20/05/2024 lesakerfrancophone.fr  8 min #248927

Poutine à Pékin : la relation entre la Chine et la Russie, un «facteur de paix» mondiale

L'entente sino-russe modifie les plaques tectoniques de la politique mondiale


Par M.K. Bhadrakumar - Le 19 mai 2024 -  Indian Punchline

La visite d'État du président russe Vladimir Poutine en Chine a montré que le choix des deux superpuissances de s'aligner sur le modèle de l'entente fait son chemin. Il ne s'agit pas d'obligations militaires explicites de soutien, mais cela n'exclut pas totalement le soutien militaire. En adoptant une forme d'ambiguïté stratégique, les deux superpuissances disposent d'un moyen optimal pour faire face à la menace commune que représentent les États-Unis par le biais d'une action collective, tout en préservant l'autonomie d'actions indépendantes pour la poursuite d'intérêts spécifiques.

L'importance historique des pourparlers de Pékin réside dans le fait que le socle de compréhension stratégique qui s'est progressivement constitué grâce à l'effort de modélisation de l'entente Russie-Chine a évolué vers un choix d'alignement plus efficace qu'une alliance formelle pour faire contrepoids à la double stratégie d'endiguement des États-Unis.

L'entente permet à la Russie et à la Chine de trouver un juste milieu entre le piège et la dissuasion. Dans le même temps, l'ambiguïté stratégique inhérente à ces deux objectifs apparemment contradictoires d'une entente devrait être un élément clé de son succès en tant que stratégie d'alignement.

L'agence de presse étatique russe Tass a rapporté jeudi depuis Pékin que « le sujet central devrait être la crise ukrainienne » et que le goûter informel et le dîner au format restreint entre Xi et Poutine constitueraient "la partie la plus importante des pourparlers de Pékin" où les deux présidents tiendraient "des discussions substantielles sur l'Ukraine".

Dans sa déclaration aux médias à l'issue des entretiens, Xi Jinping a précisé le principe directeur. Il a déclaré : « L'idée d'amitié est devenue profondément ancrée dans nos esprits... Nous faisons également preuve d'un soutien mutuel et résolu sur les questions liées aux intérêts fondamentaux des deux parties et nous répondons aux préoccupations actuelles de l'autre. Il s'agit là du principal pilier du partenariat global et de la coopération stratégique entre la Russie et la Chine pour une nouvelle ère ».

Xi a ajouté : "La Chine et la Russie estiment que la crise ukrainienne doit être résolue par des moyens politiques... Cette approche vise à façonner une nouvelle architecture de sécurité équilibrée, efficace et durable."

Poutine a répondu que Moscou évaluait positivement le plan chinois. Il a déclaré à l'agence de presse Xinhua, pendant une interview, que Pékin est bien conscient des causes profondes et de l'importance géopolitique mondiale de ce conflit. Les idées et les propositions contenues dans le document témoignent du "désir sincère de nos amis chinois d'aider à stabiliser la situation".

La confiance mutuelle est telle que l'offensive russe en cours à Kharkov a débuté le 10 mai, six jours seulement avant le voyage de Poutine en Chine. Pékin sait qu'il s'agit d'un moment décisif dans la guerre : Moscou n'est qu'à trois ou quatre minutes d'une attaque de missiles si l'OTAN accède à la ville.

La déclaration commune publiée après la visite de Poutine affirme notamment que pour "un règlement durable de la crise ukrainienne, il est nécessaire d'en éliminer les causes profondes". Au-delà de la question épineuse de l'expansion de l'OTAN, ce document de 7 000 mots s'attaque pour la première fois à la démolition des monuments à la gloire de l'Armée rouge en Ukraine et dans toute l'Europe, ainsi qu'à la réhabilitation du fascisme.

Pékin sent que la Russie a pris le dessus dans la guerre. En effet, si l'OTAN devait subir une défaite en Ukraine, cela aurait des conséquences profondes pour le système transatlantique et la propension des États-Unis à risquer une nouvelle confrontation dans la région Asie-Pacifique. (Il est intéressant de noter que le ministre des affaires étrangères sortant de Taïwan, Joseph Wu, a déclaré dans une interview à Associated Press que la visite de Poutine en Chine témoignait du fait que la Russie et la Chine "s'aidaient mutuellement à étendre leur emprise territoriale").

La Chine est consciente des lignes de faille de l'alliance euro-atlantique et développe volontairement des relations étroites avec certaines parties de l'Europe continentale. C'est le leitmotiv de la récente tournée de Xi en France, en Serbie et en Hongrie, comme en témoignent les réactions nerveuses à Washington et à Londres.

La Chine espère gagner autant de temps que possible afin de maintenir le point d'ignition de Taïwan à distance. La Chine ne se fait pas d'illusions : sa confrontation avec les États-Unis est de nature stratégique et son objectif principal est de contrôler l'accès aux ressources et aux marchés mondiaux et d'imposer les normes mondiales dans le cadre de la quatrième révolution industrielle.

