante entre les votes positifs et négatifs 81 et 19 % respectivement - ne reflète pas l'opinion du public. Si c'était le cas, le résultat aurait été contraire, ou du moins beaucoup plus serré.

Selon un récent sondage, 36 % des Américains pensent que le Congrès devrait réduire les dépenses militaires et 46 % disent qu'elles devraient rester stables. Ainsi, même si moins de 20 % de l'opinion publique souhaite une augmentation du budget du Pentagone, plus de 80 % des représentants américains viennent de soutenir une augmentation de 80 milliards de dollars de ce budget. Et si les membres démocrates se sont davantage éloignés de l'opinion de leur base que les Républicains, ils étaient tous deux en décalage avec les citoyens ordinaires.

L'effet de distorsion de l'industrie de l'armement va bien au-delà d'un vote par appel nominal. Les contributions de l'industrie de l'armement alimentent systématiquement une politique étrangère hypermilitarisée et destructrice. Elles contribuent à augmenter les dépenses du Pentagone pour les courses à l'armement, les guerres sans fin et récompensent les législateurs particulièrement belliqueux. Toutes les enquêtes montrent que le public est prêt à adopter des approches plus raisonnables et plus favorables aux travailleurs en matière de politique étrangère. Mais l'argent de l'industrie de l'armement - entre autres facteurs - garantit que le Congrès ne l'est pas.

Contributeur

Stephen Semler est cofondateur du Security Policy Reform Institute, un groupe de réflexion sur la politique étrangère américaine, financé par les militants.

Source :  Jacobin Mag, Stephen Semler, 12-12-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

 les-crises.fr

 Commenter