03/06/2022 arretsurinfo.ch  7 min #209511

Les sanctions unilatérales contre la Russie vont provoquer une catastrophe alimentaire mondiale


Les sanctions unilatérales contre la Russie vont provoquer une catastrophe alimentaire mondiale

Par John Ross. 27 mai 2022

Alors que les États-Unis et le G7 (composé du Canada, de la France, de l'Allemagne, de l'Italie, du Japon, du Royaume-Uni et des États-Unis) insistent sur le fait que couper les exportations alimentaires de l'Ukraine constitue la plus grande menace pour la sécurité alimentaire mondiale, plutôt que d'admettre l'effet négatif bien plus puissant des sanctions occidentales contre la Russie, leur propagande cause d'immenses dommages à la compréhension et à la capacité du monde à éviter une catastrophe alimentaire mondiale imminente.

Le G7 et la catastrophe alimentaire qui s'annonce

En examinant la situation de l'approvisionnement alimentaire mondial, de nombreux experts voient une menace imminente de « catastrophe humaine », comme l'a dit le président de la Banque mondiale, David Malpass. Andrew Bailey, le gouverneur de la Banque d'Angleterre, a qualifié d' »apocalyptique » sa vision des problèmes d'approvisionnement alimentaire mondial lorsqu'il a évoqué la hausse des prix des denrées alimentaires. Cette hausse a entraîné l'apparition simultanée de deux problèmes : la menace de la faim et de la famine dans certaines régions du Sud et l'atteinte au niveau de vie dans tous les pays du monde.

Avant même la hausse rapide des prix liée à la guerre en Ukraine, plus de 800 millions de personnes souffraient d'insécurité alimentaire chronique, soit environ 10 % de la population mondiale. La secrétaire au Trésor des États-Unis, Janet Yellen, a cité ce fait en s'adressant aux participants d'un événement organisé en avril 2022, intitulé « Tackling Food Insecurity : The Challenge and Call to Action », dont les participants comprenaient les dirigeants d'institutions financières internationales comme M. Malpass de la Banque mondiale. Mme Yellen a également noté que « les premières estimations suggèrent qu'au moins 10 millions de personnes supplémentaires pourraient être poussées dans la pauvreté en Afrique subsaharienne en raison de la seule hausse des prix des denrées alimentaires. » Le Programme alimentaire mondial (PAM) prévoit « de nourrir un nombre record de 140 millions de personnes cette année », et il indique qu' »au moins 44 millions de personnes dans 38 pays vacillent au bord de la famine », soit une augmentation par rapport aux 27 millions de 2019.

Dans les pays confrontés à d'autres problèmes, comme le changement climatique, les hausses des prix alimentaires ont été catastrophiques. Par exemple, au Liban, « le coût d'un panier alimentaire de base - les besoins alimentaires minimums par famille et par mois - [a augmenté]... de 351 % » en 2021 par rapport à 2020, selon le PAM.

Dans le Nord global, la famine n'est pas une menace, mais les populations de ces pays sont confrontées à une forte compression de leur niveau de vie, car la crise alimentaire mondiale augmente également les prix que les habitants des pays riches doivent payer et budgétiser. Aux États-Unis, par exemple, la combinaison d'une forte inflation et d'un ralentissement économique a entraîné une réduction de 3,4 % du salaire hebdomadaire moyen réel l'année dernière, selon les données fournies par le Bureau américain des statistiques du travail.

Fausse analyse du G7 sur les raisons de la crise alimentaire

Face à la menace grandissante de l'aggravation de la crise alimentaire, les ministres des affaires étrangères du G7 se sont réunis du 12 au 14 mai pour enfin concentrer leur attention sur cette question urgente. Le 13 mai, ils ont publié une déclaration exprimant leur « profonde inquiétude » face à l'insécurité alimentaire croissante, tout en soulignant le lendemain que « le monde est désormais confronté à une aggravation de l'insécurité alimentaire et de la malnutrition... à un moment où 43 millions de personnes sont déjà à un pas de la famine. »

Mais le G7 a faussement affirmé que la raison de cette crise alimentaire était principalement due au fait que « la Russie bloque les voies de sortie des céréales ukrainiennes. » Selon la ministre des Affaires étrangères du Canada, Mélanie Joly :

« Nous devons nous assurer que ces céréales sont envoyées dans le monde. Sinon, des millions de personnes seront confrontées à la famine. »

Sanctions et crise alimentaire mondiale

Cette déclaration du G7 a délibérément déformé la crise alimentaire mondiale actuelle. Au lieu de tenter de résoudre cette crise, les États-Unis et le reste du G7 ont profité de cette occasion pour poursuivre leur propagande sur la guerre en Ukraine.

Il est certain que les restrictions à l'exportation de l'Ukraine aggravent le problème alimentaire mondial. Mais ce n'est pas la cause principale de la détérioration de la situation. Les sanctions occidentales imposées aux exportations de la Russie sont une cause bien plus puissante.

La première raison est que la Russie est un bien plus grand exportateur de denrées alimentaires essentielles et d'autres produits par rapport à l'Ukraine. La Russie est le plus grand exportateur de blé au monde, représentant presque trois fois plus d'exportations mondiales que l'Ukraine, 18 % contre 7 %.

Deuxièmement, et c'est encore plus important, la situation des engrais. La Russie est le plus grand exportateur d'engrais au monde, et le Belarus, qui fait également l'objet de sanctions occidentales, est aussi un fournisseur important - à eux deux, ils représentent plus de 20 % de l'offre mondiale. Les prix des engrais étaient déjà en hausse avant la guerre en Ukraine en raison des prix élevés des carburants (la production d'engrais dépend fortement du gaz naturel), mais les sanctions occidentales, qui empêchent la Russie d'exporter des engrais, ont aggravé la situation.

David Laborde, chercheur principal à l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires, a souligné que « la plus grande menace à laquelle le système alimentaire est confronté est la perturbation du commerce des engrais. » Cela s'explique par le fait, a-t-il dit :

« Le blé aura un impact sur quelques pays. La question des engrais peut avoir un impact sur tous les agriculteurs, partout dans le monde, et entraîner des baisses de production de tous les aliments, pas seulement du blé. »

La menace qui pèse sur l'approvisionnement mondial en engrais illustre à quel point les produits énergétiques sont un intrant essentiel dans pratiquement tous les secteurs économiques. La Russie étant l'un des principaux exportateurs de denrées alimentaires et d'énergie, les sanctions contre ce pays ont un effet inflationniste sur l'ensemble de l'économie mondiale.

La réponse dans le Sud

La situation de l'approvisionnement alimentaire mondial s'est encore aggravée après la réunion du G7 lorsque, le 14 mai, l'Inde, deuxième producteur mondial de blé, a annoncé qu'elle interrompait ses exportations de blé en raison des pertes de récolte causées par une vague de chaleur intense. En avril déjà, l'Indonésie avait annoncé qu'elle mettait fin à ses exportations d'huile de palme - l'Indonésie représente 60 % de l'offre mondiale.

L'arrêt des exportations de blé de l'Inde sera un nouveau coup dur pour les pays du Sud, où ses exportations sont principalement concentrées. En 2021-2022, l'Inde a exporté 7 millions de tonnes métriques de blé, principalement vers les pays asiatiques du Sud comme le Sri Lanka, l'Indonésie, le Yémen, le Népal, la Malaisie, les Philippines et le Bangladesh. Mais l'Inde s'était auparavant fixé pour objectif d'étendre ses exportations de blé à 10 millions de tonnes en 2022-2023, notamment en fournissant 3 millions de tonnes de blé à l'Égypte pour la première fois.

Mettre fin aux sanctions pour empêcher l'aggravation de la crise alimentaire

L'évolution de la situation montre clairement que les propos d'António Guterres étaient effectivement exacts : la crise alimentaire mondiale ne peut être résolue sans les exportations de l'Ukraine et les exportations de nourriture et d'engrais de la Russie. Sans ces dernières, l'humanité est effectivement confrontée à une « catastrophe » : des milliards de personnes devront abaisser leur niveau de vie et des centaines de millions de personnes dans le Sud devront faire face à de grandes difficultés, comme la faim ou pire encore. Presque tous les pays du Sud ont refusé à juste titre de soutenir les sanctions unilatérales des États-Unis contre la Russie. Ce refus doit être étendu au monde entier pour éviter de nouvelles dévastations.

Source:  Defend democracy.press

Traduction  Arretsurinfo.ch

 arretsurinfo.ch

 Commenter
Référencé par : 1 article