02/11/2020 173 articles dedefensa.org  6 min #181124

Rapsit-Usa2020 : See You in Hell, Brother !

 Brèves de crise

La question centrale aujourd'hui, encore inexprimée hier, peut-être transformée en ultimatum cosmique demain, est de déterminer la mesure de l'événement du 3 novembre. La folle élection USA2020 est en train de morpher dans nos esprits en un énorme affrontement de la globalisation, avec les pour et les contre en ordre de bataille, où chacun des deux camps qui regroupent de très-singuliers alliés de circonstance, voient de plus en plus son existence même engagée. Des alarmes et des déclarations pressantes sonnent partout, comme  ce Tweet du général Flynn, - simple illustration de l'état de l'esprit, - décrivant un événement équivalent au Déluge, avec une forte connotation biblique bien entendu. Nous croyons sans le moindre doute que le Général Flynn ne monte pas un spectacle dans cette courte communication, qu'il laisse au contraire parler son jugement.

Là où il n'y avait, hier encore, qu'une étape cruciale dans le torrent crisique qui nous emporte, on distingue désormais un pic hystérique de première importance, - sans bien entendu qu'il soit question d'un prolongement décisif, mais en sous-entendant qu'il s'agit de quelque chose qui pourrait aussi être un prolongement décisif, - qui donc reconnaîtra les siens pour nous donner quelque assurance où la tragédie véridique apparaîtrait presque comme un apaisement ?

A propos de Guillaume II confronté à la défaire de l'Empire en novembre 1918, Gustave Thibon (dans Entretiens avec Gustave Thibon, de Philippe Barthelet) distingue une réaction hystérique du personnage, « le vide intérieur [de l'empereur Guillaume dans ce cas] ayant toujours besoin d'être comblé par d'innombrables sensations factices... », - ce qui implique un appel à la réaction du simulacre, renvoyant à la définition de l'hystérie que propose le philosophe allemand Klages cité par Thibon, comme une « réaction du besoin de représentation sur le sentiment de l'impuissance ». Nous avons absolument besoin d'une capacité colossale de représentation, tant l'événement est pressenti comme colossal.

(S'il n'en est rien, la ridicule montagne aura accouché d'une rachitique souris, et le simulacre sera piteux, - ce qui ne peut être en vérité, d'où la nécessité de l'événement catastrophique, car sans lui la chose est catastrophique....)

Ce qui est absolument remarquable dans l'épisode que nous vivons, et d'ailleurs comme une illustration un peu plus piquante d'une situation générale, c'est qu'il n'y a pas vraiment d'agresseurs, mais des accusations qui volent de tous les côtés, faisant de l'adversaire un comploteur en marche pour briser la légitimité des peuples. Il n'y a pas une menace de coup d'État contre laquelle prétend se défendre l'agressé, mais partout des accusations d'attaque illégale contre l'autre. Chaque concurrent se pare d'avoir le droit et la légitimité pour lui, face à la menace brutale de l'imposteur tentant de prendre le pouvoir par la force ; d'une part, la dénonciation du danger fasciste, d'autre part la mise en évidence du danger marxiste-léniniste ; d'une part, Trump-Hitler en marche en mars-1933, d'autre part les marxistes-léninistes regroupés pour un nouvel Octobre-1917.

Bien qu'il se fasse à coup de références vieilles d'autour du siècle, l'affrontement est bien de ces heures sombres du mois de novembre 2020, complètement et tout à fait d'actualité. Pire encore, il se fait en complète état de conscience, car les regroupements faits autour de l'un et de l'autre parti (Trump & Biden, pour faire bref, puisqu'il s'agit de USA2020 pour le coup, en attendant les répliques d'extension) concerne des dizaines de millions de personnes, ou de citoyens si vous voulez, qui agissent non pas manipulés ou trompés, non pas sans la sensation d'une conscience de l'enjeu, mais au contraire proclamant qu'ils ont une conscience claire et nette de l'enjeu ; proclamant qu'ils ont une conscience claire et nette des causes de leur position et de leur action... Même si l'on peut, dans tous les cas envisagés, réciproquement et antagonistement mais sans la moindre certitude de la justesse du jugement, douter de la justesse de ces positions et de ces actions, il n'est en rien assuré que cela ou autre chose soit, - d'accord ? L'incertitude règne absolument, mais ne décourage en aucun cas, ni la rage, ni la haine, ni la volonté d'agir.

C'est dans cette circonstance, dans ce contexte, dans cette crise profonde de l'environnement psychologique et politique, qu'a lieu demain l'élection du 3 novembre. La seule chose qu'on peut affirmer sans le moindre risque, c'est qu'il s'agira d'un événement historique, même si l'événement s'avère faussaire et simulacre ; même si ceux qui démontrent qu'il y a du faussaire et du simulacre dans l'événement, peuvent eux-mêmes être mis en cause comme faussaire et du simulacre... Nous vivons une véritable (r)évolution, au sens spatial que signalait infatigablement Hannah Arendt : une élipse qui fait retour à son point de départ. Partis d'un désordre innommable que constitue l'histoire en devenir, le Khaos originel, nous aboutissions à un désordre innommable qui caractérise la métaHistoire que nous avons cru conduire à bon port, et qui répond en fait à d'autres suggestions, à d'autres consignes, à d'autres impulsions, qui règne de beaucoup plus haut.

D'où et plus que jamais, notre repli sur une conception transcendantale du phénomène de l'événementiel, supposant une posture d'humilité, d'une courageuse humilité, face aux événements incompréhensibles que nous affrontons et dont nous sommes les jouets autant que les acteurs consentants et bernés d'une part ; les jouets autant que les acteurs furieux et haineux d'autre part. Le dédoublement, la schizophrénie des perceptions et des actes sont générales et irrésistibles. Tout cela nous permet, à nous les Happy Few qui pratiquons le sport favori de l'homme qu'est l'ironie, d'annoncer avec une joyeuse ironie jouant ironiquement à figurer la pompe de la Grande Histoire, notre complète ignorance de ce que sera la situation le 3 novembre au soir, le 4 novembre au matin et ainsi de suite...

(On observera pourtant une certaine cohérence dans le suivi des choses : le 4 novembre succédant au 3 novembre, et ainsi de suite.)

Ainsi en est-il de la dernière réplique du film Elmer Gantry de 1960, d'après le livre de Upton Sinclair, où Lancaster-Gantry salue le narrateur-témoin pour qui il a une sorte d'estime, de cette aventure de la manipulation humaine et de la foi mystérieuse et grossière dont l'intrigue semble être un complet simulacre parsemé peut-être de vérités profondes, dont personne ne pourra dire jamais quelle en fut la  vérité-de-situation sinon en s'en remettant à quelque intuition salutaire (et à moins que nous en sachions nous-mêmes là-dessus, plus que nous ne voulons en écrire) :

- See You in Hell, Brother !

Si tant est, effectivement, qu'il y a un lendemain après le 3 novembre, et si, après tout, l'enfer existe vraiment. Même Elmer Gantry, alias Donald Trump ou Joe Biden, ne saurait nous le dire ; ce n'est pas pour rien qu'il existe aux USA une Cour Suprême (SCOTUS) toute neuve.

Mis en ligne le 2 novembre 2020 à 10H45

 dedefensa.org

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier
08/01/2021 dedefensa.org  16 min #183955

Rapsit-Usa2020 : See You in Hell, Brother !

Rapsit-Usa2021 : Après 1/06 au Capitole

Brèves de crise

On peut revenir sur les événements de la journée du 6 janvier 2021, qui a, semble-t-il, secoué bien des establishment et des élites-Système de par le monde, mais aussi bien des citoyens. Certains vont jusqu'à en faire un événement équivalent à Pearl Harbor ou à l'attaque du 11 septembre ; on croit rêver, mais non on ne rêve pas, on simulacre, on continue à être emportés par les sentiments les plus extrêmes, on affirme que ces folles constructions de la colère et de la haine sont la réalité.

05/01/2021 strategic-culture.org  12 min 🇬🇧 #183812

Rapsit-Usa2020 : See You in Hell, Brother !

How & Why Us. $2,000 Covid-19 Stimulus Checks Were Defeated: The People Who Run the Us. Government Despise Their Voters

The People Who Run the U.S. Government Despise Their Voters.

By Eric ZUESSE

On December 30th, U.S. Senators voted 80 to 12 not to increase the Covid-19 relief one-time payments from $600 per qualifying person, to $2,000. The same bill had already passed, December 28th, in the U.S. House, by a vote of 322 to 87.

Here is how the great investigative-reporting team of David Sirota and Andrew Perez reported this on December 31st, under the headline "Senate Democrats'Motion To Concede On $2,000 Checks",

2 articles 26/12/2020 dedefensa.org  11 min #183428

Rapsit-Usa2020 : See You in Hell, Brother !

Rapsit-Usa2020 : La sécession libertarienne

Brèves de crise

Au travers de l'intervention de deux commentateurs qui ont une certaine influence dans le monde des médias indépendants et antiSystème, dans le désert aride de la bienpensance-zombie de ceux de la presseSystème, on voit se développer une idée particulièrement intéressante dans le climat actuel d'affrontement et de haine. L'on retrouve cette idée de la sécession, qui nous semble l'enjeu fondamental de cette crise, que pourtant ni Biden ni Trump n'abordent d'une façon explicite, avec une volonté affirmée dans ce sens, qui en dit long ; cela, même si tous leurs efforts aboutissent à renforcer cette même idée dont personne ne parle officiellement (sauf l'État du Texas, dans son communiqué suivant la décision type- Ponce Pilate en cavale de la Cour Suprême).

25/12/2020 lesakerfrancophone.fr  12 min #183397

Rapsit-Usa2020 : See You in Hell, Brother !

Le moment machiavélien de l'Europe

🇬🇧

Par Alastair Crooke - Le 21 décembre 2020 - Strategic Culture

[ ] Il est encore trop tôt pour le dire, mais il se pourrait que les élections américaines soient le début d'un nouveau « tournant » (au sens de « quatrième tournant«). Bien sûr, ce qui se passe aux États-Unis est devenu le principal sujet de préoccupation de la plupart des gens ; mais même si cela aura des répercussions au cours de l'année à venir - peut-être de manière chaotique - les graines semées le 3 novembre, et après, nous amènent à un moment charnière : Le projet centralisateur du « wokedom » [le domaine des éveillés, NdT] progressiste en Amérique bleue [ceux ayant voté Biden, NdT] et dans l'Europe de Merkel aura-t-il le « cran » de persévérer - ou ses dirigeants vont-ils se replier face aux crises qui approchent - et face à la colère publique qui en découle ?

25/12/2020 reseauinternational.net  7 min #183387

Rapsit-Usa2020 : See You in Hell, Brother !

Tout le monde s'est trompé sur Trump

par Caitlin Johnstone.

Après des semaines de spéculations et d'espoirs désespérés que Donald Trump puisse gracier le lanceur d'alerte de la NSA Edward Snowden et/ou le fondateur de WikiLeaks Julian Assange avant de quitter ses fonctions le 20 janvier, ce que les dernières grâces présidentielles ont livré est aussi éloigné de cela que vous pouvez l'imaginer.

« Lors d'une audacieuse salve de grâces avant Noël, le président Trump a accordé mardi la clémence à deux personnes condamnées dans le cadre de l'enquête du conseil spécial sur la Russie, à quatre gardes de Blackwater condamnés pour le meurtre de civils irakiens et à trois anciens membres républicains corrompus du Congrès », rapporte le New York Times.

24/12/2020 dedefensa.org  23 min #183357

Rapsit-Usa2020 : See You in Hell, Brother !

Promenade dans un champ de ruines

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

23 décembre 2020 - Sans doute a-t-on atteint ces dernières semaines depuis le 3 novembre, un sommet du simulacre (un de plus dans la séquence qui est faite de sommets successifs), pendant que d'autres simulacres hurlent comme des fauves déchaînés, comme autant de paroxysmes de crise autour de telle crise qui nous occupe dans ce texte. Aux USA et bien entendu dans les entités suivistes avec une servilité empressée et si bien fardée des autres pays du bloc-BAO, - avec une attention particulière de mon fait pour la France, - le monde de la communication a suivi avec une extraordinaire impudence une ligne d'affirmation de ce simulacre d'une extraordinaire puissance.

21/12/2020 lesakerfrancophone.fr  10 min #183226

Rapsit-Usa2020 : See You in Hell, Brother !

L'état profond remporte l'élection présidentielle de 2020 : Usa Requiem in Pace

Par The Saker − Le 15 décembre 2020 − Source The Saker Blog

D'accord, cette fois il semble que ce soit fini. Mitch McConnell a félicité Biden et Harris, signifiant ainsi la reddition officielle du GOP, le Parti républicain - qui, soyons honnêtes ici, n'a jamais vraiment été prêt à se battre pour Trump. Vladimir Poutine a également adressé ses félicitations en ces termes : (déclaration officielle russe)

Se réfère à :

1 article