Accepter cookie ?
01/10/2021 reseauinternational.net  8 min #195883

Les relations transatlantiques au miroir de l'Afghanistan

par Sergey Yermakov.

Un mois après que les passions, liées au retrait manqué des troupes américaines et de celles de l'OTAN qui viennent de quitter l'Afghanistan, se soient apaisées à Washington et dans les capitales européennes, il est intéressant d'évaluer les conséquences du fiasco afghan sur les relations transatlantiques. Il convient de noter que la situation dans ce pays a évolué de manière inattendue et trop rapide et cela, dans un sens négatif pour les Américains et l'OTAN. Le retrait des troupes restantes et l'évacuation des civils de Kaboul s'apparentaient davantage à une fuite. Cela a causé d'énormes dommages à l'image des États-Unis et a réactivé les sources cachées de tendances centrifuges dans leurs relations avec leurs alliés.

En août dernier, les réunions d'urgence du Conseil de l'Atlantique Nord, du Comité militaire de l'OTAN et des ministres des Affaires étrangères de l'Alliance ont été principalement consacrées à l'adoption de mesures urgentes visant à garantir l'évacuation en toute sécurité du personnel de l'OTAN et des membres affiliés de l'Alliance, plutôt qu'à l'élaboration d'une position unifiée des Alliés sur la question de l'Afghanistan. Au départ, les experts occidentaux étaient assez sceptiques quant à la capacité de l'alliance à s'adapter rapidement aux nouvelles circonstances, en raison du choc et de la désorientation dans lesquels les forces de l'OTAN s'étaient retrouvées après la prise de contrôle éclair par les Taliban.

Il convient de noter que les Européens ont tendance à considérer l'échec de la mission de l'OTAN en Afghanistan non seulement comme l'effondrement d'une seule opération, mais aussi comme un facteur qui aura de graves conséquences géopolitiques pour l'Europe et le monde, aggravant encore la crise des relations transatlantiques. C'est notamment la conclusion à laquelle est parvenu N. Loiseau, président de la sous-commission sécurité et défense du Parlement européen, qui estime que les récents développements devraient inciter l'Europe à renforcer son « autonomie stratégique » afin de garantir sa capacité à agir avec ses alliés (tels que les États-Unis) lorsque cela est possible, et indépendamment lorsque cela est nécessaire.

Pour sa part, D. Keating, senior fellow au European Center de l'Atlantic Council (USA) et correspondant à Bruxelles de France 24, note que les Européens ont été pris au dépourvu par la décision américaine de retirer rapidement les troupes d'Afghanistan sans avoir une compréhension réaliste de la vulnérabilité du régime politique de Kaboul. Selon lui, un certain nombre de pays européens, tels que le Royaume-Uni et l'Italie, ont été fortement irrités par le fait que l'administration Biden n'a pas tenu compte de leur avis sur la précipitation de ce retrait, après que leur opposition au retrait ait été ignorée lors du sommet de l'OTAN en juin. Selon l'évaluation de l'expert européen, le retrait rapide et en fait mal coordonné d'Afghanistan, qui a conduit à l'effondrement du leadership pro-occidental dans ce pays, renforcera le débat à Bruxelles sur « l'autonomie stratégique » européenne et la nécessité de développer une capacité de défense européenne indépendante. Ces actions américaines soulèvent également des questions sur l'engagement de l'Amérique à protéger ses alliés et sur la question de savoir si l'OTAN est réellement une alliance d'États souverains - ou simplement un protectorat militaire dans lequel les véritables décisions sont prises par Washington seul.

L'effondrement de la crédibilité de la politique étrangère américaine et des services de renseignement et militaires américains porte atteinte à l'autorité politique et morale de l'Occident dans son ensemble, déclare D. Schwarzer, directeur exécutif pour l'Europe et l'Eurasie à l'Open Society Foundations. Selon elle, l'exemple de l'Afghanistan démontre une trop grande dépendance des Européens à l'égard des États-Unis - et en même temps une trop faible prise en compte de leur point de vue à la Maison Blanche.

Dans le même temps, B. Masaes, ancien secrétaire d'État portugais aux affaires européennes, signale un grave problème pour l'Europe lié aux réfugiés d'Afghanistan. Selon ses évaluations, il existe un risque de nouvelles attaques terroristes contre l'Europe organisées à partir de ce pays. Masaes souligne également que la crise des réfugiés n'est qu'une partie de la destruction, voire de la désagrégation de l'ordre existant précipitée par les événements afghans. Selon lui, sous l'ancien président américain D. Trump, des doutes sont apparus sur l'engagement de l'Amérique envers ses alliés et ses engagements européens. Toutefois, l'analyste portugais estime que les événements afghans ont déjà jeté le doute sur la compétence américaine en tant que telle. Selon lui, la réponse ne peut être qu'une capacité européenne accrue à affronter seule un monde de plus en plus dangereux.

