04/03/2024 reseauinternational.net  6 min #244093

L'Europe est effrayée et désespérée

par Alastair Crooke

Les événements à Gaza et en Ukraine mettent à mal des structures de contrôle du pouvoir politique établies de longue date dans l'UE, en Europe et aux États-Unis.

Un grand journal de l'establishment européen affirme que «ce qui dirige actuellement la politique européenne, c'est la peur». Les gros titres résonnent d'appréhension : «Les élites allemandes ont peur, alors que Poutine fait pleuvoir la mort sur l'Ukraine». Le Premier ministre britannique convoque une conférence de presse d'urgence pour mettre en garde contre «la démocratie menacée» par «l'extrémisme», à la veille d'une élection partielle remportée par George Galloway, une «épine» bien articulée, quoique quelque peu turbulente, dans le pied de la politique conventionnelle (mais qui n'a rien d'un «extrémiste»).

Aux États-Unis également, la sphère libérale est en ébullition à la suite de la publication d'un livre qui vient de paraître : « La rage rurale blanche : la menace pour la démocratie américaine», dans lequel «les blancs ruraux sont [décrits comme] les plus racistes, xénophobes, anti-immigrés, anti-gays, conspirationnistes et anti-démocratiques» des États-Unis. Ils «ne croient pas en une presse indépendante ou en la liberté d'expression» et sont «les plus susceptibles d'accepter ou d'excuser la violence».

Bien sûr, la peur est - dans un premier temps - détournée vers l'extérieur en affirmant que c'est en quelque sorte l'œuvre de la Russie - une «menace» imminente encore attisée par les affirmations sur les «aspirations impériales» du président Poutine, bien au-delà de l'Ukraine. Il n'y a cependant (pour inverser le mème habituel des médias), absolument aucune preuve de ces affirmations (à partir de tout ce que Poutine a dit au fil des ans).

Ce qui effraie plus immédiatement l'Occident, ce sont les défaites en cascade infligées aux forces ukrainiennes après la déroute d'Avdiivka. Le nouveau commandant ukrainien, le général Syrsky, a annoncé après la fuite  un repli sur de nouvelles lignes de défense, mais comme certains l'avaient prédit, il s'est avéré que les «lignes plus favorables» dont Syrsky faisait la promotion n'existaient pas.

Les photographes ukrainiens Konstantin et Vlada Liberov, qui documentent la guerre depuis le terrain, ont demandé à Syrsky : «Alors, quelle est la prochaine «forteresse» - Pokrovsk ? Ou simplement Konstantinovka ?»

«Où est cette deuxième ligne de Défense ?» s'interroge Yuri Butusov, rédacteur en chef de  Censor, à la suite de son voyage dans la région : «Il n'y a pas de mots. Ici à Kiev, le commandant en chef suprême dit une chose, mais sur le front, il se passe quelque chose de complètement différent. Je tiens à dire qu'aucune ligne de fortification n'a été construite au-delà d'Avdiivka jusqu'à présent. J'ai vu des drones russes attaquer nos soldats dans leurs terriers - au milieu d'un champ».

Il n'y a pas de lignes de défense construites - seulement des improvisations hâtives - tandis que l'Ukraine se contente de jeter ses réserves à l'assaut de la Défense - afin de soutenir son recul progressif. Les dirigeants de l'OTAN n'ont-ils pas remarqué cette lacune dans les lignes de défense ? Apparemment non...

L'une des raisons de la panique actuelle est donc la suivante : L'UE a fortement surinvesti dans son projet ukrainien et le voit maintenant s'effondrer rapidement. D'où la convocation précipitée par le président Macron des États de l'UE (avec un préavis de 24 heures) au palais de l'Élysée pour l'entendre avertir que la situation sur le terrain en Ukraine était si critique, et les enjeux pour l'Europe si élevés, que : «Nous sommes à un point critique du conflit où nous devons prendre l'initiative : Nous sommes déterminés à faire tout ce qu'il faut, aussi longtemps qu'il le faudra».

La proposition de Macron a toutefois choqué les dirigeants réunis. Il a préconisé l'envoi de détachements de forces spéciales européennes en Ukraine, non pas tant pour combattre directement les forces russes, mais pour jouer le rôle de «fil-piège» stratégique vulnérable et dissuasif à l'égard de la Russie qui, en cas d'attaque, «déclencherait» une riposte massive de l'OTAN sur la tête de la Russie.

Ces forces «fil d'Ariane», a affirmé Macron, constitueraient des obstacles stratégiques à la marge de manœuvre militaire de Moscou - des oasis de l'OTAN «intouchables», disséminées en Ukraine. Ses collègues, horrifiés, ont refusé ; ils considéraient les fils-pièges mis en place comme le tapis roulant menant à la Troisième Guerre mondiale : «Folie», et «non merci».

L'«autre jambe» du désespoir européen a été révélée par la ruée du Premier ministre Sunak vers le micro, à la suite du résultat de l'élection partielle de Rochdale, pour avertir que l'extrémisme mettait la démocratie en péril.

Un commentateur a  déclaré : «Rishi Sunak avait raison» : «Ce n'est pas de la politique, pas même de la politique radicale... C'est une rage inchoative, incohérente, qui est prête à faire cause commune avec n'importe qui d'autre, qui est enragé même pour des raisons contradictoires».

Si cette réaction vous semble un peu exagérée - simplement parce que George Galloway a remporté une victoire écrasante à Rochdale - permettez-nous de «relier les points» pour vous :

Le même commentateur (Janet Daley dans le Telegraph) affirme : «Pour remettre les choses à jour, nous avons maintenant une entité appelée le parti des travailleurs - un nom qui évoque le dévouement traditionnel de la gauche aux intérêts de la classe ouvrière - qui a remporté une élection partielle à Rochdale en associant la cause palestinienne dans la bande de Gaza aux besoins de la classe ouvrière locale».

Aie ! Voilà qui fait mal. Échos ici de la primaire du Michigan aux États-Unis, où une coalition de groupes pro-palestiniens qui avaient fixé un objectif modeste de 10 000 votes «non engagés» - la marge de victoire de Trump dans le Michigan en 2016 - pour envoyer un message au président Biden que la frustration des électeurs sur la guerre de Gaza pourrait lui coûter cher lors de l'élection de novembre. En l'occurrence, le soutien pro-palestinien a dépassé l'objectif de 10 000 voix et a atteint près de 101 400 voix.

Message envoyé - et comme l'indique le désespoir électoral dans les cercles démocrates, «message reçu».

Soyons clairs : Les événements à Gaza et en Ukraine mettent à mal des structures de contrôle du pouvoir politique établies de longue date dans l'UE, en Europe et aux États-Unis. D'où la panique et le double jeu.

 Alastair Crooke

source :  Al-Mayadeen

 reseauinternational.net

 Commenter