05/02/2023 mondialisation.ca  10min #223618

La manne des vaccins de Pfizer ralentit - mais Bill Gates a vendu plus tôt et a réalisé d'énormes profits

Par  Brenda Baletti

Pfizer a annoncé mardi des bénéfices de 31,4 milliards de dollars pour 2022, sur des ventes record de 100,3 milliards de dollars. Les ventes de son vaccin contre la COVID-19 et du  Paxlovid, utilisé pour traiter la COVID-19, ont totalisé 56 milliards de dollars, soit plus de la moitié des revenus annuels du fabricant de vaccins.

Toutefois, la société a prévenu les investisseurs qu'ils devaient s'attendre à ce que  les ventes de ces deux produits chutent de 58 % en 2023, pour atteindre seulement 21,5 milliards de dollars environ, soit 3 milliards de moins que les  prévisions de Wall Street. Pfizer a prévu que le revenu total en 2023 ne serait que de 67 à 71 milliards de dollars.

Cette nouvelle fait suite à une  série d'événements qui remettent en question les vaccins contre la COVID-19, notamment les  commentaires de Bill Gates, milliardaire et investisseur dans les vaccins, qui a critiqué l'efficacité et la durabilité des vaccins lors d'une conférence à l'Institut Lowy en Australie.

Bill Gates just admitted mRNA jabs don't stop infection, don't block transmission, don't block mutants, don't last, don't work at all - after he sold stock in his vaccine ventures 😂😂😂. Thanks, Suckers!
Bill Gates — After Reaping Huge Profits Selling BioNTech Shares — Trashes Effectiveness of COVID Vaccines
Bill Gates, long recognized as one of the world’s foremost proponents of vaccines, raised some eyebrows at a recent talk in Australia when he admitted there are “problems” with current COVID-19 vaccines.
 voir

Mardi, le journaliste d'investigation Jordan Schachtel a révélé l'ampleur des  profits réalisés par Gates grâce à ses investissements dans BioNTech, partenaire de Pfizer. La Fondation Bill & Melinda Gates a réalisé 15 fois son investissement initial lorsqu'elle a vendu ses actions BioNTech au sommet de leur valeur en 2021.

L'action de Pfizer a chuté de 15 % en janvier.

Pfizer et Moderna  ont déclaré qu'ils quadrupleraient probablement le prix de leurs vaccins contre la COVID-19 pour atteindre entre 110 et 130 dollars par dose lorsque le gouvernement américain cessera de payer les vaccins plus tard cette année.

Bill Gates a réalisé d'énormes bénéfices en vendant des actions Pfizer à un moment « impeccable »

M. Schachtel a examiné les dossiers de la Securities and Exchange Commission (SEC) et a constaté que la Fondation Gates a réduit ses avoirs dans BioNTech de 86 % - de 1 038 674 à 148 674 actions - au cours du troisième trimestre de 2021, le trimestre le plus performant de BioNTech.

La fondation avait acheté les actions en septembre 2019 - quelques mois avant l'annonce de la pandémie - à un prix de 18,10 dollars par action avant l'offre publique.

Lorsque la fondation a vendu les actions - à un prix de vente moyen de 300 dollars par action - elle a empoché un bénéfice d'environ 260 millions de dollars, soit plus de 15 fois son investissement initial.

Selon M. Schachtel, 242 millions de dollars de ces bénéfices ne sont pas imposés car l'argent a été investi par l'intermédiaire de la fondation.

La Fondation Gates a vendu 2 millions d'actions supplémentaires avant le troisième trimestre de 2021, et a ensuite vendu 1,4 million d'actions de  CureVac, une société allemande spécialisée dans les ARNm, ce qui lui a rapporté 50 millions de dollars supplémentaires, selon M. Schachtel.

« Bill Gates s'est assuré des centaines de millions de dollars de bénéfices grâce à l'investissement de sa fondation dans BioNTech - le partenaire de Pfizer pour ses injections à ARNm contre la Covid - avant de faire volte-face et de jeter ouvertement le doute sur l'ensemble de la technologie de l'ARNm »,  écrit M. Schachtel.

Après s'être débarrassé de ses actions, en novembre 2021, M. Gates a déclaré : «  Nous avons besoin d'une nouvelle façon de faire les vaccins », parce que les vaccins n'ont pas arrêté la transmission, malgré toutes les  affirmations contraires qu' il avait faites auparavant.

S'exprimant à l'Institut Lowy, Gates a déclaré :

« Nous devons également résoudre les trois problèmes des vaccins [COVID-19]. Les vaccins actuels ne bloquent pas les infections. Ils ne sont pas larges, donc lorsque de nouvelles variantes apparaissent, vous perdez la protection, et ils ont une durée très courte, en particulier chez les personnes qui comptent, c'est-à-dire les personnes âgées. »

Avec ces commentaires, « Gates a amplifié sa rhétorique douteuse sur l'ARNm, continuant à se distancer de la technologie autrefois vantée qu'il a utilisée pour s'assurer des centaines de millions de dollars de bénéfices en cas de pandémie », a déclaré M. Schachtel.

Les vaccins contre la COVID suscitent de nouvelles questions

Plus de 85 % de la population américaine n'a pas eu de rappels, malgré la  campagne médiatique massive sponsorisée par le gouvernement, ce qui suggère que les gens ne croient pas à l'idée que les rappels sont nécessaires, sûrs et efficaces,  a déclaré Russell Brand.

