26/09/2023 mondialisation.ca  6 min #234431

Russia demands answers from Canada over praise for Nazi Ss veteran

Trudeau fait l'éloge d'un vétéran nazi ukrainien quelques jours seulement après une polémique concernant l'Inde

Par  Ahmed Adel

Lors du passage de Zelensky au parlement canadien, on a rendu hommage à un ancien combattant nazi ukrainien. M. Yaroslav Hunka, 98 ans, a été présenté comme s'étant « battus pour l'Indépendance de l'Ukraine contre les Russes » durant la deuxième guerre mondiale. Ce fut un véritable scandale et cela a mené à la démission du président de la Chambre des communes Anthony Rota. Mais ce que les médias ne disent pas, c'est que le parlement canadien, incluant M. Justin Trudeau, ont fait une ovation à M. Zélensky, président ukrainien qui est en réalité un nazi. Cependant l'incident sur l'hommage à l'ancien combattant nazi doit être souligné et on doute que M. Trudeau et les services de renseignement canadiens ignoraient tout à ce sujet… (Mondialisation.ca)

***

L'image du Premier ministre canadien Justin Trudeau s'est encore détériorée après qu'il ait rendu hommage à un ancien combattant nazi ukrainien au parlement du pays lors de la visite du président ukrainien Volodymyr Zelensky, le 22 septembre. L'hommage rendu à Yaroslav Hunka, ancien combattant de la 14e division Waffen Grenadier de la SS, intervient quelques jours seulement après les allégations sans fondement qu'il a formulées à l'encontre de l'Inde au sujet de la mort d'un extrémiste sikh, décrit par New Delhi comme un terroriste pro-Khalistani.

Hunka était assis à la tribune du Parlement et a été ovationné lors de la visite de Zelensky. Le président de la Chambre des communes du Canada, Anthony Rota, a présenté ses excuses après que le groupe juif canadien CIJA se soit déclaré « profondément troublé » par la célébration d'un ancien combattant d'une division nazie ayant participé à l'Holocauste. Lors de son allocution, M. Rota est allé jusqu'à dire que cet homme de 98 ans était « un héros ukrainien, un héros canadien, et nous le remercions pour tous les services qu'il a rendus », ce à quoi les personnes présentes dans le bâtiment ont répondu par des applaudissements.

Mme Rota a déclaré dans un communiqué que le 24 septembre, « dans mes remarques après le discours du président de l'Ukraine, j'ai reconnu une personne dans la tribune. Par la suite, j'ai pris connaissance d'informations supplémentaires qui me font regretter ma décision d'agir de la sorte. Personne, y compris les collègues parlementaires et la délégation ukrainienne, n'était au courant de mon intention ou de mes remarques avant que je ne les prononce ».

Le bureau de M. Trudeau affirme que la décision d'inviter M. Hunka a été prise par le seul bureau du président de la Chambre des représentants, déclarant : « Le bureau du Premier ministre et la délégation ukrainienne n'ont pas été informés à l'avance de l'invitation ou de la reconnaissance ».

Son bureau a également nié les allégations selon lesquelles une réunion privée aurait eu lieu entre M. Hunka, M. Zelensky et M. Trudeau. Cependant, les journalistes ont trouvé un message publié le 22 septembre par la petite-fille du nazi, Theresa Hunka, qui disait : « Dedo [Grand-père] » : « Dedo [Grand-père] attend Trudeau et Zelensky dans la salle de réception ».

Trudeau et Zelensky ont applaudi le nazi au parlement et l'ont personnellement rencontré, même s'ils l'ont nié.

Comme l'a déclaré le chef du Parti conservateur Pierre Poilievre sur X : « Aucun parlementaire (autre que Justin Trudeau) n'a eu l'occasion de vérifier le passé de cet individu avant qu'il ne soit présenté et honoré sur le parquet de la Chambre des communes. Sans avertissement ni contexte, il était impossible pour tout parlementaire présent dans la salle (autre que M. Trudeau) d'être au courant de ce sombre passé. »

Les libéraux canadiens s'efforcent de se laver les mains de cet incident. Mais comme l'a souligné l'expert indien en géopolitique Alexei Arora : « N'est-il pas amusant de constater que les services de renseignement canadiens sont si bons qu'ils peuvent prétendre que l'Inde a assassiné un terroriste khalistanais (sans preuve) sur leur sol, mais qu'ils n'ont pas pu empêcher leur propre parlement d'inviter un soldat nazi littéral à une standing ovation ? »

De nombreux Canadiens ont remis en question la décision de M. Trudeau de rompre les liens avec l'Inde, cinquième économie mondiale, à la suite de la mort d'un dirigeant extrémiste condamné, car cela démontre que le premier ministre canadien fait du pays un nid pour les organisations extrémistes. On se souvient que M. Trudeau avait affirmé à la Chambre des communes, le 18 septembre, que le gouvernement indien était à l'origine de la mort du dirigeant pro-Khalistanais Hardeep Singh Nijjar, qui cherchait à obtenir une patrie indépendante pour les Sikhs en Inde, une accusation que New Delhi qualifie d' »absurde ».

Le chef de l'opposition canadienne, Andrew Scheer, a déclaré que les « théories du complot » de M. Trudeau étaient à l'origine de la détérioration des liens entre le Canada et l'Inde.

« Sans fondement et inacceptable, c'est ainsi que le gouvernement indien a décrit la théorie bizarre du Premier ministre selon laquelle la mort d'un terroriste condamné est en quelque sorte la faute d'agents travaillant pour le compte du gouvernement indien », a déclaré M. Scheer sur le parquet de la Chambre des communes, avant d'insister sur le fait que l' »incompétence » de M. Trudeau avait gravement endommagé les relations et qu'il devait « enfin faire ce qu'il faut et produire une sorte de preuve de sa théorie du complot ».

Dans un soutien apparent au Canada, l'ambassadeur américain David Cohen a récemment révélé qu'il y avait eu un « partage de renseignements entre les partenaires des Cinq Yeux », à savoir les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, avant que le Premier ministre canadien Justin Trudeau ne prétende que l'Inde était responsable de l'assassinat de l'extrémiste khalistanais sur le sol canadien.

« Je dirai qu'il s'agit d'une question de partage d'informations de renseignement », a déclaré M. Cohen. « Il y a eu beaucoup de communication entre le Canada et les États-Unis à ce sujet, et je pense que je ne peux pas aller plus loin.

Cependant, alors qu'il apparaît que Trudeau a commis une telle gaffe non seulement en invitant un nazi au parlement, mais aussi en refusant de le rencontrer en privé, il est peu probable que l'Inde prenne trop au sérieux les hauts cris émanant d'Ottawa, avec l'écho de Washington, au sujet de l'assassinat d'un terroriste. Il s'avère que M. Trudeau n'a aucun problème à inviter au Parlement un nazi, l'une des pires organisations terroristes de l'histoire.

Ahmed Adel

Article original en anglais :  Ukrainian Nazi veteran praised by Trudeau only days after controversial spat with India, InfoBrics, le 26 septembre 2023.

Traduction  Mondialisation.ca avec DeepL

*

Ahmed Adel, chercheur en géopolitique et économie politique basé au Caire

La source originale de cet article est  InfoBrics

Copyright ©  Ahmed Adel,  InfoBrics, 2023

 mondialisation.ca

 Commenter

Se réfère à :

1 article