17/08/2021 116 articles reseauinternational.net  6 min #193733

Afghanistan. Les talibans entrent dans Kaboul

La fin officielle de l'hégémonie autoproclamée des États-Unis

par Andrei Martyanov.

Irina Alksnis m'a devancé. Lorsque, il y a deux jours, j'ai  écrit mon article sur l'échec évident de l'Occident combiné en Afghanistan, j'ai insisté sur le fait que cette guerre avait un sérieux aspect religieux, c'est-à-dire civilisationnel, que les gens à D.C. et en Europe sont incapables de saisir.

J'ai également écrit à plusieurs reprises sur la notion de Noblesse Oblige entre les superpuissances, qui, en fait, devrait maintenir les interactions, même dans un conflit, dans le « cadre » de l'élite des superpuissances, car déléguer ses propres victoires à des mandataires est une très mauvaise affaire lorsque l'Islam est impliqué. Eh bien, Irina Alksnis a développé cette idée dans un  article paru aujourd'hui dans Ria.

« Bien sûr, comprendre qui vient à la place des Américains et les conséquences désastreuses qui y sont associées joue un rôle ici. Malgré la promesse des Taliban de ne pas réprimer ceux qui ont servi le gouvernement précédent, et leur déclaration d'adoucir la position sur la place des femmes dans la société, il ne fait aucun doute que l'Afghanistan sera confronté à des représailles et à des exécutions. Et le sort des femmes afghanes n'est toujours pas à envier.

L'archaïque a vaincu la civilisation moderne - et quelle que soit votre relation avec l'Occident, il est impossible de se réjouir de ce fait. Toutefois, le propos ne se limite pas à la dure et sanglante réalité afghane, ni à la sympathie pour les citoyens de ce malheureux pays retournant au lointain Moyen Âge. Les événements de dimanche ont également été si bouleversants parce qu'ils ont donné au monde une idée très claire de ce que pourrait être - et de ce que sera probablement - l'effondrement ultime de l'hégémonie mondiale des États-Unis ».

Comme je l'ai répété plusieurs fois, les États-Unis étaient dans une large mesure une superpuissance accidentelle. Une superpuissance par défaut, qui n'a jamais compris la relation complexe entre les politiques intérieure et extérieure, ni, dans une large mesure, développé une vision cohérente de la puissance militaire et de son application.

Aujourd'hui, tout a basculé. Je ne parle pas de la défaite de l'Occident combiné - il était clair depuis le milieu des années 2000 qu'il était en déclin précipité. Je parle de l'incapacité de l'Occident et de son chef de file, les États-Unis, à maintenir une civilisation en tant que, pour reprendre les termes de feu Huntington (il cite également quelqu'un d'autre), « culture écrite large ». Alors que les gros titres d'aujourd'hui sont remplis de ce :

Le monde l'a remarqué et les États-Unis ont donné la victoire aux fanatiques islamiques et les ont ainsi enhardis, de la même manière que les États-Unis ont attisé les flammes de l'Islam politique dans les années 1980 et ont contribué à former une force qui est radicalement anti-civilisationnelle dans son essence.

C'EST le principal échec de l'Occident combiné et ce sera, une fois de plus, à quelqu'un d'autre de nettoyer ce putain de gâchis derrière les États-Unis, dont les « élites » politiques et militaires non seulement  n'ont rien appris de rien mais sont incapables d'apprendre. En cela, combiné à une myriade d'autres échecs économiques, scientifiques, culturels et moraux, l'Occident moderne, dirigé par les États-Unis, s'est déclaré en échec.

Les événements qui se déroulent aujourd'hui à Kaboul démontrent parfaitement et sont l'épitomé de l'Occident moderne. J'écris sur ce sujet depuis de nombreuses années, mais je ne savoure pas mon moment de « je vous l'avais dit ». Irina Alksnis non plus.

Dans ce contexte d'une énième guerre perdue par les États-Unis, cette  nouvelle doit être prise en compte :

« Le Tehran Times a rapporté mercredi que Moscou a fait savoir à Téhéran que l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) était parvenue à un consensus sur l'admission de l'Iran en tant que membre à part entière du groupement. Le secrétaire du Conseil de Sécurité russe, Nikolai Patrushev, a communiqué cette nouvelle capitale lors d'un appel avec son homologue iranien, l'amiral Ali Shamkhani. Plus tard, Shamkhani a indiqué sur Twitter que Patrushev et lui avaient également discuté de l'Afghanistan, de la Syrie et du golfe Persique.

L'OCS découple enfin l'adhésion de l'Iran des négociations nucléaires et des sanctions américaines. De manière significative, l'appel téléphonique de Patrushev marque également la première communication stratégique de haut niveau entre Moscou et Téhéran après la prestation de serment d'Ebrahim Raïssi en tant que nouveau président de l'Iran. Patrushev est une personnalité de très haut rang au sein du Politburo du Kremlin.

