23/02/2023 reseauinternational.net  9min #224569

 La Russie suspend sa participation à l'accord New Start sur le désarmement nucléaire

Le discours « civilisationnel » de Poutine donne le cadre du conflit entre l'Est et l'Ouest

🇬🇧

par Pepe Escobar

Dans son discours à l'Assemblée fédérale, le président Poutine a souligné que la Russie n'est pas seulement un État-nation indépendant, mais aussi une civilisation distincte avec sa propre identité, qui est en conflit et s'oppose activement aux valeurs de la « civilisation occidentale ».

Le http://youtube.com/watch?v=6Qb-X98Zcic du président russe Vladimir Poutine devant l'Assemblée fédérale russe, mardi, doit être interprété comme un tour de force de souveraineté.

Ce discours a marqué le premier anniversaire de la  reconnaissance officielle par la Russie des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, quelques heures seulement avant le 22 février 2022. De bien des façons, ce qui s'est passé il y a un an a également marqué la naissance du véritable monde multipolaire du XXIe siècle.

Puis, deux jours plus tard, Moscou a lancé l'opération militaire spéciale (OMS) en Ukraine pour défendre lesdites républiques.

Le discours de Poutine a dépeint la Russie comme une civilisation ancienne, indépendante et tout à fait distincte, suivant parfois un chemin de concert avec d'autres civilisations, parfois en divergence.

L'Ukraine, qui fait partie de la civilisation russe, est aujourd'hui occupée par la civilisation occidentale, dont Poutine a dit qu'elle « nous est devenue hostile », comme dans quelques cas dans le passé. La phase aiguë de ce qui est essentiellement une guerre par procuration de l'Occident contre la Russie se déroule donc sur le corps de la civilisation russe.

Cela explique la précision de Poutine selon laquelle « la Russie est un pays ouvert, mais une civilisation indépendante - nous ne nous considérons pas comme supérieurs, mais nous avons hérité notre civilisation de nos ancêtres et nous devons la transmettre ».

Une guerre dilacérant le corps de la civilisation russe est une affaire existentielle sérieuse. Poutine a également précisé que « l'Ukraine est utilisée comme un outil et un terrain d'essai par l'Occident contre la Russie ». D'où la suite inévitable : « Plus on envoie d'armes à longue portée en Ukraine, plus nous devrons repousser la menace loin de nos frontières ».

Traduction : cette guerre sera longue - et douloureuse. Il n'y aura pas de victoire rapide avec un minimum de pertes de sang. Les prochains mouvements autour du Dniepr pourraient prendre des années à se concrétiser. Selon que la politique des États-Unis continue ou non de s'aligner sur les objectifs néoconservateurs et néolibéraux, la ligne de front pourrait être déplacée vers Lviv. La politique allemande pourrait alors changer. Les échanges normaux avec la France et l'Allemagne pourraient ne se rétablir qu'à la fin de la prochaine décennie.

L'exaspération du Kremlin : START est terminé

Tout cela nous amène aux jeux de l'Empire du mensonge. Selon Poutine : « Les promesses... des dirigeants occidentaux se sont transformées en falsifications et en mensonges cruels. L'Occident a fourni des armes, formé des bataillons nationalistes. Avant même le début de l'opération militaire spéciale, il y avait des négociations... sur la fourniture de systèmes de défense aérienne... Nous nous souvenons des tentatives de Kiev d'obtenir des armes nucléaires ».

Poutine a clairement indiqué, une fois de plus, que l'élément de confiance entre la Russie et l'Occident, en particulier les États-Unis, a disparu. C'est donc une décision naturelle pour la Russie de « se retirer du traité sur les armes stratégiques offensives, mais nous ne le faisons pas officiellement. Pour l'instant, nous ne faisons qu'interrompre notre participation au traité START. Les inspections américaines dans nos sites nucléaires ne sont pas autorisées ».

Soit dit en passant, sur les trois principaux traités d'armement américano-russes, Washington en a abandonné deux : Le traité sur les missiles antibalistiques (ABM) a été mis au rebut par l'administration de l'ancien président George W. Bush en 2002, et le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF) a été mis au placard par l'ancien président Donald Trump en 2019.

Cela montre le degré d'exaspération du Kremlin. Poutine est même prêt à ordonner au ministère de la Défense et à Rosatom de se préparer à tester les armes nucléaires russes si les États-Unis empruntent les premiers la même voie.

Si tel est le cas, la Russie sera contrainte de rompre complètement la parité dans le domaine nucléaire et d'abandonner le moratoire sur les essais nucléaires et la coopération avec d'autres nations en matière de production d'armes nucléaires. Jusqu'à présent, le jeu des États-Unis et de l'OTAN a consisté à ouvrir une petite fenêtre leur permettant d'inspecter les sites nucléaires russes.

Avec sa prise de judo, Poutine renvoie la pression sur la Maison Blanche.

Les États-Unis et l'OTAN seront loin de se réjouir lorsque la Russie commencera à tester ses nouvelles armes stratégiques, en particulier le post-apocalyptique Poséidon, la plus grande torpille à propulsion nucléaire jamais déployée, capable de déclencher de terrifiantes houles océaniques radioactives.

