23/03/2023 arretsurinfo.ch  6 min #225970

L'Irak 20 ans plus tard. Les mensonges de Bush n'étaient pas le problème

Exemples où le lobby israélien pousse à la guerre et efface ensuite les preuves

Qui sont les complotistes/conspirationnistes/antisémites ?

Les journalistes indépendants qui ont dénoncé les interventions militaires lancées sur la base de mensonges, (en Afghanistan, en Irak, en Libye...) ou les officines qui les ostracisent tout en soutenant ces guerres injustes ? [ASI]

Les sites web de l'AIPAC et de la FDD effacent toutes les preuves de leur soutien à la guerre en Irak

Ils ne sont pas les seuls à essayer d'oublier leur rôle dans la promotion des fausses armes de destruction massive et des liens entre l'Irak et le 11 septembre.

Par  Eli Clifton - 20 MARS 2023

 The American Israel Public Affairs Committee et  Foundation for Defense of Democracies ne répondent pas aux demandes de commentaires sur le rôle joué par leurs institutions dans la justification de la guerre en Irak.

En outre, il semble qu'elles aient pris des mesures pour supprimer d'Internet les preuves de leurs actions ou pour nier catégoriquement les actions qu'elles ont entreprises en 2002.

Le  FDD a été fondé en avril 2001 sous le nom d'EMET ("vérité" en hébreu) "pour fournir une éducation visant à améliorer l'image d'Israël en Amérique du Nord et la compréhension par le public des questions affectant les relations israélo-arabes". Clifford May, son fondateur, s'est empressé de pousser à la guerre. En avril  2002, il a décrit l'Iran et l'Irak comme des "régimes soutenant le terrorisme et tentant de développer des armes de destruction massive".

Et en janvier 2002,  May a écrit : "On ne peut sérieusement douter que Saddam possède encore des armes de destruction massive", dans National Review Online.

Ces deux articles ne sont plus visibles sur le site web du FDD, mais ils sont disponibles sur d'autres sites. Le FDD n'a pas seulement servi de base à de nombreux partisans de la guerre en Irak, le groupe a pris des positions institutionnelles en faveur de la diffusion de faux renseignements sur les prétendues ADM irakiennes.

Une  question souvent posée sur  FDD archivée pour la première fois par Archive.org le 23 décembre 2002, se lit comme suit :

"Le président Bush a déclaré qu'il s'en prenait non seulement aux terroristes, mais aussi aux régimes qui les abritent. Nous savons que Saddam Hussein fabrique des armes de destruction massive - biologiques, chimiques et nucléaires - et qu'il reste une menace sérieuse. Mais d'autres nations qui abritent ou parrainent des terroristes - l'Iran, la Syrie, la Somalie, le Soudan, la Corée du Nord, Cuba - doivent également changer de comportement. Si nous n'insistons pas sur ce point, nous ne gagnerons pas cette guerre."

La page a été supprimée entre le 11 février 2003 et le 1er avril 2003, quatre mois avant l'invasion américaine, une action partiellement justifiée par les fausses affirmations selon lesquelles Saddam Hussein avait poursuivi son programme d'armes de destruction massive.

L'AIPAC, dont la  mission consiste notamment à "construire un soutien bipartisan à la relation États-Unis-Israël est une valeur américaine que nous sommes fiers de défendre", a également poussé à la guerre. Par la suite, il a vigoureusement nié avoir soutenu l'invasion ou fait pression en faveur d'une action militaire.

En 2015, le porte-parole de l'AIPAC, Marshall Wittmann, a assuré à Julie Hirschfeld Davis du New York Times que "l'AIPAC n'a pris aucune position sur la guerre en Irak".

La même année, le président de l'AIPAC, Robert A. Cohen, a publié une longue  déclaration affirmant que "jusqu'au début de la guerre d'Irak en mars 2003, l'AIPAC n'a pris aucune position et n'a pas fait de lobbying sur la question".

Mais l'AIPAC a bel et bien pris position et a fourni des points de discussion à ses membres pour qu'ils fassent pression sur les membres du Congrès au sujet de la guerre en Irak. L'AIPAC a supprimé les preuves de ces activités de son site web, mais  Archive.org les a obtenues, montrant que les dirigeants de l'AIPAC trompent les journalistes sur le soutien que le groupe a apporté à la guerre et sur les mauvais renseignements justifiant l'action militaire.

Un "cahier d'information" destiné aux membres de l'AIPAC et aux bureaux du Congrès - consultable sur Archive.org en instantanés depuis le 22 décembre 2001 jusqu'en décembre 2004 - période au cours de laquelle la résolution autorisant le recours à la force militaire contre l'Irak a été approuvée par le Congrès et la guerre d'Irak a commencé - plaidait en faveur d'un changement de régime à Bagdad, en contradiction apparente avec ce que prétendent les dirigeants de l'AIPAC.

Le document disait : "Tant que Saddam Hussein sera au pouvoir, tout endiguement de l'Irak ne sera que temporaire, jusqu'à la prochaine crise ou au prochain acte d'agression".

Ce n'est pas le seul exemple où l'AIPAC semble pousser à la guerre.

Le 7 octobre 2002, le bulletin d'information de l'AIPAC, Near East Report, a commencé par un long "commentaire de l'éditeur", répétant l'affirmation erronée de l'administration de George W. Bush selon laquelle Saddam Hussein était de mèche avec Al-Qaïda et "entretenait des contacts avec les ignobles auteurs des attentats du 11 septembre".

La lettre d'information a été retirée du site web de l'AIPAC mais est accessible sur Archive.org.

Le rapport de la Commission du 11 septembre a conclu :

"... à ce jour, nous n'avons aucune preuve que ces contacts ou les contacts antérieurs se soient transformés en une relation opérationnelle de collaboration. Nous n'avons pas non plus trouvé de preuves indiquant que l'Irak a coopéré avec Al-Qaïda dans la mise au point ou l'exécution d'attaques contre les États-Unis."

L'AIPAC et le FDD ne sont pas les seuls à essayer d'oublier leur rôle dans la promotion d'une guerre justifiée par des mensonges et qui a coûté la vie à plus de 300 000 Américains et Irakiens en raison de la violence directe de la guerre en Irak. De nombreuses personnes font profil bas à l'occasion du 20e anniversaire de la guerre, dans l'espoir de ne pas avoir à rendre compte des erreurs de jugement désastreuses auxquelles elles ont contribué. Pour le FDD et l'AIPAC, cela semble signifier ne pas répondre aux demandes de commentaires concernant le nettoyage de leurs sites web des faussetés sur le programme d'armement de Saddam Hussein et l'encouragement d'une guerre si désastreuse que des générations d'Irakiens et d'Américains en supporteront les conséquences financières et humaines.

 Eli Clifton

Source :  Responsiblestatecraft.org

Traduction Arrêt sur info

 arretsurinfo.ch

 Commenter
newsnet Ndlr 2023-05-12 #13202

associer le titre et le fait que l'article ait été retiré du site source