Contrairement à la Russie, la Chine n'a pas de bagages dans ses relations avec l'Europe. Et les priorités européennes ne consistent pas non plus à s'empêtrer dans une confrontation entre les États-Unis et la Chine. Les élites européennes n'envisagent pas encore de nouvelle politique, mais cela devrait changer après les élections au Parlement européen (6-8 juin), car elles sont poussées à trouver un compromis avec la Russie en raison de l'augmentation des coûts économiques liés aux dépenses de défense, de l'inquiétude croissante face à la perspective d'un conflit direct avec la Russie, de la prise de conscience croissante que la Russie ne peut être vaincue et de la prise de conscience par l'opinion publique que les dépenses européennes pour l'Ukraine financent en fait le complexe militaro-industriel des États-Unis.

La Chine s'attend à ce que tout cela ait un effet salutaire sur la sécurité internationale à court terme. En définitive, la Chine a tout intérêt à entretenir des relations harmonieuses avec l'Europe, qui est un partenaire économique essentiel, après l'ANASE. Comme l'a écrit un éditorialiste russe la semaine dernière, "la Chine croit sincèrement que l'économie joue un rôle central dans la politique mondiale". Malgré ses racines anciennes, la culture chinoise en matière de politique étrangère est également un produit de la pensée marxiste, dans laquelle la base économique est vitale par rapport à la superstructure politique.

En d'autres termes, Pékin estime que l'approfondissement de ses liens économiques avec l'UE est le moyen le plus sûr d'encourager les principales puissances européennes à mettre un frein aux stratégies unilatérales aventuristes et interventionnistes des États-Unis dans la politique mondiale.

La dialectique à l'œuvre dans l'entente sino-russe ne peut être correctement comprise si les récits occidentaux continuent à compter les arbres, mais ne parviennent pas à dresser un tableau d'ensemble de la forêt. Par ailleurs, l'un des facteurs de la "dédollarisation" réussie du système de paiement russo-chinois est que les États-Unis n'ont plus les moyens de surveiller le trafic à travers cette vaste frontière de 4 209,3 km et qu'ils sont de plus en plus tenus de deviner ce qui se passe.

Le temps joue en faveur de la Russie et de la Chine. La gravité de leur alliance est déjà contagieuse, car les pays éloignés du sud de la planète affluent vers elles. Une forte présence russe le long de la côte atlantique de l'Afrique de l'Ouest n'est plus qu'une question de temps. L'intensification de la coordination de la politique étrangère entre Moscou et Pékin signifie qu'ils agissent en tandem tout en poursuivant des politiques étrangères indépendantes et en leur laissant la possibilité d'exploiter des intérêts spécifiques.

Dans sa déclaration aux médias, Xi a indiqué que la Chine et la Russie s'engageaient à faire de la coordination stratégique le fondement de leurs relations et à orienter la gouvernance mondiale dans la bonne direction. De son côté, Poutine a souligné que les deux grandes puissances ont maintenu une coordination étroite sur la scène internationale et se sont engagées conjointement à promouvoir l'établissement d'un ordre mondial multipolaire plus démocratique.

La composante symbolique de la visite de Poutine en Chine, qui est son premier voyage après son investiture, est d'une grande importance. Les Chinois lisent parfaitement tous ces signes et comprennent parfaitement que Poutine envoie un message au monde sur ses priorités et la force de ses liens personnels avec Xi.

La déclaration conjointe, qui témoigne d'un approfondissement des relations stratégiques, mentionne les projets d'intensification des liens militaires et la manière dont la coopération entre les deux nations dans le secteur de la défense a permis d'améliorer la sécurité régionale et mondiale.

Plus important encore, elle critique les États-Unis. La déclaration conjointe indique que « les États-Unis pensent toujours en termes de guerre froide et sont guidés par la logique de la confrontation des blocs, plaçant la sécurité de "groupes étroits" au-dessus de la sécurité et de la stabilité régionales, ce qui crée une menace pour la sécurité de tous les pays de la région. Les États-Unis doivent abandonner ce comportement ».

La déclaration commune "condamne également les initiatives de confiscation d'actifs et de biens d'États étrangers et souligne le droit de ces États à appliquer des mesures de rétorsion conformément aux normes juridiques internationales" - une référence claire aux initiatives occidentales visant à rediriger les bénéfices des actifs russes gelés ou les actifs eux-mêmes, pour aider l'Ukraine. La Chine est sur ses gardes, comme en témoignent la réduction constante de ses avoirs en bons du Trésor américain et l'ajout d'une quantité d'or de plus en plus importante à ses réserves, qu'elle n'avait pas connue depuis près de 50 ans.

M.K. Bhadrakumar

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter