Accepter cookie ?
29/09/2021 wsws.org  15 min #195796

Après la débâcle en Afghanistan: le pire est encore à venir

11 septembre 2021

La débâcle de l'impérialisme américain en Afghanistan est le résultat non seulement de ses actions néocoloniales dans ce pays, mais aussi du programme qu'il a poursuivi avec une intensité croissante au cours des trois dernières décennies dans le but de contrer ses crises - économiques, sociales et politiques - par des moyens militaires.

Elle est intimement liée à une autre catastrophe imminente: la désintégration et l'effondrement de l'ensemble de son système financier, l'autre pilier majeur par lequel il a cherché à maintenir sa domination mondiale.

Un examen du développement historique de ces deux processus révèle à quel point ils sont étroitement liés et se renforcent mutuellement.

À la fin des années 1980, il était clair que le système financier américain entrait dans une crise majeure, suite au déclenchement d'un boom spéculatif à Wall Street dans le sillage des profondes récessions du début des années 1980. La crise a annoncé son arrivée avec le krach boursier du 19 octobre 1987, lorsque le Dow Jones a plongé de 22,6 pour cent, sa plus forte baisse en une journée et toujours un record.

C'était important non seulement en raison de sa chute vertigineuse, mais aussi pour ce qui a suivi. Le jour de l'effondrement de Wall Street, la Fed est intervenue avec une promesse de soutien financier au marché. Ce n'était pas une mesure ponctuelle, mais le début d'une nouvelle politique qui s'est étendue et développée depuis.

La tâche de la banque centrale n'était plus d'empêcher l'émergence de bulles spéculatives, mais d'intervenir lorsqu'elles éclataient par des injections massives d'argent afin de jeter les bases d'un nouveau cycle de spéculation.

Cette nouvelle politique a été mise en œuvre dans toutes les crises qui ont suivi: les interventions dans les crises des années 1990, dont le sauvetage de Long Term Capital Management en 1998; les baisses de taux d'intérêt suite à l'effondrement de la bulle technologique de 2000-2001; l'opération de sauvetage des banques lancée après la crise financière de 2008 et le début des achats d'actifs (assouplissement quantitatif); et l'intervention de 4000 milliards de dollars après le gel du marché de mars 2020, qui se poursuit à ce jour, lorsque la Fed est intervenue en tant que garant pour tous les domaines du système financier.

Une autre conséquence majeure du krach de Wall Street en 1987, quoique beaucoup moins connu, a été la création par l'administration Reagan en mars 1988, par décret, du Groupe de travail présidentiel sur les marchés financiers.

Plus tard surnommé l'Équipe de protection contre les chutes (PPT), il se composait d'un groupe informel de responsables de la banque centrale, de régulateurs financiers et de membres de l'administration chargés d'«améliorer l'intégrité, l'efficacité, l'ordre et la compétitivité des marchés financiers de notre nation et de maintenir la confiance des investisseurs».

Tandis que son fonctionnement a attiré peu d'attention dans les médias, le PPT a continué à se réunir et à fonctionner sous chaque président depuis Reagan. Il serait intervenu pour arrêter des baisses importantes du marché, comme celle qui a eu lieu fin 2018. Après une téléconférence du PPT le 24 décembre, tenue alors que l'indice S&P 500 de Wall Street se dirigeait vers une baisse importante, le marché repartit fortement à la hausse après les vacances de Noël.

Quelle que soit la nature précise des opérations du PPT - elles ne sont jamais officiellement rapportées - les actions de la Fed et des administrations successives ont démontré que le tant vanté «marché libre» - le pilier supposé de la domination économique américaine - est bel et bien révolu. Telle est l'instabilité croissante du système financier, depuis des décennies, que l'intervention continue et quotidienne de l'État est nécessaire pour assurer sa survie même.

Et c'est tout autant un problème pour la stabilité et la domination de l'impérialisme américain que la question de sa suprématie militaire. On pourrait bien soutenir qu'elle est encore plus critique.

La débâcle afghane a créé une crise stratégique pour tous les alliés des États-Unis. L'effondrement de son système financier aura des conséquences encore plus dévastatrices à court terme et des implications non moins profondes à plus long terme.

Le 15 août 1971 et le 15 août 2021

Ces crises jumelles ont une origine commune. Elles remontent à la décision du président Richard Nixon, le 15 août 1971, de mettre fin à la convertibilité du dollar américain en or. Cette action a mis fin au système monétaire de Bretton Woods, établi en 1944 par les États-Unis eux-mêmes, qui avait fourni un cadre économique clé pour le boom capitaliste d'après-guerre.

C'est l'une de ces bizarreries de l'histoire que la chute de Kaboul le 15 août de cette année a eu lieu exactement à l'occasion du 50e anniversaire de cet événement.

La base du système de Bretton Woods, dans lequel les devises étaient fixées par rapport au dollar, soutenues par de l'or au taux de 35 $ l'once, était que la force du capitalisme américain d'après-guerre pouvait se développer indéfiniment, soutenant le boom mondial, et tout problème économique pouvait être traité par des interventions de l'État basées sur des politiques keynésiennes de gestion de la demande.

Mais à peine 27 ans plus tard, un clin d'œil en termes historiques, cette fiction a volé en éclats à cause des contradictions inhérentes au système lui-même.

Le capitalisme américain fut contraint de relancer ses rivaux, surtout l'Allemagne et le Japon, pour assurer l'expansion du marché mondial dont dépendait sa propre stabilité économique. Mais en conséquence, en l'espace de deux décennies, le capitalisme américain s'est retrouvé éclipsé dans la lutte pour les marchés. Sa balance commerciale positive, qui avait pris des proportions massives immédiatement après la guerre et dont le système dépendait, était en déclin constant, puis devint négative en 1971.

Les tentatives pour consolider le système, alors que la crise devenait de plus en plus apparente dans la seconde moitié des années 1960, avaient toutes échoué. Les taux de profit qui avaient augmenté au fur et à mesure que le boom s'installait étaient en forte baisse, et le capitalisme américain a été confronté à une marée montante de militantisme de la classe ouvrière. Nixon a tenté de contrer ceci avec un plafond d'augmentation de salaire de 5 pour cent, proclamé dans le même discours télévisé dans lequel il annonça la suppression de la convertibilité du dollar en or.

La décision sur le dollar a déclenché une spirale inflationniste qui a aggravé tous ces problèmes et a contribué à alimenter une vague déjà en cours de luttes potentiellement révolutionnaires dans un certain nombre de grands pays capitalistes, à commencer par la grève générale française de mai-juin 1968.

Avec la collaboration directe des directions staliniennes, sociales-démocrates et syndicales, et l'aide cruciale des forces du révisionnisme pabliste, qui avaient rompu avec le programme révolutionnaire du trotskisme, les classes dirigeantes purent réprimer la montée de la classe ouvrière. L'exemple le plus brutal est celui du Chili, où la CIA a orchestré le renversement du gouvernement Allende et la mise en place de la dictature militaire de Pinochet en septembre 1973.

La stabilité politique fut rétablie à court terme. Mais les contradictions économiques des États-Unis et de l'économie capitaliste mondiale se sont intensifiées. Ils se sont surtout manifestés dans le phénomène de stagflation des années 1970, la combinaison d'une inflation élevée, d'un chômage en hausse et d'une croissance économique plus faible, ce qui avait été jugé impossible par les partisans de l'économie keynésienne.

S'appuyant sur les trahisons perpétrées par les directions de la classe ouvrière, les classes dominantes sont passées à l'offensive - une restructuration de l'économie capitaliste basée sur le démantèlement des secteurs les moins rentables de l'industrie et une offensive contre la classe ouvrière. Le fer de lance de cette attaque a été la destruction de la grève des contrôleurs aériens américains par l'administration Reagan en 1981 et le démantèlement de leur syndicat, PATCO, suivi de la guerre civile d'un an menée par l'État britannique contre les mineurs de charbon sous la direction du gouvernement Thatcher en 1984-1985.

Aux États-Unis et dans le monde, un nouvel ordre économique était en train de s'établir dans lequel l'accumulation des profits était de plus en plus basée non pas sur l'expansion de la production, mais sur la spéculation financière.

Les «héros» de ce nouveau régime n'étaient plus les titans industriels d'autrefois, mais des opérateurs financiers criminels et semi-criminels, comme le roi des obligations pourries Michael Milken, qui imaginèrent des méthodes de dépeçage d'actifs, conduisant à l'accumulation de bénéfices faramineux dans un contexte de hausse du marché boursier à partir de 1982.

Mais comme l'a révélé le krach d'octobre 1987, ce château de cartes financier se dirigeait vers un désastre. Puis il se passa un événement fortuit.

La bureaucratie stalinienne en Union soviétique, qui avait été un bastion si crucial pour le capitalisme mondial depuis son usurpation du pouvoir politique de la classe ouvrière soviétique dans les années 1920, accomplit son acte final au service de l'impérialisme en liquidant ce qui restait du premier État ouvrier et amorçant la restauration du capitalisme.

Confronté à un mouvement combatif de la classe ouvrière alors que les problèmes économiques et sociaux créés par son dogme nationaliste réactionnaire du socialisme dans un seul pays s'aggravaient, et craignant qu'il ne soit renversé, le régime stalinien au pouvoir mena une attaque préventive et se transforma en une classe capitaliste propriétaire.

La liquidation de l'URSS a été saluée par les dirigeants politiques, les commentateurs des médias, les universitaires myopes et toutes les variétés de tendances politiques dites de «gauche» comme démontrant la puissance du capitalisme et le triomphe du «marché libre».

La mondialisation et la crise de l'État-nation

Seul le Comité international de la Quatrième Internationale, tout en reconnaissant l'énorme impact de cet événement sur la conscience politique de la classe ouvrière internationale, a insisté sur le fait qu'il ne représentait pas une renaissance du capitalisme. Au contraire, cela signifiait une aggravation de la crise de son ordre économique mondial.

Cela fut le cas, car au bout du compte, la liquidation de l'Union soviétique était l'expression initiale de la contradiction croissante entre le développement de la production mondialisée, qui s'était déroulé à un rythme de plus en plus rapide après 1971, et le système de l'État-nation. Cette crise a trouvé son expression initiale dans les régimes staliniens parce qu'ils s'appuyaient directement sur un programme économique nationaliste.

Dans l'immédiat, cependant, la liquidation de l'URSS et la décision du régime maoïste-stalinien chinois d'aller de l'avant à toute vapeur sur une base capitaliste ont offert des opportunités et des avantages à l'impérialisme américain à plusieurs niveaux.

La confusion et la désorientation initiales dans la classe ouvrière ont été d'une aide cruciale pour les bureaucraties syndicales aux États-Unis et dans le monde en réprimant les luttes de la classe ouvrière. L'incidence des grèves - l'indicateur de base de la lutte de classe - est tombée à des planchers record dans les grands pays capitalistes.

Et cela a fourni des opportunités pour la stratégie géopolitique mondiale de l'impérialisme américain.

Depuis les événements de 1975 à Saïgon, cristallisés dans les images d'évacuations par hélicoptère depuis le toit de l'ambassade américaine, l'impérialisme américain s'était efforcé de «se débarrasser du syndrome du Vietnam». Le retrait de l'Union soviétique de la politique mondiale semblait lui fournir l'occasion de contrer son déclin économique par des moyens militaires.

La première guerre du Golfe en 1990-1991, lancée sous le prétexte de la prise de contrôle du Koweït par l'Irak, a été fondée sur la prémisse que les États-Unis construisaient un «nouvel ordre mondial» basé sur leur puissance militaire.

C'était la prémisse derrière les guerres sans fin qui ont suivi: qu'au moyen de missiles de croisière, de drones, d'assassinats ciblés et de l'intervention de troupes si nécessaire, les États-Unis pourraient maintenir leur domination mondiale.

Le militarisme se conjuguait avec la conviction qu'avec le développement de «l'ingénierie financière», la hausse toujours plus élevée de son marché boursier et le développement de nouvelles technologies, ainsi que la position prééminente du dollar sur les marchés mondiaux, les États-Unis seraient en mesure de se maintenir comme la puissance économique dominante.

Ici aussi, les États-Unis ont reçu une aide considérable des actions de la bureaucratie stalinienne soviétique et du régime chinois. La liquidation de l'Union soviétique et le déchaînement du capitalisme en Chine, combinés à l'effondrement ultérieur des programmes économiques nationaux en Inde et dans d'autres anciens pays coloniaux, ont eu des conséquences financières majeures.

L'absence d'inflation est l'une des principales raisons pour lesquelles la Fed a pu maintenir un régime de taux d'intérêt bas tout au long des années 1990 et au siècle présent, envoyant les marchés financiers vers des sommets toujours plus élevés. Cela était dû en grande partie à la baisse du prix d'une gamme de biens de consommation produits par l'exploitation d'une main-d'œuvre bon marché en Chine et dans de nombreux autres pays par les grandes sociétés capitalistes.

Ici aussi, il y a eu des développements parallèles. La politique étrangère des États-Unis, basée sur le militarisme, a été marquée par l'abandon complet du droit international et la descente dans la criminalité pure et simple: l'invasion de l'Irak en 2003 basée sur le mensonge des «armes de destruction massive» en étant l'exemple le plus flagrant.

Dans le monde de la finance, toutes les normes antérieures de prudence financière ont été jetées par-dessus bord en pleine frénésie spéculative qui a souvent pris un caractère criminel: il n'y a qu'à penser à Enron. Et en politique, le même processus s'est reflété dans la montée de Donald Trump, de la pègre financière au poste de président américain.

Mais maintenant, il y a des indications que la crise de l'impérialisme américain est entrée dans une nouvelle étape.

Dans sa célèbre polémique Anti-Dühring, Frederick Engels reprenait directement la «théorie de la force» avancée par Eugen Dühring, qui soutenait que la puissance militaire, et non les développements économiques sous-jacents, était la force motrice du développement historique.

Le développement économique du capitalisme, expliqua Engels, conduisait la société bourgeoise vers «la ruine ou la révolution». Mais si la bourgeoisie croyait pouvoir faire appel à la force pour la sauver d'une situation économique qui s'effondrait, elle se berçait dans l'illusion que «l'état économique et son évolution inéluctable, et donc de débarrasser le monde, grâce au feu des canons Krupp et des fusils Mauser, des effets économiques de la machine à vapeur et du machinisme moderne mis par elle en mouvement, du commerce mondial et du développement actuel de la banque et du crédit».

Changer ce qui doit être changé à la lumière du développement de la technologie militaire et des processus économiques et financiers de plus en plus complexes et interconnectés d'aujourd'hui, les remarques d'Engels n'ont rien perdu de leur pertinence.

En pleine débâcle militaire en Afghanistan, les signes d'un krach financier, détournés par les plans de sauvetage massifs de 2008 et 2020, continuent de s'accumuler. Chaque jour apporte des nouvelles de l'ampleur de la spéculation.

Sur fond de nouveaux records à Wall Street, de la spéculation effrénée sur les cryptomonnaies et de la flambée des prix d'immobilier, cette semaine a commencé avec des reportages de ce que le Financial Times a appelé «un été frénétique de conclusion d'accords» qui avait mis les activités de fusion et d'acquisition sur la voie d'une année record. Elle risquait de dépasser les 4300 milliards de dollars en 2007, à l'approche de la crise financière mondiale. Cette nouvelle folie des fusions était alimentée par de faibles coûts d'emprunt et des milliards de dollars dans les coffres des groupes de capital-investissement.

Autre indication de la frénésie financière, le Wall Street Journal a rapporté que le rendement des obligations d'entreprises américaines de qualité spéculative est tombé à 3,53 pour cent, soit plus d'un point de pourcentage de moins qu'il n'avait atteint à tout moment avant la pandémie de COVID-19.

La semaine dernière, l'Autorité européenne des marchés financiers (ESMA) a publié un important rapport dans lequel elle a déclaré: «Nous nous attendons à continuer à voir une longue période de risque pour les investisseurs institutionnels et particuliers de corrections boursières supplémentaires, peut-être significatives, et de voir des risques très élevés sur l'ensemble de l'attribution de l'ESMA.

Ces indicateurs, parmi bien d'autres, pointent vers l'éclatement d'une crise majeure, mais qui se développe dans des conditions transformées.

Malgré les garanties du président de la Fed, Jerome Powell et d'autres autorités financières, selon lesquelles la hausse actuelle de l'inflation, entre 4 et 5 pour cent aux États-Unis et dépassant les 3 pour cent en Europe, est transitoire, on craint de plus en plus qu'elle ne s'enracine. Si tel est le cas, cela supprimera l'un des éléments clés du régime de taux d'intérêt ultra-bas qui a soutenu les marchés financiers au cours des trois dernières décennies.

La lutte de la classe ouvrière pour le pouvoir

Un facteur encore plus important pour les marchés financiers est la marée montante du militantisme de la classe ouvrière aux États-Unis et ailleurs, en conflit direct avec les bureaucraties syndicales, qui menace de mettre définitivement fin à la répression de la lutte de classe, qui joue un rôle clé dans la frénésie spéculative.

Marx avait très précisément remarqué que toutes les contradictions économiques du capitalisme sont finalement réglées dans la lutte des classes. La classe ouvrière doit dresser un bilan de la situation actuelle et tirer les conclusions politiques nécessaires.

Bien que Biden ait fait appel au sentiment antiguerre lors de son retrait d'Afghanistan, cela ne signifie pas que le danger de guerre a reculé. Au contraire, il augmente. En effet, comme l'a clairement indiqué Biden, le retrait afghan a été effectué pour concentrer l'attention sur les préparatifs de guerre contre la Chine, dont la montée économique est considérée par toutes les factions de la classe dirigeante américaine comme une menace existentielle pour l'impérialisme américain qui doit être contrée coûte que coûte.

La crise du COVID-19 a fourni un avertissement sur la façon dont la classe dirigeante fera face à une crise économique. Elle répondra par la même cruauté, insistant sur le fait que les profits et la «santé» des marchés financiers priment sur tout le reste, y compris la vie elle-même.

La stratégie de la classe dirigeante devient de plus en plus désespérée. Mais elle a une stratégie: rejeter la crise croissante du système de profit sur le dos de la classe ouvrière par tous les moyens nécessaires, y compris des formes de gouvernement autoritaires et fascistes.

En conséquence, la classe ouvrière doit développer sa propre perspective indépendante, élaborée jusqu'au bout et développée à travers une lutte contre les appareils syndicaux. Le cœur de cette stratégie est la lutte politique pour prendre le pouvoir entre ses propres mains afin de renverser le système capitaliste dépassé et destructeur et commencer la reconstruction de la société sur des bases socialistes à l'échelle internationale.

(Article paru en anglais le 7 septembre 2021)

 wsws.org

 Commenter