15/02/2024 arretsurinfo.ch  4 min #242917

Avec l'opération « parfaite » de sauvetage d'otages, la déshumanisation par Israël des Palestiniens de Gaza a atteint un nouveau sommet

Par  Gideon Levy

Comme au bon vieux temps, Israël vénère à nouveau son armée. Le raid qui a permis de libérer Luis Norberto Har et Fernando Marman a déclenché un crescendo de joie doublé d'une résurgence de la fierté nationale. Les clips vidéo "autorisés à la publication" nous ramènent à l'époque où l'armée ressemblait à une production hollywoodienne et où tout le monde rivalisait d'éloges à l'égard de l'unité antiterroriste de Yaman et du service de sécurité du Shin Bet. C'était une opération parfaite, disaient tous les experts du renseignement, avec zéro victime.

Fernando Simon Marman, 60 ans, et Norberto Luis Har, 70 ans, après leur libération

Quelques victimes "collatérales" anonymes

Il s'agit en effet d'une opération impressionnante et d'un motif de joie, mais elle n'était pas parfaite et il n'y a certainement pas eu "zéro victime". Le fait qu'au moins 74 Palestiniens, dont des femmes et des enfants, aient été tués au cours de l'opération a été à peine mentionné en Israël. Peut-être ces morts étaient-elles inévitables. Peut-être que même si le nombre de morts palestiniens avait été sept fois plus élevé, cela n'aurait pas atténué la célébration. Deux Argentino-israéliens très sympathiques ont été libérés et tout le reste n'a pas d'importance.

Les images que j'ai vues des hôpitaux de Rafah le jour du sauvetage sont parmi les plus horribles que j'ai vues dans cette guerre. Des enfants déchiquetés, convulsant, regardant leur mort avec impuissance. L'horreur. Il n'est pas nécessaire d'entrer dans le dilemme moral de savoir si la libération de deux otages justifie la mort de 74 personnes - cette question est superflue dans une guerre aussi cruelle - pour souligner le mépris total d'Israël pour les morts collatérales. Le jour de l'opération, Israël a tué 133 personnes à Gaza, dont la plupart, comme c'est la norme dans cette guerre, étaient des civils innocents, parmi lesquels de nombreux enfants.

Nous étions tous heureux qu'ils soient libérés, et l'opération en elle-même était morale et pleinement justifiée. Mais le mépris pour la mort de dizaines de personnes, comme si elles n'étaient pas humaines, est un scandale. Libérez de plus en plus d'otages, le plus possible. Émerveillez-vous, réjouissez-vous et soyez fiers - mais mentionnez au moins le terrible prix payé par les habitants de Gaza pour cette opération juste. Les enfants déchiquetés n'ont joué aucun rôle dans la prise des otages. Ils sont destinés à payer le prix cruel de l'action du Hamas. En même temps que notre joie, on ne peut s'empêcher de penser à eux et à leur sort. Une opération ne peut être parfaite si c'est son prix.

Le mépris pour 74 personnes tuées dans le cadre d'une opération juste et équitable ne devrait surprendre personne. La déshumanisation des habitants de Gaza dans cette guerre a atteint un niveau que nous n'avions jamais connu auparavant, même après des décennies de déshumanisation des Palestiniens sous l'occupation.

L'absence scandaleuse de couverture des souffrances de Gaza par la plupart des médias israéliens restera à jamais dans les mémoires, du moins je l'espère. En conséquence, la plupart des Israéliens considèrent les Palestiniens comme des non-humains, voire des non-animaux. En Israël, les plus de 28 000 morts de Gaza sont considérés comme un simple chiffre, rien de plus. Le déracinement et le déplacement de millions de personnes déplacées d'un endroit à l'autre comme s'il s'agissait d'un troupeau de moutons et l'incroyable présentation effrontée de cette situation comme une "mesure humanitaire" ont déshumanisé encore davantage les habitants de Gaza. Si l'on croit qu'il s'agit d'êtres humains, on ne peut certainement pas les traiter de la sorte. On ne peut pas maltraiter les gens aussi longtemps si on croit qu'ils sont des êtres humains.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou n'est pas l'homme politique le plus tempétueux de son gouvernement - même la Cour internationale de justice de La Haye n'a pas réussi à trouver une seule déclaration génocidaire de sa part (contrairement à ce qui s'est passé avec le président Herzog). Cependant, il a exprimé cette déshumanisation d'une manière particulièrement pittoresque lorsqu'il a comparé la guerre d'Israël contre le Hamas à une coupe de verre que nous avions déjà brisée ; maintenant, a-t-il dit, les fragments restent et nous les piétinons jusqu'à ce qu'il n'en reste plus rien.

Netanyahou parlait du Hamas, mais après tout, tout le monde sait que Gaza, c'est le Hamas. Nous avons brisé le verre de Gaza, maintenant nous marchons sur ses fragments jusqu'à ce qu'ils se transforment en grains de sable, en air, en rien - en poussière humaine, en poussière sous-humaine.

 Gideon Levy

Photos: D.R.

Source:  Haaretz, 14/2/2024
Traduit par  Tlaxcala

Votre email...

 arretsurinfo.ch

 Commenter