Le consensus de l'OCS, qui est essentiellement une initiative sino-russe, accélère l'admission de l'Iran, malgré les incertitudes qui pèsent sur la volonté politique de l'administration Biden de faire avancer l'accord nucléaire face à la forte opposition « bipartisane » du Congrès et d'autres groupes d'intérêt ».

Il n'y a pas d'incertitudes ici, je peux ajouter, l'Occident combiné a échoué en tant que civilisation et est en train de s'enfoncer dans la seconde ligue militaire et, par définition, géopolitique, si ce n'est l'irrelevance avec une vitesse étonnante.

Contrairement au syndrome post-Vietnam, cependant, la défaite des États-Unis en Afghanistan n'est pas due à une armée et un peuple vietnamiens capables et soutenus par d'autres superpuissances assez avancées. Les États-Unis ont perdu face à une force primitive dirigée par l'idéologie la plus rétrograde qui s'oppose à tout ce que la plupart des pays du monde reconnaissent comme essentiel à leur existence.

Pendant ce temps, les idiots américains, un euphémisme pour désigner les « journalistes » et les médias américains, discutent encore de pourcentages et d'un jargon politique qui, aux États-Unis, pour une raison quelconque, est appelé « stratégie ».

Les idiots, afin de rendre un bordel rentable, essaient de changer non pas de lits, mais de putes. Voyez ce qui se passe. Mais ne retenez pas votre souffle, et ceux qui en ont envie - marquez la date d'aujourd'hui comme la fin officielle de l'hégémonie autoproclamée des États-Unis. Nous discuterons des conséquences de ce désastre plus tard. Je ne fais pas la fête parce que je sais ce qui va arriver.


source :  smoothiex12.blogspot.com

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier
01/10/2021 les-crises.fr  6 min #195891

La fin officielle de l'hégémonie autoproclamée des États-Unis

Afghanistan : Tirer les leçons d'une guerre qui n'aurait pas dû continuer

Un peu plus de deux mois avant l'effondrement de la mission militaire à Kaboul et des illusions américaines, le Center for International Policy a publié un rapport sur l'échec et la futilité de l'aventure américaine en Afghanistan. C'est une guerre qui a coûté quatre vies et cinq membres aux soldats que je commandais.

Deux se sont vidés de leur sang, un est mort à l'hôpital de la base, un autre - touché à la mâchoire - a fait une overdose par la suite, et un autre vit comme un triple amputé.

01/10/2021 reseauinternational.net  8 min #195883

La fin officielle de l'hégémonie autoproclamée des États-Unis

Les relations transatlantiques au miroir de l'Afghanistan

par Sergey Yermakov.

Un mois après que les passions, liées au retrait manqué des troupes américaines et de celles de l'OTAN qui viennent de quitter l'Afghanistan, se soient apaisées à Washington et dans les capitales européennes, il est intéressant d'évaluer les conséquences du fiasco afghan sur les relations transatlantiques. Il convient de noter que la situation dans ce pays a évolué de manière inattendue et trop rapide et cela, dans un sens négatif pour les Américains et l'OTAN.

01/10/2021 lesakerfrancophone.fr  7 min #195881

La fin officielle de l'hégémonie autoproclamée des États-Unis

La débâcle afghane : La voie ouverte aux révolutions économiques

Le coup paradigmatique donné par l'Afghanistan à la vision occidentale, arrive à un moment d'inflexion historique : les États se détournent délibérément de ce modèle raté qui avait soutenu Ghani.

Par Alastair Crooke - Le 13 septembre 2021 - Source Al Mayadeen

« Avant de voler 169 millions de dollars et de s'enfuir après sa disgrâce, le président fantoche de l'Afghanistan, Ashraf Ghani, a été formé dans des universités américaines d'élite, a reçu la citoyenneté américaine, a été formé à l'économie néolibérale par la Banque mondiale, a été glorifié dans les médias en tant que technocrate « incorruptible », a été coaché par de puissants groupes de réflexion de DC comme l'Atlantic Council, et a reçu des prix pour son livre, Fixing Failed States ».

29/09/2021 wsws.org  15 min #195796

La fin officielle de l'hégémonie autoproclamée des États-Unis

Après la débâcle en Afghanistan: le pire est encore à venir

11 septembre 2021

La débâcle de l'impérialisme américain en Afghanistan est le résultat non seulement de ses actions néocoloniales dans ce pays, mais aussi du programme qu'il a poursuivi avec une intensité croissante au cours des trois dernières décennies dans le but de contrer ses crises - économiques, sociales et politiques - par des moyens militaires.

Elle est intimement liée à une autre catastrophe imminente: la désintégration et l'effondrement de l'ensemble de son système financier, l'autre pilier majeur par lequel il a cherché à maintenir sa domination mondiale.

28/09/2021 reseauinternational.net  11 min #195741

La fin officielle de l'hégémonie autoproclamée des États-Unis

Le soi-disant « berceau de la révolution » en Syrie a été libéré. La campagne occidentale pour renverser Bachar al Assad est pratiquement hors d'état de nuire

par Vanessa Beeley.

Après trois ans d'un cessez-le-feu fragile et une campagne d'assassinats de « fidèles » du gouvernement syrien par des groupes armés fondamentalistes intégrés, le drapeau syrien a de nouveau été hissé à Deraa Al Balad.

Les médias occidentaux persistent à présenter l'émergence de groupes armés extrémistes à Deraa, au sud de Damas, comme le « berceau de la révolution » visant à renverser le gouvernement syrien.

27/09/2021 entelekheia.fr  17 min #195694

La fin officielle de l'hégémonie autoproclamée des États-Unis

2001-2021 : Comment les marchands d'armes américains ont gagné la guerre

La raison éthique pour laquelle faire partie de l'OTAN n'est pas une bonne chose pour la France : cette entité créée en 1949, à l'initiative des USA pour contenir l'Union Soviétique, qui n'a donc plus de raison d'être et qui doit se fabriquer des menaces fantômes pour continuer de justifier son existence, ne sert qu'au maintien d'un business des plus répugnants. Nous le verrons avec cet article.

27/09/2021 lesakerfrancophone.fr  7 min #195691

La fin officielle de l'hégémonie autoproclamée des États-Unis

C'est la dernière guerre qu'« Israël » a mené sur un seul front

Il est évident qu'au lendemain de la débâcle afghane, Washington n'a guère envie d'une guerre avec l'Iran. L'idée même de retenter l' « occidentalisation » du Moyen-Orient a perdu de son lustre.

Par Alastair Crooke - Le 6 septembre 2021 - Source Al Mayadeen

Le Premier ministre israélien, M. Bennett, a obtenu de M. Biden tout ce qu'il voulait en matière de promesses télégéniques à brandir devant le public israélien - c'est ce qu'a déclaré le correspondant israélien, Ben Caspit.

24/09/2021 lesakerfrancophone.fr  5 min #195562

La fin officielle de l'hégémonie autoproclamée des États-Unis

L'effondrement des visions impériales des États-Unis et de l'Union européenne

L'Amérique souffre profondément de son humiliation à Kaboul.

Par Alastair Crooke - Le 30 août 2021 - Source Al Mayadeen

Il est clair que la principale tragédie de la prise de contrôle éclair de l'Afghanistan par les talibans, ainsi que la débâcle associée au retrait dysfonctionnel de l'Occident, a été l'effondrement de la vision grandiose des États-Unis gagnant la « bataille pour l'avenir » et menant un monde dans lequel ils écrivent les règles et les font appliquer.

2 articles 24/09/2021 les-crises.fr  5 min #195544

La fin officielle de l'hégémonie autoproclamée des États-Unis

Guerres américaines post 11/09 : Un coût de 8 000 milliards $ et près d'1 million de morts

Le Projet sur les coûts de la guerre par l'université Brown évalue le bilan des guerres et des opérations militaires en Afghanistan, en Irak, en Syrie, au Yémen, en Somalie, au Pakistan et ailleurs au cours des deux dernières décennies.

Source : Consortium News, Jon Queally

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Des enfants yéménites jouent dans les décombres de bâtiments détruits par un raid aérien.

23/09/2021 mondialisation.ca  12 min #195524

La fin officielle de l'hégémonie autoproclamée des États-Unis

L'essoufflement d'une prétendue puissance

Par Maryse Laurence Lewis

Malgré l'aménagement d'environ 800 bases militaires, grugeant insidieusement la Terre, à la manière des mines antipersonnel, les États-Unis ne s'avèrent plus une super-puissance, si on se réfère aux nombreuses défaites de son histoire militaire. Les Chinois qualifie ce géant de « tigre de papier ». En effet, de petits pays comme la Corée du Nord et le Viêt-Nam l'ont embourbé.

22/09/2021 strategic-culture.org  9 min 🇬🇧 #195495

La fin officielle de l'hégémonie autoproclamée des États-Unis

Will a Renewed 'Operation Cyclone' Threaten Afghanistan's New Silk Road Future?

Matthew Ehret

The Chinese and their growing array of partners have come to the fundamental insight that the only way to destroy terrorism is not by bombing nations to smithereens, but rather by providing the means of improving the lives of people.

With the recent pledge by China, Russia, Iran and Pakistan for renewed defense of Afghanistan's sovereignty and right to develop, many have jumped the gun to celebrate a little prematurely.

20/09/2021 chroniquepalestine.com  5 min #195353

La fin officielle de l'hégémonie autoproclamée des États-Unis

Le retrait Us d'Afghanistan est une source d'inquiétude pour l'État sioniste

newsnet_195353_fda917.jpg

Les Israéliens sont préoccupés par le retrait honteux des Américains d'Afghanistan, et ils pensent que leur gouvernement doit maintenant réaffirmer sa capacité à protéger ses propres intérêts dans la région et au-delà.

Le sentiment général est que le retrait donnera désormais aux ennemis d'Israël une plus grande liberté de mouvement, notamment à l'Iran, qui n'hésitera pas à renforcer ses relations avec la Chine, laquelle a à son tour des intérêts évidents en Afghanistan et dans le Golfe arabique.

16/09/2021 strategic-culture.org  16 min 🇬🇧 #195239

La fin officielle de l'hégémonie autoproclamée des États-Unis

The Winner in Afghanistan: China

By Alfred W. MCCOY

The collapse of the American project in Afghanistan may fade fast from the news here, but don't be fooled. It couldn't be more significant in ways few in this country can even begin to grasp.

"Remember, this is not Saigon," Secretary of State Antony Blinken told a television audience on August 15th, the day the Taliban swept into the Afghan capital, pausing to pose for photos in the grandly gilded presidential palace.

15/09/2021 mondialisation.ca  2 min #195190

La fin officielle de l'hégémonie autoproclamée des États-Unis

L'Afghanistan, 20 sous la botte de l'Otan - Entrevue Jooneed Khan

Par Jooneed Khan et Robin Philpot

Depuis la débâcle de Kaboul, on présente l'invasion et l'occupation de l'Afghanistan de 2001 à 2021 comme une « mission » pour libérer le peuple afghan, libérer les femmes, scolariser les jeunes et apporter la démocratie.

Une telle propagande efface de notre mémoire la dévastation et la mort que cette invasion a infligées au peuple afghan.

14/09/2021 mondialisation.ca  2 min #195144

La fin officielle de l'hégémonie autoproclamée des États-Unis

Afghanistan: qui a déclenché la catastrophe - Entrevue avec Yakov Rabkin

Par Prof. Yakov M. Rabkin et Robin Philpot

La couverture médiatique de la sortie des troupes de l'OTAN de l'Afghanistan ne nous a pas permis de comprendre les origines de cette guerre qui, pour le peuple afghan, a duré non pas 20 ans mais plus de 40 ans. La date clé est 1979, non pas 2001.

Yakov Rabkin, professeur émérite d'histoire à l'Université de Montréal, rappelle la situation dans les années 1970 en Afghanistan où dans les villes, le pays se modernisait rapidement, malgré une résistance passive dans les campagnes afghanes.

13/09/2021 lesakerfrancophone.fr  9 min #195079

La fin officielle de l'hégémonie autoproclamée des États-Unis

La débâcle de la sortie d'Afghanistan : incompétence, distraction ou quelque chose de plus sinistre ?

Par Brandon Smith − Le 18 Août 2021 − Source Alt-Market

Mon premier réflexe a été d'ignorer le cirque entourant l'apparente gabegie de Biden concernant le retrait des troupes d'Afghanistan, principalement parce que je pense que cela détourne l'attention du danger bien plus grand des mandats despotiques et des passeports vaccinaux que Biden et ses manipulateurs tentent de faire avancer en ce moment même sur notre sol.

13/09/2021 lesakerfrancophone.fr  9 min #195078

La fin officielle de l'hégémonie autoproclamée des États-Unis

Prise de contrôle de l'Afghanistan par les Talibans : le pire échec de toute l'histoire pour l'appareil de renseignements étasunien

Par Andrew Korybko − Le 31 août 2021 − Source Oriental Review

La prise de contrôle centrale relève que la supériorité technologique des États-Unis n'a servi à rien durant la guerre en Afghanistan, et que les sources humaines de renseignements dont ceux-ci dépendaient n'étaient pas assez fiables.

L'histoire retiendra que les États-Unis n'ont jamais connu d'échec plus cuisant, en matière de renseignements, que la prise de contrôle de l'Afghanistan par les Talibans.

12/09/2021 legrandsoir.info  36 min #195006

La fin officielle de l'hégémonie autoproclamée des États-Unis

Afghanistan : les guerres éclatent quand elles sont nécessaires.... et se terminent de la même façon

Victor Sarkis

« Ils pensaient que j'allais arriver avec une carte leur indiquant qui étaient les bons et les méchants », déclare un ancien conseiller anonyme d'une équipe des forces spéciales [américaines] à l'agence Sigar en 2017. « Il leur a fallu du temps pour comprendre que je n'avais pas ces informations entre les mains.

Au début, ils n'arrêtaient pas de me demander : "Mais qui sont les méchants ? Où sont-ils ?http://www.newsnet.fr/1" ».