18/03/2023 33 articles arretsurinfo.ch  5 min #225724

L'Irak 20 ans plus tard. Les mensonges de Bush n'étaient pas le problème

Paru le 17 mars 2023 sur  Nonzero Newsletter

"Bush a menti, des gens sont morts" : c'est ce que l'on retient souvent de la guerre d'Irak, qui a débuté il y a 20 ans ce week-end. Mais il s'agit d'une conclusion trompeuse, qui occulte d'importantes leçons de la guerre et protège de l'obligation de rendre des comptes les Américains influents dont le mauvais jugement a contribué à la mort de centaines de milliers de personnes.

Il est bien sûr vrai que l'administration Bush a prétendu à tort que Saddam Hussein avait des programmes actifs d'armes nucléaires, chimiques et biologiques. Et il est vrai qu'un grand nombre de politiciens américains, de groupes de réflexion, d'éditorialistes et d'autres leaders d'opinion ont cru à ces affirmations et ont soutenu une guerre désastreuse.

Mais voilà : même si ces affirmations avaient été vraies, soutenir l'invasion de l'Irak n'aurait pas eu de sens.

Le brouillard du temps nous fait facilement perdre de vue l'un des faits les plus étonnants de cette guerre : Pour envahir l'Irak et commencer à chercher des armes de destruction massive, les États-Unis ont d'abord dû expulser les inspecteurs de l'ONU qui se trouvaient en Irak à la recherche d'armes de destruction massive.

Et ils l'avaient fait de manière intensive ! Au cours des quatre mois précédents, ils ont inspecté plus de 500 sites et n'ont trouvé aucune ADM ni aucun signe d'un programme d'ADM.

Étant donné que les sites inspectés comprenaient les sites que les services de renseignement américains avaient jugés les plus susceptibles de contenir des armes de destruction massive, ce résultat - zéro pour 500 - suggérait à l'observateur attentif que les informations émanant du gouvernement américain sur les activités de Saddam Hussein n'étaient pas dignes de confiance.

Mais laissons cela de côté. Supposons que le gouvernement américain n'ait pas été ainsi discrédité - supposons qu'à la veille de l'invasion, il y ait encore de bonnes raisons de penser que des ADM se trouvent quelque part. Pourquoi ne pas laisser les inspecteurs de l'ONU - qui avaient été autorisés par le gouvernement irakien à inspecter tous les sites qu'ils avaient demandé à inspecter - continuer à chercher ? Il n'y a tout simplement pas de réponse à cette question qui tienne la route.

Les hommes politiques et les leaders d'opinion américains ne pourront donc pas dire qu'ils ont soutenu l'invasion du 19 mars 2003 parce qu'ils croyaient aux affirmations de l'administration concernant les armes de destruction massive. Soutenir l'invasion n'avait pas plus de sens s'ils croyaient à ces affirmations que s'ils n'y croyaient pas.

L'une des sources de frustration de ceux d'entre nous qui se sont opposés à l'invasion est qu'elle a été suivie d'une reddition de comptes à peu près nulle. Les groupes de réflexion et les médias américains dont les sommités ont entraîné leur pays dans une guerre catastrophique ont continué, par la suite, à être dirigés et dotés en personnel par ces mêmes sommités. Certains d'entre eux ont même été élevés à de nouveaux sommets.

Peut-être que ce manque de renouvellement de l'establishment de la politique étrangère américaine contribue à expliquer certaines erreurs de politique étrangère qui se sont accumulées entre-temps, telles que :

(1) une guerre désastreuse de changement de régime en Libye (commencée sous le couvert séduisant d'une intervention humanitaire limitée approuvée par le Conseil de sécurité des Nations unies) ;

(2) la décision des États-Unis et de certains de leurs amis au Moyen-Orient d'inonder la Syrie d'armes, transformant ce qui aurait été une répression brutale mais limitée en une guerre civile épique, massivement meurtrière et largement déstabilisatrice qui n'a pas permis d'atteindre l'objectif de changement de régime ;

(3) une politique irréfléchie et sans cesse renouvelée des États-Unis en matière de politique étrangère ;

(5) une politique de sanctions absurde et toujours plus étendue qui continue d'infliger des souffrances inutiles aux populations de Cuba, du Venezuela, de la Syrie et de l'Iran, entre autres.

