« Babar » contre la pègre démocratique

« Babar » contre la pègre démocratique

par Georges FELTIN-TRACOL


Pendant trente ans au gré d'une périodicité fluctuante sort Défense de l'Occident. Fondée et animée par Maurice Bardèche (1907 – 1998), cette revue accueille diverses sensibilités nationales, du nationaliste-révolutionnaire François Duprat au futur gréciste Jean-Claude Jacquard, du traditionaliste radical Georges Gondinet à l'euro-régionaliste Jean Mabire… Maurice Bardèche, affectueusement surnommé « Babar » par les contributeurs, en fait un carrefour obligé de la radicalité à droite.

Outre ses articles, Maurice Bardèche signe dans chaque livraison un éditorial sur l'actualité du moment. Il aborde tous les sujets, de l'économie aux relations internationales en passant par la vie politique. Bien de ses éditoriaux sont de nos jours dépassés. Toutefois, certains gardent toute leur pertinence. C'est le cas avec La mafia des démocraties (2023, 212 p., 18,10 €), un recueil de vingt textes écrits entre 1953 et 1982 que viennent de publier les excellentes éditions dissidentes Kontre Kulture.

Il faut saluer le long et minutieux travail de recherche et de lecture attentive qui précède le choix crucial des éditoriaux. Certes, en cette période de Guerre froide, « Babar » dénonce volontiers l'Union Soviétique, le Pacte de Varsovie et les communistes. Il fustige néanmoins avec une énergie équivalente le Système occidental capitaliste – libéral. Maurice Bardèche tonne avec constance contre le régime victorieux en 1945. Force est de constater que certains textes rassemblés dans ce volume à la magnifique couverture sont visionnaires.


Par exemple, dans « Physiologie des démocraties libérales avancées » (1976), il prévient que « l'État ne nous protège plus. […] Les organisations marginales sont plus puissantes aujourd'hui que les gouvernements ». Il précise que l'impuissance croissante de l'État « n'empêche pas l'autoritarisme saugrenu. C'est un autre aspect des démocraties libérales avancées, c'est même la contrepartie de la violence et du terrorisme ». Cet avertissement prend un écho considérable après le covid et les attaques terroristes. Quelques lignes auparavant, il signale que « notre liberté politique est donc illusoire ». Persécuté politique pour ses écrits hostiles au résistancialisme triomphant, en particulier son Nuremberg ou la Terre promise, « Babar », incarcéré à la prison de Fresnes en 1954, rappelle que « nos libertés sont un leurre et la liberté de la presse pour commencer ». Il souligne que « l'opinion est donc dirigée dans les démocraties libérales tout comme dans les pays totalitaires ».

Brillant universitaire, spécialiste de la littérature française du XIXe siècle, mais marginalisé en raison de son engagement audacieux, Maurice Bardèche appartient au sérail enseignant. Son point de vue sur le système scolaire français peut surprendre. Sans aller jusqu'à la remise en cause de l'obligation scolaire, remise en cause plus que jamais essentielle et salutaire comme le préconisait d'ailleurs l'excellent programme présidentiel de Jean-Marie Le Pen en 2002, « Babar » estime que « le but de l'enseignement est un but pratique : l'enseignement doit permettre à un adolescent de gagner sa vie. Tout le reste est prétention et verbiage. Dès l'école, la sélection doit être la règle. C'est la meilleure et même la seule garantie de promotion pour les enfants des familles défavorisées ». Datant de 1981, cet article intitulé « Sur le chômage » s'élève par conséquent contre les premiers méfaits dévastateurs du pédagogisme et de la massification.

À propos de ce drame social qu'est la perte d'un emploi, il explique que « la cause fondamentale de tout chômage présent ou à venir est notre incapacité à maîtriser les conséquences du mécanisme industriel de la production, impuissance qui n'est pas particulière à la France, mais qu'on retrouve dans toutes les nations industrielles ». À l'époque, la France est encore une grand pays industriel. Maurice Bardèche devine les ravages considérables d'une mondialisation balbutiante alors contenue par le duopole planétaire USA – URSS.


Sans avoir la fibre juridique, « Babar » condamne enfin l'intrusion lente du poison égalitaire dans le droit. « Notre Code pénal, note-t-il, établi sous l'influence de la Déclaration des Droits de l'homme qui proclamait l'égalité de tous les citoyens contenait par là une cause profonde d'injustice et d'inefficacité. Aussi bien dans le niveau que dans l'exécution de la peine, la valeur de la sanction, la simple intervention de la justice pénale, ont un poids très différent suivant les individus, leur passé, leur caractère, leur situation sociale. » Les tribunaux libèrent des immigrés clandestins pour mieux emprisonner des lanceurs d'alerte identitaires. La « justice » administrative entérine la dissolution scandaleuse d'associations de défense du peuple français et supprime celle des bandes éco-terroristes. C'est très bien vu par Bardèche !

On comprend qu'il est impérieux de lire et de faire lire La mafia des démocraties. Le style de Maurice Bardèche y est exceptionnel. Il maîtrise tous les sujets qu'il traite avec brio, clarté et intelligence. Soucieux du sort des classes populaires autant que des classes moyennes, l'auteur de Sparte et les Sudistes combat donc l'égalitarisme et, plus largement, le mythe égalitaire qui sous-tend l'illusion démocratique. Un très grand merci aux courageuses éditions Kontre Kulture de remettre à l'honneur un immense monsieur de la pensée nationale et européenne !

GF-T

  • « Vigie d'un monde en ébullition », n° 93, mise en ligne le 22 novembre 2023 sur Radio Méridien Zéro.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter