Accepter cookie ?
01/10/2021 les-crises.fr  6 min #195891

Afghanistan : Tirer les leçons d'une guerre qui n'aurait pas dû continuer

Un peu plus de deux mois avant l'effondrement de la mission militaire à Kaboul et des illusions américaines, le Center for International Policy a publié un rapport sur l'échec et la futilité de l'aventure américaine en Afghanistan. C'est une guerre qui a coûté quatre vies et cinq membres aux soldats que je commandais.

Deux se sont vidés de leur sang, un est mort à l'hôpital de la base, un autre - touché à la mâchoire - a fait une overdose par la suite, et un autre vit comme un triple amputé. Le plus âgé avait 28 ans - il en était à sa troisième affectation - le plus jeune ne pouvait pas légalement acheter une bière lorsque nous avons été déployés ; pas un seul ne gagnait plus de 40 000 dollars par année pour sa peine. Tous ont courageusement ramé pour une mission impossible, dans une guerre qui n'aurait pas dû continuer.

Source :  antiwar.com, Danny Sjursen
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Le titre du rapport en dit long sur l'histoire et son objectif : « Ever Shifting Goal Posts : Lessons from 20 Years of Security Assistance in Afghanistan » (Des objectifs toujours changeants : les leçons après 20 années d'assistance sécuritaire en Afghanistan, NdT). En lisant cela, j'ai failli vomir avant même de sortir les pages de l'imprimante. Peut-être qu'un meilleur soldat ne se serait pas demandé à quoi tout cela servait, pourquoi on demandait aux Américains de tuer et de mourir désespérément pendant deux décennies - et si quelqu'un lirait sa rétrospective.

Le rapport ne se contentait pas de dénoncer l'échec d'une mission, mais soulignait l'importance de se remémorer et d'apprendre des échecs afin d'éviter de futurs fiascos.

Au bout de quelques pages - et encore plus maintenant, au lendemain de la prise de pouvoir par les talibans - j'ai eu cette pensée cauchemardesque : et si la fin de la plus longue guerre des États-Unis s'avérait être une anomalie, et que des guerres de type afghan se poursuivaient - bien que de manière plus abstraite - du Sahel à la Corne de l'Afrique, de la Syrie à l'Irak ? Et ce ne sont là que les grandes lignes. La folie serpente du Mali au Mozambique et revient en boomerang lorsque la police militarisée (composée en grande partie d'anciens combattants) fait des rues américaines des zones de guerre hyper-surveillées, où Baltimore devient Bagdad et Kansas City ressemble à Kandahar - du moins pour un ancien sur deux.

La vérité inconfortable et souvent passée sous silence est que même si tous les soldats quittent l'Afghanistan, l'armée américaine bombarde encore 5 à 10 pays, combat dans 10 à 12 pays, « conseille et assiste » les forces combattantes dans une vingtaine de pays et possède des bases dans quelque 80 nations. Et ce sont là des estimations basses. En outre, le complexe militaro-industriel est toujours aussi puissant, engrangeant des rendements records achetés avec le sang américain. Après tout, le groupe d'étude sur l'Afghanistan, chargé par le Congrès de donner des conseils sur la stratégie de guerre, était carrément rempli d'anciens et d'actuels employés de sociétés de promotion de la guerre. Sans surprise, ils ont recommandé à Washington de poursuivre la guerre.

À son crédit, le président Biden semble avoir évité leur piège, du moins en Afghanistan - et, comme on pouvait s'y attendre, il a donc été critiqué par l'establishment politique et la presse. Pourtant, même après que le dernier membre du service américain (en uniforme) soit monté dans un avion cargo à l'aéroport de Kaboul, le système qui conçoit, vend et profite de ces guerres, puis nomme leurs organisateurs pyromanes pour conseiller les commandants en chef, eh bien - reste fermement en place. Il s'agit d'une structure de pouvoir bien ancrée, conçue pour la guerre, qui engendre l'inertie et qui rendra difficile la fin de nos autres missions militaires confuses.