Le Royaume-Uni a annoncé mercredi dernier qu'il  ne recommanderait plus les rappels contre la COVID-19 pour les personnes en bonne santé de moins de 50 ans et qu'il cesserait de distribuer gratuitement la série primaire de deux injections.

Le  Danemark a mis fin à ses campagnes de vaccination universelle contre la COVID-19 pour les personnes en bonne santé en février 2022.

Le mois dernier, la Food and Drug Administration américaine a déclaré qu'elle envisageait de modifier le  calendrier de vaccination, en recommandant que les adultes  ne reçoivent un rappel qu'une fois par an pour « rester protégés » contre la COVID-19.

Et l'  administration Biden a annoncé qu'elle mettrait fin aux urgences nationales et de santé publique COVID-19 le 11 mai, ce qui mettra fin aux tests, à la vaccination et aux traitements financés par le gouvernement.

Plusieurs médecins éminents ont également fait part publiquement de leurs préoccupations quant aux effets indésirables des vaccins.

Le  Dr Aseem Malhotra, cardiologue britannique, a récemment  « bombardé de vérités » la BBC lors d'une émission en direct, expliquant aux téléspectateurs que les vaccins à ARNm contre la COVID-19 présentent un risque cardiovasculaire.

Ce week-end, un certain nombre de professionnels de la santé et de médecins ont également pris la parole sur Twitter, jurant de ne plus recevoir de vaccins sans essais contrôlés randomisés.

 Vinay Prasad, M.D., MPH, a déclaré qu'il  ne prendrait pas d'autres injections avant que les données des essais cliniques ne soient disponibles. « J'ai pris au moins une dose contre ma volonté », a déclaré Prasad. « C'était contraire à l'éthique et à la science. »

Parmi les participants notables à la campagne figurent également 𝕏 Dr. Todd Lee,un expert en maladies infectieuses à l'Université McGill, 𝕏 Dr. Mark Silverberg, Ph.D.,qui a fondé le Toronto Immune and Digestive Health Institute, 𝕏 Dr. Tracy Høeg, Ph.D.,épidémiologiste à l'Université de Californie, San Francisco et à l'Université de Californie du Sud, et 𝕏 Kevin Bass, M.S.,un étudiant en médecine dont  l'éditorial dans Newsweek lundi qui a mis en cause la communauté scientifique pour son rôle dans la perpétuation d'un faux récit sur la COVID-19.

Tard dans la nuit de dimanche à lundi, Retsef Levi, Ph.D., du Massachusetts Institute of Technology, a posté une vidéo sur Twitter appelant à la fin de la vaccination à ARNm contre la COVID-19,  rapporte The Defender.

M. Levi a déclaré que les vaccins n'ont pas apporté l'efficacité promise et que, d'après son analyse des risques, les vaccins « causent des niveaux de préjudice sans précédent, y compris la mort de jeunes gens et d'enfants ».

The evidence is mounting and indisputable that MRNA vaccines cause serious harm including death, especially among young people. We have to stop giving them immediately!

Entre-temps, les responsables de Pfizer  risquent une interdiction du Parlement européen en raison du manque de transparence de la société concernant les contrats d'achat du vaccin contre la COVID-19 pendant la pandémie.

Pfizer connaît une « année de transition », selon son PDG

Albert Bourla, PDG de Pfizer, a déclaré dans le  communiqué de presse sur les résultats que 2023 serait une « année de transition » pour les produits contre la COVID-19 de Pfizer, avant de retrouver probablement la croissance en 2024.

A déclaré M. Bourla :

« Nous nous concentrons toujours sur ce qui va suivre. À l'horizon 2023, nous prévoyons de battre une nouvelle fois des records, avec potentiellement le plus grand nombre de lancements de nouveaux produits et d'indications que nous ayons jamais connus sur une période aussi courte. »

L  'agence Reuters a rapporté mardi que Pfizer perdra également la protection de ses brevets pour certains de ses médicaments les plus vendus après 2025.

Pour compenser la perte de revenus, le fabricant de vaccins s'est tourné vers les acquisitions,  dépensant environ 25 milliards de dollars pour acheter Biohaven Pharmaceutical, Arena Pharmaceuticals et Global Blood Therapeutics.

La société a également lancé cinq nouveaux produits l'année dernière et espère en introduire jusqu'à 14 autres au cours des 18 prochains mois, notamment un  vaccin contre le virus respiratoire syncytial et un  vaccin antigrippal à ARNm.

Pfizer prévoit que le taux de vaccination augmentera à nouveau après 2023,  selon Fierce Pharma, en supposant qu'un  vaccin contre la COVID-19/grippe combiné soit développé.

Lors d'une réunion la semaine dernière du comité consultatif de la FDA sur les vaccins, l'agence a déclaré qu'elle  cherchait à savoir si le signal de sécurité de l'AVC identifié par la FDA, associé aux vaccins bivalents, pouvait être lié à la co-administration des vaccins contre la grippe et la COVID-19.

Brenda Baletti

La source originale de cet article est  The Defender

Copyright ©  Brenda Baletti,  The Defender, 2023

 mondialisation.ca

 Commenter