Sur le plan économique : Le contournement du dollar américain est le jeu essentiel vers la multipolarité. Lors de son discours, Poutine a tenu à vanter la résilience de l'économie russe : « Le PIB russe en 2022 n'a diminué que de 2,1%, les estimations de la partie adverse ne se sont pas concrétisées, elles disaient 15, 20% ». Cette résilience donne à la Russie suffisamment de marge de manœuvre pour « travailler avec des partenaires pour rendre le système de règlements internationaux indépendant du dollar américain et des autres monnaies occidentales. Le dollar perdra son rôle universel ».

Sur la géoéconomie : Poutine a fait l'éloge des corridors économiques, de l'Asie occidentale à l'Asie du Sud : « De nouveaux corridors, des voies de transport seront construits vers l'Est, c'est la région où nous allons concentrer notre développement, de nouvelles autoroutes vers le Kazakhstan et la Chine, un nouveau corridor Nord-Sud vers le Pakistan, l'Iran ».

Et celles-ci se connecteront à la Russie en développant « les ports de la mer Noire et de la mer d'Azov, il est nécessaire de construire des corridors logistiques à l'intérieur du pays ». Il en résultera une interconnexion progressive avec le corridor international de transport Nord-Sud (INSTC), dont les principaux acteurs sont l'Iran et l'Inde, et finalement l'Initiative Ceinture et Route chinoise (BRI).

Le plan de la Chine pour la sécurité mondiale

Il est inévitable qu'en dehors de l'esquisse de plusieurs politiques d'État axées sur le développement interne de la Russie - on pourrait même les comparer à des politiques socialistes - une grande partie du discours de Poutine ait dû se concentrer sur la guerre entre l'OTAN et la Russie jusqu'au dernier Ukrainien.

Poutine a expliqué comment « nos relations avec l'Occident se sont dégradées, et c'est entièrement la faute des États-Unis », comment l'objectif de l'OTAN est d'infliger une « défaite stratégique » à la Russie et comment la frénésie belliciste l'a contraint, il y a une semaine, à signer un décret « mettant en service de combat de nouveaux complexes stratégiques basés au sol ».

Ce n'est donc pas un hasard si l'ambassadrice des États-Unis a été immédiatement convoquée au ministère des Affaires étrangères après le discours de Poutine.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré à l'ambassadrice Lynne Tracey, en termes très clairs, que Washington devait prendre des mesures concrètes, dont le retrait de l'Ukraine de toutes les forces et de tous les équipements militaires des États-Unis et de l'OTAN. Dans un geste étonnant, il a exigé une explication détaillée de la destruction des pipelines Nord Stream 1 et 2, ainsi que l'arrêt de l'ingérence des États-Unis dans une enquête indépendante visant à identifier les parties responsables.

Poursuivant sur sa lancée à Moscou, le haut diplomate chinois Wang Yi a rencontré le secrétaire du Conseil de sécurité russe Nikolaï Patrouchev, avant de s'entretenir avec Lavrov et Poutine. Patrouchev a fait remarquer que « la voie vers le développement d'un partenariat stratégique avec la Chine est une priorité absolue pour la politique étrangère de la Russie ». Wang Yi, de manière moins énigmatique, a ajouté : « Moscou et Pékin doivent synchroniser leurs montres ».

Les Américains font tout pour tenter de devancer la proposition chinoise de désescalade en Ukraine. Le plan chinois devrait être présenté ce vendredi, et il y a un risque sérieux que Pékin tombe dans un piège tendu par la ploutocratie occidentale.

Trop de « concessions » chinoises à la Russie, et pas autant à l'Ukraine, pourraient être utilisées pour creuser un fossé entre Moscou et Pékin (diviser pour mieux régner, ce qui est toujours le plan A des États-Unis, il n'y a pas de plan B).

Sentant le vent tourner, les Chinois eux-mêmes ont décidé de prendre l'offensive, en présentant un document conceptuel sur  l'Initiative de sécurité globale.

Le problème est que Pékin attribue encore trop d'influence à une ONU édentée, lorsqu'elle fait référence à « la formulation d'un nouvel agenda pour la paix et d'autres propositions présentées dans Notre programme commun par le secrétaire général de l'ONU ».

Idem lorsque Pékin soutient le consensus selon lequel « une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée ». Essayez d'expliquer cela aux psychopathes néoconservateurs straussiens du Beltway, qui ne connaissent rien à la guerre, et encore moins à la guerre nucléaire.

Les Chinois affirment la nécessité de « se conformer à la déclaration conjointe sur la prévention de la guerre nucléaire et la prévention des courses aux armements publiée par les dirigeants des cinq États dotés d'armes nucléaires en janvier 2022 ». Et de « renforcer le dialogue et la coopération entre les États dotés d'armes nucléaires afin de réduire le risque de guerre nucléaire ».

On peut parier que Patrouchev a expliqué en détail à Wang Yi combien cela n'est qu'un vœu pieux. La « logique » du « leadership » collectif occidental actuel a été exprimée, entre autres, par l'irrémédiable médiocre Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN : même une guerre nucléaire est préférable à une victoire russe en Ukraine.

Le discours mesuré mais ferme de Poutine a clairement montré que les enjeux ne cessent de croître. Et tout dépend de la capacité de « l'ambiguïté stratégique » de la Russie - et de la Chine - à pétrifier un Occident paranoïaque qui flirte avec les champignons atomiques.

 Pepe Escobar

source :  The Cradle

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter