03/12/2023 reseauinternational.net  5 min #238474

 Gaza : les bombardements ont repris, mais un espoir de trêve demeure

Netanyahou et son cabinet conduisent Israël vers l'Armageddon biblique

🇬🇧 🇪🇸

par Alastair Crooke

Le cabinet estime que la colère de l'opinion publique et l'appel à «écraser» le Hamas dureront plus longtemps que l'estimation américaine d'une guerre de «quelques semaines» tout au plus.

Biden et son équipe, qui cherchaient à obtenir un cessez-le-feu total, ont essuyé une fin de non-recevoir. Le cabinet et l'armée israélienne se sont heurtés aux contraintes d'un cessez-le-feu. Une fois qu'une action militaire est arrêtée, plus le «temps mort» est long, plus il est difficile de recommencer. Comme prévu, la trêve a pris fin. Les attentes américaines étaient irréalistes, compte tenu de l'état d'esprit de l'opinion publique et de l'unité du cabinet de Netanyahou.

En effet, nous entrons dans une nouvelle guerre, qui sera d'une ampleur nettement différente. D'une part, les dirigeants du Hamas ont déclaré que, dans cette nouvelle phase, la principale force de combat (les trois quarts de tous les combattants de Gaza) engagera les soldats israéliens ; d'autre part, parce que la guerre est susceptible de s'étendre et de prendre des chemins nouveaux et inattendus.

Non seulement Netanyahou et son équipe ont snobé Biden - Biden a dit à Gallant : «Vous n'avez plus que quelques semaines», ce à quoi Gallant a répondu : «Ce sera des mois», ce à quoi Blinken a répliqué : «Je ne pense pas que vous ayez des mois» - mais de manière significative, les ministres du cabinet de Netanyahou ont aussi sciemment - et délibérément - franchi la «ligne rouge» énoncée par les fronts unis de la Résistance : Arrêtez le massacre à Gaza, ou bien !

Pourquoi sciemment et délibérément ?

Parce que les objectifs de guerre du cabinet «israélien» sont en cours de métamorphose - en partie pour échapper à la censure pour les lacunes qui ont permis au 7 octobre de prendre Israël par surprise, Netanyahou, le «maître de l'image», détourne l'attention du public de l'attaque initiale du Hamas (qu'il impute aux lacunes de l'armée et des services de renseignement) pour peindre une toile des événements du 7 octobre avec des coups de pinceau dramatiques, comme le premier round d'une «deuxième guerre d'indépendance». En bref, Israël mène une guerre sans choix. Et la survie d'Israël (et la survie politique personnelle de Netanyahou) n'est possible que si la guerre se prolonge puisqu'il s'agit d'une «lutte nationale» formatrice.

La stratégie du cabinet repose donc sur le pari que l'opinion publique israélienne se maintiendra (malgré les taux de désapprobation personnels de Netanyahou), en raison du soutien écrasant de l'opinion publique à ce stade pour les deux objectifs déclarés fixés par le cabinet de guerre : La destruction du «régime du Hamas» et de ses capacités et la libération de tous les prisonniers israéliens à Gaza.

Au fond, le cabinet estime que la colère de l'opinion publique et l'appel à «écraser» le Hamas dureront plus longtemps que l'estimation américaine d'une guerre de «quelques semaines» tout au plus. Sur ce point, Netanyahou et son cabinet semblent s'appuyer sur des bases solides. Un sondage publié vendredi dernier par l'Institut démocratique israélien (IDI) indique que 90% du public soutient pleinement «l'anéantissement du Hamas». Le directeur de l'IDI a déclaré que ce sondage soulignait que rien n'avait changé dans l'attitude des Israéliens : Il n'y a aucune base, a noté le directeur, dans son sondage d'opinion, pour soutenir un cessez-le-feu ou une solution politique. Pour l'opinion publique israélienne, il ne peut y avoir de stabilité tant que «le Hamas n'est pas éradiqué».

La deuxième mesure prise par le cabinet israélien est de soutenir l'art de Netanyahou d'une «lutte héroïque, sans choix» en colorant la prochaine «guerre d'indépendance» en termes manichéens absolus : la lumière contre l'obscurité ; la civilisation contre la barbarie. L'objectif est de susciter une vague de soutien en faveur de l'étape clé consistant à supprimer la «fiction» d'un accord politique avec les Palestiniens, «une fois pour toutes».

La «table» est mise pour une longue guerre israélienne contre le «mal cosmique».

«Il n'y a que moi [Netanyahou] qui puisse empêcher un État palestinien de voir le jour à Gaza, en Judée ou en Samarie» : «Je ne le permettrai pas». «Il n'y aura jamais [d'État palestinien]». «Je suis le seul à pouvoir gérer les relations avec Biden (une amitié de 40 ans). Je suis le seul à savoir comment gérer la psyché américaine».

«Je dirige (...) non seulement au nom de l'histoire juive, mais aussi de la civilisation occidentale».

Il s'agit d'une fanfaronnade narcissique typique de Netanyahou. J'en conviens. Mais c'est aussi une erreur trop fréquente en Occident de sous-estimer ses adversaires. La fanfaronnade de Netanyahou peut fonctionner. Les sondages semblent indiquer que c'est le cas. (Netanyahou est un renard).

Le correspondant du Haaretz pour les affaires militaires, Amos Harel, écrit :

«Les considérations émotionnelles viennent s'ajouter à l'idée dominante parmi le public que sans la défaite totale du Hamas dans la bande de Gaza, il n'y a aucune chance de réduire les dommages causés par l'attaque surprise. En outre, sans une victoire militaire de cette ampleur, il sera impossible de dissuader le Hamas à Gaza et le Hezbollah au Sud-Liban de tenter des actions similaires à l'avenir».

Ces déclarations de Netanyahou («pas d'État palestinien») montrent on ne peut plus clairement qu'Israël pousse à une seconde Nakba. Netanyahou se dirige - avec son manichéisme fleuri et son soutien intérieur populaire - vers un nouvel ultimatum silencieux pour Gaza : «L'émigration ou l'anéantissement». Et plus tard, en Cisjordanie également.

Voici donc la «nouvelle guerre» : Une guerre civilisationnelle hébraïque pour établir un «nouvel» Israël sur la «Terre d'Israël» contre le nationalisme islamique émergent soutenu par l'islam civilisationnel (non institutionnel).

Le Hamas a en effet brisé ce paradigme. La «notion de deux États» a glissé sous les vagues.

 Alastair Crooke

source :  Al-Mayadeen

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter