Accepter cookie ?
22/09/2021 reseauinternational.net  8 min #195462

Réflexions sur les événements en Afghanistan (partie 11) par M.k. Bhadrakumar

par M.K. Bhadrakumar.

20. L'Iran voit d'un bon œil les dirigeants taliban

Certaines déclarations fermes de l'Iran déplorant les affrontements dans la vallée du Panchir ont donné l'impression que Téhéran pourrait prendre ses distances avec le gouvernement taliban. Bien sûr, Téhéran appelle avec véhémence à la formation d'un « gouvernement inclusif » à Kaboul.

D'un autre côté, l'Ambassade d'Iran à Kaboul fonctionne, les vols commerciaux ont repris et les postes frontières restent ouverts.

Il est vrai que sous la présidence d'Hassan Rouhani, Téhéran s'est efforcé de maintenir une ligne de communication ouverte avec les Taliban, tout en favorisant les liens de gouvernement à gouvernement avec Kaboul. Téhéran a accueilli à deux reprises des pourparlers en tête-à-tête entre les représentants du gouvernement afghan et les Taliban.

Certes, après l'élection d'Ebrahim Raïssi à la présidence, une révision des politiques étrangères est en cours. Certains signes de remise en question pourraient apparaître.

Le 17 septembre, l'Iran a rejoint la Russie, la Chine et le Pakistan pour une rencontre au niveau des ministres des Affaires étrangères à Douchanbé, en marge du sommet de la Coopération de Shanghai, pour discuter de la « coordination et de la coopération » en ce qui concerne les prochaines mesures à prendre vis-à-vis du gouvernement des Taliban.

On peut dire que c'est la première fois que l'Iran se joint à un tel format. La réunion de Douchanbé a également publié une déclaration commune.

Quelques jours seulement après la toute première réunion des pays voisins de l'Afghanistan - Iran, Turkménistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Chine et Pakistan - qui s'est également tenue au niveau des ministres des Affaires étrangères, sous la présidence du Pakistan. L'Iran a notamment proposé d'accueillir prochainement la prochaine réunion.

Le leitmotiv de ces deux conclaves au cours des dernières semaines a été la nécessité d'engager un dialogue constructif avec le gouvernement des Taliban. Le Ministère chinois des Affaires étrangères a mis en avant les remarques du conseiller d'État et ministre des Affaires étrangères Wang Yi lors de la réunion de Douchanbé, qui a  appelé à un engagement global avec l'Afghanistan.

Bien sûr, le président Xi Jinping, dans ses remarques lors de la rencontre SCO-CSTO à Douchanbé le 17 septembre, avait avancé une proposition en trois points pour s'engager avec l'Afghanistan. Xi Jinping a  déclaré :

« Premièrement, promouvoir la transition en douceur de la situation en Afghanistan dès que possible Deuxièmement, contacter et parler avec l'Afghanistan. Interagir avec toutes les parties en Afghanistan dans une perspective rationnelle et pragmatique, et faciliter la mise en place d'une nouvelle structure politique plus ouverte et inclusive, qui adopte des politiques intérieures et extérieures modérées et prudentes et qui développe des relations amicales avec d'autres pays, notamment ses voisins ».

Il est clair que Pékin est devenu un exposant persuasif de la nécessité de s'engager avec le gouvernement des Taliban. Il est important de noter que le président russe Vladimir Poutine a également adopté une ligne similaire dans son discours au sommet de l'OCS. C'est dans ce contexte que l'Iran a rejoint le format régional avec la Russie, la Chine et le Pakistan à Douchanbé pour une approche coordonnée des principaux États de la région.

Parallèlement, d'autres signes témoignent d'une nouvelle façon de penser à Téhéran. Le président Raïssi, au terme de sa visite au Tadjikistan pour le sommet de l'OCS, a déclaré à la télévision d'État iranienne : « Nous ne permettrons pas aux organisations terroristes et à l'État islamique de s'installer près de notre frontière et de frapper d'autres pays et la région. La présence de l'État islamique en Afghanistan est dangereuse non seulement pour l'Afghanistan mais aussi pour la région ».

Raïssi ne peut ignorer que les Taliban sont l'ennemi invétéré de l'État islamique. En fait, Téhéran prétend depuis longtemps que les États-Unis ont transféré les combattants de l'EI de la Syrie vers l'Afghanistan dans un projet visant à les utiliser comme outil géopolitique contre la Chine, la Russie et l'Iran.

Il convient de noter que ces signaux naissants d'un changement de cap sont apparus après une session à huis clos du Majlis (parlement iranien) le 7 septembre, au cours de laquelle le général Esmail Ghaani (Qaani), commandant de l'aile d'élite du Corps des Gardiens de la Révolution islamique, la Force Al-Qods, a exposé la situation en Afghanistan.

La Force Al-Qods est désormais responsable de l'Afghanistan et le général Ghaani est un vétéran qui était le responsable iranien des opérations en Afghanistan et qui aurait établi de bonnes relations avec le réseau Haqqani. (Il a succédé au général Qassem Soleimani qui a été tué dans une attaque de drone américaine à Bagdad l'année dernière).

Selon certains législateurs qui ont assisté à la réunion, le général Ghaani a présenté les informations fournies par les services de renseignement pour réaffirmer le soutien de l'Iran à un gouvernement « inclusif » en Afghanistan, mais aussi pour souligner l'engagement particulier de l'Iran envers les chiites afghans (principalement les Hazaras). Il a accusé les États-Unis d'essayer de « dresser l'Iran chiite contre le monde sunnite ».

Le général a déclaré aux législateurs qu'il était important que l'Iran gère la situation en Afghanistan pour éviter un tel conflit entre sunnites et chiites. Bien sûr, l'effondrement rapide du gouvernement Ghani, après deux décennies de soutien des États-Unis, a créé de nouveaux faits sur le terrain.

De même, samedi, dix jours seulement après le discours du commandant de la Force Al-Qods devant le Majlis, Kayhan, un journal financé par l'État dont les éditeurs sont directement nommés par le Guide suprême, a publié un commentaire extraordinaire prônant une alliance Iran-Taliban contre les États-Unis.

L'auteur, Sadollah Zarei, un chroniqueur bien connu, a écrit : « Il est intéressant de noter qu'au cours des deux dernières décennies, les Taliban ont suivi l'appel du fondateur de la République islamique, l'ayatollah Rouhollah Khomeini, invitant les musulmans à s'efforcer de former des gouvernements indépendants des puissances étrangères oppressives et à lutter contre la corruption dans leur pays ».

Invoquer l'héritage de l'imam Khomenei pour « légitimer » les Taliban en fait un commentaire extrêmement important. Zarei a conclu en affirmant que ce qui inquiète le plus les États-Unis aujourd'hui, c'est « la puissance croissante de l'Iran et la formation d'une résistance active [conjointe Iran-Afghanistan] ».

Kayhan soutient depuis un certain temps que les Taliban se sont transformés au cours des 20 dernières années et qu'ils ne commettent plus de crimes sectaires contre la communauté hazara. En fait, Kayhan a pris l'habitude de décrire les dirigeants taliban comme des soufis - et non des « takfiris », un péjoratif couramment utilisé pour distinguer l'État islamique et les wahhabites qui considèrent le chiisme comme une apostasie.

Il est intéressant de noter que Zarei a souligné dans le commentaire de Kayhan que les Taliban ont respecté les intérêts nationaux de l'Iran, notamment en ce qui concerne la sécurité des frontières, qu'ils empêchent le sol afghan d'être utilisé par des groupes terroristes pour menacer l'Iran et qu'ils se sont montrés intéressés par le maintien du commerce et la cogestion des ressources en eau.

Selon lui, le gouvernement taliban comprend les impératifs d'un « environnement régional et international plus étroit et plus amical » comme condition préalable à la reconnaissance mondiale et les dirigeants taliban recherchent une « alliance régionale-internationale » pour les aider à obtenir une légitimité internationale - une alliance comprenant l'Iran, la Chine, l'Inde, la Russie, le Tadjikistan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan, mais excluant l'Arabie Saoudite et les puissances occidentales.

 M.K. Bhadrakumar

illustration : Le ministre iranien des Affaires étrangères de l'époque, Javad Zarif (R), accueille le chef des Talibans, le mollah Abdul Ghani Baradar (C), Téhéran, 31 janvier 2021.

source :  indianpunchline.com

traduit par  Réseau International

 1ère partie - Réflexions sur les événements en Afghanistan
 2ème partie - Réflexions sur les événements en Afghanistan
 3ème partie - Réflexions sur les événements en Afghanistan
 4ème partie - Réflexions sur les événements en Afghanistan
 5ème partie - Réflexions sur les événements en Afghanistan
 6ème partie - Réflexions sur les événements en Afghanistan
 7ème partie - Réflexions sur les événements en Afghanistan
 8ème partie - Réflexions sur les événements en Afghanistan
 9ème partie - Réflexions sur les événements en Afghanistan
 10ème partie - Réflexions sur les événements en Afghanistan

 reseauinternational.net

 Commenter