Même la guerre en Ukraine, bien qu'elle ait été déclenchée par la Russie, pourrait avoir une sorte de lien avec la continuité entre l'establishment de la politique étrangère américaine d'avant et d'après la guerre d'Irak. Il est impossible de savoir avec certitude pourquoi l'administration Biden a refusé de négocier sérieusement avec la Russie pour tenter d'empêcher l'invasion de l'Ukraine, mais l'une des raisons pourrait avoir été la certitude qu'une réussite dans cette entreprise aurait été accueillie par un chœur d'élites de la politique étrangère alléguant un apaisement de type munichois.

Et l'une des raisons pour lesquelles un tel chœur était assuré était que le caractère du chœur n'avait pas changé après la guerre d'Irak ; soutenir l'intervention américaine la plus désastreuse depuis le Vietnam n'était pas considéré comme une tache sur le CV d'une élite de la politique étrangère. Cela s'explique en partie par le fait que l'excuse "j'ai soutenu la guerre parce que je croyais que mon président disait la vérité" était considérée comme valable. Même si cela n'avait aucun sens.

La quasi-hystérie qui a imprégné le discours américain sur Saddam Hussein en 2002 et au début de 2003 a des échos dans le discours actuel sur la Chine et, dans une certaine mesure, sur la Russie. Il est donc important de se rappeler qu'il y a au moins deux leçons à tirer de la guerre d'Irak. L'une, bien sûr, est la fameuse leçon : il faut être sceptique à l'égard de ce qu'une administration faucon (comme l'actuelle) dit à propos de ses adversaires. L'autre, qui peut sembler facile mais qui est en fait difficile, est la suivante : essayez de rester calme et de penser clairement, même si ce n'est pas ce que les sommités sont en train de faire.

Source:  Iraq 20 years later: Bush's lies weren't the problem (substack.com)

Traduction: Arrêt sur info

 arretsurinfo.ch

 Commenter
Articles enfants plus récents en premier
10/04/2023 arretsurinfo.ch  10 min #226858

L'Irak 20 ans plus tard. Les mensonges de Bush n'étaient pas le problème

Le Washington impérial ou la nouvelle menace mondiale

Maison Blanche sur fond de coucher de soleil rouge profond

Par David Stockman

Paru le 8 avril 2023 sur International Man

Il n'y a pas de paix sur terre aujourd'hui pour des raisons principalement enracinées dans la Washington impériale - pas à Moscou, Pékin, Téhéran, Damas, Mossoul ou les décombres de ce qui reste de Raqqa. L'impérialisme de Washington est devenu une menace mondiale en raison de ce qui ne s'est pas produit en 1991 (lorsque l'URSS s'est effondrée).

09/04/2023 les-crises.fr  10 min #226829

L'Irak 20 ans plus tard. Les mensonges de Bush n'étaient pas le problème

Guerre en Irak : retour sur l'assaut brutal contre Falloujah

On se souviendra de feu Jim Molan pour de nombreuses raisons. Peu se souviendront de lui pour les violences à grande échelle commises par les troupes de la coalition sous son commandement lors de l'assaut brutal contre Falloujah et d'autres villes sunnites pendant l'occupation illégale de l'Irak à la fin de l'année 2004.

Source : John Menadue
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

08/04/2023 lewrockwell.com  8 min 🇬🇧 #226779

L'Irak 20 ans plus tard. Les mensonges de Bush n'étaient pas le problème

Imperial Washington - The New Global Menace

By David Stockman

International Man

April 8, 2023

There is no peace on earth today for reasons mainly rooted in Imperial Washington —  not Moscow, Beijing, Tehran, Damascus, Mosul or the rubble of what remains of Raqqa. Imperial Washington has become a global menace owing to what didn’t happen in 1991 (when the USSR collapsed). At that crucial inflection point, Bush the Elder should have declared “mission accomplished” and parachuted into the great Ramstein Air Base in Germany to begin the demobilization of America’s war machine.

