25/11/2023 mondialisation.ca  7 min #237961

Victoire de Javier Milei à la présidentielle argentine : le pays s'engage dans une ère politique inédite

Argentine - Un séisme politique

Par  Peter Koenig

Dimanche 19 novembre, l'extrême néolibéral Javier Milei a remporté le second tour des élections avec 56% contre 44% pour l'actuel ministre péroniste (centre gauche) de l'Économie, Sergio Massa. C'est plus qu'une surprise. Le 23 octobre, lors du premier tour, Massa avait une avance de 36 à 30 %. Massa est un économiste expérimenté et un politicien chevronné. Milei n'est ni l'un ni l'autre.

Cependant, Milei se vante qu'il réduira considérablement l'inflation argentine, actuellement supérieure à 140 %, qu'il se débarrassera de la Banque centrale argentine et qu'il adoptera le dollar comme monnaie nationale, en remplacement du peso. Ce n'est qu'une des mesures néolibérales radicales qu'il envisage pour l'Argentine.

L'introduction du dollar américain comme monnaie nationale est la mesure la plus drastique annoncée par Milei bien avant les élections – et il serait plus que surprenant que les Argentins, 22 ans seulement après l'effondrement total de l'économie (2000-2002), précisément parce que le président de l'époque Carlos Menem a dollarisé l'Argentine en 1991 en fixant le peso à 1:1 par rapport au dollar. Déjà à l'époque, l'argument était de « lutter contre l'inflation ».

Cet « argument » a été fortement avancé par Washington et le FMI, alors que tout économiste sensé sait qu'on ne peut pas diriger un pays qui a sa propre culture et ses propres paramètres économiques avec la monnaie d'un autre pays. Il est incroyable que ni Washington, ni la FED, ni le FMI ne puissent compter sur des économistes sains d'esprit.

Dans le monde de George Orwell en 1984, tout est permis. Si les gens acceptent, pourquoi pas. L'Institut Tavistock, dont la spécialité est l'ingénierie sociale et la manipulation mentale, s'en chargera. Dans le monde occidental, cela se produit de manière presque permanente.

Il existe un pays d'Amérique du Sud, l'Équateur, qui est entièrement dollarisé depuis 2000. Presque exactement au moment où l'économie argentine sombrait dans un abîme à cause de la dollarisation, le président équatorien de droite de l'époque, Jamil Mahuad, sous la pression de Washington/FED et du FMI, a dollarisé la nation sud-américaine riche en hydrocarbures – prétendument pour la même raison : « hyperinflation.

L'Équateur souverain n'en a tiré aucune leçon. Son économie repose sur les revenus pétroliers. Plus de 50 % des recettes d'exportation proviennent du pétrole – et les compagnies pétrolières américaines contrôlent les riches ressources en hydrocarbures équatoriennes.

Depuis lors, le dollar américain a remplacé la monnaie nationale de l'Équateur, le Sucre. L'économie de l'Équateur est asservie à celle de Washington, plongée dans une crise, parfois plus que d'autres. Au détriment de la population, les hommes politiques équatoriens sont facilement manipulés et corrompus par les États-Unis.

L'Argentine possède une diversité de richesses – et une population bien éduquée. Ces facteurs ont aidé l'Argentine à se redresser relativement bien après la chute d'il y a 20 ans.

Image : Mauricio Macri

Les Argentins n'ont certainement pas oublié la misère qu'ils ont traversée il y a 20 ans, ni l'assaut similaire de mesures économiques induisant la pauvreté par un autre président néolibéral/néo-fasciste, Mauricio Macri (décembre 2015 – décembre 2019) – un quatre- Année pendant laquelle Macri a veillé à ce que les richesses acquises par les Argentins qui travaillaient dur au cours des 15 années de reprise soient transférées vers le nord – vers le FMI, Wall Street et les élites des États-Unis, d'Europe et des sociétés internationales.

La même chose se produit maintenant. Et la plupart des Argentins, selon les résultats des élections, seraient d'accord ? À peine.

Il doit donc y avoir un agenda caché pour soumettre et « ingénierie sociale » les masses afin qu'elles s'abstiennent de protester, sans poser de questions, avec une nouvelle fraude démantelant leur économie sous prétexte de réduire l'inflation.

