22/09/2023 2 articles arretsurinfo.ch  18 min #234198

Les États-Unis ne peuvent pas faire face à la défaite

Le président russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jinping lors d'entretiens à Moscou en mars 2023. (Vladimir Astapkovich, RIA Novosti)

Aux États-Unis, la mémoire populaire la plus forte des guerres menées par les Américains est la possibilité - et la facilité - de les oublier. Il en sera de même lorsque nous regarderons une Ukraine en ruine dans le rétroviseur, écrit Michael Brenner.

Les États-Unis sont en train d'être vaincus en Ukraine.

On pourrait dire qu'ils font face à la défaite - ou, plus brutalement, qu'ils regardent la défaite en face. Aucune de ces deux formulations n'est appropriée. Les États-Unis ne regardent pas la réalité en face. Ils préfèrent regarder le monde à travers les lentilles déformées de leurs fantasmes. Ils avancent sur la voie qu'ils ont choisie tout en détournant les yeux de la topographie qu'ils essaient de traverser. Son seul guide est la lueur d'un mirage lointain. C'est sa pierre angulaire.

Ce n'est pas que l'Amérique soit étrangère à la défaite. Elle la connaît très bien : Vietnam, Afghanistan, Irak, Syrie - en termes stratégiques sinon toujours militaires. À cette vaste catégorie, on pourrait ajouter le Venezuela, Cuba et le Niger. Cette riche expérience de l'ambition frustrée n'a pas réussi à libérer Washington de l'habitude profondément ancrée d'éluder la défaite. En fait, les États-Unis ont acquis un large éventail de méthodes pour y parvenir.

Définir et déterminer la défaite

Avant de les examiner, précisons ce que nous entendons par "défaite". En termes simples, la défaite est une incapacité à atteindre les objectifs - à un coût tolérable. Le terme englobe également les conséquences involontaires et négatives de second ordre.

N° 1. Quels étaient les objectifs de Washington en sabotant le plan de paix de Minsk et en rejetant froidement les propositions russes ultérieures, en provoquant la Russie par le franchissement d'une ligne rouge clairement délimitée, en faisant pression pour l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN, en installant des batteries de missiles en Pologne et en Roumanie, en transformant l'armée ukrainienne en une puissante force militaire déployée sur la ligne de contact dans le Donbass, prête à envahir ou à pousser Moscou à une action préemptive ?

Base de la marine américaine à Deveselu, en Roumanie, où se trouve le site du système de défense antimissile balistique Aegis Ashore de l'OTAN, 2019 : (U.S. Navy, Amy Forsythe, Public domain)

L'objectif était soit d'infliger une défaite humiliante à l'armée russe, soit, au moins, d'infliger des coûts si élevés qu'ils couperaient l'herbe sous le pied du gouvernement Poutine.

La dimension cruciale et complémentaire de la stratégie consistait à imposer des sanctions économiques si lourdes qu'elles feraient imploser une économie russe vulnérable. Ensemble, elles devaient générer une détresse aiguë conduisant à la destitution du président russe Vladimir Poutine - que ce soit par une cabale d'opposants (dont les oligarques mécontents seraient le fer de lance) ou par une protestation de masse.

Cette stratégie reposait sur la supposition, fatalement mal informée, que Poutine était un dictateur absolu qui dirigeait un one-man-show. Les États-Unis prévoyaient son remplacement par un gouvernement plus souple, prêt à devenir une présence volontaire mais marginale sur la scène européenne et un non-joueur ailleurs. Pour reprendre les termes crus d'un fonctionnaire moscovite, "un métayer dans la plantation mondiale de l'oncle Sam".

N° 2. L'apprivoisement et la domestication de la Russie ont été conçus comme une étape vitale dans la grande confrontation imminente avec la Chine - désignée comme le rival systémique de l'hégémonie américaine. En théorie, cet objectif pouvait être atteint soit en éloignant la Russie de la Chine (en la divisant et en la subordonnant), soit en la neutralisant totalement en tant que puissance mondiale en faisant tomber ses dirigeants, qui bénéficiaient d'un soutien sans faille. La première approche n'a jamais dépassé le stade de quelques gestes faibles. Tous les espoirs ont été placés dans la seconde approche.