30/03/2023 mondialisation.ca  26 min #226291

L'Irak 20 ans plus tard. Les mensonges de Bush n'étaient pas le problème

Irak, 20 ans après ! Où est la Cpi de l'honneur pour juger les vrais coupables?

Par Chems Eddine Chitour

«Nullum crimen, nulla poena sine lege.»(Il ne peut y avoir ni infraction ni peine sans loi)

(Cesare Beccaria, avocat,XVIIIe siècle)

«I want to see George Bush in prison.» (Je souhaite que George Bush aille en prison).
(Montadher al-Zaidi, le lanceur de chaussures sur le président Bush)

Résumé

L'Irak a marqué, lundi, dans la plus grande discrétion, les vingt ans de l'invasion américaine et la chute de Saddam Hussein, ayant déclenché une succession de conflits sanglants.

29/03/2023 mondialisation.ca  3 min #226244

L'Irak 20 ans plus tard. Les mensonges de Bush n'étaient pas le problème

Vidéo : Guerre et crimes contre l'humanité. « Renseignement fake » afin the justifier la destruction de l'Irak. Michel Chossudovsky

Par Prof Michel Chossudovsky et Caroline Mailloux

Dans cette interview vidéo, Michel Chossudovsky revient sur les crimes de guerre commis par l'US-OTAN contre de nombreux pays au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, ainsi que sur les « faux renseignements » et la propagande médiatique utilisés pour justifier l'invasion de pays souverains.

Il convient de noter que « les forces militaires américaines ont été directement responsables d'environ 10 à 15 millions de morts en ce qui concerne les les guerres de Corée, du Vietnam et des deux guerres contre l'Irak 1991 et 2003 »

27/03/2023 mintpressnews.com  16 min 🇬🇧 #226176

L'Irak 20 ans plus tard. Les mensonges de Bush n'étaient pas le problème

Two Decades and $90 Billion Us Dollars Later: Dissecting The Afghan Military's Total Collapse

Kit Klarenberg

In February, the Special Inspector General for Afghanistan Reconstruction (SIGAR) published an extensive investigation into the spectacular collapse of the Afghan National Defense and Security Forces' (ANDSF), which the U.S. spent two decades and $90 billion building. In common with previous SIGAR reports, it offers a remarkably uncompromising, no-punches-pulled assessment, exposing corruption, incompetence, lies, and delusion every step of the way.

25/03/2023 les-crises.fr  6 min #226074

L'Irak 20 ans plus tard. Les mensonges de Bush n'étaient pas le problème

L'héritage de l'empire américain : à Falloujah, on joue au foot dans un cimetière

Aujourd'hui, les États-Unis saccagent aussi le nom de Falloujah, pendant que le système qu'ils ont légué aux Irakiens cherche à se légitimer par le football.

Source : Al Jazeera, Nabil Salih
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nabil Salih est journaliste et photographe indépendant de Bagdad.

Des Irakiens traversent, le 11 avril 2004, un ancien terrain de football devenu le cimetière des Martyrs, un souvenir des assauts meurtriers des États-Unis contre la ville irakienne de Falloujah [Abdel Kader Saadi/AP Photo].

25/03/2023 reseauinternational.net  5 min #226061

L'Irak 20 ans plus tard. Les mensonges de Bush n'étaient pas le problème

Vingt ans après la guerre en Irak, les criminels sont toujours en liberté

par Binoy Kampmark

Le mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale contre le président russe Vladimir Poutine est arrivé à un moment opportun. C'est, entre autres, une faible distraction sur les méfaits et les crimes d'autres dirigeants actuels et anciens. La Russie, n'étant pas un pays membre de la CPI, ne reconnaît pas la compétence de cette cour. Les États-Unis non plus, d'ailleurs, malgré les gloussements évidents du président américain Joe Biden.

25/03/2023 strategic-culture.org  6 min 🇬🇧 #226057

L'Irak 20 ans plus tard. Les mensonges de Bush n'étaient pas le problème

Iraq War 20 Years On... Collective Western Amnesia Over Anglo-American Crime of Century

The morally bankrupt Western media lied to start the Iraq War as they did dutifully about starting other wars for their imperial masters. Twenty years after, the Western media are at it again.

