09/05/2024 reseauinternational.net  7min #248286

 Cérémonie d'investiture du président russe : diriger la Russie est « un devoir sacré », déclare Poutine

Scott Ritter : L'investiture de Poutine marque le début de la purge finale de l'influence occidentale néfaste

par Sputnik Globe

Vladimir Poutine a prêté serment en tant que président de la Russie mardi, marquant le début de ce que Scott Ritter, ancien officier du renseignement du Corps des Marines des États-Unis et inspecteur en désarmement de l'ONU devenu commentateur politique, espère devenir la dernière étape du rétablissement complet de la Russie de son auto-identification et de son statut de pays séparé et égal à l'Occident.

Dans  son discours lors de la cérémonie d'investiture, le président Poutine a particulièrement insisté sur sa responsabilité en tant que chef d'État de «protéger la Russie et de servir son peuple» et a exprimé la volonté de la Russie de dialoguer avec l'Occident, à condition que ce dernier abandonne ses efforts de restriction au développement de la Russie et cesser de faire pression sur le pays.

«Le dialogue est possible, notamment sur les questions de sécurité et de stabilité stratégique. Mais pas en position de force, sans arrogance, vanité ou exclusivité personnelle, mais seulement sur un pied d'égalité, dans le respect des intérêts de chacun», a déclaré Poutine.

En attendant, a déclaré le président, la Russie continuera à travailler avec ses partenaires en faveur de l'intégration eurasienne «d'autres centres de développement souverains» afin d'accélérer la formation «d'un ordre mondial multipolaire et d'un système de sécurité égal et indivisible».

Au niveau national, a souligné Poutine, les fondements de l'État russe incluent «l'harmonie interethnique, la préservation des traditions de tous les peuples vivant en Russie - une civilisation unifiée par la langue russe et par notre culture multiculturelle».

La tâche de l'État à l'avenir sera «s'assurer une continuité fiable dans le développement du pays pour les décennies à venir, d'élever et d'éduquer les jeunes générations qui renforceront et développeront le pays», a-t-il déclaré.

Thèmes communs

Le discours d'investiture de Poutine était très différent du discours télévisé qu'il a prononcé lorsqu'il est devenu président par intérim en 1999, mais il est néanmoins lié par un thème commun très important, a déclaré Scott Ritter à Sputnik.

«Dans son discours d'investiture, Vladimir Poutine a clairement indiqué que la sécurité de la Russie et du peuple russe était sa priorité absolue. Pourquoi devrait-il dire cela ? Parce qu'au moment où nous parlons, la Russie se trouve attaquée par de nombreux pays à travers le monde - des pays qui cherchent l'extermination existentielle de la Russie, sinon par la violence, du moins par l'étranglement économique», a déclaré Ritter.

En revanche, en 1999, la Russie était confrontée à une menace d'un autre type, selon le commentateur.

«En 1999, la Russie n'était pas confrontée à des attaques de l'extérieur dues à une influence étrangère, mais plutôt à des attaques de l'intérieur», a déclaré Ritter, soulignant la profonde infiltration des intérêts économiques et politiques occidentaux et des valeurs occidentales, à la fois dans le gouvernement russe et parmi les citoyens ordinaires. «C'était une Russie qui avait perdu contact avec elle-même», a déclaré l'observateur.

Au cours du mandat de Poutine, la Russie s'est progressivement «purgée» de ces attitudes, a déclaré Ritter, le conflit en Ukraine servant de catalyseur accélérant la transformation de la Russie, obligeant les élites et les citoyens ordinaires à reconsidérer qui ils sont et ce qui les définit.

À l'avenir, Ritter s'attend à ce que le nouveau mandat de Poutine «redéfinisse la Russie dans les dernières étapes de cette transformation qu'elle opère continuellement depuis 1999, une Russie qui purgera une fois pour tout le poison de l'influence malveillante occidentale de son système» et créer une notion purement russe de ce qu'est la Russie.

Quant à la communication et à la coopération potentielle avec les centres de pouvoir étrangers, elles seront conditionnées par la volonté occidentale de respecter l'indépendance de la Russie, a déclaré le commentateur.