Après la guerre du Vietnam - qui a failli briser l'armée américaine - les décideurs du Pentagone et les responsables politiques ont délibérément décidé d'oublier cette tragédie. Les généraux ont préféré se concentrer presque exclusivement sur le type de guerres qu'ils connaissaient - les conflits conventionnels avec les forces soviétiques et chinoises - tout comme la stratégie de défense nationale de 2018 a déplacé les priorités de la lutte contre le terrorisme vers la « compétition entre grandes puissances ». Malgré cela, au lieu de repenser sa posture militariste, Washington est restée la capitale de garnison d'un État de garnison - en état d'alerte pour des guerres potentiellement nucléaires ingagnables.

Bien qu'elle n'ait pas mené de campagnes aussi ambitieuses que celles du Viêtnam jusqu'en Afghanistan, l'armée n'a jamais cessé de se battre - seules l'échelle et les méthodes ont changé (temporairement). Dans les 15 ans qui ont suivi la chute de Saigon, l'Amérique a bombardé ou combattu dans les pays suivants : Cambodge, Iran, El Salvador, Libye, Liban, Grenade, Panama et Irak. Il en va de même aujourd'hui : après l'Afghanistan, les troupes américaines risqueront leur vie de l'Afrique occidentale à l'Asie centrale.

En fin de compte, le choix entre les guerres conventionnelles et les guerres contre-insurrectionnelles est un faux choix. Ce qu'il faut retenir du Vietnam et de l'Afghanistan, c'est que les invasions et les occupations fonctionnent rarement, ne sont pas éthiques et ne devraient pas être tentées en premier lieu.

Lorsqu'il s'agit de mettre fin aux diverses guerres de l'Amérique, ne vous attendez pas à ce que le salut vienne d'en haut. Les bureaucraties telles que le Pentagone - et ses soutiens politiques et industriels - sont aussi lents à changer de cap que de gros paquebots. Les demi-tours semblent si difficiles que les « hommes d'entreprise » qui dirigent ces institutions s'y essaient rarement. La machine à élaborer des politiques de guerre évoque le Titanic - les élites bien habillées de Washington et les généraux en uniforme impeccable se précipitant directement vers l'iceberg de la prochaine intervention.

Cela dit, la prochaine guerre n'est pas (ou du moins ne devrait pas être) inévitable. Pourtant, seul un engagement collectif restant à apprendre, et un refus d'oublier les Afghans de l'Amérique, peuvent permettre d'échapper au destin de la folie future.

Danny Sjursen est officier de l'armée américaine en retraite, directeur du Eisenhower Media Network (EMN), chargé de recherche au Center for International Policy (CIP), collaborateur d'Antiwar.com et co-animateur du podcast « Fortress on a Hill ». Ses travaux sont parus dans le NY Times, le LA Times, ScheerPost, The Nation, HuffPost, The Hill, Salon, Popular Resistance, Tom Dispatch, The American Conservative et Mother Jones, entre autres publications. Il a effectué des missions de combat avec des unités de reconnaissance en Irak et en Afghanistan et a enseigné l'histoire à West Point, son alma mater (université où il a étudié). Il est l'auteur de mémoires et d'une analyse critique de la guerre d'Irak, Ghostriders of Baghdad : Soldiers, Civilians, and the Myth of the Surge, Patriotic Dissent : America in the Age of Endless War, et plus récemment A True History of the United States. Sjursen a récemment été sélectionné comme lauréat 2019-20 de la Fondation Lannan pour la liberté culturelle. Vous pouvez le suivre sur Twitter @SkepticalVet. Vous trouverez sur son site Web professionnel des informations pour le contacter, pour programmer des exposés ou des apparitions dans les médias, ainsi que pour accéder à ses travaux antérieurs.

Copyright 2021 Danny Sjursen

Source :  antiwar.com, Danny Sjursen, 02-09-2021

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

 les-crises.fr

 Commenter