27/02/2024 voltairenet.org  11 min #243704

Protests in Europe Could Lead to a Major Social Crisis

L'Union européenne contre les paysans

par Thierry Meyssan

Partout dans l'Union européenne, les paysans se dressent contre la Politique agricole commune (PAC) qui pourtant les subventionne. Les gouvernements leur répondent avec des mesures d'ajustement, des simplifications bureaucratiques et quelques paroles de réconfort. En réalité, ils sont impuissants face à une structure conçue pour appliquer une idéologie qui se révèle folle.

Il y a trois semaines, selon la police, des agriculteurs avec au moins 1 000 tracteurs manifestaient contre la politique de l'UE à Bruxelles.

Le désespoir et la colère des paysans européens

Dans toute l'Europe occidentale et centrale, les paysans manifestent. Ce fut d'abord aux Pays-Bas, en Italie, en Suisse et en Roumanie, aujourd'hui en Espagne, en France, en Allemagne et en Pologne. Cette jacquerie à l'échelle continentale se soulève contre la Politique agricole commune (PAC) de l'Union européenne.

Lors de la signature du Traité de Rome, instituant la Communauté économique européenne, en 1957, les six États fondateurs (Allemagne de l'Ouest, Belgique, France, Italie, Luxembourg et Pays-Bas) ont accepté le principe de libre circulation des marchandises. Ils s'interdisaient ainsi toute politique agricole nationale.

Afin de garantir des revenus aux paysans, ils mirent donc en place une politique agricole commune. Selon les États-membres, une aide de l'Union européenne est versée aux régions qui les répartissent aux agriculteurs ou directement aux exploitants (comme en France). C'est le « Premier pilier ». En outre, la Commission européenne détermine des normes de production afin d'améliorer la qualité de vie des populations rurales et celle de leurs productions. C'est le « Second Pilier ».

Le Premier pilier n'a pas résisté à l'élargissement de l'Union européenne, et au passage au libre-échange global (L'UE adhère à OMC en 1995) qui induit une augmentation démesurée des subventions communautaires. Le Second pilier a été pulvérisé par le Pacte vert pour l'Europe (2019) qui ambitionne de faire baisser la température de la Terre en limitant les émissions de gaz à effet de serre.

En l'absence de PAC globale, il n'existe pas de solution à l'échec du Premier pilier : le principe anglo-saxon de libre-échange global est incompatible avec celui du libre-échange européen compensé par la PAC européenne. Des prix plancher des produits agricoles, tels qu'annoncés par divers exécutifs nationaux, ne sauvera pas les paysans, mais au contraire les tuera dans la mesure où l'on continuera à accepter des produits importés à des prix bien plus bas.

Quant au Second pilier, il ne poursuit plus d'objectif politique, mais idéologique. En effet, l'affirmation selon laquelle le réchauffement de la planète n'est pas local, mais global, est contredit par les relevés de température. Tandis que l'affirmation selon laquelle il ne provient pas de facteurs astronomiques, mais de l'activité humaine, ne résiste pas au débat scientifique.

Rappelons que le Groupe inter-gouvernemental d'étude sur l'évolution du climat (GIEC) n'est pas une académie scientifique, mais une réunion de hauts-fonctionnaires (dont certains sont des scientifiques, mais qui siègent toujours en tant que hauts-fonctionnaires) constituée, en 1988, à l'initiative de Margaret Thatcher pour justifier le passage du charbon au pétrole, puis au nucléaire [1]. Ses conclusions, si elles ont été approuvées par les gouvernements qui peuvent passer au nucléaire, ont été violemment rejetées par des cénacles scientifiques dont la prestigieuse Académie des sciences de Russie [2]. Le prétendu « consensus scientifique » en la matière n'existe pas plus que la fameuse « communauté internationale » qui « sanctionne » la Russie. Au demeurant, la science ne fonctionne pas consensus, mais par essai-erreur.

Les tentatives de développer un tourisme vert dans les zones rurales ne sauvera pas les paysans. Tout au plus leur permettra-t-il de louer des chambres dans leurs fermes quelques semaines par an. Le problème n'est pas de changer d'activité, mais de permettre aux paysans de vivre et de nourrir leur population.

Les paysans d'Europe occidentale et centrale sont aujourd'hui dépendants des subventions européennes. Ils ne s'opposent pas à l'Union européenne qui leur permet de survivre, mais dénoncent ses contradictions qui les étouffent. La question n'est donc pas d'abroger tel ou tel règlement, mais de dire quelle forme d'Union européenne nous souhaitons construire.

Les prochaines élections de l'Union européenne se tiendront en juin. Il s'agira d'élire les députés du Parlement européen, les seuls élus de l'Union. En effet, le Conseil n'est pas élu au plan de l'Union, mais est composé de chefs d'État et de gouvernement élus au plan national, quant à la Commission, elle n'est pas élue du tout et représente les intérêts des parrains de l'Union.

