17/02/2024 chroniquepalestine.com  12 min #243033

La Palestine est l'étincelle qui allumera la révolution

13 janvier 2024 - Plus de 400 000 manifestants pro-palestiniens descendent dans la rue lors d'une marche nationale à Washington DC pour montrer leur soutien aux Palestiniens et appeler à un cessez-le-feu et à la fin du génocide à Gaza - Photo : Eman Mohammed

Par  Nylah Burton

Le fait d'avoir été témoin du génocide israélien en Palestine a changé les gens à jamais. Cela conduit de nombreuses personnes non seulement à renforcer leur opposition au sionisme, mais aussi à condamner le rôle de l'Occident dans son ensemble.

Lorsque Patrice Lumumba a été assassiné en 1961, Langston Hughes a écrit : « Ils ont enterré Lumumba/ Dans une tombe non identifiée/ Mais il n'a pas besoin de plaque... Mon cœur est son tombeau/ Il est gravé ici. ».

Depuis qu'Israël a commencé son massacre à Gaza le 7 octobre, j'ai senti mon propre cœur se transformer en tombeau pour plus de 25 000 personnes en Palestine. Avec le reste du monde, j'ai été témoin du génocide le plus documenté de l'histoire. J'ai assisté, depuis mon téléphone, à la tentative d'anéantissement d'une nation entière.

Ces 100 jours de génocide ont remplacé toutes les cellules de mon corps et ont fait de moi une personne différente. Je ne suis plus le même qu'avant d'avoir été témoin de ces atrocités ; mon âme s'est transformée pour tourner autour de cette révolution. Je ne suis pas seule. Le monde a changé en même temps que moi.

Pour beaucoup, ce changement a été motivé par le travail des journalistes palestiniens qui risquent la mort pour avoir exposé la vérité.

« Les reportages héroïques, souvent capturés et publiés par de courageux jeunes Palestiniens dans toute la Palestine, nous offrent une vision claire de l'horrible violence et du racisme inhérents au projet colonial d'Israël », déclare Manal Farhan, une habitante de Chicago dont la famille a été expulsée de sa maison d'Al-Malha en Palestine en 1948, lors de la première Nakba.

Mais cette prise de conscience et cette rage croissantes ne sont pas seulement dirigées contre le colonialisme israélien, mais contre l'ensemble du projet occidental.

Rawan Masri, traductrice à Ramallah et cofondatrice de  Decolonize Palestine, dit avoir remarqué ce changement global monumental. « Je pense que ces 100 jours ont exposé la brutalité génocidaire d'Israël à des dizaines de personnes pour la toute première fois et à ceux qui étaient déjà solidaires avec nous plus que jamais auparavant. Je pense que c'est le début de la fin, non seulement pour Israël, mais aussi pour l'hégémonie coloniale occidentale que tant d'entre nous acceptaient comme une réalité de la vie, mais dont nous voyons aujourd'hui de manière tangible qu'elle n'a pas à l'être », dit-elle.

La liberté des Palestiniens est ma liberté

Iman Sultan, écrivain et journaliste pakistano-américaine qui a milité en faveur de la Palestine, affirme que plus de 100 jours passés à observer un génocide ont « conduit à un éveil où nous sommes plus conscients de notre humanité en reconnaissant celle des Palestiniens », ce que nous avons constaté à mesure que les gens devenaient plus spirituels et réfléchissaient davantage.

« Je pense également que les cycles réguliers et les spectacles de la vie capitaliste - qu'il s'agisse des élections, du culte des hommes politiques ou de la célébrité - ont été rendus obsolètes lorsque la réalité est que plus de 30 000 Palestiniens ont été tués à Gaza depuis le 7 octobre », poursuit M. Sultan. « Et ceux qui sont au pouvoir n'ont pas seulement promulgué, mais justifié ces meurtres ».

Ce sentiment de rejet généralisé s'est étendu à de nombreux domaines de notre vie. Le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions), qui vise à faire pression économiquement et politiquement sur Israël pour qu'il mette fin à l'occupation, a reçu un soutien sans précédent.

Après que Starbucks a poursuivi le syndicat des travailleurs de Starbucks pour son soutien à la Palestine et que des vidéos ont montré que McDonald's en Israël offrait des repas gratuits aux soldats des forces d'occupations israéliennes pendant qu'ils poursuivaient leur campagne de massacre, la plupart des Américains pro-palestiniens ont refusé de manger dans ces deux chaînes de restauration rapide, indiquant ainsi que leur boycott était permanent et qu'ils ne se laisseraient pas influencer par des excuses, même minimes - qui n'ont pas encore été présentées.

Cela peut sembler anodin, mais il aurait été insensé que les Américains, dont toute la culture repose sur le consumérisme, cessent de consommer deux des plus grands piliers de cette culture. Mais les gens ne peuvent plus continuer comme avant.