«Vladimir Poutine a clairement indiqué dans son discours qu'il recherchait de bonnes relations avec l'Occident. La Russie ne cherche à dominer personne. Mais la Russie veut vivre dans une coexistence pacifique avec ses voisins occidentaux, sur un pied d'égalité, en tant que nation définie non pas par les valeurs occidentales, mais par les valeurs russes», a résumé Ritter.

source :  Sputnik Globe

*

par Hannibal Genséric

Voici les points clés de la cérémonie et du discours de Poutine, alors que le dirigeant russe entame son mandat de six ans.

Une cérémonie largement boudée par les Occidentaux

L'inauguration a eu lieu dans le somptueux Grand Palais du Kremlin, au cœur de Moscou, en présence de centaines d'invités de haut rang, parmi lesquels de hauts responsables du gouvernement et des ambassadeurs étrangers.

Malgré des relations tendues, la Russie a invité des envoyés des pays occidentaux à l'inauguration. Cependant, seuls quelques-uns, dont des envoyés de France, de Hongrie et de Slovaquie, y ont participé. Les représentants des États-Unis, de l'Union européenne, du Royaume-Uni et du Canada étaient absents à la cérémonie.

Le magazine allemand Der Spiegel a rapporté que l'investiture de Poutine avait provoqué une fracture parmi les pays de l'UE, entre ceux qui choisissent de «garder les canaux de communication [avec la Russie] ouverts» et ceux qui ne le font pas.

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré que la Russie n'organise pas d'inaugurations ni d'autres cérémonies «pour faire rapport à l'Occident». Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a ajouté que Moscou ne riposterait pas contre les pays qui snoberaient l'événement.

Priorités nationales

Dans son discours d'investiture, Poutine a souligné que la Russie devait être autosuffisante et compétitive, tout en promouvant un système de gouvernance suffisamment résilient et flexible pour s'adapter aux nouvelles conditions. Préserver les valeurs et les traditions séculaires est un objectif important, a-t-il ajouté.

Le succès du pays dans la résolution des problèmes internes et externes dépend en grande partie de sa capacité à rester uni et à avoir un «désir commun de bénéficier à la patrie», a souligné le président.

«Nous sommes un peuple uni et formidable, et ensemble nous surmonterons tous les obstacles et réaliserons tous nos projets. Gagnons ensemble», a déclaré Poutine.

Relations avec l'Occident

Moscou est prête à nouer des liens amicaux avec les nations du monde qui considèrent la Russie comme «un partenaire fiable et honnête», a déclaré Poutine. Selon le président russe, cela vaut également pour les relations avec l'Occident.

«Nous ne rejetons pas le dialogue avec les nations occidentales. La balle est dans leur camp», a insisté Poutine, ajoutant que les relations futures dépendront de la persistance de l'Occident dans ses «politiques agressives» et ses tentatives de dissuasion et de pression sur Moscou.

«Une conversation, notamment sur les questions de sécurité et de stabilité stratégique, est possible. Mais pas en position de force, sans arrogance, vanité et sentiment d'exclusivité personnelle, mais seulement sur un pied d'égalité, dans le respect des intérêts de chacun», a déclaré le dirigeant russe.

Un remaniement ministériel imminent

Comme l'exige la Constitution russe, le gouvernement national a démissionné peu après l'investiture. Cependant, Poutine a signé une loi ordonnant au gouvernement actuel de poursuivre son travail jusqu'à ce qu'une nouvelle administration soit formée.

Le processus devrait être rapide et le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que le président pourrait annoncer le choix du Premier ministre dès mardi. Le poste est actuellement occupé par Mikhaïl Mishustin, qui occupe ce poste depuis 2020.

Valentina Matvienko, présidente de la chambre haute du parlement russe, a déclaré qu'elle s'attend à ce que les législateurs disposent d'une liste complète du cabinet proposé la semaine prochaine.

source :  La Cause du Peuple

 reseauinternational.net

 Commenter