Les différents projets de construction européenne

Pour comprendre cet étrange système, et éventuellement le modifier, revenons sur son origine : de l'entre-deux-guerres (1918-1939) à l'immédiat après-guerre (1945-57), il y a eu six projets concurrents d'union.

1- Le premier était porté par les Républicains radicaux. Il visait à unir des États administrés par des régimes comparables. On parlait alors d'unir des pays d'Europe et d'Amérique latine gouvernés en République.
La définition des Républiques et des Monarchies n'avait aucun rapport avec les élections et les successions dynastiques. Ainsi, le roi de France Henri IV se décrivait comme « républicain » (1589-1610), dans la mesure où il se dévouait au Bien commun de ses sujets et non pas aux intérêts de sa noblesse. Notre lecture des Républiques et des Monarchie date des Démocraties (le gouvernement du Peuple, par le Peuple et pour le Peuple). Elle se focalise sur les règles de désignation des dirigeants et non plus sur ce qu'ils font. Ainsi, nous considérons le Royaume-Uni contemporain comme plus démocratique que la France et ne tenons pas compte des invraisemblables privilèges dont jouit la noblesse britannique au détriment de son peuple.
L'Argentine d'Hipólito Yrigoyen (qui était alors la principale puissance économique des Amériques) aurait côtoyé au sein de cette union la France d'Aristide Briand (dont l'Empire s'étendait sur tous les continents). Le fait que ces Républiques ne soit pas nécessairement contigües ne choquait personne. Au contraire, cela garantissait que l'union ne se transformerait jamais en une structure supra-nationale, mais resterait un organe de coopération inter-étatiques.
Ce projet sombra avec la crise économique de 1929 et la montée du fascisme qu'elle provoqua.

2- Le deuxième était celui d'une union qui garantirait la paix. Le ministre des Finances français, Louis Loucheur, assurait que si l'Allemagne et la France s'unissaient dans un seul complexe militaro-industriel, ils ne pourraient plus se faire la guerre. [3].
Il fut réalisé lorsque, après la Seconde Guerre mondiale, les Anglo-Saxons décidèrent de réarmer l'Allemagne. En 1951, l'ancien ministre pétainiste Robert Schumann créa la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA).
La CECA a pris fin en 2002 et a été intégrée par le Traité de Nice à l'Union européenne.

3- Le troisième emprunte aux deux précédents. Il a été rédigé par le comte autro-hongrois Richard de Coudenhove-Kalergi. Il vise à unir tous les États du continent (sauf le Royaume-Uni et l'URSS) au sein d'une « PanEuropa ». Dans un premier temps, il se serait agi d'une fédération comparable à la Suisse, mais à terme ce serait devenu une entité supra-nationale sur le modèle des États-Unis et de l'URSS stalinienne (qui défendait les cultures des minorités ethniques) [4].
Ce projet a été plus ou moins réalisé avec le soutien des États-Unis. C'est, en 1949, la création du Conseil de l'Europe. J'écris « plus ou moins » parce que le Royaume-Uni en est un membre fondateur, ce qui n'était pas initialement prévu. Ce Conseil a élaboré une Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales (CSDHLF). Il s'est doté d'une Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) chargée de veiller à son application.
Cependant, à partir de 2009, de nombreux magistrats de cette Cour ont été sponsorisés, pour ne pas dire corrompus, par le milliardaire états-unien George Soros. Progressivement, ils ont interprété la Convention de manière à modifier la hiérarchie des normes. Par exemple, aujourd'hui, ils considèrent que les Traités internationaux sur le sauvetage en mer (qui prévoient
de débarquer les naufragés dans le port le plus proche) doivent s'effacer devant le droit des migrants à introduire des demandes d'asile politique en Europe.
Aujourd'hui, cette Cour juge en son absence et condamne systématiquement la Fédération de Russie, alors que celle-ci a été suspendue du Conseil de l'Europe, puis l'a quitté.

4- Le quatrième projet, le « Nouvel Ordre Européen », était celui du III° Reich à partir de 1941. Il s'agissait d'unir le continent européen en répartissant sa population, par région, selon des critères linguistiques. Chaque langue régionale, comme le Breton, aurait eu son État. L'État de loin le plus important aurait été celui où l'on parle allemand (Allemagne, Autriche, Liechtenstein, Luxembourg, Suisse alémanique, Tyrol italien, Sudètes tchécoslovaques, Carpates slovaques, Banat roumaine, etc.). En outre, des critères raciaux aurait déterminé les populations qui auraient été« réduites » (Juifs, Tsiganes et Slaves) et mises en esclavage.
Ce projet a été négocié entre le chancelier Adolf Hitler et le duce Benito Mussolini par l'entremise du juriste allemand Walter Hallstein. Il a été partiellement réalisé durant la Seconde Guerre mondiale, mais s'est effondré avec la chute du III° Reich.

