Accepter cookie ?
16/10/2021 reseauinternational.net  10 min #196564

Réflexions sur les événements en Afghanistan (partie 17) - Les Taliban de retour dans le fauteuil des Américains

par M.K. Bhadrakumar.

Le Département d'État américain a  annoncé que la première rencontre en face à face entre des responsables américains et les Taliban depuis le changement de régime à Kaboul aurait lieu ce week-end à Doha.

Ce développement a fait l'objet d'une grande planification. Le caractère poignant de l'événement est évident. Le secrétaire d'État américain Antony Blinken avait menacé Washington de faire des Taliban des « parias » et c'est exactement le contraire qui se produit.

La capacité des États-Unis à faire volte-face dans leurs politiques est légion, mais l'empressement avec lequel cela se produit est tout simplement stupéfiant.

L'ancien représentant spécial des États-Unis pour l'Afghanistan, Zalmay Khalilzad, est exclu de la délégation américaine pour les négociations. C'est son adjoint, Tom West, qui dirige l'équipe. West a une grande expérience de la politique sud-asiatique (notamment de l'Inde), a travaillé au Conseil national de Sécurité et a également été conseiller du vice-président de l'époque, Joseph Biden.

Il est important de noter que West est également un ancien de Carnegie, à l'époque où William Burns, directeur de la CIA, dirigeait le groupe de réflexion. Ainsi, la CIA reprend de facto les négociations avec les Taliban. C'est un signe de la feuille de route de l'administration Biden.

Rétrospectivement, l'ensemble du processus de Doha visait principalement à atteindre un objectif, à savoir l'acceptation par les Taliban d'une présence illimitée des services de renseignement américains en Afghanistan. En contrepartie, l'administration Trump a proposé de remplacer Ashraf Ghani par un gouvernement intérimaire dirigé par les Taliban. Mais dans un accord aussi secret et délicat, il y a toujours un risque de glissement entre la coupe et la lèvre.

Et c'est ce qui s'est passé. Ghani s'est rebiffé (avec le solide soutien de l'Inde) et s'est retranché ; les États-Unis n'ont pas pu tenir leurs engagements concernant la libération de milliers de prisonniers taliban ; les Taliban ont riposté en refusant le cessez-le-feu ; et, finalement, Biden a perdu patience, a retiré ses troupes et annoncé la fin de la « guerre éternelle ». Le reste appartient à l'histoire.

Les États-Unis reprennent maintenant les choses en main. Le régime de Ghani a tout simplement implosé, les Taliban ont pris le pouvoir à Kaboul sans qu'aucun coup de feu n'ait été tiré, l'occupation étrangère de l'Afghanistan a pris fin et un gouvernement provisoire a été mis en place.

Les prédictions apocalyptiques de « résistance », de « guerre civile », etc. se sont dissipées. Le régime des Taliban est une réalité.

Mais il y a un hic - en fait, deux. Premièrement, les Taliban n'ont pas les compétences et les cadres nécessaires pour diriger un gouvernement ; deuxièmement, il n'y a pas d'argent dans le Trésor public. Washington a évalué le potentiel illimité de la situation émergente afin d'organiser son retour sur le devant de la scène en exploitant l'impasse - les Taliban « contrôlent » le pays mais ne peuvent pas gouverner et manquent de légitimité.

La diabolisation des Taliban a été si systématique que le secret le mieux gardé reste celui d'un interlocuteur plutôt pragmatique. La semaine dernière, une photo emblématique montrait les Taliban protégeant le site des statues de Bamyan contre tout nouveau vandalisme, en attendant la reprise des travaux des archéologues français qui restaurent le patrimoine culturel !

L'establishment américain de la sécurité a une très bonne évaluation des forces et des faiblesses des dirigeants taliban - notamment celles du réseau Haqqani. La visite non annoncée de Burns à Kaboul en août pour rencontrer le mollah Baradar, dans le contexte de la situation chaotique à l'aéroport de Kaboul, témoigne de la confiance tranquille de Langley dans le fait qu'un accord avec les Taliban est toujours possible.

Ainsi, après une période minimale de « refroidissement » - six semaines exactement - les États-Unis sont de retour aux affaires. Cette fois-ci, la CIA jouera un rôle de premier plan, étant donné les doutes que suscite le rôle de Khalilzad (nommé par Trump).

Au cours des dernières semaines, l'administration Biden a mis au point un programme financier massif visant à injecter de l'argent dans l'économie afghane et à la protéger de l'effondrement. En réalité, Washington offre une bouée de sauvetage vitale aux Taliban.

La Russie et la Chine sont à court d'argent - et l'Iran est fauché - et aucun d'entre eux n'a la volonté politique ou la capacité de financer l'économie afghane, ce que seuls les États-Unis peuvent faire. Les Taliban sont bien conscients que le retour des institutions financières internationales et des Nations unies est la nécessité impérieuse du moment et que Washington en détient la clé. Par conséquent, la stratégie américaine remaniée a toutes les chances de fonctionner.

Un facteur positif important est que le Pakistan défend avec passion le réengagement des États-Unis auprès des Taliban. Il est concevable que le récent remaniement de l'Inter-Services Intelligence (ISI) pakistanais renforce considérablement la faction « modérée » au sein des Taliban.