Et le  BDS ne se limite pas à cette liste. Les gens font des recherches sur les entreprises auxquelles ils achètent, consomment des produits locaux et d'occasion, limitent leurs déchets alimentaires et soutiennent intentionnellement des entreprises appartenant à des Palestiniens et des entreprises qui ont risqué leur vie pour la Palestine, comme HUDA Beauty.

Mme Masri explique qu'en Palestine, elle a également entendu d'innombrables personnes annoncer qu'elles ne voulaient plus regarder de films ou de programmes télévisés occidentaux.

« La phrase que j'entends le plus souvent est qu'ils ne peuvent pas supporter l'hypocrisie », explique Mme Masri. « Ils ne supportent pas de voir ce que les gens considèrent comme des problèmes comparés aux bombardements et à la famine, et de voir la vie se dérouler normalement lorsque cela nous est refusé. »

Alors que de plus en plus de personnes défendent la Palestine et perdent leur emploi, sont menacées de violence, agressées et suspendues simplement parce qu'elles portent des symboles de la résistance comme le keffieh, sans parler de l'emprisonnement pour leur militantisme, les enjeux de cette lutte deviennent beaucoup plus immédiats pour les alliés.

« De nombreux gouvernements ont largement ignoré le récent tollé de leur population exigeant un cessez-le-feu immédiat et permanent à Gaza ou ont criminalisé et puni le simple fait de s'exprimer en faveur des droits de l'homme des Palestiniens, [ce qui] montre clairement que ces nations qui prétendent valoriser et protéger la dignité humaine [sont] une farce », poursuit Farhan, ajoutant qu'elle est elle-même menacée d'expulsion par son propriétaire  M. Fishman simplement parce qu'elle a fait flotter un drapeau palestinien devant sa fenêtre.

« Les gens se rendent compte de ce que cela implique : ils ne sont pas vraiment libres - libres d'apprendre et de parler comme ils le souhaitent, de consommer comme ils le souhaitent, de se rassembler comme ils le souhaitent, de s'habiller comme ils le souhaitent - tant que la Palestine n'est pas libre. »

Rejoindre le monde contre l'Occident

Le procès  intenté par l'Afrique du Sud contre Israël devant la Cour Internationale de Justice de La Haye, considérée comme la plus haute juridiction du monde, a directement remis en cause cette hégémonie coloniale occidentale.

Comme l' a écrit Nesrine Malik dans le Guardian, le procès ne condamnait pas seulement Israël pour son occupation sanglante de 75 ans et son génocide actuel, mais remettait en question le mensonge pernicieux de l'Occident, qui se présente comme le garant de la moralité, de la logique et de la nuance, alors qu'en réalité, il est responsable de certains des actes de violence les plus barbares et les plus cruels dont l'humanité ait jamais été témoin.

« L'affaire de la CIJ montre que la logique occidentale s'épuise et que son pouvoir de persuasion s'amenuise dans un monde multipolaire », écrit M. Malik.

Il a été souligné que la plupart des pays qui soutiennent la Palestine ne font pas partie du monde occidental.

La Namibie, où l'Allemagne a commis le premier génocide du XXe siècle en 1904-1908, a condamné l'Allemagne pour son soutien à Israël. Ansar Allah au Yémen, communément appelé "les Houthis", a eu le courage de perturber la navigation vers Israël, et lorsque leur capitale a été bombardée par les États-Unis et le Royaume-Uni en représailles, ils n'ont pas reculé et ont étendu le blocage à leurs agresseurs.

Au lieu de désespérer de l'absence de pays occidentaux puissants pour se joindre à cet appel, mes camarades et moi-même considérons qu'il s'agit de la révolution du Sud global.

Ils ne peuvent pas nous vaincre. D'autant plus que nous ne sommes pas seulement géographiquement dans le Sud, mais aussi en Occident - les enfants des esclaves et des déplacés, des indigènes et des réfugiés, et notre refus est si fort que le monde nous a entendus. Nous devons rendre nos cris insupportables.

Le génocide en Palestine a également permis de sensibiliser à d'autres génocides en cours. En République démocratique du Congo,  six millions de personnes ont été tuées en raison de l'ingérence occidentale et de l'industrie minière du cobalt - le cobalt étant la ressource qui alimente notre technologie, y compris les smartphones.

Au Soudan, un génocide financé par les Émirats arabes unis a tué 9 000 personnes en six mois, y compris le génocide des Masalit au Darfour par les Forces de soutien rapide (RSF)/Janjaweed et les exécutions extrajudiciaires de non-Arabes dans tout le Soudan par les Forces armées soudanaises (SAF).

« Le positionnement de la cause palestinienne appelait à une libération globale. Naturellement, les gens ont demandé 'qui d'autre ?' », explique A., une Soudanaise non arabe et activiste qui souhaite rester anonyme pour sa sécurité et celle de sa famille.

Avec tant de gens qui ont pris conscience de ces autres atrocités, il serait facile de peindre un récit romantique de solidarité mondiale. Mais nous n'en sommes pas encore là, et la malhonnêteté ne nous en rapproche pas.

