07/07/2022 arretsurinfo.ch  4 min #211708

Les États-Unis dévoilent leur objectif de plafonnement du prix du pétrole russe

Un ouvrier sur la plateforme de production pétrolière offshore Prirazlomnaya. © Sputnik / Alexey Danichev

 RT.com - 6 Juillet 2022

La Maison Blanche tiendrait « plusieurs réunions par semaine » pour atteindre ce qui, selon certains experts, ne fonctionnera pas.
Les États-Unis travaillent activement à une proposition visant à plafonner le prix du pétrole russe à un niveau compris entre 40 et 60 dollars le baril, a rapporté Bloomberg mercredi, citant des sources anonymes bien informées sur le sujet. Le président Joe Biden a lancé l'idée pour la première fois lors du sommet du G7 le mois dernier.

Les analystes pétroliers sont sceptiques quant à sa faisabilité, tandis que la Russie a signalé que toute tentative de ce type ferait grimper les prix en flèche.

Les fonctionnaires de l'administration Biden ont « plusieurs réunions par semaine » sur le sujet du plafonnement des prix, « essayant de le faire passer dans la réalité », selon un fonctionnaire anonyme qui a parlé à  Bloomberg.

Washington étudie également des outils d'application tels que des sanctions à l'encontre des compagnies maritimes qui transporteraient du pétrole à des prix plus élevés, ainsi que des pénalités à l'encontre des banques et des institutions financières qui facilitent les ventes. Il s'agirait de la première utilisation de sanctions « secondaires » par les États-Unis et leurs alliés, en plus des embargos qu'ils ont imposés directement à la Russie, en invoquant le conflit en Ukraine.

Les hauts responsables américains discutent depuis des semaines du plafonnement du prix des exportations de pétrole russe, mais les experts en énergie ne sont pas convaincus qu'une telle mesure puisse être mise en œuvre.

Lire: Fyodor Lukyanov :  L'Occident n'a pas réussi à convaincre le reste du monde de soutenir sa confrontation avec la Russie

« Quelque chose comme cela ne peut fonctionner que si tous les principaux producteurs et, surtout, tous les principaux consommateurs travaillent ensemble et trouvent un moyen d'appliquer le plan, quel qu'il soit », a déclaré Neil Atkinson, analyste pétrolier indépendant, à  CNBC la semaine dernière.

« Ils n'ont pas réfléchi, ils n'ont pas parlé à l'Inde et à la Chine«, a déclaré Amrita Sen d'Energy Aspects à CNBC, en faisant référence aux deux plus gros importateurs de pétrole russe à l'heure actuelle. « Pensons-nous vraiment qu'ils vont accepter cela ? Et pensons-nous vraiment que la Russie va accepter cela et ne pas exercer de représailles ? Je pense que cela ressemble à un très, très bon concept théorique, mais cela ne va tout simplement pas fonctionner dans la pratique. »

Lorsque le gouvernement japonais a évoqué l'idée d'un plafonnement des prix en début de semaine, l'ancien président russe Dmitri  Medvedev a prévenu sur les médias sociaux que cela pourrait en fait aboutir à ce que Tokyo paie plutôt 300 dollars le baril.

M. Biden et d'autres dirigeants du G7 ont explicitement déclaré que le plafonnement des prix proposé visait à priver la Russie du financement de ses opérations militaires en Ukraine, et non pas à aider leurs propres citoyens à supporter la douleur à la pompe.

Mardi, Citigroup a averti que si une récession mondiale avait un impact sur la demande, les prix du pétrole pourraient s'effondrer à 65 dollars le baril d'ici la fin de 2022 et même descendre à 45 dollars en 2023. Mercredi, cependant, le Brent, référence mondiale, était à 104 dollars le baril, le West Texas Intermediate (WTI) américain se négociant juste au-dessus de 100 dollars.

Source:  rt.com

Traduction Arrêt sur info

 arretsurinfo.ch

 Commenter