La réunion spéciale du Conseil national de Sécurité convoquée vendredi à Islamabad par le premier ministre Imran Khan a fait le point sur le prochain réengagement des États-Unis et des Taliban et a mis en place un organe spécial chargé de coordonner les questions liées à l'Afghanistan pour la période à venir.

Le communiqué relatif à la réunion du Conseil national de Sécurité indique qu'Imran Khan a « ordonné la création d'une cellule spécialisée chargée d'assurer la synergie entre les différents volets des efforts déployés en Afghanistan par l'ensemble du gouvernement, notamment la coordination internationale de l'aide humanitaire et la gestion efficace des frontières afin d'éviter tout débordement négatif au Pakistan ».

Pour la première fois, peut-être, au cours des 40 dernières années, une approche « entièrement gouvernementale » est introduite. Cela renforcera le rôle de leader d'Imran Khan.

Ces dernières semaines, Imran Khan a exercé une forte pression personnelle sur la communauté internationale, en particulier Washington, pour la persuader de s'engager auprès du régime des Taliban, de lui accorder une reconnaissance et de reprendre l'aide au développement afin d'améliorer les perspectives de viabilité du nouveau régime.

Sa ténacité a été couronnée de succès. Si la question de la reconnaissance dépend du respect par les Taliban des exigences plus larges des États-Unis, il s'agit essentiellement d'une question d'optique, alors que Washington se prépare effectivement à  fournir une assistance pour éviter une crise humanitaire en Afghanistan.

Il est certain qu'Imran Khan soutiendra les pourparlers qui auront lieu à Doha ce week-end. La réunion du Conseil national de Sécurité a salué « l'importance de la coordination internationale sur l'engagement politique et économique constructif avec le gouvernement intérimaire en Afghanistan ».

De manière significative, Sarah Charles, une vétérane de l'USAID (anciennement membre du Conseil national de Sécurité de 2013 à 2017) avec une expérience variée dans les questions de réfugiés, la réduction de la pauvreté, les objectifs de développement durable, le rôle des banques multilatérales de développement, etc. fait partie de l'équipe qui négocie avec les ministres taliban à Doha ce week-end.

La délégation des Taliban est dirigée par le ministre des Affaires étrangères par intérim, Amir Khan Muttaqi, et comprend un membre du Conseil de la Choura et ministre de l'Information et de la Culture, Khairullah Khairkhwa, le directeur général des services de renseignement, Mullah Abdulhaq Wasiq, le vice-ministre de l'Intérieur (adjoint de Sirajuddin Haqqani), Malwlawi Noor Jalal, un haut responsable de l'équipe de négociation basée à Doha, Shabuddin Delawar, et le gouverneur par intérim de la Banque centrale d'Afghanistan, Haji Mohammad Idris.

Au vu de la composition des deux délégations, on peut s'attendre à ce que les pourparlers de fond ouvrent la voie à un engagement global des États-Unis avec les autorités talibanes de Kaboul. Un point d'inflexion stratégique a été atteint, c'est certain.

 M.K. Bhadrakumar

illustration : Une délégation de Taliban dirigée par le ministre des Affaires étrangères Amir Khan Muttaqi (C) a quitté Kaboul pour des entretiens avec une équipe des États-Unis composée de représentants du Département d'État, de la CIA et de l'USAID pendant le week-end à Doha, au Qatar, le 8 octobre 2021.

source :  indianpunchline.com

traduit par  Réseau International

 1ère partie - Effondrement de l'armée afghane / Les pousses vertes de la politique réapparaissent
 2ème partie - Le facteur « X » à Kaboul / Poutine : les Taliban sont la réalité
 3ème partie - Les liens entre les États-Unis et les Taliban sur le fil du rasoir. La Chine est gagnante / Les Taliban sont une réalité
 4ème partie - Une aubaine politique pour les Taliban / Les Taliban ont conclu un accord global avec les États-Unis
 5ème partie - Les États-Unis s'éclipsent de Kaboul mais sont revanchards / Reconnaître ou ne pas reconnaître, telle est la question
 6ème partie - La révolte du Panchir devient une note de bas de page / La chute du Panchir
 7ème partie - Entrer dans les États régionaux
 8ème partie - Le blues taliban de Biden
 9ème partie - Diables étrangers sur la Route de la Soie
 10ème partie - Le dilemme de l'Inde « transhorizon » / L'OCS ne sera pas subordonnée au QUAD
 11ème partie - L'Iran voit d'un bon œil les dirigeants taliban
 12ème partie - La diplomatie pakistanaise a le vent en poupe
 13ème partie - Les États-Unis et le Royaume-Uni se préparent à réengager les Taliban
 14ème partie - Avec les Taliban en ligne de mire, les États-Unis vont rétablir les liens avec l'Ouzbékistan
 15ème partie - Le Royaume-Uni tire le premier coup de feu dans le nouveau Grand Jeu
 16ème partie - Les Taliban reçoivent des ouvertures de près et de loin

 reseauinternational.net

 Commenter