N° 3. Les avantages accessoires pour les États-Unis d'une guerre contre l'Ukraine qui mettrait la Russie à terre étaient a) de consolider l'alliance atlantique sous le contrôle de Washington, d'étendre l'OTAN et d'ouvrir un abîme infranchissable entre la Russie et le reste de l'Europe qui perdurerait dans un avenir prévisible ; b) à cette fin, de mettre fin à la forte dépendance de cette dernière à l'égard des ressources énergétiques de la Russie ; et c) par conséquent, de remplacer le GNL et le pétrole plus chers des États-Unis qui scelleraient le statut des partenaires européens en tant que vassaux économiques dépendants. Si ce dernier point était un frein pour leur industrie, qu'il en soit ainsi.

Les objectifs grandioses énoncés aux points 1 et 2 se sont manifestement révélés inatteignables, voire fantaisistes, une vérité brutale que les élites américaines n'ont pas encore assimilée. Ceux du point 3 sont des lots de consolation de moindre valeur. Ce résultat a été déterminé en grande partie, mais pas entièrement, par l'échec militaire en Ukraine.

Nous sommes sur le point d'entamer l'acte final. La contre-offensive vantée par Kiev n'a abouti à rien, au prix d'un coût énorme pour l'armée ukrainienne. Elle a été saignée à blanc par des pertes massives de main-d'œuvre, par la destruction de la majeure partie de son blindage, par la ruine d'infrastructures vitales.

Le ministre ukrainien des affaires étrangères, Dmytro Kuleba, et le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, déposent une couronne commémorative dans un cimetière de Kiev, le 6 septembre (Département d'État, Chuck Kennedy, domaine public).

Les brigades d'élite formées par l'Occident ont été malmenées et il n'y a plus de réserves à lancer dans la bataille. De plus, le flux d'armes et de munitions en provenance de l'Occident s'est ralenti, car les stocks américains et européens s'épuisent (par exemple, les obus d'artillerie de 155 mm).

Cette pénurie est aggravée par de nouvelles inhibitions concernant l'envoi à l'Ukraine d'armes de pointe qui se sont révélées très vulnérables aux tirs russes. Cela vaut en particulier pour les blindés : les Léopards allemands, les Challengers britanniques, les chars AMX-10-RC français ainsi que les véhicules de combat (CFV) tels que les Bradleys et les Strykers américains.

Les images graphiques de carcasses calcinées jonchant la steppe ukrainienne ne sont pas des publicités pour la technologie militaire occidentale ni pour les ventes à l'étranger. D'où la lenteur des livraisons à Kiev des Abrams et des F-16 promis, de peur qu'ils ne subissent le même sort.

L'illusion d'un succès éventuel

L'illusion d'un succès éventuel sur le champ de bataille (avec l'usure envisagée de la volonté et de la capacité de la Russie) est fondée sur une idée erronée de la manière de mesurer la victoire et la défaite.

Les dirigeants américains, tant militaires que civils, s'en tiennent à un modèle qui met l'accent sur le contrôle du territoire. La pensée militaire russe est différente. Elle met l'accent sur la destruction des forces ennemies, quelle que soit la stratégie adaptée au contexte.

La tactique agressive des Ukrainiens consiste à jeter ses ressources dans la bataille en menant des campagnes incessantes pour évincer les Russes du Donbass et de la Crimée.

Incapables de réaliser la moindre percée, ils se sont lancés dans une guerre d'usure à leur grand désavantage. À cela a succédé la dernière tentative de cet été, qui s'est avérée suicidaire. Ils ont ainsi fait le jeu des Russes. Ainsi, alors que l'attention se porte sur l'occupation de tel ou tel village sur le front de Zaporizhia ou autour de Bakhmut, la réalité est que la Russie a démantelé pièce par pièce l'armée ukrainienne reconstituée.

Sumy, Ukraine, après une attaque de drone russe le 3 juillet (Police nationale d'Ukraine, Wikimedia Commons, CC BY 4.0).

Dans une perspective historique, il existe deux analogies instructives. Au cours de la dernière année de la Première Guerre mondiale, le haut commandement allemand a lancé une campagne audacieuse, l'opération Michael, sur le front occidental en mars 1918, en utilisant un certain nombre de tactiques innovantes (notamment des commandos équipés de lance-flammes) pour percer les lignes alliées. Après des gains initiaux qui leur ont permis de franchir la Marne, au prix de très lourdes pertes, l'offensive s'est essoufflée et a permis aux alliés d'écraser leurs forces gravement affaiblies, ce qui a conduit à l'effondrement final en novembre.

Plus pertinente est la bataille de Koursk, en juillet 1943, au cours de laquelle les nazis ont tenté de reprendre l'initiative après le désastre de Stalingrad. Une fois encore, après quelques succès notables dans la percée de deux lignes de défense soviétiques, ils se sont épuisés avant d'atteindre leur objectif. Cette bataille a ouvert la longue et sanglante route vers Berlin.

Aujourd'hui, l'Ukraine a subi d'énormes pertes d'une ampleur (proportionnelle) encore plus grande, sans réaliser de gains territoriaux significatifs, incapable même d'atteindre la première couche de la ligne Surovikin. Cela ouvrira la voie vers le Dniepr et au-delà à l'armée russe, forte de 600 000 hommes et équipée d'un armement équivalent à celui que l'Occident a fourni à l'Ukraine. Moscou est donc prête à exploiter son avantage décisif au point de pouvoir dicter ses conditions à Kiev, Washington, Bruxelles, etc.

L'administration Biden n'a rien prévu pour une telle éventualité, pas plus que les gouvernements européens obéissants. Leur divorce avec la réalité rendra cet état de fait d'autant plus stupéfiant - et exaspérant. Dépourvus d'idées, ils vont patauger. On ne sait pas comment ils réagiront. Nous pouvons dire avec certitude une chose : l'Occident collectif, et en particulier les États-Unis, aura subi une grave défaite. Faire face à cette vérité deviendra la principale préoccupation.

Voici un menu d'options pour y faire face :

Redéfinir ce que l'on entend par défaite, victoire, échec, succès, perte, gain. Un nouveau récit est écrit pour souligner ces points de discussion :

  • C'est la Russie qui a perdu le concours parce que l'Ukraine héroïque et l'Occident inébranlable l'ont empêchée de conquérir, d'occuper et de réincorporer tout le pays.
  • En revanche, la Suède et la Finlande ont officiellement rejoint le camp américain en entrant dans l'OTAN. Cela complique les plans stratégiques de Moscou en l'obligeant à disperser ses forces sur un front plus large.
  • La Russie est politiquement isolée sur la scène mondiale. En effet, l'Amérique du Nord, l'UE/l'OTAN-Europe, le Japon, la Corée du Sud, l'Australie et la Nouvelle-Zélande ont soutenu la cause ukrainienne. Aucun autre pays n'a accepté d'appliquer des sanctions économiques ; le "monde" ne comprend pas la Chine, l'Inde, le Brésil, l'Argentine, la Turquie, l'Iran, l'Égypte, le Mexique, l'Arabie saoudite, l'Afrique du Sud, etc.
  • Les démocraties occidentales ont fait preuve d'une solidarité sans précédent en répondant d'une seule voix à la menace russe.

Ce récit a déjà été diffusé dans les discours du secrétaire d'État américain Antony Blinken, du conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan, du secrétaire à la défense Lloyd Austin et de la vice-secrétaire d'État par intérim Victoria Nuland. Son public cible est l'opinion publique américaine ; personne en dehors de l'Occident collectif n'y croit cependant - que Washington ait ou non enregistré ce fait de la vie diplomatique.

Réduire rétroactivement les objectifs et les enjeux

  • Ne plus faire référence à un changement de régime à Moscou, au renversement de Poutine, à l'effondrement de l'économie russe, à la rupture du partenariat sino-russe ou à son affaiblissement fatal.
  • Parlez de sauvegarder l'intégrité de l'État ukrainien en niant que le Donbass et la Crimée ont été définitivement séparés de la "mère patrie". Insistez sur le fait que vos amis à Kiev sont toujours les dirigeants titulaires et légitimes de l'Ukraine.
  • Visez un cessez-le-feu permanent qui figerait les deux parties dans leurs positions actuelles, c'est-à-dire une division de facto à la coréenne. La partie occidentale serait alors admise dans l'OTAN et l'UE et réarmée. Ignorer la vérité dérangeante que la Russie n'acceptera jamais un cessez-le-feu dans ces conditions.
  • Maintenir les sanctions économiques à l'encontre de la Russie, mais fermer les yeux lorsque des partenaires européens dans le besoin concluent des accords en sous-main pour le pétrole et le GNL russes (principalement par le biais d'intermédiaires tels que l'Inde, la Turquie et le Kazakhstan), comme ils l'ont fait tout au long du conflit.
  • Mettre l'accent sur la Chine en tant que menace mortelle pour l'Amérique et l'Occident et dénigrer la Russie en tant que simple auxiliaire.
  • Mettre en avant des gestes symboliques comme les frappes de missiles de croisière supersoniques et hypersoniques haut de gamme transférés par les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France, qui peuvent infliger des dommages à des cibles importantes en Russie même et en Crimée (avec le soutien technique crucial du personnel américain et d'autres pays de l'OTAN). Cet acte s'apparente aux supporters enragés d'une équipe de football qui vient de perdre contre un rival détesté et qui crèvent les pneus du bus qui doit les emmener à l'aéroport.

Cultiver l'amnésie

Hélicoptères américains sur le pont du porte-avions USS Midway pendant l'évacuation de Saigon, avril 1975. (DanMS, Wikimedia Commons)

Les Américains sont passés maîtres dans l'art de la gestion de la mémoire.

Pensez au choc tragique du Viêt Nam. Le pays s'est systématiquement efforcé d'oublier - d'oublier tout ce qui concernait le Viêt Nam. C'est compréhensible : c'était moche, à tous points de vue. Les manuels d'histoire américaine lui ont accordé peu de place, les enseignants l'ont minimisé et la télévision l'a rapidement considéré comme rétro. Les Américains cherchaient à tourner la page - nous l'avons fait.

Dans un sens, l'héritage le plus remarquable de l'expérience post-vietnamienne est le perfectionnement des méthodes utilisées pour l'histoire de Photoshop. Le Vietnam a été une période d'échauffement pour faire face aux nombreux épisodes peu recommandables de l'après-11 septembre. Ce nettoyage minutieux et complet a rendu acceptables les mensonges présidentiels, la tromperie soutenue, l'incompétence abrutissante, la torture systémique, la censure, la destruction de la Déclaration des droits et la perversion du discours public national - alors qu'ils ont dégénéré en un mélange de propagande et de vulgaires ordures. -parler. La « guerre contre le terrorisme » dans tous ses aspects atroces.

L'amnésie cultivée est un art grandement facilité par deux tendances plus larges de la culture américaine : le culte de l'ignorance, selon lequel un esprit sans connaissance est considéré comme la liberté ultime, et une éthique publique selon laquelle les plus hauts responsables de la nation sont autorisés à traiter la vérité comme un potier traite l'argile, tant qu'ils disent et font des choses qui nous font plaisir.

Ainsi, aux États-Unis, le souvenir collectif le plus fort des guerres choisies par l'Amérique est l'opportunité - et la facilité - de les oublier. "Le spectacle doit continuer" est considéré comme un impératif. Il en sera de même lorsque nous regarderons une Ukraine en ruine dans le rétroviseur.

La culture de l'amnésie comme méthode de gestion des expériences nationales douloureuses présente de sérieux inconvénients. Tout d'abord, elle limite considérablement la possibilité de tirer les leçons qu'elle offre.

À la suite de la guerre de Corée, où les États-Unis ont perdu 49 000 hommes au combat, le mantra de Washington était le suivant : plus jamais de guerre sur le continent asiatique.

Pourtant, moins d'une décennie plus tard, les États-Unis s'enfonçaient jusqu'aux genoux dans les rizières du Viêt Nam, où ils ont perdu 59 000 personnes.

Après le fiasco tragique de l'Irak, Washington s'est néanmoins empressé d'occuper l'Afghanistan dans le cadre d'une entreprise de 20 ans visant à construire une démocratie de type occidental à partir du canon d'un fusil.

Ces projets frustrés n'ont pas dissuadé les États-Unis d'intervenir en Syrie, où ils ont échoué une fois de plus à transformer une société étrangère et intraitable en quelque chose à leur goût - même s'ils sont allés jusqu'à un partenariat tacite avec la filiale locale d'Al-Qaïda.

Comme Kaboul l'a montré, les États-Unis n'ont même pas retenu du dénouement de Saigon la leçon sur la manière d'organiser une évacuation ordonnée.

Paratroopers assigned to the 82nd Airborne Division prepare to board a U.S. Air Force C-17 on August 30th, 2021 at the Hamid Karzai International Airport. Maj. Gen. Donahue was the last American Soldier to leave Afghanistan ending the U.S. mission in Kabul. (U.S. Army photo by Master Sgt. Alexander Burnett, 82nd Airborne Public Affairs).

À tout le moins, on aurait pu s'attendre à ce qu'une personne raisonnable en ressorte avec une conscience aiguë de l'importance cruciale d'une compréhension fine de la culture, de l'organisation sociale, des mœurs et de la vision philosophique du pays que les États-Unis s'étaient engagés à reconstituer. Les États-Unis n'ont manifestement pas assimilé cette vérité élémentaire. En témoigne l'ignorance abyssale de tout ce qui est russe qui a conduit les États-Unis à une erreur d'appréciation fatale sur tous les aspects de l'affaire ukrainienne.

La prochaine étape : Chine

L'Ukraine, à son tour, ne refroidit pas l'ardeur de la confrontation avec la Chine. Une entreprise audacieuse, et en aucun cas contraignante, qui est devenue la pièce maîtresse de la stratégie officielle de Washington en matière de sécurité nationale.

De hauts fonctionnaires de Washington prédisent ouvertement l'inévitabilité d'une guerre totale avant la fin de la décennie - nonobstant les armes nucléaires.

En outre, Taïwan joue le même rôle que l'Ukraine dans le schéma américain. Ainsi, après avoir provoqué un conflit multidimensionnel avec la Russie qui a échoué sur toute la ligne, les États-Unis s'empressent d'adopter la même stratégie pour affronter un ennemi encore plus redoutable. Cela pourrait être considéré comme ce que les Français appellent une fuite en avant. En d'autres termes : Allez-y ! Nous sommes prêts. La marche vers la guerre avec la Chine défie toutes les idées reçues. Après tout, ce pays ne représente aucune menace militaire pour la sécurité ou les intérêts fondamentaux des États-Unis. La Chine n'a pas d'histoire de construction d'empire ou de conquête. La Chine a été la source de grands avantages économiques grâce à des échanges denses qui profitent aux deux parties.

Dès lors, qu'est-ce qui justifie le jugement largement répandu selon lequel un croisement d'épées est inéluctable ? Les nations sensées ne s'engagent pas dans une guerre potentiellement cataclysmique parce que la Chine, l'ennemi numéro un désigné, construit des stations d'alerte radar sur des atolls sablonneux de la mer de Chine méridionale ? Parce qu'elle commercialise des véhicules électriques à moindre coût ? Parce que ses progrès dans le développement des semi-conducteurs pourraient surpasser ceux des États-Unis ?

Parce qu'elle traite une minorité ethnique dans l'ouest de la Chine ? Parce qu'elle suit l'exemple des États-Unis en finançant des ONG qui promeuvent une vision positive de leur pays ? Parce qu'elle pratique l'espionnage industriel comme le font les États-Unis et tous les autres pays ? Parce qu'elle envoie des ballons au-dessus de l'Amérique du Nord (déclarés bénins par le général Mark Milley, président de l'état-major interarmées, la semaine dernière) ?

Ce ne sont pas là des raisons impérieuses d'insister sur la nécessité d'une confrontation. La vérité est bien plus simple - et bien plus inquiétante. Les États-Unis sont obsédés par la Chine parce qu'elle existe. Comme pour le K-2, il s'agit en soi d'un défi, car les États-Unis doivent prouver leurs prouesses (aux autres, mais surtout à eux-mêmes), qu'ils peuvent le surmonter. C'est la véritable signification d'une menace existentielle perçue.

Ce ne sont pas là des raisons impérieuses d'insister sur la nécessité d'une confrontation. La vérité est bien plus simple - et bien plus inquiétante. Les États-Unis sont obsédés par la Chine parce qu'elle existe. Comme pour le K-2, il s'agit en soi d'un défi, car les États-Unis doivent prouver leurs prouesses (aux autres, mais surtout à eux-mêmes), qu'ils peuvent le surmonter. C'est la véritable signification d'une menace existentielle perçue.

Le déplacement du centre de gravité de la Russie en Europe vers la Chine en Asie est moins un mécanisme permettant de faire face à la défaite que la réaction pathologique d'un pays qui, ressentant un sentiment lancinant de diminution de ses prouesses, ne peut rien faire d'autre que d'essayer une dernière fois de se prouver à lui-même qu'il a encore ce qu'il faut - puisque vivre sans ce sentiment exalté de soi est intolérable.

Ce qui est considéré comme hétérodoxe, et audacieux, à Washington ces jours-ci, c'est d'affirmer qu'il faut régler l'affaire ukrainienne d'une manière ou d'une autre afin de pouvoir se préparer à la compétition véritablement historique avec Pékin. La vérité déconcertante selon laquelle personne d'important dans l'establishment de la politique étrangère du pays n'a dénoncé ce virage hasardeux vers la guerre confirme l'idée que ce sont des émotions profondes plutôt qu'une réflexion raisonnée qui poussent les États-Unis vers un conflit évitable et potentiellement catastrophique.

Une société représentée par une classe politique entière qui n'est pas dégrisée par cette perspective peut être jugée comme fournissant des preuves évidentes d'un déséquilibre collectif.

L'amnésie peut servir à épargner à nos élites politiques, et à la population américaine dans son ensemble, l'inconfort aigu de la reconnaissance des erreurs et de la défaite. Toutefois, ce succès ne s'accompagne pas d'un processus analogue d'effacement de la mémoire dans d'autres pays.

Dans le cas du Viêt Nam, les États-Unis ont eu la chance que leur position dominante dans le monde, en dehors du bloc soviétique et de la RPC, leur permette de conserver respect, statut et influence.

Mais les choses ont changé. La force relative des États-Unis dans tous les domaines s'est affaiblie, de fortes forces centrifuges dans le monde produisent une dispersion du pouvoir, de la volonté et des perspectives parmi d'autres États. Le phénomène des BRIC est l'incarnation concrète de cette réalité.

Par conséquent, les prérogatives des États-Unis se réduisent, leur capacité à façonner le système mondial conformément à leurs idées et à leurs intérêts est de plus en plus contestée, et ils misent sur une diplomatie d'un ordre qui semble dépasser leurs aptitudes actuelles.

Les États-Unis sont déconcertés.

 Michael Brenner

Michael Brenner est professeur d'affaires internationales à l'université de Pittsburgh.

Source:  Consortiumnews.com, 21 septembre 2023

Traduction:  Arretsurinfo.ch

 arretsurinfo.ch

 Commenter
Articles enfants
22/09/2023 lesakerfrancophone.fr  7 min #234200

 Les États-Unis ne peuvent pas faire face à la défaite

Comment l'administration Biden va-t-elle gérer sa défaite en Ukraine ?

Par Moon of Alabama - Le 21 septembre 2023

Bien que cet article aborde la guerre en Ukraine, il s'agit surtout des États-Unis et de l'administration Biden, et de la façon dont ils vont faire face à leur défaite dans leur guerre contre la Russie. Gardez cela à l'esprit lorsque vous commenterez.

Le moment où Washington reconnaîtra sa défaite en Ukraine et ses conséquences n'est pas encore arrivé.