23/09/2023 lesakerfrancophone.fr  8 min #234273

Crise diplomatique: Trudeau enjoint l'Inde à «prendre au sérieux» l'affaire du leader sikh assassiné

Le problème canadien de l'Inde. Être ou ne pas être

M.K. Bhadrakumar - Le 22 septembre 2023 - Source  Indian Punchline


La session extraordinaire du Parlement a permis au ministre des affaires étrangères, S. Jaishankar, de se tirer d'affaire. Il n'a pas participé à la réunion des ministres des affaires étrangères des BRICS en marge de la 78e session de l'Assemblée générale des Nations unies à New York le 20 septembre. Les BRICS sont en train de devenir un albatros qui empêche le gouvernement Modi de mener une vie normale et heureuse.

Le moment choisi par le Canada pour attaquer les responsables de la politique étrangère et de sécurité de l'Inde à la suite de l'assassinat de Hardeep Singh Nijjar ne fait aucun doute. Il a éclaté au lendemain du sommet du G20, qui a été le théâtre d'une défaite diplomatique cuisante des États-Unis devant la communauté mondiale, alors que le pays hôte, l'Inde, a su naviguer habilement pour saborder toute référence négative à la Russie dans le document final de l'événement.

L'affaire Nijjar peut être métaphoriquement appelée les raisins de la colère. Le monde occidental libéral a jusqu'à présent accordé au gouvernement Modi un libre passage dans son ordre fondé sur des règles. L'Inde pouvait prêcher, mais n'était pas responsable de ses propres pratiques. Toutes les bonnes choses ont une fin.

Le Canada a l'habitude d'agir comme un substitut des États-Unis. L'étrange affaire de la vice-présidente du conseil d'administration de Huawei, Meng Wanzhou, à l'aéroport de Vancouver le 1er décembre 2018, me vient à l'esprit. L'héritière milliardaire a été brutalement arrêtée à la suite d'une demande d'extradition provisoire des États-Unis pour fraude et conspiration en vue de commettre une fraude.

Mais en août 2021, le juge d'extradition a mis en doute la régularité de l'affaire et a exprimé "une grande difficulté à comprendre" comment le dossier présenté par le gouvernement américain soutenait son allégation de criminalité. Le 24 septembre 2021, le ministère américain de la justice a conclu un accord. Le 1er décembre 2022, le juge président a rejeté les accusations portées contre Meng à la suite d'une demande des États-Unis.

En ce qui concerne le dossier Nijjar, un fonctionnaire canadien au fait de l'affaire a déclaré hier à Associated Press que l'allégation du Premier ministre Justin Trudeau contre le gouvernement Modi était fondée sur la surveillance de diplomates indiens au Canada, y compris sur des renseignements fournis par un "allié majeur" qui est membre du tristement célèbre Five Eyes, le réseau secret de renseignement des pays anglo-saxons - l'Australie, la Grande-Bretagne, le Canada, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis.

Il est intéressant de noter que la Grande-Bretagne s'est empressée  de prendre ses distances avec la tirade de Trudeau, tandis qu'une source canadienne déclarait à Reuters que Canberra et Washington avaient collaboré "très étroitement" à l'examen des preuves indiquant une implication potentielle de l'Inde dans l'assassinat de M. Nijjar.

Trudeau s'est exprimé devant le parlement canadien après avoir consulté le président Biden, et la réaction de la Maison Blanche le même jour a été très positive. La porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, Adrienne Watson, a déclaré : "Nous sommes profondément préoccupés par les allégations évoquées par le Premier ministre Trudeau. Nous restons en contact régulier avec nos partenaires canadiens. Il est essentiel que l'enquête canadienne se poursuive et que les auteurs soient traduits en justice".

Watson travaille sous la direction de Jake Sullivan de la NSA, qui rend compte directement à Biden. Il est peu probable que Sullivan ait fait de cette affaire un problème personnel avec les services de sécurité indiens. En d'autres termes, la responsabilité s'arrête au bureau ovale.

En effet, après la remarque initiale de Watson, la Maison-Blanche a rapidement opté pour la  diplomatie du mégaphone, son chef de la communication stratégique de haut vol, John Kirby, un contre-amiral à la retraite, confirmant pour mémoire que Biden est "conscient des graves allégations" de Trudeau "et elles sont très sérieuses... et nous soutenons les efforts du Canada pour enquêter sur cette affaire. Nous pensons qu'une enquête exhaustive et totalement transparente est la bonne approche pour que nous puissions tous savoir exactement ce qui s'est passé, et nous encourageons bien sûr l'Inde à coopérer à cette enquête."

Interrogé sur le fait de savoir si les États-Unis, en tant que partenaire du Canada pour le partage de renseignements, savaient sur quoi se fondaient les allégations, Kirby s'est dérobé, déclarant qu'il souhaitait respecter le caractère sacré de l'enquête. En ce qui concerne les retombées si les allégations sont avérées, Kirby a déclaré qu'une fois que les faits seront connus, "vous pourrez commencer à envisager des recommandations ou des comportements que vous souhaiteriez adopter". Il a laissé entendre que les allégations canadiennes n'étaient pas sans fondement.

Mercredi, la Maison Blanche a défendu son approche, Watson répondant à une remarque du Washington Post sur la plateforme de médias sociaux X (anciennement Twitter), en niant que les États-Unis avaient snobé le Canada à propos de l'incident. "Les informations selon lesquelles nous aurions repoussé le Canada de quelque manière que ce soit sont totalement fausses", a écrit Watson, ajoutant que les États-Unis et le Canada coordonnaient étroitement leurs efforts dans ce domaine.

Elle a ajouté : "Il s'agit d'une affaire sérieuse et nous soutenons les efforts déployés par le Canada pour faire respecter la loi. Nous travaillons également avec le gouvernement indien". Elle s'est opposé aux suggestions selon lesquelles Washington rebuffait Ottawa parce qu'il devait courtiser l'Inde pour faire contrepoids à la Chine.

Ces leçons gratuites sont une pure hypocrisie de la part d'un pays qui recourt ouvertement à l'assassinat comme outil de sa politique étrangère. Qui a tué Qassem Soleimani ?

Hélas, face à ces brimades, la réaction de Delhi a été pour le moins pusillanime - comme si elle était sourde comme une pierre et n'entendait pas ce que disaient les responsables de la Maison Blanche. Il semble que le gouvernement savait tout de  l'étrange comportement de Trudeau lors de son séjour à Delhi pour le sommet du G-20, et qu'il avait préparé une feuille de route avec des panneaux indicateurs indiens.

Pourquoi une telle pusillanimité ? Cela ne fait que créer des malentendus. On aimerait croire que l'Inde, avec ses valeurs élevées en matière de gouvernance mondiale et son profond respect de la souveraineté nationale - en plus d'être le porte-drapeau du concept de Vasudhaiva Kutumbakam ("Le monde est une seule famille") - ne descendrait jamais à un niveau aussi odieux que celui de pratiquer le meurtre dans sa politique d'État.

Les États-Unis utilisent généralement ces sujets tendancieux pour effrayer et faire chanter leurs interlocuteurs faibles d'esprit du "tiers monde". C'est la raison pour laquelle Jaishankar n'aurait pas dû réduire la représentation de l'Inde à la réunion des ministres des affaires étrangères des BRICS. Nous vivons une époque extraordinaire où, si l'Inde n'était pas membre des BRICS, elle devrait l'être.

En effet, la  déclaration des BRICS à l'issue de la réunion de New York indiquait ce qui suit : "Les ministres ont réitéré leur inquiétude quant à l'utilisation de mesures coercitives unilatérales qui sont incompatibles avec les principes de la Charte des Nations unies et produisent des effets négatifs, notamment dans les pays en développement. Ils ont réitéré leur engagement à renforcer et à améliorer la gouvernance mondiale en promouvant un système international et multilatéral plus souple, plus efficace, plus représentatif, plus démocratique et plus responsable, et à faciliter une participation plus importante et plus significative des pays en développement et des pays les moins avancés..."

En définitive, le gouvernement devrait élaborer une stratégie pour sortir de la situation difficile dans laquelle il se trouve. Après tout, en tant que membre clé de l'alliance occidentale et allié proche des États-Unis, le Canada joue un rôle important pour les États-Unis dans l'établissement d'un ordre international fondé sur des règles et dans la promotion de la stratégie indo-pacifique. L'ordre international fondé sur des règles et la stratégie indo-pacifique sont également des mantras indiens.

Biden lui-même risque d'être très vite mis en cause et de devoir se battre pour sa carrière politique. Il est inutile de l'inviter à être l'invité principal de la fête de la République et de lui proposer en plus  un sommet du QUAD pour l'apaiser. Une fois que l'enquête canadienne aura suivi son cours, Ottawa pourra mettre sur la place publique  d'autres accusations passant pour des "preuves" - et cela pourrait se produire à un moment plus proche de nos élections générales. En définitive, la grande question est de savoir ce que les États-Unis préparent réellement.

M.K. Bhadrakumar

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter