29/09/2023 reseauinternational.net  7 min #234571

Crise diplomatique: Trudeau enjoint l'Inde à «prendre au sérieux» l'affaire du leader sikh assassiné

Justin Trudeau, victime d'un scandale, nie furieusement avoir voyagé en Inde dans un avion «rempli de cocaine»

Justin Trudeau, victime d'un scandale, nie furieusement avoir voyagé en Inde dans un avion «rempli de cocaine» et ne pas être sorti de sa chambre pendant deux jours, alors qu'un ancien diplomate indien le qualifie de «rambo canadien»

par Joe Hutchison

 Justin Trudeau a démenti avec colère les affirmations selon lesquelles il se serait rendu en  Inde à bord d'un avion «rempli de cocaïne» et qu'il n'aurait pas quitté sa chambre d'hôtel pendant deux jours.

Le bureau du Premier ministre canadien a rejeté les commentaires de l'ancien diplomate indien Deepak Vohra concernant les accusations qu'il a formulées lundi à la télévision indienne.

Vohra, ancien ambassadeur de l'Inde au Soudan, a déclaré à Zee News : «Lorsque Justin Trudeau est venu en Inde pour le G20 ce mois-ci, son avion était rempli de cocaïne. Il n'est pas sorti de sa chambre pendant deux jours».

Dans une déclaration au  Toronto Sun, le bureau de Trudeau a déclaré : «C'est absolument faux et c'est un exemple troublant de la manière dont la désinformation peut se frayer un chemin dans les reportages des médias».

Cette déclaration intervient après que Trudeau a dû présenter des excuses publiques à la suite de la reconnaissance par le Parlement canadien d'un homme qui a combattu aux côtés des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

A retired Indian Diplomat on
Indian TV says - there are “credible rumor that Trudeau’s plane had cocaine when he landed in India & he was overdosed for 2 days thus he couldn’t attend all G20 programs. Such is the level if discourse on Indian media #Sikh
Crime Reports India sur Twitter : Un diplomate indien à la retraite déclare à la télévision indienne qu'il existe des «rumeurs crédibles selon lesquelles l'avion de Trudeau contenait de la cocaïne lorsqu'il a atterri en Inde et qu'il a été victime d'une overdose pendant deux jours, ce qui l'a empêché d'assister à tous les programmes du G20». Tel est le niveau du discours des médias indiens.

Selon le Toronto Sun, Vohra a également déclaré :

«Ma femme l'a vu à l'aéroport de Delhi et a dit que Trudeau avait l'air déprimé et stressé.

Nous n'en connaissons pas la raison. Je ne connais pas la réalité, mais les médias sociaux et certaines rumeurs crédibles suggèrent que son avion était rempli de cocaïne.

Il s'est senti seul. Il essaie maintenant de montrer qu'il est un Rambo canadien et que rien ne peut mal tourner en sa présence. L'Inde a fait ce qu'il fallait en suspendant les services de visa au Canada».

L'ancien diplomate avait fait ces remarques après que  Trudeau eut affirmé que les autorités indiennes avaient fait assassiner un militant sikh en Colombie-Britannique.

Les accusations de Trudeau concernant l'assassinat, le 18 juin, de Hardeep Singh Nijjar, un séparatiste sikh de 45 ans, ont creusé le fossé entre le Canada et l'Inde et donné lieu à des expulsions diplomatiques.

Les allégations du Premier ministre concernant l'implication du gouvernement indien dans le meurtre par arme à feu, rendues publiques pour la première fois lundi, reposent en partie sur des communications interceptées entre des fonctionnaires indiens et les diplomates du pays au Canada, a déclaré un fonctionnaire à l'Associated Press.

Certains de ces renseignements ont été fournis par un membre de l'alliance de partage de renseignements «Five Eyes», qui comprend les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, en plus du Canada, a déclaré cette personne.

Le fonctionnaire, qui s'est exprimé sous le couvert de l'anonymat, n'a pas précisé quel allié avait fourni les renseignements, ni donné de détails sur le contenu des communications ou sur la manière dont elles ont été obtenues.

