29/05/2024 dedefensa.org  4 min #249442

Un «vol flagrant et cynique» : la diplomatie russe met en garde contre toute saisie de ses actifs en Occident

Voler l'argent de la Russie

 Les Carnets de Dimitri Orlov  

À la fin du mois d'avril, la Chambre des représentants des États-Unis a adopté une loi qui, si elle est mise en œuvre, permettra à Joe Biden (ou à tout autre candidat qui viendra chauffer son siège) de confisquer les avoirs gelés de l'État russe et de les remettre au régime de Kiev. Ces avoirs représentent environ 7 à 8 milliards de dollars, ce qui est loin d'être suffisant pour acheter à chacun des nombreux hommes de main de Zelenski un appartement avec vue sur la mer à Miami, mais leur confiscation créerait un très mauvais précédent. Auparavant, les seuls cas où les avoirs d'un autre État pouvaient être confisqués étaient les cas de capitulation de cet État à la suite de la perte d'une guerre. Mais les États-Unis et le reste de l'OTAN nient farouchement être en guerre avec la Russie (une guerre par procuration qui utilise les Ukrainiens comme chair à canon – peut-être – ce mot « procuration » faisant la différence entre la vie et la mort pour l'Occident).

Si les 7 à 8 milliards de dollars ne représentent pas grand-chose et peuvent être considérés comme un peu de charité russe pour des Américains de plus en plus fauchés (les États-Unis ont un déficit commercial avec la Russie d'environ 10 milliards de dollars par an, ce qui est aussi une sorte de charité), le signal que ce texte législatif a envoyé à l'Union européenne est que ses maîtres et commandants d'outre-mer aimeraient qu'elle suive le mouvement. Or, il se trouve qu'Euroclear, dont le siège est en Belgique, est en possession de quelque 300 milliards de dollars d'actifs russes gelés et que s'emparer d'une telle somme serait certainement perçu à Moscou comme une déclaration de guerre, ce qui se termine généralement mal pour les Européens : La cavalerie russe à Paris, les chars russes à Berlin… et qui sait ce que les Russes vont inventer cette fois-ci.

Le pire, c'est que si les Européens volent cet argent et le donnent à la joyeuse bande de voleurs de Zelenski, les Russes n'auront rien à faire. La Russie n'a pas besoin de cet argent, du moins pas dans l'immédiat, car elle a une dette extérieure négligeable et une économie en pleine croissance, mais l'UE, elle, en a besoin. La majeure partie de cet argent se présente sous la forme d'euro-obligations, c'est-à-dire que la Russie a investi son argent dans l'économie européenne, où il permet de maintenir les entreprises ouvertes et d'employer les gens. La vente de ces obligations pour obtenir des fonds pour les Ukrainiens dans le cadre d'une braderie serait désastreuse pour les finances déjà chancelantes de l'Europe, car elle ferait grimper les taux d'intérêt, l'inflation, les taux de faillite et le chômage.

Le Fonds monétaire international a été le suivant à pousser des cris d'orfraie. Il s'agit d'un outil utilisé par l'Occident pour prendre un avantage déloyal sur les nations concurrentes du Sud, en s'appuyant sur le fait que 55 % des votes en son sein sont contrôlés par les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Union européenne et le Japon, qui votent en bloc. Le FMI contrôle les banques centrales nationales de deux manières : en établissant certaines règles qui favorisent l'Occident et en émettant des crédits assortis de certaines conditions, telles que des programmes d'austérité qui provoquent les « émeutes du FMI » mondialement connues. Mais si les banques centrales du monde entier, voyant les richesses souveraines russes volées en toute impunité, commencent à hésiter à placer leurs propres richesses souveraines auprès d'institutions financières occidentales, le FMI perdra sa capacité à dicter ses conditions au reste du monde, ce qui mettra fin à cinq siècles de contrôle financier mondial exercé par les intérêts bancaires occidentaux.

Le 23 Mai 2024,  Club Orlov – Traduction du  Sakerfrancophone

Note du Saker Francophone

Depuis quelques temps, des gens indélicats retraduisent "mal" en anglais nos propres traductions sans l'autorisation de l'auteur qui vit de ses publications. Dmitry Orlov nous faisait l'amitié depuis toutes ses années de nous laisser publier les traductions françaises de ses articles, même ceux payant pour les anglophones. Dans ces nouvelles conditions, en accord avec l'auteur, on vous propose la 1ere partie de l'article ici. Vous pouvez lire la suite en français  derrière ce lien en vous abonnant au site  Boosty de Dmitry Orlov.

 dedefensa.org

 Commenter