« Les gens s'interrogent sur leur conception de la libération et se demandent si elle résiste à l'épreuve de l'élargissement d'une véritable alliance », explique A.. « Dans le cas du Soudan, beaucoup ont trouvé des activistes locaux qui avaient déjà créé du contenu pour éduquer, défendre et soutenir bien avant le 7 octobre. Pour d'autres causes comme le Tigré, où il y a très peu de membres de la diaspora pour partager des histoires, nous avons vu la déconnexion entre un véritable allié et juste un autre slogan attaché à un autre mouvement. »

M. Sultan reconnaît que si nous vivons une époque sans précédent, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. « Je ne pense pas que le cataclysme entre le premier et le troisième monde ait été comblé. Cela n'est pas encore le cas. Mais on peut dire que c'est le début », dit-elle.

En tant que pays africains, la RDC et le Soudan ont lutté pour obtenir le niveau de reconnaissance et de solidarité mondiale que d'autres nations ont reçu dans notre mouvement. Les mots « Free Congo » ou « Free Sudan » sont accolés à nos manifestations, mais la participation aux manifestations axées sur ces pays est faible.

Alors que la Palestine reste le test décisif en matière de moralité, certains semblent ne pas vouloir retenir le témoignage et la vérité des Africains non arabes qui sont également opprimés. Nous ne pouvons plus nous permettre ce genre d'ignorance volontaire. Pendant combien d'années était-il acceptable de se détourner de la Palestine, de la balayer d'un revers de main en disant « c'est compliqué » ?

L'ère de la complaisance est révolue, et nous devons porter tous nos frères et sœurs dans nos cœurs et les maintenir au centre de notre combat.

C'est peut-être plus facile à dire qu'à faire dans un monde où l'oppression des Africains a toujours lutté pour obtenir une reconnaissance et une solidarité mondiales, mais il faut le faire.

Et nous devons aller plus loin. Certains ont appelé à des émeutes, à des soulèvements comme nous n'en avons jamais vu, à des actes de désobéissances civiles qui rendent impossible le fonctionnement de nos économies. Sans cela, nous aurions laissé tomber les Palestiniens et nous nous serions fourvoyés.

Le chagrin est profond, mais la liberté est accessible

C'est notre grand test en tant qu'humains, et si nous l'échouons, nous cesserons d'exister. Il ne s'agit pas d'une hyperbole ou d'une métaphore spirituelle. C'est un fait scientifique que le colonialisme et le capitalisme sont des maux jumeaux qui détruisent la capacité des humains à vivre sur cette Terre.

Rien que pendant le génocide de Gaza, l'armée israélienne a rejeté en trois mois  la même quantité de carbone que deux des nations les plus vulnérables du monde sur le plan climatique.

L'exploitation des ressources du Congo et les mêmes entreprises et nations (comme les États-Unis et le Royaume-Uni) qui financent Israël et font la guerre au Yémen sont les plus grands pollueurs du monde, tuant nos chances de vie humaine sur cette Terre juste pour de l'argent.

Nous devons nous débarrasser des chaînes qui ont piégé non seulement la Palestine, mais le monde entier.

Nous disposons d'un délai qui touche à sa fin, et nous sommes si nombreux à ressentir cette sainte urgence. Si nous laissons le génocide le plus documenté de l'histoire se produire sans conséquences, sans mettre fin à cette occupation et sans libérer nos frères et sœurs dans le monde entier, alors nous aurons tout perdu.

Mme Masri explique que l'élan de solidarité lui a donné le sentiment que la liberté est accessible, mais elle sait qu'elle sera durement acquise et qu'Israël et d'autres pays occidentaux commettront d'horribles actes de violences dont nous ne pourrons jamais guérir en réponse à la mort de l'empire.

« Le Yémen, la Namibie, l'Afrique du Sud et d'autres pays me donnent de l'espoir, mais la route est encore longue et sanglante », dit-elle.

Mais je ressens de la paix au milieu de ma douleur indescriptible. Parce que, d'une manière ou d'une autre, je sais que la libération est imminente.

Je sais que nous vengerons le sang de tous ceux qui ont perdu la vie en apportant une paix durable. Pour la première fois de ma vie, je peux le voir. Non pas à l'horizon ou dans un avenir lointain, mais ici, maintenant. Je la souhaite non seulement pour mes enfants, mais aussi pour moi.

La liberté est là et nous n'avons qu'à l'atteindre. Elle n'a jamais été aussi proche.

Mon cœur ne cessera jamais d'être une tombe. Je ne guérirai jamais de ce que j'ai vu. Je pleurerai toujours. Pourtant, je n'ai jamais été aussi désespérée, et je n'ai jamais été aussi pleine d'espoir. Pour la première fois, j'ai la foi.

Auteur :  Nylah Burton

* Nylah Burton est une écrivaine qui a publié des articles dans le New York Magazine et dans The Nation.

24 janvier 2024 -  Mondoweiss - Traduction :  Chronique de Palestine - Éléa Asselineau

 chroniquepalestine.com

 Commenter