À son tour, M. Laschet, président de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne et candidat à la chancellerie de centre-droit - a qualifié l'opération afghane de l'OTAN de « plus grand échec de l'alliance, qu'elle subit depuis sa fondation ». Selon M. Laschet, une « analyse complète des erreurs » est nécessaire tant à Washington qu'à Bruxelles.

Les experts américains soutiennent de tout cœur l'avis de leurs collègues européens selon lequel les leçons de l'Afghanistan doivent être soigneusement étudiées. Par exemple, un analyste respecté du Centre d'Études stratégiques et internationales de Washington, E. Cordesman, en parle dans son rapport. Cependant, il y a une nuance à apporter. Tout en admettant que l'absence de consultations complètes avec les partenaires de l'OTAN est inacceptable, l'analyste américain suggère néanmoins que l'Europe doit adopter une approche beaucoup plus réaliste de sa dépendance stratégique vis-à-vis des forces armées américaines. Par conséquent, les Européens devraient faire davantage pour améliorer leurs propres capacités militaires plutôt que de discuter du partage de la charge financière. Selon M. Cordesman, en réclamant une plus grande « autonomie stratégique », l'Europe devrait reconnaître qu'il n'existe pas aujourd'hui d'alternative européenne crédible à l'Alliance de l'Atlantique Nord. C'est pourquoi, selon lui, de nouvelles mesures sont nécessaires pour améliorer l'efficacité de l'OTAN et l'adapter aux nouveaux défis, plutôt que de détruire ce bloc, qui est pour l'instant irremplaçable.

Dans le même temps, l'analyste américain R. Ellehuys, qui a un temps dirigé le bureau de la politique européenne et des affaires de l'OTAN du Département de la Défense des États-Unis, estime qu'il est important de prêter attention à l'évaluation des conséquences négatives de la défaite afghane pour l'alliance. Il s'agit avant tout, selon elle, de saper la crédibilité de l'Alliance et d'accroître la menace terroriste qui pèse sur ses membres. Ellehuys et d'autres experts américains sont particulièrement préoccupés par la possibilité que les adversaires géopolitiques de l'OTAN utilisent le « syndrome afghan » pour discréditer et saper l'unité des alliés.

À cet égard, les experts occidentaux (par exemple, de l'Atlantic Council, de la RAND Corporation et d'autres) suggèrent à l'alliance de prendre des mesures urgentes d'information et de propagande permettant de justifier les actions américaines et de l'OTAN en Afghanistan, de calmer la société occidentale et de préserver l'unité des pays membres et la confiance dans l'organisation elle-même. Dans ces circonstances, par exemple, M.D. Williams, du Conseil atlantique, estime que dans la lutte pour la survie, le slogan moderne de l'OTAN devrait être l'appel « Pour la solidarité ! » et non « Pour la sécurité ! ».

Dans le même temps, les experts américains faisant autorité estiment que les États-Unis doivent se préparer à une situation dans laquelle Washington devra compter non pas tant sur l'OTAN, mais plutôt sur une coalition de membres individuels intéressés de l'alliance qui représentent la plus grande valeur pour les Américains, pour résoudre leurs tâches stratégiques. L'application pratique de cette approche est visible dans la création de la nouvelle alliance militaro-politique entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie, AUKUS.

L'Alliance de l'Atlantique Nord, estiment les analystes américains, a besoin d'une nouvelle approche de la planification des forces, fondée sur une évaluation réaliste des menaces, des plans et des budgets clairs. L'OTAN doit analyser activement l'évolution des capacités des trois superpuissances mondiales et introduire un régime de consultation sur la menace croissante que représente la Chine, plutôt que de se concentrer uniquement sur la Russie ou les menaces terroristes qui pèsent sur l'Europe.

Ainsi, l'approche ajustée des États-Unis vis-à-vis de l'Afghanistan, malgré l'échec de la « sortie discrète » envisagée du pays, suggère que la tâche de démêler le nœud afghan soit laissée à d'autres États, en comptant également sur le fait qu'il deviendra un problème pour les adversaires géopolitiques des États-Unis, la Russie et la Chine. Washington prévoit d'utiliser les ressources libérées en Afghanistan pour la compétition avec eux pour le leadership mondial.


source :  katehon.com

via  euro-synergies.hautetfort.com

 reseauinternational.net

 Commenter