5- Le cinquième projet fut formulé, en 1946, par l'ancien Premier ministre britannique, Winston Churchill [5]. Son objectif était de réconcilier le couple franco-allemand et d'écarter les Soviétiques. Il s'inscrit dans la vision de la Charte de l'Atlantique (1942) pour qui le monde d'après-guerre devait être gouverné conjointement par les États-Unis et l'Empire britannique. Plus encore, il participe de sa vision du rôle du Royaume-Uni appuyé sur le Commonwealth. Du côté atlantique, il développe une relation privilégiée avec les États-Unis et, du côté continental, il supervise l'Europe dont il ne se considèrent pas comme membre.
Winston Churchill a lancé simultanément plusieurs institutions. En définitive, c'est ce projet qui a été réalisé d'abord, en 1957, sous le nom de Communauté économique européenne (CEE) puis, en 1993, sous celui d'Union européenne (UE). Il emprunte des éléments à trois des projets précédents, mais jamais à celui de l'union des Républiques.
Les Anglo-Saxons ont toujours contrôlé la CEE-UE via la Commission européenne. C'est la raison pour laquelle elle n'est pas élue, mais nommée. D'ailleurs, Londres en a fait nommer comme premier président Walter Hallstein, l'ancien conseiller du chancelier Adolf Hitler pour les questions européennes. Par ailleurs, la Commission disposait initialement du pouvoir législatif qu'elle partage aujourd'hui avec le Parlement européen. Elle l'utilise pour proposer des normes que le Parlement valide ou rejette. Toutes ces normes reprennent mot à mot celles de l'Otan qui, contrairement à une idée répandue, ne se préoccupe pas seulement de Défense, mais de l'organisation des sociétés. Les bureaux de l'Otan, initialement situés au Luxembourg et aujourd'hui à côté de la Commission à Bruxelles, lui transmettent ses dossiers, depuis la largeur des routes (pour laisser passer les blindés) jusqu'à la composition du chocolat (pour composer la ration du soldat).

6- Le sixième projet a été développé par le président français Charles De Gaulle en réponse à celui des Britanniques. Il entendait construire une institution non pas fédérale, mais confédérale : l'« Europe des Nations ». Il déplora le Traité de Rome, mais l'accepta. Il interdit en 1963 et en 1967 au Royaume-Uni d'y adhérer. Il précisa que si élargissement devait y avoir, ce serait de Brest à Vladivostok, c'est-à-dire sans le Royaume-Uni, mais avec l'Union soviétique. Surtout, il se battit bec et ongles pour que les questions influant sur la Sécurité nationale ne puissent être prises qu'à l'unanimité.
Sa vision disparut avec lui. Les Britanniques sont entrés dans la CEE en 1973 pour en sortir en 2020. Il n'a jamais été proposé à la Russie d'y entrer et aujourd'hui, l'UE accumule les « sanctions » à son égard. Enfin, la prochaine réforme des Traités prévoit une majorité qualifiée pour les questions influant sur la Sécurité nationale.

Et les paysans dans tout cela ?

Au vu de l'analyse précédente de la Politique agricole commune, rien dans les structures de l'UE ne présage de la crise actuelle. C'est l'idéologie britannique non dite de l'UE qui en est la cause.

En adhérant à l'OMC, l'Union européenne a abandonné, sans le dire, la libre-circulation européenne pour une libre-circulation globale. Ce faisant, conformément à son ADN, elle suivait l'objectif de Winston Churchill. Les aides de l'Union européenne ne pourront jamais compenser la concurrence étrangère qui obéit à d'autres règles. Petit à petit, on se dirige vers une spécialisation du travail à l'échelle globale. Les paysans européens ne pourront y avoir qu'une place de plus en plus réduite, jusqu'au jour où le commerce international sera interrompu et où les Européens devront reconstruire leur agriculture ou mourir de faim.

Identiquement, le Pacte vert pour l'Europe, formulé par la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, ne répond pas au changement climatique, mais à l'idéologie que l'on a construit autour de lui. Ce faisant, l'UE s'engage dans le programme de Margaret Thatcher. Elle n'ambitionne plus de produire avec une industrie et une agriculture fortes, mais avec des services financiers. Au Royaume-Uni, cette politique s'est traduite par la prospérité de la minuscule City of London et l'effondrement économique du Grand Manchester.

Pour sauver les paysans européens, il ne suffit pas de s'opposer à l'évolution supra-nationale de l'UE, il faut avant tout la débarrasser de son idéologie. Or celle-ci n'est pas fixée par les Traités, elle est le fruit de son histoire.

 voltairenet.orgauteur29.html?lang=fr

[1] «  voltairenet.orgarticle164791.html », par Thierry Meyssan, Оdnako (Russie), Réseau Voltaire, 22 avril 2010.

[2] Voltaire, actualité internationale - N°44 - 9 juin 2023

[3] Carnets secrets, 1908-1932, Louis Loucheur, Brepols, 1962.

[4] Praktischer Idealismus, Richard de Coudenhove-Kalergi, 1925. Version française : Idéalisme Pratique : Le plan Kalergi pour détruire les peuples européens, Omnia Verita, 2018.

[5] «  voltairenet.orgarticle192497.html », par Winston Churchill, Réseau Voltaire, 19 septembre 1946.

 voltairenet.org

 Commenter