Les accusations de Trudeau concernant le meurtre, le 18 juin, de Hardeep Singh Nijjar (ci-dessus), un séparatiste sikh de 45 ans, ont creusé un fossé de plus en plus profond entre le Canada et l'Inde.

Cette révélation intervient alors que l'Inde a cessé de délivrer des visas aux citoyens canadiens et a demandé au Canada de réduire son personnel diplomatique, le fossé s'étant creusé entre les deux pays.

Les relations entre les deux pays ont atteint leur niveau le plus bas depuis des années après que Trudeau a déclaré lundi au Parlement qu'il existait des «allégations crédibles» d'implication de l'Inde dans l'assassinat sur le sol canadien.

Cette déclaration fracassante a déclenché une riposte internationale, chaque pays expulsant un diplomate. L'Inde a qualifié ces allégations d'«absurdes».

Nijjar, un plombier né en Inde et devenu citoyen canadien en 2007, était recherché par l'Inde depuis des années avant d'être abattu en juin à l'extérieur du temple qu'il dirigeait à Surrey, dans la banlieue de Vancouver.

Au moment de son assassinat, Nijjar travaillait à l'organisation d'un référendum officieux de la diaspora sikhe sur l'indépendance vis-à-vis de l'Inde.

Une bannière à l'effigie du leader sikh Hardeep Singh Nijjar est visible au temple Guru Nanak Sikh Gurdwara, lieu de son assassinat en juin 2023, à Surrey, en Colombie-Britannique.

Les inquiétudes de New Delhi concernant les groupes séparatistes sikhs au Canada pèsent depuis longtemps sur les relations entre les deux pays.

En mars, le gouvernement du Premier ministre indien Narendra Modi a convoqué le haut-commissaire canadien à New Delhi, son principal diplomate dans le pays, pour se plaindre des manifestations en faveur de l'indépendance des Sikhs au Canada.

Des signes d'un désaccord diplomatique plus large sont apparus lors du sommet du Groupe des 20 principales économies mondiales organisé par l'Inde au début du mois.

Trudeau a eu des rapports glaciaux avec Modi et, quelques jours plus tard, le Canada a annulé une mission commerciale en Inde prévue pour l'automne. L'accord commercial entre les deux pays est désormais en suspens.

Mercredi,  Trudeau a dû s'excuser pour la reconnaissance par le Parlement canadien d'un homme qui a combattu aux côtés des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Yaroslav Hunka, 98 ans, a été invité au Parlement et salué comme un héros ukrainien et canadien par Trudeau et le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau (photo à l'extrême droite) s'est excusé mercredi pour la reconnaissance par le Parlement d'un homme qui a combattu aux côtés des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau (photo à l'extrême droite) s'est excusé mercredi pour la reconnaissance par le Parlement d'un homme qui a combattu aux côtés des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il s'est avéré par la suite que Hunka avait été impliqué dans la division nazie pendant la Seconde Guerre mondiale, ce qui a poussé le président du Parlement, Anthony Rota, à démissionner et Trudeau à présenter ses excuses.

Dans une allocution télévisée, le Premier ministre a déclaré :

«Il s'agit d'une erreur qui a profondément embarrassé le Parlement et le Canada.

Il s'agit d'une violation horrible de la mémoire des millions de personnes qui sont mortes pendant l'Holocauste et cela a été très, très douloureux pour le peuple juif».

Juste après le discours de Zelensky à la Chambre des communes vendredi, les législateurs canadiens ont ovationné Hunka lorsque le président Rota a attiré l'attention sur lui.

Rota a présenté Hunka comme un héros de guerre qui a combattu pour la première division ukrainienne.

Au cours du week-end, des observateurs ont commencé à rendre public le fait que la première division ukrainienne était également connue sous le nom de division Waffen-SS Galicia, ou 14e division SS Waffen, une unité volontaire placée sous le commandement des nazis.

source :  Daily Mail via  Marie-Claire Tellier

 reseauinternational.net

 Commenter