This week, March 20, saw the 20th anniversary of the U.S.-British war launched on Iraq. The war resulted in over one million deaths and a decade of brutal military occupation. It spawned sectarian civil war, millions of displaced and destitute, and terrorism that engulfed the entire Middle East, as well as large swathes of Africa and Asia.

25/03/2023 chroniquepalestine.com  11 min #226041

L'Irak 20 ans plus tard. Les mensonges de Bush n'étaient pas le problème

20 ans après l'invasion Us, les Irakiens sont toujours en recherche d'une patrie

Par Shivan Fazil, Alaa Tartir

Deux décennies après la guerre menée par les États-Unis contre l'Irak, les demandes et les aspirations politiques du peuple irakien restent insatisfaites dans le cadre d'un système politique qui a été conçu pour échouer.

L' invasion américaine de l'Irak a réussi à renverser le régime baasiste du président Saddam Hussein, mais 20 ans plus tard, elle n'a manifestement pas atteint l'objectif qu'elle avait prétendu s'être fixé, à savoir apporter la liberté, la sécurité, la démocratie et la prospérité à l'Irak et à son peuple.

24/03/2023 les-crises.fr  12 min #226022

L'Irak 20 ans plus tard. Les mensonges de Bush n'étaient pas le problème

Tony Blair et la guerre en Irak : 20 ans après, relire le rapport d'enquête Chilcot

Le rapport Chilcot contient 6275 pages, 2,6 millions de mots et a coûté plus de 10 millions de livres. Alors que dit-il exactement ?

Source : Mirror, le 07/07/2016

Le 7 juillet 2016 | Par DAN BLOOM

Le rapport Chilcot contient 6275 pages, 2,6 millions de mots et a coûté plus de 10 millions de livres - ce qui signifie qu'il est si long que la plupart des gens ne le liront pas. Donc, la réputation de Tony Blair étant en jeu, que dit réellement l'enquête ?

23/03/2023 strategic-culture.org  6 min 🇬🇧 #225989

L'Irak 20 ans plus tard. Les mensonges de Bush n'étaient pas le problème

The Eight-Year-Old's Iraq

Twenty years after the Iraq invasion: It was the last period of true optimism, with a sense that somewhere in the unknown unknowns we would meet destiny.

By Jude RUSSO

Iwas an avid supporter of the Iraq invasion in 2003. I believed that Saddam Hussein was a tyrant and a danger to American interests; I believed that, as a civilization, we had a God-given mission to the world, helping those we've subdued and warring down the still-arrogant.

23/03/2023 arretsurinfo.ch  6 min #225970

L'Irak 20 ans plus tard. Les mensonges de Bush n'étaient pas le problème

Exemples où le lobby israélien pousse à la guerre et efface ensuite les preuves

Les sites web de l'AIPAC et de la FDD effacent toutes les preuves de leur soutien à la guerre en Irak

Ils ne sont pas les seuls à essayer d'oublier leur rôle dans la promotion des fausses armes de destruction massive et des liens entre l'Irak et le 11 septembre.

Par Eli Clifton - 20 MARS 2023

The American Israel Public Affairs Committee et Foundation for Defense of Democracies ne répondent pas aux demandes de commentaires sur le rôle joué par leurs institutions dans la justification de la guerre en Irak.

23/03/2023 les-crises.fr  14 min #225949

L'Irak 20 ans plus tard. Les mensonges de Bush n'étaient pas le problème

20 ans après : Le sinistre rôle de Joe Biden dans le déclenchement de la guerre d'Irak

Biden : Irak Worth The Price (fr)Biden : Irak Worth The Price (fr)

Source originale : WORTH THE PRICE? Joe Biden and the Launch of the Iraq WarWORTH THE PRICE? Joe Biden and the Launch of the Iraq War - par Mark Weisbrot - The Real News Network

La transcription complète du documentaire :

Source : WORTH THE PRICE? Joe Biden and the Launch of the Iraq WarWORTH THE PRICE? Joe Biden and the Launch of the Iraq War , 21-02-2020

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

A l'heure où je vous parle, les forces de la coalition américaine en sont au stade initial des opérations militaires pour désarmer l'Irak, pour libérer son peuple et pour sauver le monde d'un grand danger.

Référencé par :

1 article