23/02/2023 arretsurinfo.ch  8min #224561

Poutine et Zelensky: Des pécheurs et des saints correspondant à notre récit historique

Arrêt sur info  poursuit la diffusion d'une série de récits marquant l'anniversaire de l'invasion russe en Ukraine

Par  Stephen Kinzer

Paru le 21 févier 2023 sur  Responsible Statecraft sous le titre  P utin & Zelensky: Sinners and saints who fit our historic narrative

Poutine et Zelensky : Des pécheurs et des saints qui correspondent à notre récit historique. Réfléchissez aux raisons pour lesquelles l'Occident veut invoquer la Seconde Guerre mondiale et la guerre froide, puis demandez-vous si cela a été productif.

Alors que la guerre fait rage en Ukraine, tout est paisible sur le front intérieur. Les Américains ont adopté le récit officiel. Aucun autre film occidental n'a jamais tracé la ligne du bien contre le mal aussi clairement et grossièrement. La Maison Blanche, le Congrès et la presse insistent sur le fait que l'Ukraine est la victime innocente d'une agression non provoquée, que les forces russes menaceront toute l'Europe si elles ne sont pas arrêtées, et que les États-Unis doivent rester aux côtés de l'Ukraine « aussi longtemps qu'il le faudra » pour assurer la victoire.

Il est pratiquement impossible de s'écarter de ce consensus. Même à l'approche de l'invasion de l'Irak en 2003, quelques voix solitaires ont appelé à la retenue. Depuis que nous avons plongé dans la guerre en Ukraine, ces voix sont encore plus difficiles à trouver.

Aujourd'hui, il est considéré comme  hérétique, voire comme une trahison, de suggérer que toutes les parties au conflit ukrainien portent une part de responsabilité, de soutenir que les États-Unis ne devraient pas déverser des armes sophistiquées dans une zone de guerre active, ou de se demander si nous avons un intérêt vital dans l'issue de ce conflit. Une zone d'exclusion aérienne intellectuelle strictement appliquée a pratiquement étouffé tout débat rationnel sur l'Ukraine.

Dans les couloirs du pouvoir politique à Washington, l'Ukraine est devenue une idée presque mystique. Il s'agit moins d'un lieu géographique que d'un plan cosmique où se déroule une bataille décisive pour l'avenir de l'humanité. La guerre est perçue comme une chance glorieuse pour les États-Unis d'anéantir la Russie - et de montrer que, même si l'équilibre du pouvoir mondial est en train de changer, nous sommes toujours les maîtres.

L'explosion d'amour passionné de l'Amérique pour le président ukrainien Volodymyr Zelensky a été le triomphe d'une campagne médiatique irrésistible. Il a été présenté comme le nouveau héros mondial de la liberté. Du jour au lendemain, son image a fait irruption dans les vitrines des magasins et sur les sites Internet.

Dans le camp opposé se trouve une autre caricature, le président russe Vladimir Poutine, présenté comme l'incarnation de toutes les qualités viles et dégradantes. Il répond à notre besoin de concentrer notre haine non pas sur un pays, un mouvement ou une idée - c'est trop diffus - mais sur un individu. Pendant des années, nous nous sommes réjouis de notre supériorité morale sur des ennemis de couleur comme Castro, Kadhafi et Saddam Hussein. Poutine s'inscrit parfaitement dans cette constellation. Avoir un ennemi aussi méchant et caricatural est presque aussi rassurant que d'avoir le saint Zelensky comme allié.

Peu après le déclenchement de la guerre l'année dernière, le Congrès a voté une aide de 40 milliards de dollars à l'Ukraine. Ce qui était étonnant, ce n'était pas seulement la taille de ce paquet, mais le fait que chaque démocrate ait voté pour. Seuls 11 sénateurs et 57 membres de la Chambre, tous républicains, s'y sont opposés. La presse a applaudi.

Aucun pays en guerre, directement ou par procuration, n'encourage le débat pour savoir si la guerre est une bonne idée. Les États-Unis ne font pas exception. Abraham Lincoln et Woodrow Wilson ont emprisonné les critiques des guerres qu'ils ont menées. Certains opposants à la guerre du Vietnam ont été poursuivis en justice. L'absence fantomatique de débat sur notre implication en Ukraine marque la dernière victoire de la mise en forme officielle du récit.

La guerre froide a sans doute été le récit le plus puissamment élaboré de l'histoire moderne. Pendant des années, on a fait croire aux Américains, et ils l'ont cru, qu'ils étaient mortellement menacés par un ennemi qui pouvait attaquer à tout moment, détruire les États-Unis et mettre fin à tout espoir de vie significative sur Terre. Cet ennemi se trouvait à Moscou.

À cette époque, les Américains étaient déjà habitués à voir la Russie comme une incarnation de « cet autre », la force de la barbarie qui menace perpétuellement la civilisation. En 1873 déjà, un  caricaturiste américain dépeignait la Russie comme un monstre poilu rivalisant avec un bel Oncle Sam pour le contrôle du monde. Cet archétype résonne à travers les générations. Comme la plupart des populations, les Américains sont facilement mobilisés pour haïr le pays qu'on leur dit de haïr. Si ce pays est la Russie, nous avons des générations de préparation psychique.

On peut pardonner aux politiciens de Washington de s'engager sur le sentier de la guerre en Ukraine. Ils présument que les électeurs, qui ont des préoccupations plus pressantes, ne les puniront pas - et que les fabricants d'armes les récompenseront largement. L'attitude de la presse est moins pardonnable. Plutôt que de jouer son rôle en posant des questions gênantes, elle s'est largement transformée en chef de file du récit officiel de l'Ukraine.

La quasi-totalité des reportages sur le front proviennent de « notre » camp. Nous lisons un flot ininterrompu d'histoires sur les atrocités et autres outrages commis par les Russes. Nombre d'entre eux sont sans doute exacts, mais le déséquilibre des reportages nous amène à présumer que l'armée ukrainienne ne commet aucun crime de guerre. Un  rapport d'Amnesty International sur l'utilisation par les Ukrainiens de boucliers humains dans les combats a été accueilli avec indignation et  condamnation. Le message est clair : la justice est d'un côté, et les reportages sur le terrain doivent donc le refléter.

Beaucoup de ceux qui écrivent sur ce conflit semblent croire, comme leurs prédécesseurs pendant la guerre froide, que le gouvernement américain est une équipe et que la presse a pour rôle d'assurer la victoire de notre équipe. Ce point de vue est mortel pour le journalisme. La presse ne doit faire partie de l'équipe de personne. Notre travail consiste à remettre en question les récits officiels, et non à les amplifier sans réfléchir. C'est la différence entre le journalisme et les relations publiques.

Pour ceux d'entre nous qui ont été correspondants de guerre à une époque où les conflits étaient rapportés sous différents angles, l'unilatéralité des reportages sur l'Ukraine est des plus frappantes. J'ai couvert les Sandinistes et les Contras, les Serbes et les Croates, les Turcs et les Kurdes. Ces expériences m'ont appris que dans un conflit, aucun camp n'a le monopole de la vertu. Aujourd'hui, on dit le contraire aux Américains. On nous sert un récit enfantin dans lequel toute la vertu est d'un côté et tout le mal de l'autre.

La réticence de la plupart des correspondants de guerre à couvrir la guerre d'Ukraine des deux côtés se reflète dans les pages éditoriales et les pages d'opinion. Aucun grand journal ne semble poser de questions fondamentales sur cette guerre.

Poutine a-t-il raison de ne pas vouloir de bases ennemies à sa frontière ? Devons-nous contribuer à la mort de milliers de personnes afin de marquer un point politique ? Avons-nous contribué à provoquer la guerre ? Quelle proportion de l'armée ukrainienne est pro-nazie ? En quoi le tracé de la frontière du Donbass importe-t-il aux États-Unis ? Devrions-nous tenir compte de la réputation de l'Ukraine comme l'un des pays les plus corrompus du monde avant de lui envoyer d'énormes quantités d'aide ? Ce conflit est-il vraiment une épreuve de force titanesque entre la démocratie et l'autocratie, ou simplement un autre embrasement européen ?

Alors même que les États-Unis s'enfoncent plus profondément dans la guerre en Ukraine, ces questions sont jugées impolies à poser. Le consensus étouffant qui lie nos partis politiques et nos médias empêche tout débat réfléchi. L'un des pires résultats de la guerre d'Ukraine est déjà clair. Elle a conduit à une nouvelle fermeture de l'esprit américain.

Stephen Kinzer

Stephen Kinzer a été le chef du bureau du New York Times au Nicaragua de 1983 à 1989 et est l'auteur de « Blood of Brothers : Life and War in Nicaragua ». Il est membre senior de l'Institut Watson pour les affaires internationales et publiques de l'Université Brown.

Traduit par  Arretsurinfo.ch

Lire aussi :  Censure totale

 Ces pays prêts à risquer la fureur des États-Unis à propos de la Russie et de l'Ukraine

Stephen Kinzer. Image Wikipedia.

Source:  Responsible Statecraft

 arretsurinfo.ch

 Commenter