L'inflation peut être provoquée artificiellement, en particulier dans les pays dont l'économie est fortement dépendante du dollar américain, comme c'est le cas de l'Argentine, malgré ses efforts de dédollarisation en échangeant en monnaies locales. Cela fonctionne bien avec la Chine, le deuxième partenaire commercial de l'Argentine (2022).

En tant que membre du Mercosur, le Brésil est le principal partenaire commercial de l'Argentine, tant pour les exportations que pour les importations, suivi de la Chine, des États-Unis, de l'Inde, du Chili, du Paraguay et de l'Allemagne. Hormis la Chine, la plupart de ces pays échangent en dollars américains ou en euros, qui dépendent du dollar.

Les États-Unis sont de loin le plus grand investisseur en Argentine, avec plus de 12,6 milliards de dollars américains (2022), principalement dans l'agriculture, l'industrie manufacturière, le pétrole et le gaz, les communications et la technologie, ainsi que les services financiers. Il s'agit d'une augmentation de 3,6 % par rapport à 2021. Un signe que la dépendance au dollar pourrait s'accentuer.

Voyez  ceci et  cela.

Avec des dollars inondant le pays, générant artificiellement de l'inflation dans un pays qui s'est révélé vulnérable à des hausses de prix excessives dès les années 1980, cela équivaut à une manipulation économique de premier ordre.

L'Argentine est membre de l'initiative chinoise « la Ceinture et la Route ». Le sommet des BRICS qui s'est tenu en août 2023 à Johannesburg, en Afrique du Sud, a accueilli l'Argentine comme l'un des six nouveaux membres des BRICS à compter du 1er janvier 2024.

Il reste à voir comment la Ceinture et la Route et la nouvelle adhésion aux BRICS s'intégreront dans le programme néolibéral radical de Milei.

Si Javier Milei, qui bénéficie du soutien de Donald Trump et d'Elon Musk, parvient à mettre en œuvre ses mesures économiques radicales, la population pourrait être programmée pour des difficultés considérables comme en 2001/2002, ou pire. Travaillant alors en Argentine, expérimentant cette misère de première main, il est difficile de croire que les Argentins puissent effacer si facilement et si rapidement leur mémoire, juste pour être dupés à nouveau avec le même « médicament ».

Il n'existe jusqu'à présent aucune preuve, mais il est plus que suspect, et fort probable, qu'il y ait eu fraude dans ce second tour des élections. Cela arrive souvent, un revirement soudain entre les premiers résultats des élections et le second tour. Curieusement, aucun sondage à la sortie des urnes n'est réalisé par des observateurs neutres lors d'élections aussi cruciales et sujettes à la fraude.

Question : l'Argentine succombera-t-elle aux mondialistes, en abandonnant ses richesses au profit d'une élite internationale dirigée par les États-Unis, en cédant pour la troisième fois en environ trois décennies la fortune et les ressources de l'Argentine à un clan mondialiste, dirigé par le visage visible de l'économie mondiale ? Forum économique mondial (WEF), mais dont les ficelles sont tirées par une élite financière qui se cache dans l'obscurité ?

Peter Koenig

L'image en vedette provient de  CoinGape

lien vers l'article original:

 Argentina – A Political Earthquake 22 novembre 2023

Traduit par Maya pour Mondialisation

Peter Koenig est analyste géopolitique et ancien économiste principal à la Banque mondiale et à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), où il a travaillé pendant plus de 30 ans à travers le monde. Il est l'auteur de  Implosion – Un thriller économique sur la guerre, la destruction de l'environnement et la cupidité des entreprises ; et co-auteur du livre de Cynthia McKinney « When China Sneezes : From the Coronavirus Lockdown to the Global Politico-Economic Crisis » (Clarity Press – 1er novembre 2020).

Peter est chercheur associé au Centre de recherche sur la mondialisation (CRG). Il est également chercheur principal non-résident de l'Institut Chongyang de l'Université Renmin de Pékin.

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright ©  Peter Koenig, Mondialisation.ca, 2023

 mondialisation.ca

 Commenter