18/03/2023 33 articles arretsurinfo.ch  5 min #225724

L'Irak 20 ans plus tard. Les mensonges de Bush n'étaient pas le problème

Paru le 17 mars 2023 sur  Nonzero Newsletter

"Bush a menti, des gens sont morts" : c'est ce que l'on retient souvent de la guerre d'Irak, qui a débuté il y a 20 ans ce week-end. Mais il s'agit d'une conclusion trompeuse, qui occulte d'importantes leçons de la guerre et protège de l'obligation de rendre des comptes les Américains influents dont le mauvais jugement a contribué à la mort de centaines de milliers de personnes.

Il est bien sûr vrai que l'administration Bush a prétendu à tort que Saddam Hussein avait des programmes actifs d'armes nucléaires, chimiques et biologiques. Et il est vrai qu'un grand nombre de politiciens américains, de groupes de réflexion, d'éditorialistes et d'autres leaders d'opinion ont cru à ces affirmations et ont soutenu une guerre désastreuse.

Mais voilà : même si ces affirmations avaient été vraies, soutenir l'invasion de l'Irak n'aurait pas eu de sens.

Le brouillard du temps nous fait facilement perdre de vue l'un des faits les plus étonnants de cette guerre : Pour envahir l'Irak et commencer à chercher des armes de destruction massive, les États-Unis ont d'abord dû expulser les inspecteurs de l'ONU qui se trouvaient en Irak à la recherche d'armes de destruction massive.

Et ils l'avaient fait de manière intensive ! Au cours des quatre mois précédents, ils ont inspecté plus de 500 sites et n'ont trouvé aucune ADM ni aucun signe d'un programme d'ADM.

Étant donné que les sites inspectés comprenaient les sites que les services de renseignement américains avaient jugés les plus susceptibles de contenir des armes de destruction massive, ce résultat - zéro pour 500 - suggérait à l'observateur attentif que les informations émanant du gouvernement américain sur les activités de Saddam Hussein n'étaient pas dignes de confiance.

Mais laissons cela de côté. Supposons que le gouvernement américain n'ait pas été ainsi discrédité - supposons qu'à la veille de l'invasion, il y ait encore de bonnes raisons de penser que des ADM se trouvent quelque part. Pourquoi ne pas laisser les inspecteurs de l'ONU - qui avaient été autorisés par le gouvernement irakien à inspecter tous les sites qu'ils avaient demandé à inspecter - continuer à chercher ? Il n'y a tout simplement pas de réponse à cette question qui tienne la route.

Les hommes politiques et les leaders d'opinion américains ne pourront donc pas dire qu'ils ont soutenu l'invasion du 19 mars 2003 parce qu'ils croyaient aux affirmations de l'administration concernant les armes de destruction massive. Soutenir l'invasion n'avait pas plus de sens s'ils croyaient à ces affirmations que s'ils n'y croyaient pas.

L'une des sources de frustration de ceux d'entre nous qui se sont opposés à l'invasion est qu'elle a été suivie d'une reddition de comptes à peu près nulle. Les groupes de réflexion et les médias américains dont les sommités ont entraîné leur pays dans une guerre catastrophique ont continué, par la suite, à être dirigés et dotés en personnel par ces mêmes sommités. Certains d'entre eux ont même été élevés à de nouveaux sommets.

Peut-être que ce manque de renouvellement de l'establishment de la politique étrangère américaine contribue à expliquer certaines erreurs de politique étrangère qui se sont accumulées entre-temps, telles que :

(1) une guerre désastreuse de changement de régime en Libye (commencée sous le couvert séduisant d'une intervention humanitaire limitée approuvée par le Conseil de sécurité des Nations unies) ;

(2) la décision des États-Unis et de certains de leurs amis au Moyen-Orient d'inonder la Syrie d'armes, transformant ce qui aurait été une répression brutale mais limitée en une guerre civile épique, massivement meurtrière et largement déstabilisatrice qui n'a pas permis d'atteindre l'objectif de changement de régime ;

(3) une politique irréfléchie et sans cesse renouvelée des États-Unis en matière de politique étrangère ;

(5) une politique de sanctions absurde et toujours plus étendue qui continue d'infliger des souffrances inutiles aux populations de Cuba, du Venezuela, de la Syrie et de l'Iran, entre autres.

Même la guerre en Ukraine, bien qu'elle ait été déclenchée par la Russie, pourrait avoir une sorte de lien avec la continuité entre l'establishment de la politique étrangère américaine d'avant et d'après la guerre d'Irak. Il est impossible de savoir avec certitude pourquoi l'administration Biden a refusé de négocier sérieusement avec la Russie pour tenter d'empêcher l'invasion de l'Ukraine, mais l'une des raisons pourrait avoir été la certitude qu'une réussite dans cette entreprise aurait été accueillie par un chœur d'élites de la politique étrangère alléguant un apaisement de type munichois.

Et l'une des raisons pour lesquelles un tel chœur était assuré était que le caractère du chœur n'avait pas changé après la guerre d'Irak ; soutenir l'intervention américaine la plus désastreuse depuis le Vietnam n'était pas considéré comme une tache sur le CV d'une élite de la politique étrangère. Cela s'explique en partie par le fait que l'excuse "j'ai soutenu la guerre parce que je croyais que mon président disait la vérité" était considérée comme valable. Même si cela n'avait aucun sens.

La quasi-hystérie qui a imprégné le discours américain sur Saddam Hussein en 2002 et au début de 2003 a des échos dans le discours actuel sur la Chine et, dans une certaine mesure, sur la Russie. Il est donc important de se rappeler qu'il y a au moins deux leçons à tirer de la guerre d'Irak. L'une, bien sûr, est la fameuse leçon : il faut être sceptique à l'égard de ce qu'une administration faucon (comme l'actuelle) dit à propos de ses adversaires. L'autre, qui peut sembler facile mais qui est en fait difficile, est la suivante : essayez de rester calme et de penser clairement, même si ce n'est pas ce que les sommités sont en train de faire.

Source:  Iraq 20 years later: Bush's lies weren't the problem (substack.com)

Traduction: Arrêt sur info

 arretsurinfo.ch

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier

Référencé par :

1 article